Ouvrir le menu principal

Berthe de Souabe (Bourgogne)

Reine de Bourgogne, épouse du roi Rodolphe II
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthe.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthe de Souabe.
Berthe de Souabe
Reine Berthe et les fileueses, 1888.jpg
Berthe de Souabe, par Albert Anker, 1888.
Titre de noblesse
Duchesse
Biographie
Sépulture
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Regelinda (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Burchard III de Souabe
Adalric de Souabe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Enfants

Berthe de Souabe, dite la Filandière ou la reine fileuse (v. 907 - ap. ), est la fille de Burchard II, duc de Souabe .

Sommaire

BiographieModifier

En 922, elle épouse le roi de Bourgogne, Rodolphe II (880-937), que son père avait vaincu en 919. Ils auront deux enfants :

Berthe, devenue veuve en 937 de Rodolphe II, se remarie — forcée semble-t-il — le avec le roi d'Italie, Hugues d'Arles (v. 880-† 947), fils de Théobald d'Arles, comte d'Arles, dans l'église de Columbaris, aujourd'hui Colombier, sur la côte vaudoise dans la commune actuelle d'Echichens. Elle résidait essentiellement dans son château, dans ce village, son mari ayant de nombreuses maîtresses et de nombreux bâtards.

Elle fut inhumée quelque part dans le chœur de l'abbatiale Notre-Dame de Payerne, aujourd'hui en Suisse, par sa fille Adélaïde de Bourgogne. Son tombeau n'a jamais été retrouvé.

Elle laissa un très bon souvenir dans la région du Pays de Vaud où elle vécut et où elle fut assimilée à une sainte. Un dicton du XVIIe siècle fait référence au « temps que la reine Berthe filait ». Son sceau, la représentant en train de filer, fait référence aux fées qui filent la trame des destins et protègent de leur bienveillance le petit peuple.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Charles-Albert Cingria, La Reine Berthe, 1947, rééd. Lausanne, L’Âge d’homme, 1992.
  • F. Demotz, La Bourgogne, dernier des royaumes carolingiens, Lausanne, Société d'histoire de la Suisse romande, 2008.

Voir aussiModifier