Ouvrir le menu principal

Achille Chaper

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaper.

Achille Chaper
Fonctions
Député de la Côte-d'Or
Législature Assemblée nationale législative (Deuxième République)
Groupe politique Parti de l'Ordre
Préfet du Rhône
Préfet de la Loire Inférieure
Préfet de la Côte-D'Or
Préfet du Gard
Préfet de Tarn-et-Garonne
Biographie
Nom de naissance Pierre Achille Marie Chaper
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Grenoble
Nationalité Français
Parti politique Orléaniste
Profession Ingénieur. Haut fonctionnaire.
Religion catholique
Résidence Paris, Pinsot, Grenoble, Poisat

Achille Chaper est un ingénieur et homme politique français né à Paris le et décédé à Grenoble le .

BiographieModifier

Pierre-Achille-Marie Chaper est le fils de Barthélemy Chaper (1766-1825), gouverneur général des subsistances militaires et d'Antoinette Fin (1767-1849).

Jeune lauréat du Concours général, sa carrière d'ingénieur fut marquée par les perfectionnement des « forges catalanes » et des hauts-fourneaux. En politique, Chaper occupa de nombreuses charges dans l'administration publique, en particulier des préfectures (Tarn-et-Garonne, Gard, Côte-d'Or, Loire-Inférieure, Rhône) avant d'être élu député (orléaniste) de la Côte-d'Or en 1849.

FormationModifier

Achille Chaper est le fils d'un fonctionnaire attaché au ministère de la Guerre et d'Antoinette Fin, d'origine créole.

Son père se retrouvant directeur des vivres à Grenoble pendant les campagnes napoléoniennes décide néanmoins de laisser son fils en pension. Il suit les cours du lycée impérial Bonaparte où on distingue très vite chez lui d'exceptionnelles aptitudes intellectuelles. En 1809, il est quatre fois lauréat du Concours général (version grecque, version latine, thème latin, versification). Au lycée Bonaparte, il majore sa classe. Le jeune Achille a pour camarades Jean-Jacques Baude, futur préfet et conseiller d'État, Casimir Delavigne et Eugène Scribe, futurs Immortels.

Il effectue ensuite une année de rhétorique, puis une autre en classe de mathématiques où ses résultats lui permettent d'intégrer l'école polytechnique. Ses professeurs sont Ampère en mécanique, Gay-Lussac en chimie, Arago en astronomie, Monge en géodésie, Jean Henri Hassenfratz en physique.

Le 29 mars 1814, alors âgé de 18 ans, il se trouve encerclé par l'armée russe avec plusieurs polytechniciens lors du siège de la ville par les coalisés. Postés à une batterie de canons, ces défenseurs de Paris ne doivent leur salut qu'à l'intervention in extremis de la Garde Nationale venue les seconder. Il devient sous-lieutenant dans l'artillerie puis retourne à la vie civile pour se consacrer à la construction de fours à chaux. Il effectue des stages de perfectionnement technique chez des maîtres de forge et suit les cours de l'École des Mines à Paris.

Il fera également la connaissance de Victor Jacquemont qu'il rencontre lors d'une excursion que ce dernier effectue dans les Alpes au cours de l'été 1822 aux côtés du comte Jaubert. Celui-ci étant tombé gravement malade dans la vallée d'Allevard, l'intervention de Chaper permet de lui sauver la vie[1]. Au cours de la convalescence de Jaubert, il se lie d'amitié avec Jacquemont et lui apprend l'alpinisme[2]. Jacquemont lui écrira par la suite plus de cent lettres au cours de ses diverses expéditions[3].

Carrière d'ingénieurModifier

Il quitte les Mines pour acheter les forges de Pinsot (38), fortement déficitaires. Mais Chaper améliore les rendements en acier, le nombre d'ouvriers s'accroit et l'ingénieur envisage de transformer la vieille forge à la catalane en un haut fourneau. Chaper rédige de nombreux mémoires qu'il envoie à Paris sur les opérations qu'il souhaite entreprendre en plus de ceux que lui commandent l'École Polytechnique. Le préfet de l'Isère lui demande un rapport en vue de construire un pont sur le Drac.

Il travaille comme ouvrier chez un forgeron parisien afin d'apprendre le travail de l'acier puis visite plusieurs usines en Alsace. En 1824, son haut fourneau de Pinsot, sur la rive droite du Bréda, devient opérationnel[4]. C'est par l'intermédiaire de Camille Teisseire, notable dauphinois avec lequel Chaper est en relation d'affaires que les Périer, propriétaires des fonderies de Chaillot, font sa connaissance. Chaper accepte en 1827 la direction des fonderies mais souhaite la présence d'un codirecteur pour continuer à se consacrer à son haut-fourneau. Entre-temps, Achille a épousé Henriette Teisseire, la fille de Camille Teisseire. Après la vente de ses installations industrielles, il restera tout de même membre du Conseil d'administration des forges d'Allevard et oriente la production des forges vers les chemins de fer[5],[6].

Rôles politiquesModifier

Son ancien condisciple Jean-Jacques Baude devenu secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur l'appelle à la préfecture du Tarn-et-Garonne. Le 1er septembre 1830, Chaper arrive à Montauban dans un département alors divisé confessionnellement entre protestants et catholiques et politiquement entre libéraux et légitimistes. À la préfecture, il s'efforce de restaurer la paix publique au lendemain de la chute du roi Charles X. Son intervention à la fois ferme et souple lors de la révolte de Moissac contre les contributions indirectes lui vaut les félicitations de Guizot[7].

Il est promu préfet du Gard où il est nommé le 17 novembre 1830. Dans ce département comptant nombre d'opposants légitimistes, et où l'opposition entre catholiques et protestants reste très vive, Chaper décide de renforcer sa collaboration avec l'Armée plutôt que la Garde Nationale. Le 22 novembre 1831, son oncle par alliance, Casimir Perier le nomme préfet dans la Côte-d'Or où il restera en poste pendant neuf ans. La situation est moins agitée à Dijon qu'elle ne l'était à Montauban ou à Nîmes, ce qui lui permet de se consacrer à nouveau aux Sciences de l'Industrie. Il dresse par ailleurs la carte géologique de son département, s'intéresse aux cours d'eau, décide la construction de divers barrages. Le nom du préfet est gravé à Dijon sur la place Darcy. Il demande également la création d'un asile d'aliénés, installé dans la chartreuse de Champmol, rachetée en 1833 par le département. Le conseil général lui rend hommage à plusieurs occasions et loue l'« administrateur prudent, sage, impartial, instruit, la variété de ses connaissances, son zèle éprouvé, son activité rare, son amour du bien public, de l'ordre, de la liberté, de la paix qui donnent au département de la Côte-d'Or les plus grandes espérances d'une prospérité soutenue tant qu'il sera à la tête de son administration. »[8]

Le 5 juin 1840, il quitte Dijon pour Nantes (Loire-Inférieure)[9]. Sous son mandat, le passage Pommeraye est construit et inauguré, la première pierre de la basilique Saint-Nicolas est posée[10]. En revanche, le préfet échoue à sauvegarder la collégiale Notre-Dame dont il incitait la mairie à faire l'acquisition[11]. Il est enfin promu le 24 juillet 1847 à la préfecture du Rhône, poste le plus important après la préfecture de Paris. Il se trouve à la préfecture de Lyon lorsqu'éclate la Révolution de février 1848. Chaper doit faire face aux révolutionnaires qui descendent de la colline de la Croix-Rousse. Tandis qu'à Paris le roi fuit, il sera le dernier préfet de la Monarchie de Juillet à quitter son poste, refusant de délaisser la préfecture avant d'avoir transféré le pouvoir aux nouvelles autorités représentées par Emmanuel Arago.

L'ancien préfet refuse de se rallier à la République, mais accepte de siéger à la Chambre des députés lorsqu'il est élu par les habitants de la Côte-d'Or le 13 mai 1849 avec 46713 voix sur 92695 votants[12]. Fidèle aux Orléans, il vote avec la majorité monarchiste. En qualité de député, il s'oppose au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte du 2 décembre 1851. Achille Chaper se rend avec d'autres députés chez le comte Napoléon Daru, vice-président de l'Assemblée. Les députés souhaitent se réunir en Assemblée au palais Bourbon dont l'accès leur est défendu, ils sont arrachés de leur bancs sans ménagement. Les députés se réunissent alors à la mairie du Xe arrondissement, déchoient le président Bonaparte et demandent à la Haute Cour de le juger. Mais le peuple se mobilise peu à l'annonce du coup d'État et les députés dont beaucoup avaient désapprouvé la Deuxième République se trouvent désormais isolés pour la défendre. Le ministre de la Guerre nommé moins de deux mois auparavant en prévision du coup d'État, le maréchal Armand Jacques Leroy de Saint-Arnaud, somme d'arrêter les députés refusant de quitter les lieux. Chaper est ainsi fait prisonnier sur-le-champ avec 219 autres députés[13] et incarcéré au Mont-Valérien. Il demeure un opposant au Second Empire et écrit à son fils Eugène Chaper : "l'une des conséquences les plus déplorables de l'acte du 2 décembre c'est qu'il a donné la loi, le droit, la sainte justice pour auxiliaires à ces misérables et que cette horde s'est trouvée le champion de l'honneur et du devoir."[14]

RetraiteModifier

Libéré après le coup d'État, Chaper retourne en Isère où il a construit sur le terrain hérité de Camille Teisseire le château de Poisat. Il mène une vie à l'écart de la politique, devient président de la Société de Statistique de l'Isère, des syndicats du Drac et de la Romanche, du comité de surveillance des forges d'Allevard. Il demeure pendant ces années un ami de la duchesse d'Orléans à qui il rend visite à Lausanne. Il fait partie durant l'été 1863 des souscripteurs de l'aide à la Pologne alors envahie par la Russie. De même, il est l'un des souscripteurs de la percée du canal de Suez.

Chaper meurt retiré à Poisat. Il était grand dignitaire de la Légion d'honneur dont il a reçu le titre de commandeur le 30 avril 1843 par Louis-Philippe Ier.

Eugène Chaper, son fils, ingénieur, député de l'Isère, fut un éminent érudit qui réunit une importante bibliothèque relative au Dauphiné. Son fils Maurice Chaper présida la Société zoologique de France. Berthe Chaper, sa fille, épouse Paul Thibaud, procureur, avocat, conseiller général de l'Isère.

Une rue du centre-ville de Grenoble portera son nom avant d'être rebaptisée après la Seconde guerre mondiale par délibération du 26 mars 1945[15].

SourcesModifier

  • « Achille Chaper », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Victor Jacquemont, Letters to Achille Chaper, Revue d'histoire des sciences et de leur application, 1960, volume 13.
  • Henry De Pazzis, Origines et descendance de la famille Périer, tome III, éditions régionales de l'Ouest, Mayenne, 1995.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Maes, Un ami de Stendhal, Victor Jacquemont, Paris, Desclée, de Brouwer & cie,
  2. Victor Jacquemont, Correspondance avec sa famille et plusieurs de ses amis pendant son voyage dans l'Inde (1828-1832), nouvelle édition, Bruxelles, Wouters, Raspouet et Cie,
  3. (fr + en) JF Marshall, "Victor Jacquemont : letters to Achille Chaper", Philadelphia, American Philosophical Society, , 264 p.
  4. Georges Salamand, Ciel et fer, l'histoire du fer au pays d'Allevard, Pinsot, Editions du Fond-de-France, (ISBN 2-9525198-0-3)
  5. Georges Salamand, Histoire de la forge catalane de Pinsot, Pinsot, Editions du Fond-de-France,
  6. « Achille Chaper », sur 101 personnages célèbres du Graisivaudan (consulté le 13 juin 2015)
  7. René Toujas, « Une rébellion fiscale des habitants de Moissac en septembre 1830 : le refus de payer les « droits réunis » à l'exemple de Bordeaux », Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne,‎ (lire en ligne)
  8. Paul Gonnet, La Correspondance d'Achille Chaper : 1831-1840, Dijon, Société des "Analecta burgundica", , 328 p.
  9. Achille Chaper, Exposé de la situation générale de la Loire-Inférieure, Nantes, Imprimeries C. Mellinet,
  10. « Médaille », sur http://grand-patrimoine.loire-atlantique.fr/jcms/accueil-fr-j_6,
  11. Société Archéologique de Nantes et du Département de la Loire-Inférieure, Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et du Département de la Loire-Inférieure, Volume 7, Nantes, Imprimerie de Vincent Forest et Emile Grimaud, , 312 p. (lire en ligne), page 110
  12. Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889, Paris, Bourloton, 1889-1891
  13. Victor Hugo, Histoire d'un crime, Paris, Calmann Lévy,
  14. Pierre Barral, Les Périer dans l'Isère au XIXe siècle d'après leur correspondance familiale, Paris, Presses Universitaires de France,
  15. Philippe Barrière, Histoire et mémoires de la seconde guerre mondiale: Grenoble en ses après-guerre, 1944-1964, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble,