Romanche (rivière)

cours d'eau français

La Romanche est un torrent puis une rivière du sud-est de la France, dans les deux départements des Hautes-Alpes et de l'Isère, dans les deux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle prend sa source au glacier de la Plate des Agneaux, dans la partie nord du massif des Écrins, et conflue dans le Drac, en rive droite, entre Champ-sur-Drac et Varces-Allières-et-Risset, au sud de Grenoble. Elle est donc un affluent secondaire de l'Isère et un affluent tertiaire du fleuve le Rhône.

Romanche
Illustration
La Romanche dans le parc national des Écrins au pied du pic de Chamoissière.
Carte.
Cours de la Romanche (carte interactive du bassin de l'Isère)
Loupe sur carte verte la Romanche sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 78 km [1]
Bassin 1 222 km2 [1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 37,4 m3/s (Le Bourg-d'Oisans) [2]
Nombre de Strahler 6
Organisme gestionnaire Symbhi - SYndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l'Isère[3]
Régime nival
Cours
Source Glacier de la Plate des Agneaux sous la Barre des Écrins (4 012 m)
· Localisation Villar-d'Arêne
· Altitude 2 000 m
· Coordonnées 44° 58′ 02″ N, 6° 21′ 54″ E
Confluence Drac
· Localisation entre Champ-sur-Drac et Varces-Allières-et-Risset
· Altitude 257 m
· Coordonnées 45° 05′ 25″ N, 5° 43′ 29″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Vénéon, Lignare
· Rive droite Maurian, , Ferrand, Sarenne, Eau d'Olle
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Auvergne-Rhône-Alpes
Départements Hautes-Alpes, Isère
Arrondissements Briançon, Grenoble
Principales localités La Grave, Le Bourg-d'Oisans, Livet-et-Gavet, Vizille, Champ-sur-Drac

Sources : SANDRE:« W27-0400 », Géoportail, Banque Hydro

Géographie

modifier
 
Le lac de barrage du Chambon dans la vallée de la Romanche, que longe la RD 1091, près des Deux Alpes.

De 78,3 km de longueur[1], la Romanche prend sa source sur la commune de Villar-d'Arêne à 2 000 m d'altitude[4], et traverse celle de La Grave dans les Hautes-Alpes, puis celles du Bourg-d'Oisans, de Livet-et-Gavet, de Vizille et de Champ-sur-Drac en Isère[5].

La Romanche conflue en rive droite du Drac, entre les deux communes de Champ-sur-Drac et Varces-Allières-et-Risset, à 257 m d'altitude[6]

Il s'agit d'un torrent alpin dont le lit est préservé dans les Hautes-Alpes car il s'y situe en majorité dans le parc national des Écrins, mais dont le cours inférieur est relativement artificialisé. En effet, son cours est barré plusieurs fois par des barrages formant des retenues (comme le lac du Chambon) avant d'être en partie canalisé afin de contourner des zones habitées (plaines du Bourg-d'Oisans et de Vizille) et de servir de moyen de production d'énergie hydraulique pour des usines de Livet-et-Gavet, désormais transformé par la centrale hydroélectrique de Romanche Gavet. La Romanche a créé, au fil des millénaires, une vallée très encaissée (entre sa source et la plaine du Bourg-d'Oisans, et entre le site de Rochetaillée et son confluent avec le Drac). Au Moyen Âge, la Romanche avait formé un lac naturel autour du Bourg-d'Oisans, qui s'appelait à l'époque Saint-Laurent du Lac.

Communes et cantons traversés

modifier

Dans les deux départements des Hautes-Alpes (deux communes) et de l'Isère, la Romanche traverse les seize communes[1] suivantes, de l'amont vers l'aval, de Villar-d'Arêne (source), la Grave, Mizoën, les Deux Alpes, le Freney-d'Oisans, Auris, le Bourg-d'Oisans, Livet-et-Gavet, Séchilienne, Saint-Barthélemy-de-Séchilienne, Saint-Pierre-de-Mésage, Vizille, Notre-Dame-de-Mésage, Montchaboud, Champ-sur-Drac, Varces-Allières-et-Risset (confluence).

Soit en termes de cantons, la Romanche prend source dans le canton de Briançon-1, traverse le canton de l'Oisans-Romanche , et conflue dans le canton du Pont-de-Claix, dans les arrondissements de Briançon et de Grenoble, et dans les intercommunalités communauté de communes du Briançonnais, CC de l'Oisans et Grenoble-Alpes Métropole.

Toponymes

modifier

La Romanche a donné son hydronyme au canton de l'Oisans-Romanche. De plus l'Oisans, nom du bassin versant de la Romanche, a donné son hydronyme aux quatre communes de Clavans-en-Haut-Oisans, le Freney-d'Oisans, Saint-Christophe-en-Oisans et le Bourg-d'Oisans.

Bassin versant

modifier
 
Carte topographique de l'Oisans, bassin versant de la Romanche

Le bassin versant de la Romanche s'appelle l'Oisans. La Romanche traverse neuf zones hydrographiques[1],[note 1].

Organisme gestionnaire

modifier

C'est le Symbi ou syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère qui s'occupe de fédérer les aménagements sur la Romanche[3].

Géologie

modifier

Dans les gorges de la Romanche est possible lire l'histoire géologique et voir l'alternance des schistes cristallins aux schistes amphiboliques, micacés, sériciteux, talqueux, ou encore aux schistes chloriteux[7].

Affluents

modifier

La Romanche a cinquante-huit affluents référencés[1] dont les principaux sont le Vénéon et l'Eau d'Olle :

  • le Vénéon (rg[note 2]) 33,5 km sur quatre communes et avec dix-huit affluents et de rang de Strahler cinq.
  • l'Eau d'Olle (rd) 28,9 km sur six communes avec trente-deux affluents et de rang de Strahler quatre.

Les principaux autres affluents sont :

  • le Maurian (rd) 10,2 km sur la seule commune de La Grave qui traverse le lac du Goléon, avec six affluents et de rang de Strahler trois.
  • le torrent du (rd) 9,6 km sur la seule commune de La Grave avec onze affluents et de rang de Strahler trois.
  • le Ferrand (rd) 13,5 km sur trois communes avec sept affluents et de rang de Strahler cinq, qui conflue sous le lac du Chambon.
  • le torrent de la Lignare (rg) 11,9 km sur quatre communes avec cinq affluents.
  • La Sarenne (rd) 16,5 km sur cinq communes avec sept affluents et confluant à l'aval du Bourg-d'Oisans.
  • le Ruisseau de Bâton (rd) 5,3 km sur les deux communes de Livet-et-Gavet, Allemond sans affluent.

Rang de Strahler

modifier

Donc le rang de Strahler de la Romanche est de six par le Vénéon ou le Ferrand.

Hydrologie

modifier

Son régime hydrologique est dit nival.

La Romanche au Bourg-d'Oisans

modifier

Le module de la Romanche a été calculé durant une longue période de 59 ans au Bourg-d'Oisans[2] (1951-2009). Il se monte à 37,4 m3/s pour une surface de bassin versant de 1 000 km2[2], soit 80 % de la totalité du bassin.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : W2764010 - La Romanche au Bourg-d'Oisans (Champeau) pour un bassin versant de 1 000 km2 et à 701 m d'altitude[2]
(le 08-06-2016 - données calculées sur 61 ans de 1951 à 2016)
Source : Banque Hydro - MEDDE[2]

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime nival, avec des hautes eaux de printemps-été dues à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 64 à 87,4 m3/s de mai à juillet inclus (avec un maximum en juin encore très sensible en juillet), suivies d'une baisse progressive aboutissant à un long étiage d'automne-hiver, de novembre à fin mars-début avril, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à un minimum de 12,6 m3/s au mois de janvier.

Étiage ou basses eaux

modifier

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 8 m3/s, en cas de période quinquennale sèche[2], ce qui reste encore appréciable.

Les crues peuvent être très importantes. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 190 et 260 m3/s. Le QIX 10 se monte à 300 m3/s. Quant aux QIX 20 et QIX 50, ils valent 340 m3/s et 390 m3/s. le QIX 100 n'a pas encore pu être calculé vu la durée d'observation de 64 ans[2].

Le débit instantané maximal enregistré au Bourg-d'Oisans est de 310 m3/s le [note 3]. Le débit journalier maximal est aussi de 310 m3/s le . La hauteur maximale instantanée n'est pas communiquée[2].

Lame d'eau et débit spécifique

modifier

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 1 218 millimètres annuellement, ce qui est très élevé et résulte des précipitations abondantes sur les hautes montagnes des Alpes, mais est tout à fait normal dans cette région. Le débit spécifique (Qsp) atteint 38,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Hydroélectricité

modifier
 
La barrage du Chambon

Plusieurs ouvrages de production d'énergie hydraulique sont aménagés sur son parcours, dont :

D'autres ouvrages de moindre ampleur jalonnent le cours d'eau. Certains barrages ont été arasés comme celui de Séchilienne en 2018.

Histoire

modifier
 
Carte aquarellée de la vallée de la Romanche entre Livet-et-Gavet et le Bourg-d'Oisans, extraite de l'Atlas de Trudaine, milieu du XVIIIe siècle (Archives nationales)
 
Charles Bertier, la vallée de la Romanche vue depuis le Pied-du-Col, c1894, Musée de Grenoble

La Romanche et les crues et inondations

modifier

Dans le Moyen Âge, de nombreux lacs importants se sont formés successivement dans la plaine du Bourg-d'Oisans à la suite d'éboulements bloquant le cours d'eau à hauteur du torrent de l'Infernet, sur la commune de Livet-et-Gavet. Après quelques années d'existence, un de ces lacs s'est rompu, ce qui a entraîné l'Inondation de Grenoble en 1219[8], une inondation de type torrentiel dans la vallée jusqu'à Grenoble. Aujourd'hui encore, face aux éboulements réguliers de la chaîne de Belledonne dans ce secteur, la menace plane d'un scénario identique. Ce scénario pourrait aussi se reproduire un peu plus en aval du torrent de l'Infernet, cette fois-ci au niveau d'une zone d'éboulement appelée Ruines de Séchilienne.

Sur le secteur aval de la Romanche, sur une période allant du XVIIe siècle au XXe siècle, de nombreuses crues surviennent, dont trois sont particulièrement destructrices : en septembre 1733, août 1852 et mai 1856[8].

Au niveau de la plaine d'Oisans — qui a par périodes accueilli un lac — la Romanche a été endiguée, avec notamment de lourds travaux à partir du XVIIIe siècle, travaux ayant compris également un drainage de la plaine elle-même[9]. Au XXe siècle, en 1928, la plaine et le Bourg-d'Oisans sont inondés du fait de crues de la Romanche[9] et du Vénéon, ayant entraîné la rupture d'une digue au lieu-dit « La Croix du Plan »[10]. En 1955, la Romanche déborde au Bourg-d'Oisans et son canal déborde entre Vizille et Jarrie, tandis que dans la vallée de Rioupéroux, des centrales hydroélectriques rencontrent des problèmes liés à des embâcles ou aux flots de la Romanche ou de ses affluents[11].

Fin du XIXe siècle et XXe siècle : hydroélectricité et industrie

modifier
 
« Compagnie universelle d'acétylène 5 - Usine des Clavaux - Barrage et prise d'eau », carte postale datant d'avant mars 1909. Le barrage et la prise d'eau étaient construits sur la Romanche, au niveau de la commune de Livet-et-Gavet.

Si divers petits moulins à eau existent pendant plusieurs siècles au bord de la Romanche, la fin du XIXe siècle et le XXe siècle voient des barrages et des usines hydroélectriques être bâtis pour profiter de la force motrice de l'eau. Dans la vallée de Rioupéroux et de Livet-et-Gavet, elles bénéficient en particulier aux usines qui commencent à s'installer dès la fin du XIXe siècle ; certaines utilisent directement la force de l'eau pour actionner les machines, d'autres utiliseront l'électricité produite par des unités de production hydroélectrique. En 1914, par exemple, sept centrales hydroélectriques produisent sur la seule commune de Livet-et-Gavet[12]. Plus largement, la production d'hydroélectricité dans la vallée de la Romanche et les vallées proches bénéficie au développement de l'industrie de la région grenobloise[12]. En 1946, une partie des centrales hydroélectriques de la vallée de Rioupéroux et Livet-et-Gavet est nationalisée[12].

Les années 1920 connaissent la construction du barrage du Chambon, en amont du Bourg-d'Oisans, et la mise en service de son usine de production hydroélectrique[12]. Après la seconde guerre mondiale, certaines centrales de la partie basse de la Romanche disparaissent au profit de la centrale du Péage-de-Vizille[12].

Le début du XXIe siècle voit des changements dans le paysage des centrales hydroélectriques dans le cours de la Romanche avec, notamment, le remplacement de six centrales de la vallée de Rioupéroux et Livet-et-Gavet par une unique centrale souterraine, la centrale hydroélectrique de Romanche Gavet, mise en service en 2020[12],[13]. Certaines centrales désaffectées sont alors déconstruites, tandis que celle des Vernes, protégée au titre des Monuments historiques, est convertie en lieu patrimonial[12].

Gestion et aménagement

modifier

Dès le Moyen Age, des aménagements hydrauliques existent pour la Romanche[8]. Dans la partie basse de cette rivière, de premières digues protègent Vizille à partir du XVIIe siècle du fait du connétable Lesdiguières[8]. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la Romanche se trouve endiguée en continu dans sa partie basse, dans le but de mieux contrôler ses crues annuelles et décennales, ce qui n'est pas sans modifier certaines de ses caractéristiques[8].

En 1936, le Conseil d’État crée l'Association départementale Isère Drac Romanche afin que celle-ci veille à l'entretien du système de protection contre le risque d'inondation dans les plaines riveraines de l'Isère, de la Romanche et du Drac ; l'association est dissoute en 2018. Le Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère (Symbhi), créé en 2004, la remplace ; cet établissement public gère et aménage les rivières que sont l'Isère, la Romanche et le Drac dans le sud du département de l'Isère. L'aménagement et la gestion de la Romanche répondent alors à des enjeux que sont notamment sont fonctionnement hydraulique, la gestion du transit et des dépôts de sédiments, des enjeux de qualité écologique et de mise en valeur à ce titre, et des enjeux liés à l'activité et aux installations humaines[10].

Entre 2011 et 2015, la protection des zones urbanisées au niveau de la plaine de Vizille a été renforcée en vue du risque de crue centennale ; ceci a été effectué par le Symbhi pour un budget de 26 millions d'euros hors taxes, selon cet organisme[14]. En 2023, les digues au niveau de la traversée du Bourg-d'Oisans sont renforcées, sur une première étape de travaux[15],[9],[10].

Existe un Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) du Drac et de la Romanche[16]. En décembre 2022, est signé le « contrat de bassin Romanche 2022-2024 »[17].

Dans les arts

modifier

Cette rivière fut peinte à plusieurs reprises par différents artistes de montagne. Ainsi, le peintre Charles Bertier réalisa en 1894 deux huiles sur toiles l'incluant : Vallée de la Romanche au Pied-du-Col et Les Fréaux près de La Grave[18].

Galerie

modifier

Notes et références

modifier
  1. Le SANDRE 2020 n'affiche plus les superficies des zones hydrographiques, ni les répartitions par type de terrains.
  2. rd pour rive droite et rg pour rive gauche.
  3. à h 0.

Références

modifier
  1. a b c d e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - La Romanche (W27-0400) » (consulté le ).
  2. a b c d e f g h et i Banque Hydro - Ministère de l'Écologie, « Synthèse de la Banque Hydro - La Romanche au Bourg d'Oisans (Champeau) (W2764010) » (consulté le ).
  3. a et b « La Romanche - 2013-2015 les objectifs du projet Romanche Séchilienne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur symbhi.fr (consulté le ).
  4. « Source de la Romanche » sur Géoportail (consulté le 17 octobre 2020)..
  5. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le ).
  6. « Confluence de la Romanche avec le Drac » sur Géoportail (consulté le 17 octobre 2020)..
  7. M. Berthelot, Hartwig Derenbourg et F.-Camille Dreyfus 1885-1902.
  8. a b c d et e Direction Départementale des Territoires - Service Prévention des Risques - Cellule Affichage des Risques n°2, Synthèse des évènements historiques liés aux crues de la Romanche dans son secteur aval, , 56 p. (lire en ligne)
  9. a b et c Marie Pillot, « Schéma d’aménagement de la Romanche sur la plaine de l’Oisans et les gorges de Livet-et-Gavet », sur Symbhi, (consulté le )
  10. a b et c Symbhi, Prévention des risques d’inondation - Restauration des milieux aquatiques, Plaine de l’Oisans et gorges de Livet-Gavet - Réunion publique Schéma d'Aménagement Intégré Romanche, (lire en ligne [PDF])
    Présentation en diaporama pour une réunion publique
  11. « l'histoire du dimanche. Les inondations de 1955: et les voitures furent englouties par les eaux... », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  12. a b c d e f et g Département de l'Isère, « Les centrales hydroélectriques de la vallée de la Romanche », sur Isère Culture (consulté le )
  13. Département de l'Isère, « L'aventure de la Romanche », sur Isère Culture (consulté le )
  14. Marie Pillot, « Alerte crues & inondations : les équipes du SYMBHI sur le terrain », sur Symbhi, (consulté le )
  15. Le Dauphiné Libéré, « Le Bourg-d'Oisans. Crues de la Romanche : des dégâts sans conséquence sur les digues »   (Article de presse), sur www.ledauphine.com, (consulté le )
  16. Préfecture des Hautes-Alpes, « SAGE Drac Romanche », sur Les services de l'État dans les Hautes-Alpes, (consulté le )
  17. Gest'Eau, « Contrat de bassin Romanche 2022-2024 », sur https://www.gesteau.fr,
  18. « Sur le chemin… Vallée de la Romanche, Charles Bertier », sur rando.ecrins-parcnational.fr (consulté le ).

Annexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes

modifier

Bibliographie

modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • M. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus et al., La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, t. 20, H. Lamirault (Paris), 1885-1902 (lire en ligne), p. 990  

Liens externes

modifier