Ouvrir le menu principal

Abbaye Saint-Père-en-Vallée

abbaye française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Père.

Abbaye de Saint-Père-en-Vallée
Ancienne abbaye de Saint-Père-en-Vallée, actuelle annexe du lycée Marceau. En arrière-plan, l'église Saint-Pierre, ancienne église abbatiale.
Ancienne abbaye de Saint-Père-en-Vallée, actuelle annexe du lycée Marceau. En arrière-plan, l'église Saint-Pierre, ancienne église abbatiale.

Ordre Bénédictin Mauriste
Abbaye mère Abbaye de Saint-Germain-des-Prés
Fondation VIIe siècle
Fermeture 1790
Fondateur Reine Bathilde
Protection Logo monument historique Classé MH (1916)
 Inscrit MH (1929)
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Commune Chartres
Coordonnées 48° 26′ 37″ nord, 1° 29′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Abbaye de Saint-Père-en-Vallée

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

(Voir situation sur carte : Eure-et-Loir)
Abbaye de Saint-Père-en-Vallée

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Père-en-Vallée

L'abbaye de Saint-Père-en-Vallée (il faut comprendre « Saint-Pierre » et non « Saint Père »), est une abbaye bénédictine, fondée (ou dotée) au milieu du VIIe siècle par la reine Bathilde, à l'origine hors des murs de Chartres. Elle appartint à la congrégation de Saint-Maur à partir de 1650.

Sommaire

HistoireModifier

Dans les années 840, les moines eurent un conflit violent avec l'évêque Hélie et s'exilèrent à Saint-Germain d'Auxerre. L'abbaye fut ensuite ruinée à deux reprises par des Normands venus attaquer Chartres (une première fois en 858, une seconde fois par Rollon en 911), puis fut restaurée vers 930 par l'évêque Haganon qui la dota de fortifications dont subsiste une tour carrée servant actuellement de clocher.

Rainfroy, successeur d'Haganon, accorda au monastère des dotations et privilèges et en fit définitivement un établissement bénédictin (954), qui exista ensuite jusqu'à la Révolution. Dans le second quart du XIe siècle, l'abbé Landry fit construire l'enceinte d'un « Bourg Saint-Père » distinct de la ville de Chartres.

À la fin du XIIe siècle, il fut englobé dans l'enceinte de Chartres. Au XVIIe siècle, l'abbaye avait sous sa tutelle 24 prieurés et 80 cures des diocèses de Chartres, Orléans, Évreux, Rouen, Sées et Coutances. En 1650, l'abbaye adhéra à la congrégation de Saint-Maur. Les bâtiments conventuels furent reconstruits au début du XVIIIe siècle, mais en 1789 il ne restait que huit moines, alors que le revenu de l'abbaye était évalué à 23 000 livres.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


L'ancienne église abbatiale (XIIe – XIIIe siècle), essentiellement de style gothique, est devenue en 1803 l'église paroissiale Saint-Pierre.

Article détaillé : Église Saint-Pierre.

Liste des abbésModifier

Dans l'Almanach royal, le nom de J.-A. de Véri apparaît sur la liste des abbés commendataires jusqu'en 1781 inclusivement. Ensuite le titre d'abbé de Saint-Père est supprimé.

CartulaireModifier

Le cartulaire de l'abbaye a été conservé. Tel qu'édité en 1840, il est composé de trois parties : une première, appelée Vetus Hagano ou Cartulaire d'Haganon, a été constituée par le moine Paul, trésorier de l'abbaye à la fin du XIe siècle ; une seconde, appelée Codex argenteus ou Cartulaire d'argent (ainsi nommé d'après sa couverture d'argent), a été composée vers l'an 1200 ; une troisième est constituée par le travail de dom Muley, un bénédictin de Saint-Crépin de Soissons envoyé en 1772 mettre de l'ordre dans les archives de l'abbaye Saint-Père.

  • Ce cartulaire a été édité en 1840, en deux volumes, par Benjamin Edme Charles Guérard (Collection des cartulaires de France, t. I, Paris, Impr. de Crapelet).
  • En 2014, la Société archéologique d'Eure-et-Loir en a publié (en 400 exemplaires) une traduction richement illustrée.

ManuscritsModifier

Jusqu'au terrible incendie de 1944, provoqué par un bombardement, la bibliothèque municipale de Chartres possédait l'une des plus belles collections de manuscrits anciens en France : 1 687 manuscrits, dont 500 environ antérieurs à 1500.

Sur ce chiffre, 138 venaient de l'ancienne bibliothèque de l'abbaye Saint-Père. L'un d'entre eux (Ms. 65) contenait d'ailleurs un catalogue des livres de cette bibliothèque datant du XIe siècle, mentionnant 94 livres (chiffre considérable pour l'époque)[1]. Parmi les trésors perdus dans l'incendie de 1944, on peut citer le Liber comitis de Saint-Père (Ms. 24), réalisé vers l'an 820, à Saint-Martin de Tours, par Audrad le Petit[2].

Aujourd'huiModifier

Des bâtiments conventuels, il reste un bâtiment du XVIIIe siècle renfermant deux salles voûtées superposées du XIIe siècle, qui est aujourd'hui une annexe du lycée Marceau. L'édifice est pour partie classé, pour partie inscrit au titre de monument historique[3].

Article détaillé : Lycée Marceau.

Notes et référencesModifier

  1. Lucien Merlet, « Catalogue des livres de l'abbaye de Saint-Père de Chartres au XIe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 15, 1854, p. 263-270. Dans un inventaire des livres de la bibliothèque effectué en 1367, figurant dans un autre manuscrit, 221 volumes étaient mentionnés.
  2. André Wilmart, « Le lectionnaire de Saint-Père », Speculum I, 1926, p. 269-278.
  3. « Ancienne abbaye de Saint-Père-en-Vallée, actuellement annexe du lycée Marceau », notice no PA00096991, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

L'abbaye de Saint-Père-en-Vallée sur la Bibliothèque nationale de France.