Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 5e division.

5e Division Blindée
Image illustrative de l’article 5e division blindée (France)
Insigne de la 5e DB

Création 1er mai 1943
Dissolution 30 juin 1992
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Branche Arme blindée cavalerie
Type Division Blindée
Rôle Cavalerie
Garnison Landau
Devise France d'abord
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie

La 5e division blindée est une division blindée française qui a participé à la Seconde Guerre mondiale et à la guerre d'Algérie.

HistoriqueModifier

La division est créée sous le nom de 2e division blindée le en Afrique du Nord. Le de la même année elle reçoit son nom définitif de 5e division blindée, sous le commandement du général de Vernejoul.

Intégrée dans la Première armée française du général de Lattre, elle débarque en Provence en septembre 1944. Elle combat dans les Vosges (réduction de la poche de Colmar) et participe enfin à la campagne d'Allemagne.

De 1945 à 1956 la division est stationnée en Allemagne, à Landau dans les forces françaises en Allemagne.

De 1956 à 1962 la 5e DB, tout en laissant une partie de ses effectifs en Allemagne, est engagée en Algérie avant d'être dissoute le .

En 1978 la division est recréée et est à nouveau stationnée en Allemagne avant d'être dissoute à nouveau le .

DeviseModifier

«  France d'abord »

InsigneModifier

Malgré sa simplicité apparente, il évoque d’un même trait les traditions de son arme et les grands moments de la vie de son unité. En fait, qu’une jeune unité moderne, héritière des plus anciennes traditions de la cavalerie contribue pour une bonne part à la prise de Bucéphalie, ville au blason ornée de Bucéphale, cheval d'Alexandre le Grand, et arrête sa course victorieuse aux portes d’une cité ayant une licorne sur ses armoiries, est peut-être plus le fait du destin que celui du hasard.

Chefs de corpsModifier

Composition de la division depuis sa créationModifier

Création de 1943Modifier

  • État Major et Quartier Général
  • Génie
    • 96e Bataillon du génie
  • Transmissions
    • 84e Compagnie mixte de transmissions du 96e Bataillon de Transmissions (96/84 Cie Mixte de Transmissions)
  • Train
    • 96e Compagnie de quartier général
    • 496e Compagnie des Services
    • Compagnie de transport de matériel 196/27
  • Matériel
    • 12e Groupe d’Escadrons de Réparation : 12e G.E.R
  • Intendance
    • 14e Groupe d’Exploitation : 12e G.E
  • Santé
    • 14e Bataillon Médical
  • Maintenance'
    • 5e Groupe d’Escadron de Renforcement : 5e G.E.R
  • UNITÉS NON ORGANIQUES QUI ONT FAIT CAMPAGNE AVEC LA 5e D.B
  • Arme Blindée et Cavalerie (Chasseurs de chars)
    • 11e Régiment de Chasseurs d’Afrique : 11e R.C.A
  • Train
    • Compagnie de transport de personnel 296/32
  • Matériel
    • Compagnie de récupération d’engins blindés 673/2
    • Compagnie de réparation d’engins blindés 663/2

Organisation en octobre 1943Modifier

La division qui peut être appelée à agir au profit du 1er C.A, est définitivement articulée en trois Combat Command ayant, théoriquement, la composition suivante :

  • Combat Command no 4 : Colonel SCHLESSER (ou Grpt « S ») :
    • 1er Régiment de cuirassiers
    • 3/1er Régiment Etranger de Cavalerie
    • 2e Bataillon du Régiment de Marche de la Légion Étrangère
    • 2/62ème Régiment d’Artillerie d’Afrique
    • BHR/62ème RAA
    • 2/96ème Bataillon du Génie
    • 2/14ème Bataillon Médical
    • 2/12ème Groupe d’Escadrons de Réparation
  • Combat Command no 5 : Colonel de BONNET d’OLEON (ou Grpt « O ») :
    • 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique
    • 2/1er Régiment Etranger de Cavalerie
    • 1er Bataillon du Régiment de Marche de la Légion Étrangère
    • 1/62ème Régiment d’Artillerie d’Afrique
    • 1/96ème Bataillon du Génie
    • 1/14ème Bataillon Médical
    • 1/12ème Groupe d’Escadrons de Réparation
  • Combat Command no 6 : Colonel TRITSCHLER (ou Grpt « T » ) :
    • 6e Régiment de Chasseurs d’Afrique
    • 4/1er Régiment Etranger de Cavalerie
    • 3e Bataillon du Régiment de Marche de la Légion Étrangère
    • 3/62ème Régiment d’Artillerie d’Afrique
    • 3/96ème Bataillon du Génie
    • 3/14ème Bataillon Médical
    • 3/12ème Groupe d’Escadrons de Réparation
  • Transmissions : Compagnie Mixte de Transmissions 96/84

Composée également d’unités de service : Train, Matériel, Santé, Intendance.

Organisation en 1944Modifier

  • Unités organiques
    • 1er REC : régiment de reconnaissance
    • 11e RCA : régiment de chasseurs de chars équipé de Tank Destroyer (TD)
    • 31e groupe de FTA : artillerie antiaérienne
    • 96e bataillon du génie
    • Train divisionnaire
    • 96/84e compagnie de transmissions
    • 12e GERDB
    • 14e bataillon médical
  • Combat Command no 4 - CC4
  • Combat Command no 5 - CC5
  • Combat Command no 6 - CC6

Organisation en 1988Modifier

Le 1er mai 1943 est créée à Rabat (Maroc) la 2e Division Blindée, aussitôt placée sous le commandement du général de Vernejoul. Deux mois plus tard, le 9 juillet, la 2e DB prend l’appellation de 5e DB et commence une période d’instruction et d’entraînement d’un an qui va la mener du Maroc à l’Algérie. Enfin, du 15 septembre au 1er octobre 1944 a lieu l’embarquement pour la France ; le « Grand Voyage » comme l’appelleront les anciens. Débarquée dans la région de Marseille, la 5e DB va écrire du 11 octobre 1944 au 7 mai 1945, les pages les plus glorieuses de son histoire. De 1945 à 1956, après la capitulation des armées hitlériennes, la 5e DB va s’établir dans le Wurtemberg et le sud Palatinat au sein des forces françaises en Allemagne. De là, elle va s’embarquer le 9 avril 1956 pour l’Algérie, où son action pacificatrice sera souvent citée en exemple. Le 15 mars 1962, la DB, alors sous les ordres du général Arnoux de Maison Rouge, est dissoute. Ses traditions sont reprises par la 5e Brigade Blindée. Elle est recréée à Landau, le . Durant la guerre du Golfe la 5e division blindée a apporté son soutien à la division Daguet.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • De Lattre de Tassigny, Histoire de la première armée française - Plon - 1949.
  • Revue Ligne de front, Hors série no 5 de septembre octobre 2008.

Liens externesModifier