5e régiment de commandement et de soutien

5e Régiment de Commandement et de Soutien
Image illustrative de l’article 5e régiment de commandement et de soutien
Insigne du 5e RCS

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment
Rôle Commandement et de Soutien
Fait partie de 1re division blindée
Garnison Landau puis Baden-Baden (Allemagne)
Devise "Sans crainte, sans plainte"
Inscriptions
sur l’emblème
Wagram 1809
Figueras 1811
El Parras 1866
Grande Guerre 1914-1918
Guerres Première Guerre mondiale

Le 5e régiment de commandement et de soutien est une unité de commandement française.

Création et différentes dénominationsModifier

Les chefs du 5e RCSModifier

  • 1978-1980 : Lieutenant-colonel Perrier Gros Claude Jean
  • 1980-1982 : Lieutenant-colonel Savoye Jacques
  • 1982-1984 : Lieutenant-colonel Faget Francis
  • 1984-1986 : Lieutenant-colonel Pachabeyian Jean-François
  • 1986-1988 : Lieutenant-colonel Marescaux Georges
  • 1988-1990 : Lieutenant-colonel Riou
  • 1990 : Lieutenant-colonel Godard
  • 1993 : Lieutenant-colonel Koely
  • 1996 : Lieutenant-colonel Riondel
  • 1997 : Lieutenant-colonel Segarra

ÉtendardModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

InsigneModifier

L'insigne régimentaire reflète l'histoire et la composition du régiment : l'aigle impérial rappelle la création du 5 par Napoléon 1er, la roue crantée est le symbole du Train, la Cavale de Stuttgart marque son appartenance à la 5e DB, enfin les couleurs des quartiers illustrent son caractère interarmes avec le vert du Train, le bleu des Transmissions, le gris du Matériel et le rouge du Service de Santé

Insigne homologué le sous le numéro G 2627[2]. Il existe également un insigne de prestige avec devise[2].

HistoriqueModifier

Créé le à Landau dans le cadre des Forces françaises en Allemagne à partir du 405e bataillon de commandement et de soutien (405e BCS) de Tübingen, il est le régiment de soutien de la 5e division blindée. Transféré à Baden-Baden dans le cadre des forces françaises stationnées en Allemagne en 1993 au sein de la 1re division blindée, il est dissous en 1999[2].

Héritier des traditions du 5e Bataillon du Train des Équipages Militaires (1807 – 1814), des corps de l’arme portant le n°5 jusqu’en 1966 et du Train de la 5e DB 1944 – 1946[2].

Jusqu'alors sous l'étendard du 501eRCS, il reçoit son étendard le . Dans les plis de ses soies, on trouve les inscriptions : « WAGRAM 1909 » « FIGUERAS 1811 » « ELPARRAS 1866 » « GRANDE GUERRE 1914 – 1918 »[2].

MissionsModifier

Soutenir la 5e division blindée

  • EI escadron d'instruction commandé par le capitaine Lechat en 1990.
  • IEC escadron d'Instruction Élémentaire de Conduite commandé en 1990 par l'adjudant Falaize (RPIMA).
  • ECL escadron de commandement et de logistique
  • EC escadron de circulation
  • ET escadron de transport
  • ECQG escadron de commandement et de quartier général
  • EL FFSA escadrille de liaison des FFSA :
    • détachement de l'ALAT assurant les missions de liaison au profit de l'EM de la 1re DB (4 hélicoptères Alouette III - leurs équipages - les mécaniciens - 1 peloton de pompiers avitailleurs)
  • 50e Compagnie de Transmission: faisceau satellite pour les communications venant des théâtres d'opérations de l'est de l’Europe (Bosnie, Kosovo...)
    • Premier étage du bâtiment de la compagnie : centre de transmission relevant de l'habilitation "SECRET DÉFENSE".
    • Hauteur de la ville de Baden-Oos : antennes mises en œuvre par le centre de transmission et veillées/sécurisées par l'Escadron d'Intervention du régiment.

Lutte contre les risques nucléaires, bactériologiques et chimiques (nbc) technique de décontaminations sur le théâtre opérationnel des personnes et du matériel, assure et maintient les éléments de transmission en postes avancés (50e CT).

Notes et référencesModifier

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  2. a b c d et e Thomas Kmi, « LES REGIMENTS DE COMMANDEMENT ET DE SOUTIEN D’ACTIVE » (consulté le 2 avril 2016)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Le site non officiel de l'Arme du train et son historique des RCS