Ouvrir le menu principal
Icône de redirection Cette page concerne l'année 369 du calendrier julien. Pour l'année 369 av. J.-C., voir 369 av. J.-C.. Pour le nombre 369, voir 369 (nombre).
Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
Années :
366 367 368  369  370 371 372
Décennies :
330 340 350  360  370 380 390
Siècles :
IIIe siècle  IVe siècle  Ve siècle
Millénaires :
Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire  IIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

369 est une année commune commençant un jeudi.

ÉvénementsModifier

  • Été : apprenant le retour de Pap d'Arménie, le roi de Perse Shapur II envoie une nouvelle armée envahir l'Arménie ; Pap, terrifié, se réfugie en Colchide avec les transfuges perses Cylaces et Arrabannes à la fin de l'été pendant cinq mois. Les Perses assiègent de nouveau P'aranjem dans la forteresse d'Artogerassa, qui tombe après 14 mois en 370[1].
  • Automne : Valens rentre à Marcianopolis de sa campagne contre les Goths. Des négociations sont ouvertes entre Athanaric et les généraux Victor et Arintheus, qui aboutissent à un traité peu favorable au roi goth signé au début de 370[1]. Les Romains cessent de payer le tribut[2].


  • 369-372 : persécution des chrétiens déclenchée par le roi goth Athanaric. Un parti des Goths convertis se forme sous la direction de Fritigern[2].
  • En Bretagne romaine, le comte Théodose fait exécuter Valentinus, un général pannonien exilé, qui a profité du chaos pour réunir des forces et aspirer à l'empire. Théodose interdit néanmoins de poursuivre ses partisans. Il consacre le reste de l'année à restaurer les défenses des villes principales, dissout la police secrète des arcani, qui avait trahi sa mission, forme une province distincte, la Valentia, peut-être entre le mur d'Hadrien et celui d'Antonin. Il informe l’empereur que la paix est rétabli et reçoit la charge de magister equitum[3].
  • En Corée, le royaume de Paekche attaque et vainc son ancien suzerain Mahan[4]. Selon la tradition, Paekche, menacé par le Silla, fait appel à une armée japonaise qui débarque, refoule les troupes du Silla et s’installe dans une enclave, l’État japonais de Mimana. C’est une base militaire d’où ils auraient administré la ligue de Silla avant d’être chassés par les Coréens en 562. À cette époque aurait été fabriquée une épée à sept branches conservée au Isonokami-jingū[5].

Décès en 369Modifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d J. den Boeft, J. W. Drijvers, D. Den Hengst, Philological and historical commentary on Ammianus Marcellinus, vol. 27, BRILL, (ISBN 9789004180376, présentation en ligne)
  2. a et b Michael Frassetto, Encyclopedia of barbarian Europe : society in transformation, ABC-CLIO, (ISBN 9781576072639, présentation en ligne)
  3. The Cambridge ancient history. The late Empire, A.D. 337-425, vol. 13, Cambridge University Press, (ISBN 9780521302005, présentation en ligne)
  4. Patricia Buckley Ebrey, Anne Walthall, James Palais, Pre-modern East Asia : to 1800, Cengage Learning, (ISBN 9780547005393, présentation en ligne)
  5. John Stewart Bowman, Columbia chronologies of Asian history and culture, Columbia University Press, (ISBN 9780231110044, présentation en ligne)

Lien externeModifier