État de guerre (film)

film sorti en 2011
État de guerre
Titre original 5 Days of War
Réalisation Renny Harlin
Scénario Mikko Alanne (en)
David Battle (en)
Musique Trevor Rabin
Acteurs principaux
Sociétés de production Georgia International Films (en)
RexMedia (en)
Dr. PICTURE Studios (en)
ActionSFX (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Géorgie Géorgie
Genre guerre
Durée 103 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

État de guerre (5 Days of War) est un guerre historique américano-géorgien réalisé par Renny Harlin, sorti en 2011[1]. L'intrigue se déroule pendant la deuxième guerre d'Ossétie du Sud[2].

Le film est présenté en avant-première à la Mostra de Valence du cinéma méditerranéen 2011.

SynopsisModifier

Dans la république séparatiste d'Ossétie du Sud de la Géorgie, le journaliste américain Thomas Anders filme un massacre de civils géorgiens perpétré par l'armée russe. Les Russes vont essayer de récupérer cette vidéo, prouvant leur crime contre l'humanité.

RésuméModifier

En 2007, lors de la guerre en Irak, un contingent géorgien des forces coalisées sauve la vie du journaliste américain Thomas Anders (Rupert Friend), bien qu'un de ses collègues (Heather Graham) soit tué dans le processus[3].

Trois soldats géorgiens décèdent en Irak, tués au combat et 19 ont été blessés[4]. Thomas Anders retourne à Los Angeles[5],[6].

Début août 2008, désirant que le territoire russe retrouve ses limites d’antan, Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, après avoir annexé à nouveau la Tchétchénie, offrent le passeport russe à tous les Ossètes et envoient des experts et du matériel russe pour former les séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud à chasser les civils géorgiens et ainsi à annexer ces deux territoires[7],[8],[9],[10].

Les séparatistes ossètes créent des incidents contre les forces régulières géorgiennes qui répliquent en blessant mortellement six sud-ossètes[11],[12],[13]. Des combats ont lieu les jours suivants le long de la frontière : des soldats sont tués, des villages pilonnés[14].

Dutchman (Val Kilmer), un journaliste néerlandais travaillant à Tbilissi (Géorgie) demande à Thomas Anders de venir. Ce dernier y arrive le 6 août avec son caméraman Sebastian Ganz (Richard Coyle)[15].

Le 7 août, un satellite américain informe le gouvernement géorgien qu'une colonne russe de 150 blindés est en train d'entrer dans le tunnel de Roki. Dans la nuit du 7 au 8 août 2008, l'armée géorgienne essaie d'entrer dans Tskhinvali tenu par la Communauté des États indépendants lors de la deuxième guerre d'Ossétie du Sud[7],[16],[17],[18],[19]. Poutine et Medvedev envoient la 58e armée russe (58th Army (Russia) (en)) qui fonce reprendre Gori en bombardant plusieurs villes géorgiennes dont Tbilissi, la capitale.

Thomas Anders et son cameraman Sebastian Ganz (Richard Coyle) filment un mariage géorgien qui est bombardé par les Russes[20]. Thomas arrivent avec un blessé à l’hôpital de Gori, qui n’est pas encore pris par les Russes.

Pendant les 10 et 11 août, 16 C-17 Globemaster de l'US Air Force rapatrient les 2 300 hommes des troupes d'Irak en Géorgie[21],[22], mais trop tard pour participer aux combats[23]. La Russie proteste[24], les Américains répondent que l'aide au rapatriement des Géorgiens en Géorgie faisait partie d'un accord préalable, que le transport serait fourni en cas d'urgence et que les Russes avaient été informés[25].

Avec les membres de la noce (Emmanuelle Chriqui) et l'aide du capitaine géorgien Rezo Avaliani (Johnathon Schaech) qui l'avait précédemment sauvé en Irak, leur mission est de sortir du pays la carte mémoire contenant les vidéos des atrocités et horreurs qu'ont commises les Ossètes, Abkhazes et Russes durant cette guerre. Mais ils se retrouvent face à l'indifférence internationale en raison de l'ouverture des Jeux olympiques d'été à Pékin. Leur périple les conduit à la bataille de Gori[26].

Une grosse quantité de matériel de l'armée géorgienne est détruite ou capturée par l'armée russe. Le 12 aout, Medvedev annonce que ses objectifs sont atteints et que les troupes russes resteront sur leurs positions[27],[28].

Un cessez-le-feu est signé le 16 août et le 26 août, la Russie reconnaît l'indépendance de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie[29] et se dit prête « à assurer la sécurité de ces deux États »[30].

Le film se termine par une longue série de témoignages de citoyens géorgiens qui ont perdu des membres de leur famille pendant le conflit. 3 500 militaires russes occupent l'Abkhazie[31],[32],[33],[34] et 3 500 militaires l'Ossétie du Sud [32],[34], interdisant le retour à beaucoup de civils expatriés ayant leurs maisons occupées ou détruites.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Financement du filmModifier

Selon le président de la Géorgie, Mikheil Saakachvili, le film n'était pas financé par le gouvernement géorgien, mais un des producteurs, David Imedashvili, a indiqué que le financement initial pour le projet provenait d'un fonds du gouvernement géorgien[40].

Selon les media géorgiens, le film a été financé par Koba Nakopia[41], un parlementaire du parti au pouvoir, le Mouvement national uni [42] de Saakachvili. Également crédité comme producteurs sont le réalisateur Renny Harlin, George Lascu et Mirza Davitaia (en), ministre « issue de la diaspora », qui au moment du tournage, était le ministre adjoint du ministère de la Culture, de la Protection des monuments et des Sports[43],[44],[45].

Distribution des rôlesModifier

L'acteur finlandais Mikko Nousiainen, qui joue le méchant russe Daniil, avait été dépêché pour jouer le rôle-titre dans le projet avorté de Renny Harlin Mannerheim[réf. nécessaire].

TournageModifier

Le tournage a commencé en octobre 2009, et a duré 36 jours. En collaboration avec le gouvernement, le film a été tourné à Gori, Vaziani, Tsalka, et Tbilissi, la capitale de Géorgie.

Un des bâtiments de la Presidential Administration of Georgia (en) a été utilisé pour filmer des parties du film. Certains membres de l'équipe des effets spéciaux étaient russes et avait déjà travaillé sur Night Watch. Le président Mikheil Saakachvili a autorisé l'équipe à utiliser son bureau du Palais présidentiel pour le tournage.

L'armée géorgienne a prêté temporairement le personnel, les équipements et les appareils militaires[46].

AccueilModifier

CritiquesModifier

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film obtient 33 % d'avis positifs pour 33 commentaires[47]. Sur Metacritic, il décroche une moyenne de 31/100, pour 14 commentaires[48]. Bloomberg et le journal Washington Post lui donnent une cote de 1 étoile[49],[50].

Box-officeModifier

CommentairesModifier

Le 5 juin 2011, à Tbilissi (Géorgie), Sharon Stone a récolté 1 million $US pour les victimes de la deuxième guerre d'Ossétie du Sud[51],[52],[53].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Ian Hayden Smith, International Film Guide 2012, (ISBN 978-1908215017), p. 122
  2. 14 juin 2011, « Renny Harlin Exclusive Interview » (consulté le 17 juin 2011)
  3. http://historicoblog3.blogspot.fr/2012/11/etat-de-guerre-5-days-of-war-de-renny.html
  4. Online Magazine - Civil Georgia
  5. http://www.sueursfroides.fr/critique/etats-de-guerre-2574
  6. http://www.ecranbis.com/2011/08/etat-de-guerre-critique-et-test-dvd.html
  7. a et b http://www.lefigaro.fr/international/2012/08/10/01003-20120810ARTFIG00541-poutine-reconnait-avoir-planifie-la-guerre-en-georgie.php
  8. http://www.liberation.fr/monde/2012/08/15/quatre-ans-apres-la-guerre-russo-georgienne_839915
  9. http://georgiaonline.ge/news/a1/politics/1344480823.php
  10. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5g64tYJAi4rcZdKIFp1UyhtVqbA6g?docId=CNG.e0ad6bedb364f8da87ac32b665fb0008.a41&hl=en
  11. « Heurts entre Géorgiens et séparatistes ossètes, six morts », L'Express, 2 août 2008.
  12. http://www.operationspaix.net/21-dossier-du-rop-le-difficile-maintien-de-la-paix-en-georgie.html " une force russe, mandatée par la Communauté des États indépendants (CEI), établie en Abkhazie. De par leur composition, de telles forces contrevenaient au principe cardinal de l'impartialité."
  13. L'Ossétie du Sud prête à lancer une mobilisation générale RIA Novosti. Le 02/08/2008
  14. « Cessez-le-feu vite rompu entre Géorgie et Ossétie du Sud », L'Express, 7 août 2008.
  15. « http://www.rage-attitude.com/5-days-of-war/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 5 juin 2017)
  16. http://www.colisee.org/old/public/article/fiche/3933 Colisée
  17. http://www.operationspaix.net/-CISPKF-
  18. http://www.operationspaix.net/-JPKO-
  19. « La Géorgie porte plainte devant la CPI pour nettoyage ethnique », Le Monde, 12 août 2008.
  20. http://nerdalors.fr/2011/08/etat-de-guerre-lavis-critique-dun-nerd/
  21. « Peace bid as Ossetia crisis rages », BBC, (consulté le 9 août 2008)
  22. « U.S. takes Georgian troops home from Iraq », Air Force Times,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2008)
  23. (en) Michael Hoffman, « U.S. takes Georgian troops home from Iraq », (consulté le 12 août 2008)
  24. Michael Hoffman, « U.S. takes Georgian troops home from Iraq », Army Times,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juin 2013)
  25. Matthew Lee, CNS News, « Putin Criticizes U.S. For Flying Georgian Soldiers Back from Iraq », (consulté le 16 juin 2013)
  26. http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/08/28/5-days-of-war.html
  27. « Sarkozy à Moscou appelle à “donner corps à un cessez-le-feu” », dépêche AFP, 12 août 2008
  28. « Sarkozy et Medvedev s'accordent sur un plan de sortie de crise en six points », Le Nouvel Observateur, 12 août 2008.
  29. « Dmitri Medvedev : "Les peuples d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie ont le droit de décider eux-mêmes de leur sort" », Le Monde, 26 août 2008.
  30. « Le tour de force de Dmitri Medvedev », Le Monde, 26 août 2008.
  31. (fr) Les militaires russes s'enracinent, Courrier international, 19 février 2010.
  32. a et b (fr) Des troupes russes stationneront en Abkhazie-Ossétie du Sud (Lavrov)..
  33. (fr) Abkhazie: la Russie équipe ses bases militaires (Vedomosti)..
  34. a et b (fr) Abkhazie-Ossétie: moins de soldats russes que prévu (Défense)..
  35. « 5 DAYS OF WAR », Box Office Mojo (consulté le 25 décembre 2012)
  36. Luke Savage, « Renny Harlin interview: 5 Days Of War, Le Long Baiser Bonne-nuit et réalisateur de films de guerre de bas-budget » [archive du ] (consulté le 17 juin 2011)
  37. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  38. Giorgi Lomsadze et Sophia Mizante, « Géorgie : Hollywood prend Tbilissi pour film sur la guerre avec la Russie », Georgian Daily tiré de Eurasianet.org, (consulté le 6 juin 2011)
  39. « Mikheil Gomiashvili », NYTimes.com Movies & TV, The New York Times (All Movie Guide et Baseline (database) (en) )
  40. Simon Shuster, « la Russie et la Géorgie vont encore à la guerre encore - sur Screen », time.com, (consulté le 1er juillet 2011)
  41. http://www.media.ge/en/node/41573
  42. http://www.parliament.ge/index.php?lang_id=ENG&sec_id=157&cevri_id=1908
  43. http://www.thebusinessoffilmdaily.com/cannes2010/D8_S2.html
  44. « Hollywood prend la guerre de Russie-Georgie war » [archive du ], economist.com, (consulté le 1er juillet 2011)
  45. « 5 Days of August: haut en beauté, bas en substance? », Georgian America, Georgia Today (consulté le 19 août 2011)
  46. 13 juin 2011, « une Interview Exclusive avec Renny Harlin sur 5 Days of War », Heyuguys.co.uk (consulté le 13 juin 2011)
  47. « 5 Days of War », Rotten Tomatoes (consulté le 19 août 2011)
  48. « critique commentaires pour 5 Days of War sur Metacritic », Metacritic (consulté le 19 août 2011)
  49. Rick Warner, « Renny Harlin’s Phony Russian Baddies », Bloomberg L.P., (consulté le 19 août 2011)
  50. John DeFore, « 5 Days of War », The Washington Post, (consulté le 19 août 2011)
  51. soirée de charité de Sharon Stone à Tbilisi a collecté 1 million $ Récupérée : 14 juin 2011
  52. « "5 Days of August" Premiere à Tbilisi, Georgie - avant-première du film », Zimbio (consulté le 13 juin 2011)
  53. « bilan de la popularité lors de la première de 5 Days of War à Tbili... sur Twitpic », Twitpic.com, (consulté le 13 juin 2011)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier