Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Houlette.
Éliane Houlette
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Procureur de la République financier
-
Jean-François Bohnert (d)
Avocate générale
Cour d'appel de Paris
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Éliane Houlette, née le à Fougères (Ille-et-Vilaine), est une magistrate française, procureur de la République financier depuis le [1].

CarrièreModifier

À sa sortie de l'École nationale de la magistrature en 1980, Éliane Houlette commence sa carrière comme juge des enfants à Blois pendant plusieurs années, puis elle effectue un passage de deux ans à la Chancellerie en tant que responsable des affaires économiques et financières à la direction des affaires criminelles et des grâces[2].

Magistrate du parquetModifier

En 1987, elle est nommée substitut et chef de la division des affaires économiques et commerciales au tribunal de grande instance de Versailles, puis, en 1993, elle devient premier substitut chargée de la section financière puis de la division commerciale au tribunal de grande instance de Paris[3]. Décrite comme « pointilleuse mais discrète »[4], Éliane Houlette rejoint la cour d'appel de Paris en qualité de substitut du procureur général puis d'avocat général chargé des affaires civiles, de 2002 à 2014[4]. Elle est alors nommée commissaire du gouvernement auprès du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques.

Procureur de la République financierModifier

Proposée par la garde des Sceaux Christiane Taubira en [5] puis choisie par le Conseil supérieur de la magistrature le , Éliane Houlette est nommée avocat général à la Cour de cassation pour exercer les fonctions de procureur de la République financier près le tribunal de grande instance de Paris le [1]. Elle prend alors la tête du parquet national financier, dont la compétence est nationale, créé en à la suite de l'affaire Cahuzac afin de lutter contre la corruption et l'évasion fiscale[6],[7].

Depuis sa prise de fonctions, 401 procédures ont été mises en place, 31 ont été jugées ; de plus, a-t-elle précisé, plusieurs enquêtes préliminaires sont clôturées[8] ou bien avancées et douze procès de grande importance sont déjà programmés en 2017[9]. En , Éliane Houlette est chargée des investigations sur l'affaire Fillon[10]. En 2019, un magistrat du parquet national financier est muté pour avoir écrit une lettre incriminant sa cheffe Éliane Houlette. Le conflit tourne alors autour d'un cabinet d'avocats mis en cause dans un dossier de délit d'initié instruit par le parquet. Éliane Houlette connaît bien ce cabinet et sa propre fille, avocate, y travaille comme collaboratrice[11].

DécorationsModifier

Vie privéeModifier

Éliane Houlette est mariée à Pierre Mucchielli, avocat général près la Cour de cassation[4]. Elle est mère de deux enfants[4].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Décret du 30 janvier 2014 portant nomination (magistrature)
  2. Jamila Aridj, « Cahuzac, Dassault et Balkany tombés dans l'escarcelle d'Éliane Houlette », Le Point,
  3. Franck Johannès, « Eliane Houlette proposée pour le poste de procureur financier », Le Monde,
  4. a b c et d « Eliane Houlette », sur challenges.fr, Challenges, (consulté le 13 juillet 2019)
  5. Franck Johannès, « Eliane Houlette proposée pour le poste de procureur financier », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  6. Franck Johannès, « Eliane Houlette : « Le parquet national financier doit être une force de frappe » », Le Monde,
  7. Marie Boëton, « Eliane Houlette mènera le combat contre la fraude fiscale », La Croix,
  8. Ordonnance de clôture
  9. « De Cahuzac à Fillon, les affaires du Parquet national financier », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2017)
  10. Qui est Éliane Houlette , la « superprocureur financier » en charge de l'affaire Fillon ?, lefigaro.fr, 9 février 2017
  11. Laurent Léger, « Grave crise au parquet national financier », sur lexpress.fr,
  12. Décret du 14 mai 2010 portant promotion et nomination

Erreur de référence : La balise <ref> nommée « Lefigaro.fr 2014-01-15 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.

Voir aussiModifier