Ouvrir le menu principal

Élections législatives hongroises de 2014

Élections législatives hongroises de 2014
199 sièges de l'Assemblée nationale
(majorité absolue : 100 sièges)
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 8 241 488[1]
Votants 5 096 524
61,84 %  −2,5
Votes exprimés 5 047 363
Viktor Orbán (2013).jpg Fidesz-KDNP – Viktor Orbán
Voix 2 264 780
44,87 %
 −7,9
Députés élus 133
Mesterházy Attila 2009-12-14.JPG MSZP-EGYÜTT-DK-PM-MLP – Attila Mesterházy
Voix 1 290 806
25,57 %
 +6,3
Députés élus 38
Vona Gabor.jpg Jobbik – Gábor Vona
Voix 1 020 476
20,22 %
 +3,6
Députés élus 23
Schiffer András (VEHÍR).jpg LMP – András Schiffer
Voix 269 414
5,34 %
 −2,1
Députés élus 5
Représentation de l'Assemblée élue
Diagramme
Gouvernement
Sortant Élu
Orbán II
Fidesz-KDNP
Orbán III
Fidesz-KDNP
Législature élue
VIIe

Les élections législatives hongroises du sont un scrutin pourvoyant à la désignation des 199 députés siégeant à l'Assemblée nationale pour une législature — la septième depuis 1990 — de quatre ans.

Ces élections prennent place dans un cadre particulier puisqu'elles sont les premières depuis l'entrée en vigueur, en 2012, d'une nouvelle loi fondamentale, préparée par le gouvernement conservateur sortant dirigé par Viktor Orbán mais sévèrement critiquée par l'opposition parlementaire hongroise, l'Union européenne, le Conseil de l'Europe et une partie de la communauté internationale. En outre, une réforme législative, qui a diminué le nombre de parlementaires de 386 à 199, s'applique pour la première fois après ce scrutin.

Longtemps favorite dans les enquêtes d'opinion, la coalition conservatrice composée du Fidesz et du KDNP remporte largement ces élections, conservant la majorité des deux-tiers qu'elle détenait depuis son succès lors des précédentes élections législatives, en 2010. Le Premier ministre sortant, Viktor Orbán, est alors reconduit dans ses fonctions et forme, dans les mois suivants, son troisième gouvernement

Si la coalition de gauche plurielle emmenée par le socialiste Attila Mesterházy subit un revers consécutif à une première défaite lors du précédent scrutin parlementaire, le parti nationaliste Jobbik sort, pour sa part, renforcé de ces élections en obtenant un peu plus de 20 % des voix.

Sommaire

La domination du FideszModifier

À l'issue des élections législatives des 11 et 25 avril 2010, le Fidesz-Union civique hongroise (Fidesz-MPSz), le premier parti de l'opposition depuis huit ans, a largement remporté la majorité des sièges à l'Assemblée nationale de Hongrie (Országgyűlés), avec 263 députés sur 386, soit 68 % des sièges. Le Parti socialiste hongrois (MSzP), au pouvoir depuis 2008 et discrédité par sa politique de rigueur comme par les aveux de mensonge de l'ancien Premier ministre, Ferenc Gyurcsány, avait dû se contenter de 59 députés, seulement onze de plus que le Mouvement pour une meilleure Hongrie (Jobbik), un parti d'extrême droite. D'autre part, le parti La politique peut être différente (LMP), écologiste et libéral, avait surpris de par son notable résultat, obtenant 15 élus à la Diète.

Le 29 mai suivant, l'ancien Premier ministre et président du Fidesz, Viktor Orbán, était officiellement élu Premier ministre de Hongrie par l'Assemblée nationale, sur la proposition du président de la République, László Sólyom. Enfin, le 29 juin, le président du Parlement, Pál Schmitt, fut élu président de la République par la majorité du Fidesz ; cet ancien sportif olympique et diplomate promettait aux grands électeurs de soutenir le gouvernement, sans constituer un obstacle à toute procédure législative, assumant, de facto, son franc soutien à la politique du Premier ministre.

En 2011, le gouvernement Orbán II proposait à l'Assemblée l'approbation d'une nouvelle Loi fondamentale, d'obédience conservatrice, dans laquelle furent mis en valeur les racines chrétiennes du pays, le mariage entre un homme et une femme comme pilier fondateur de la famille et le patriotisme économique. Cette nouvelle Constitution, fort critiquée par l'Union européenne[2] et une partie des intellectuels hongrois, fut cependant approuvée par les seuls députés membres du parti du Premier ministre.

Loi électoraleModifier

La Diète se compose de cent quatre-vingt-dix-neuf députés, élus pour un mandat de quatre ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin majoritaire mixte.

Cent six députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour, chacun dans une circonscription. Les quatre-vingt-treize autres sont désignés par un scrutin séparé sur liste nationale des partis, dont la répartition des sièges est faite selon un système de « compensation » pour lequel on ajoute aux suffrages du scrutin de liste nationale les suffrages « fragmentaires » (töredékszavazat) du scrutin uninominal, c'est-à-dire ceux qui n'ont pas permis aux différentes forces de remporter des sièges dans les circonscriptions, ainsi que toutes les voix du parti ayant remporté le siège qui dépassent le seuil nécessaire pour l'emporter, et on effectue la répartition selon le scrutin proportionnel d'Hondt[3].

CampagneModifier

Partis en présenceModifier

Force politique Idéologie Chef de file Score en 2010
Fidesz-Union civique hongroise - Parti populaire démocrate-chrétien
Fidesz – Magyar Polgári Szövetség - Kereszténydemokrata Néppárt
Droite
National-conservatisme, démocratie chrétienne, conservatisme social
Viktor Orbán
(Premier ministre)
263 députés
Unité
Összefogás
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
Attila Mesterházy 65 députés
Jobbik Extrême droite
Ultranationalisme, irrédentisme, anti-mondialiste
Gábor Vona 47 députés
La politique peut être différente
Lehet Más a Politika
Centre
Écologie politique
András Schiffer 15 députés

SondagesModifier

 
Ce graphique illustre le niveau de soutien pour le parti du gouvernement hongrois Fidesz parmi tous les électeurs admissibles, tel que mesuré par les cinq établissements de bureaux de vote qui effectuent régulièrement en Hongrie, au cours de l'année 2013. Depuis de nombreux électeurs hongrois admissibles n'ont exprimé aucune préférence pour un parti politique à tous, ces chiffres sont nettement inférieurs à ceux d'un soutien Fidesz parmi les électeurs décidés.
 
Ce graphique illustre le niveau de soutien pour le parti du gouvernement hongrois Fidesz parmi les électeurs décidés, tel que mesuré par les cinq établissements de bureaux de vote qui effectuent régulièrement en Hongrie, au cours de l'année 2013. S'il vous plaît noter les informations dans les notes de la sélection et de calcul des chiffres médians et Nézőpont.
 
Soutien pour les principaux partis politiques hongrois parmi les électeurs décidés, telle que mesurée par les cinq institutions régulières de sondages.

Le Fidesz-KDNPModifier

Le Fidesz, le parti au pouvoir, et son partenaire de coalition, le KDNP, se sont déclarés favorables aux baisses des prix des services publics à compter du mois de janvier. « Ils organiseront 119 forums à travers le pays avec la participation de plus de 30 hommes politiques », a déclaré, le , le député Máté Kocsis. Un appel a été fait pour récolter des signatures visant à défendre ce que le gouvernement a réalisé, même si cela signifie de devenir militant pour la campagne parlementaire Fidesz, notant que la gauche se préparait à effacer les résultats des antérieurs de la baisse importante des prix des services publics. Un porte-parole de la Coalition démocratique a protesté contre l'utilisation de l'expression « équipe hongroise » dans les lettres invitant les Hongrois à des forums pour soutenir les militants qui défendent les réductions des prix des services publics. Le Premier ministre Viktor Orbán a envoyé des lettres aux hongrois qui soutenaient la coupe des prix du service public grâce à des signatures. Il a inscrit dans cette lettre « nous devons nous unir afin de réduire davantage les coûts des services publics des ménages ». « Si nous voulons protéger nos résultats mutuellement obtenus, nous devons nous réunir à nouveau. » La Fidesz a décidé de soumettre un projet de loi au Parlement sur la réduction des factures d'électricité des ménages en trois étapes cette année, par la voie de son chef de groupe parlementaire, Antal Rogán à Budapest le 25 janvier. En conséquence, les prix du gaz seront réduits de 6,5 % le 1er avril, les prix de l'électricité de 5,7 % le 1er septembre et le prix du chauffage urbain de 3,3 % le 1er octobre.

Le pro-gouvernemental Forum Unité civile (CDF) a envoyé une brochure en janvier 2014 pour tous les ménages hongrois dénonçant les huit années de gouvernement socialiste-libéral et les « sept péchés majeurs de la coalition Gyurcsány ». Ils ont également déclaré à la presse que le COF tiendrait une « marche de la paix » le 29 mars afin de démontrer les valeurs nationales, la souveraineté, l'institution de la famille et de la démocratie.

Viktor Orbán a déclaré au parlement avant le début de la session de printemps le 3 février 2014 que « les tâches les plus importantes pour 2014 sont de protéger le régime du gouvernement, de réduire les factures d'électricité des ménages et même d'aller encore plus loin avec eux ». Il a déclaré que « les multinationales de Bruxelles, les banques et les bureaucrates préparent une nouvelle attaque contre les familles hongroises, mais nous n'accepterons pas cette injustice ou les doubles standards, et ne permettront pas des politiques au service de leur avidité d'avoir des bénéfices supplémentaires ». Orbán a insisté que la Hongrie est maintenant en meilleure position qu'il ya quatre ans et que sa performance est en constante amélioration. Le déficit budgétaire est resté inférieur à 3 % du PIB, et pour la première fois depuis le changement de régime, l'équilibre à la fois la balance commerciale et du compte courant s'améliore. L'inflation a atteint son taux le plus bas depuis 40 ans. Il a ajouté que le gouvernement a lancé un plan « ambitieux mais pas impossible » ayant pour but qu'un tiers des exportations de la Hongrie soit dirigé vers les marchés non européens en 2018.

Le , le conseil de direction du parti a approuvé la liste nationale des partis au pouvoir des candidats aux élections, dirigé par le Premier ministre et chef du parti Viktor Orbán. Orbán est suivi sur la liste par le chef du KDNP, Zsolt Semjén, le président de l'Assemblée nationale, László Kövér, et le premier officier Márta Mátrai et d'un total de 150 candidats. Lors d'une conférence de presse, il n'a pas été exclu que l'alliance pourra de nouveau gagner les deux tiers des sièges aux élections législatives. Le parti au pouvoir a choisi le slogan « La Hongrie donne de meilleurs résultats grâce au gouvernement » et l'a adapté pour les affiches de la campagne. Le 16 février, Orbán a déclaré dans un discours devant des centaines de partisans que « nous savons très bien qu'il existe aujourd'hui deux chemins devant nous, nous devons choisir entre deux options, deux idéologies et deux forces de l'avenir ou du passé, c'est très simple : la construction de l'avenir, ou une restauration du post-communisme ».

Zsolt Nyitrai, le directeur des relations publiques de la Fidesz a annoncé, que les membres du cabinet et les candidats du parti entameront une tournée le à travers le pays dans les quatre semaines jusqu'à l'élection générale. Des affiches électorales géantes de l'alliance Fidesz-KDNP sont portées sur quatre sujets : la protection de l'emploi et de création de lieux de travail, la défense de la valeur des pensions, la continuation de la baisse des prix des services publics et maintenir un système de subventions familiales. Nyitrai a déclaré que les candidats de la Fidesz ont reçu 2 050 000 signatures à ce jour.

L'UnitéModifier

Les forces de l'opposition de centre gauche ont décidé de faire campagne sous un seul nom « Unité » (en hongrois : Összefogás) crée le . Sur le bulletin de vote, tous les noms des partis (MSZP, E14, DK, MLP et PM) et leurs logos apparaîtront, mais ils vont coopérer dans la campagne avec une seule image. « Naturellement, aucun nouveau parti politique ne sera créé à la suite », a ajouté le communiqué.

Les socialistes ont élu le 25 janvier le chef du parti, Attila Mesterházy, comme candidat au poste de premier ministre pour les partis de l'alliance de Centre gauche. Il a reçu 99,7 % d'appui et les militants ont approuvé à l'unanimité l'alliance de cinq partis d'opposition signée plus tôt. Mesterházy a déclaré que seule l'unité de la gauche peut renverser le cabinet Orbán, que tous ceux qui souhaitant un changement doivent soutenir à la coalition Unité aux élections générales d'avril. Il souhaite que le gouvernement Fidesz-KDNP doit être écarté parce que ses politiques sont inacceptables dans une démocratie, irresponsables pour l'économie et préjudiciables à la société. Les Hongrois doivent décider s'ils veulent une république européenne moderne ou « la restauration de l'ère Horthy ». Attila Mesterházy dénonce le « pacte Orbán-Poutine » sur construction de nouveaux réacteurs à la centrale nucléaire de Paks comme un projet qui démontre tous les défauts de la Fidesz. Ce qui s'est passé à Paks est typique de ce qui se passe dans tout le pays, impliquant une personne de prendre des décisions derrière tout le monde est de retour dans une manière qui serait inconcevable dans un pays démocratique fondé sur la primauté du droit, a-t-il ajouté. Il a promis qu'une fois que si Unité remportait les élections, l'accord avec la Russie sur l'expansion de la centrale ne serait décidé qu'après un référendum. Mesterházy a également décrit la construction d'un mémorial dédié aux victimes de l'occupation allemande sur Szabadság tér à Budapest comme une « falsification de l'histoire ».

Le , les dirigeants de l'Unité se sont réunis pour une manifestation à Budapest pour protester contre le projet de la centrale nucléaire de Paks. Gordon Bajnai a déclaré que les électeurs « doivent choisir un avenir » le 6 avril et que « nous pouvons choisir entre devenir un pays post-soviétique, un Orbanistan, ou... nous pouvons voter pour un État constitutionnel européen indépendant et démocratique, une Hongrie normale ». Ferenc Gyurcsány déclare que « nous rejetons que le premier ministre, qui se trouve être appelé Viktor Orbán, se comporte comme un baron et décide sur notre vie », et considère Viktor Orbán comme un « menteur et un traître ».

L'alliance de gauche a changé son nom de « Összefogás » pour « Kormányváltás » (changement de gouvernement) le .

Le JobbikModifier

 
Affiche électorale sur immeuble à Gyöngyös, ville natale de Gábor Vona.

En novembre 2013, le chef du Jobbik, Gábor Vona, a exprimé son optimisme sur l'élection en révélant que le parti a prévu « pas moins que la victoire électorale en 2014 ». Il a fait valoir que les candidats Jobbik ont obtenu de très bons résultats aux élections locales et que les sondages démontraient que le Jobbik est le parti le plus populaire chez les électeurs âgés de moins de 35 ans. Vona a déclaré qu'environ 2000 participants ont été invités à l'événement « l'état de la nation » organisé par le parti le à Budapest et que le Jobbik était prêt à gouverner la Hongrie. Il a déclaré que le parti nationaliste radical veut renverser toute la période de 24 ans depuis le changement de régime. Le parti a préparé son programme électoral surnommé « Ce que nous disons, nous allons le résoudre », qui met l'accent sur la garantie des moyens de subsistance des personnes, de la sécurité et de l'ordre. Vona a déclaré que son parti lancerait un référendum sur la protection des terres hongroise et sur la modification de du traité d'adhésion à l'Union européenne.

Le , Vona a organisé un rassemblement à Hyde Park, à Londres, après des centaines de manifestants anti-fascistes britanniques avaient empêché les partisans du Jobbik d'accéder au lieu où il avait initialement prévu de s'exprimer près de la station de métro Holborn. Il a promis des emplois à la maison pour les Hongrois qui vivent et travaillent à Londres si son parti arrive au pouvoir lors de l'élection parlementaire d'avril. Il a dit à environ 150 personnes que le programme de son parti est basé sur la garantie des moyens d'existence des Hongrois, le maintien de la paix et de l'ordre. Il a ajouté que le Jobbik ne soumettra pas des projets qui différencient les citoyens en fonction de leur appartenance ethnique. Vona a vivement critiqué la loi électorale qui empêche les Hongrois vivant à l'étranger de voter par la poste à l'élection parlementaire.

Le Jobbik a tenu sa cérémonie de lancement de la campagne le . Commentant sur la « coexistence hongrois-roms », il a déclaré que son parti divise la société en personnes honorables et déshonorables et que ce n'est pas la faute de Jobbik si les roms sont « plus représentés dans le dernier groupe ». Le porte-parole du parti, Dóra Duro a annoncé que la TVA sur les produits de base et de garde d'enfants sera réduite à 5 % si le parti entre au gouvernement et que les parents avec deux enfants ou plus bénéficieront d'importantes réductions fiscales.

Gábor Vona a déclaré le 1er mars 2014, le Jobbik « ne formera pas une coalition avec n'importe qui, quel que soit le résultat de l'élection parlementaire ». Il a dit qu'à la différence du Jobbik, ni le parti au pouvoir Fidesz, ni les socialistes de l'opposition n'avaient un vrai programme électoral. Il a déclaré : « cela démontre que les partis qui ont gagné la confiance de l'électeur plus d'une fois dans le passé attendent maintenant que cela se reproduise sans avancer un programme ». Les sondages de février, des médianes et Századvég ont montré que le Jobbik a augmenté son soutien électoral tandis que la Fidesz a perdu une partie de celui-ci et que celui l'Unité est resté inchangé.

RésultatsModifier

Tableau généralModifier

Parti Scrutin uninominal[31] Liste nationale[31] Total
Voix % +/-[32] Sièges Voix % +/-[32] Sièges Sièges %[31] +/-[32]
Fidesz-KDNP 2 165 342 44,11 %   9,3 % 96 2 264 780 44,87 %   7,9 % 37 133 66,83 %   1,0 %
MSZP-EGYÜTT-DK-PM-MLP 1 317 879 26,85 %   5,6 % 10 1 290 806 25,57 %   6,3 % 28 38 19,10 %   3,8 %
Jobbik 1 000 637 20,39 %   4,0 % 0 1 020 476 20,22 %   3,6 % 23 23 11,56 %   0,6 %
LMP 244 191 4,97 %   0,1 % 0 269 414 5,34 %   2,1 % 5 5 2,51 %   1,6 %
TOTAL 100 % 106 5 047 363 100 % 93 199 100 %

AnalyseModifier

La réforme du système électoral semble avoir profité au Fidesz, puisque la comparaison des pourcentages de voix en 2010 et en 2014 indique un recul du Fidesz bien supérieur à sa perte en pourcentage de sièges, alors que la progression en voix de la gauche est assez nettement supérieure à son gain en pourcentage de sièges. Il est à noter que le Fidesz réalise un score en voix inférieur aux élections de 2002 et 2006, deux années marquées par sa défaite[33]. Le système est encore plus injuste pour le Jobbik, qui progresse en pourcentage de voix, mais régresse proportionnellement en sièges.

Outre le passage de 176 à 106 circonscriptions électorales, l'une des modifications du système électoral les plus importantes pour le résultat final est la nouvelle « compensation au gagnant » (győzteskompenzáció), sans laquelle le Fidesz, avec 7 sièges de moins, aurait perdu la majorité qualifiée des deux tiers nécessaire à l'adoption des lois « organiques » et des modifications de la Constitution : il s'agit du fait que les votes « fragmentaires » (votes « perdus » utilisés en compensation en les ajoutant aux votes de liste nationale des partis) ne sont plus seulement les votes des perdants du scrutin uninominal, mais aussi les votes dont les gagnants n'ont pas eu besoin pour l'emporter[34].

ConséquencesModifier

Grâce à cette « victoire éclatante », le Fidesz de Viktor Orbán est assuré de conserver sa majorité des deux tiers au Parlement. Gordon Bajnai, ancien Premier ministre et chef de l'alliance de la gauche et libérale, évoque une défaite « cuisante ». Le parti nationaliste Jobbik est renforcé et obtient 20 % des voix[35].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hungarian parliamentary election, 2014 » (voir la liste des auteurs).
  1. Chiffres du scrutin de liste nationale. Résultats du scrutin de liste nationale sur le site du Bureau national des élections, 24 avril 2014.
  2. « La Hongrie doit respecter les valeurs européennes, affirment les députés », sur Parlement européen, .
  3. (hu) Loi CCIII. de 2011, Journal officiel hongrois (site Nemzeti Jogszabálytár, Magyar Közlöny Lap- és Könyvkiadó Kft.) : loi électorale hongroise
  4. a et b Pester Lloyd, Aktuelle Wahlumfrage Ungarn
  5. Ipsos, Fidesz: 18%, MSZP: 13%, pártnélküli: 55%
  6. (en) « Fidesz up, Bajnai down: Századvég », sur politics.hu, .
  7. EchoTV, 2015-09-24 Háttér-kép
  8. (hu) « Kevesebben érzik rossznak az irányt », sur median.hu.
  9. (hu) « Változatlan erőviszonyok - Nézőpont Intézet », sur nezopontintezet.hu.
  10. Origo.hu, http://www.origo.hu/itthon/20130318-ipsos-nagyot-nott-a-fidesz-nepszerusege.html
  11. Origo.hu, http://www.origo.hu/itthon/20130327-evtizedes-melyponton-az-mszp-nepszerusege.html
  12. Századvég, http://www.szazadveg.hu/kutatas/aktualis/stabil-kormanyparti-elony-481.html
  13. (hu) « Derűsebb a hangulat, de a többség kormányt váltana », sur median.hu.
  14. Nézőpont Intézet, http://nezopontintezet.hu/aktualis/kihivo-kerestetik/ .. This poll has 15% undecideds, of which 6% fully undecided and 9% undecided but in favour of a change in government
  15. Ipsos, Kis mozgások a pártok támogatottságában
  16. Tarki, Változatlan pártprefeneciák
  17. (hu) « A többség kormányt váltana, mégis biztosan vezet a Fidesz », sur median.hu.
  18. Nézőpont Intézet, http://nezopontintezet.hu/aktualis/nem-erzodik-a-trafikugy-hatasa/ .. This poll has 13% undecideds, of which 6% fully undecided and 7% undecided but in favour of a change in government
  19. Ipsos, Hullámzó közhangulat, több pártnélküli
  20. Tárki, TÁRKI: Kopik a Jobbik
  21. Századvég, Kitartó Fidesz fölény
  22. Politics.hu, Latest Századvég poll shows Fidesz broadening lead over rivals
  23. "Aktivizálódó szavazók", http://median.hu/object.71e5f611-7c3f-4fa6-bd9b-5687855b224a.ivy
  24. Ipsos, Kis változások, változatlan pártsorrend
  25. Századvég, Növekvő távolság a Fidesz és a baloldal között
  26. Tárki, TÁRKI: Aktivizálódó választók, változatlan erőviszonyok
  27. Nézőpont Intézet, http://nezopontintezet.hu/aktualis/gyurcsany-partja-04-szazalekon/ .. This poll has 20.6% undecideds, of which 11.6% fully undecided and 9% undecided but in favour of a change in government
  28. Ipsos, Nyári csend, stabil pártpreferenciák
  29. (hu) « Stabil Fidesz-előny », sur median.hu.
  30. Tárki, TÁRKI: Nyári szünet a pártszimpátiák alakulásában is
  31. a b et c (hu) Résultats par partis avec lien détaillé pour chaque parti, sur le site du Bureau national des élections (Nemzeti Választási Iroda), 24 avril 2014
  32. a b et c (hu)Résultats par partis en 2010, sur le site du Bureau national des élections : comparaison +/- avec le premier tour pour le scrutin uninominal, et avec le scrutin territorial du premier tour pour la liste nationale comme dans l'article (hu) « 1998 óta nem szavaztak ilyen kevesen a Fideszre », sur Index.hu, [« Il n'y avait pas eu aussi peu de votes Fidesz depuis 1998 »]
  33. Article sur Index.hu.
  34. (hu) « Megmagyarázzuk a választást », sur Index.hu, [« Nous expliquons l'élection »]
  35. « Triomphe électoral pour Viktor Orban en Hongrie », sur lematin.ch, .

AnnexesModifier