Ouvrir le menu principal

Église Notre-Dame de l'Assomption d'Orgelet

église située dans le Jura, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de l'Assomption et Assomption de Marie.

Église Notre-Dame de l’Assomption d'Orgelet
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame de l'Assomption d'Orgelet
Présentation
Culte Catholicisme
Type Église fortifiée
Rattachement Diocèse de Saint-Claude
Début de la construction XVe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Ville Orgelet
Coordonnées 46° 31′ 17″ nord, 5° 36′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : Jura

(Voir situation sur carte : Jura)
Église Notre-Dame de l’Assomption d'Orgelet

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Église Notre-Dame de l’Assomption d'Orgelet

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame de l’Assomption d'Orgelet

L’église Notre-Dame de l’Assomption d'Orgelet est une église fortifiée du XVe siècle avec un beffroi à clocher à dôme à impériale et lanterne, à Orgelet dans le Jura en Franche-Comté. Dédiée à l'Assomption de Marie, elle est classée aux monuments historiques depuis le 10 février en 1913[1].

HistoireModifier

La population utilise comme lieu de culte, une importante chapelle castrale (chapelle du château), à l'emplacement des chapelles nord de l'édifice actuel, jusqu'au début du XIIIe siècle. Cette église primitive, dont il ne subsiste que les fondations, était intégrée dans les remparts de l'époque de la cité fortifiée.

Au XVe siècle, une nouvelle église constituant la structure du clocher, des chapelles et des bas côtés nord de l'église actuelle est édifiée.

En 1606 un important incendie détruit 52 maisons et l'église. Seules les chapelles du XVe siècle et le clocher sont conservés. Le maître-maçon dolois Odot Maire est chargé de relever les parties écroulées et d'agrandir l'église, achevée en 1627, avec une nef de 46 m de longueur et de 15 m de hauteur, recoupée en son milieu par un transept de 32 m.

Durant la guerre de dix ans (1636-1644), la ville est prise en 1637, et l'église subit de nouvelles dégradations dans l'incendie de la cité ordonné par le duc Henri II d'Orléans-Longueville. En 1639 une partie de la charpente du clocher ainsi que la flèche s’effondrent.

La restauration du clocher avec ajout d'un clocher à dôme à impériale et lanterne d'une hauteur à 55 m, s'achève en 1658.

L'orgue du XVIIe siècle (le plus ancien des orgues en service dans le Jura), est placé là en 1724 par le facteur d'orgue du roi Marin Carouge.

En 1776 de grands travaux de décoration intérieure sont entrepris : murs et voûtes blanchis, arêtes, cordons et arceaux de voûtes peints en mélange d'ocre, rouge et jaune.

Durant la Révolution française, l'édifice est reconverti en Temple de la Raison, puis en magasin à fourrage.

En 1994, l'église est entièrement restaurée.

MuséeModifier

Un carrelage médiéval multicolore de 3 000 carreaux sur environ 50 m2, de la fin du XIIIe siècle, découvert en 1975 dans les ruines du château qui domine la cité, y est exposé.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier