Ouvrir le menu principal

Église fortifiée

édifice religieux pourvu de défenses

Une église fortifiée est un « édifice cultuel pourvu d'organes de défense active caractéristiques, généralement parfaitement identifiables par référence à la typologie des appareils militaires »[1]. Ces églises doivent avoir des fortifications indépendantes de celles d'une ville ou d'un château fort.

Pendant la période du Moyen Âge, les églises ont vu leur architecture adaptée aux désordres sociaux et politiques de l'époque. Certaines églises (notamment celles des territoires limitrophes) ont été fortifiées de sorte que la population locale puisse s'y protéger. Cette fortification se traduit principalement par l'adjonction de parapet crénelé mais le crénelage sur les édifices religieux a plus une fonction symbolique (manifestation de puissance ostentatoire du seigneur à travers une architecture religieuse qui procède du modèle de son château fort[2]) que militaire[3], la population bénéficiant en fait de la protection par le droit d'asile dans les églises même non fortifiées[4]. Cette fortification a en effet un rôle mineur en cas d'invasion et de guerre (l'armée qui ne respecte pas ce droit d'asile étant suffisamment équipée pour s'emparer rapidement de l'édifice)[4], elle n'a une fonction dissuasive que contre les problèmes courants d'insécurité (bandes pillant et vivant de rapines, peu équipées pour un siège)[5].

Sommaire

HistoriqueModifier

Les premières églises fortifiées datent du IXe siècle quand en 869 Charles le Chauve ordonne la construction d'un castellum à Saint-Denis et qu'en 883 l'abbaye Saint-Vaast d'Arras débute ses travaux de fortification[6].

Du Xe siècle il nous est parvenu la mention en 919 de la construction de l'enceinte de Châteauneuf-les-Tours, en 920 du castellum de Saint-Martial-de-Limoges avec ses deux tours, en 923 des fortifications de Saint-Gery à Cambrai, Saint-Arnould à Reims, et en 933 de la fortification de l'église Saint-Hilaire le Grand de Poitiers. En 988 l'évêque Fortier fait enclore le monastère de Saint-Front, il en est de même pour l'abbaye de Saint-Victor dans le midi et pour l'abbaye Saint-Père de Chartres. Elle est munie d'un clocher porche défensif comme Saint-Germain-des-Prés et beaucoup d'autres églises[6].

Des églises fortifiées ont été bâties (certaines non fortifiées furent alors aménagées) en France, et dans les pays germanophones. On trouve généralement deux types de fortifications : complète ou uniquement sur une partie transformée en donjon, le chœur ou le portail (surmonté d'une « salle refuge »).

Caractéristiques et points communsModifier

À chaque passage de troupes, la population se réfugiait dans un fort, une ville fortifiée, une église. En fait, les paroisses éloignées des quelques routes carrossables se trouvaient pratiquement hors d'atteinte des armées en campagne car les chemins de campagne étaient impraticables pour l'artillerie lourde. Par contre, elles étaient continuellement en butte aux entreprises de pillages .

Si de nombreux exemples existent dans le sud-ouest (régions Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes), c'est sans doute en Picardie, et plus précisément en Thiérache, que le terme « église fortifiée » prend toute sa spécificité. On notera qu'à la même époque, dans la même région-frontière, mais plus à l'ouest, dans l'Amiénois, les villageois se réfugiaient non en hauteur comme en Thiérache, mais sous terre, dans des souterrains-refuges (appelés localement « muches »), creusés à partir de l'église - comme à Domqueur - ou du moulin - comme à Naours.

Églises fortifiées de ThiéracheModifier

 
Monceau-sur-Oise

En Thiérache, on dénombre environ 65 églises fortifiées[7] dans une zone presque circulaire, pratiquement délimitée au nord par l'Oise et au sud par la Serre, ayant en schématisant Vervins pour centre. Ces édifices sont principalement implantés dans l'Aisne, mais aussi dans les Ardennes.

Article détaillé : Églises fortifiées de Thiérache.

Églises fortifiées de l’est de la FranceModifier

Ardennes hors de la Thiérache ardennaiseModifier

Liste alphabétique non exhaustive d’églises fortifiées des Ardennes hors de la Thiérache ardennaiseModifier

 
Saint-Juvin
 
Vivier-au-Court

Églises fortifiées de LorraineModifier

 
Église fortifiée de Dugny-sur-Meuse (désaffectée)
 
Église fortifiée de Tronville-en-Barrois

]

Terres partagées entre comté de Luxembourg, duché de Lorraine (et duché de Bar) ainsi que les Trois-Évêchés, le territoire de la région Lorraine conserve de nombreuses églises fortifiées ou ayant été fortifiées.

Églises fortifiées de Meurthe-et-MoselleModifier

La plupart des églises fortifiées de ce département se situent dans les environs de Toul, siège d'un ancien évêché indépendant et puissant, la vallée du Rupt de Mad avec les aîtres fortifiés aux frontières du Duché de Lorraine et de l'évêché de Metz, et quelques-unes dans le Saintois (environs de Vézelise), ou encore dans le Pays-Haut, aux confins du Duché de Lorraine et du comté de Luxembourg.

Secteur du Toulois :

Secteur du Saintois :

Pays-Haut :

  • église Saint-Martin de Bazailles clocher fortifié du (XIIe siècle)
  • église Saint-Rémy de Mercy-le-Bas, chœur avec salle fortifiée.

Églises fortifiées de la MeuseModifier

 
Église de Sepvigny
 
Église de Woël

Le morcellement complexe des terres ancestrales entre duché de Bar, duché de Lorraine, évêché de Verdun..., fait que l'actuel territoire de la Meuse comporte de nombreuses églises fortifiées, c'est certainement le département lorraine le plus riche (65 églises fortifiées sont recensées par le service départemental de l'architecture et du patrimoine de la Meuse[8]) :

Églises fortifiées de la MoselleModifier

 
Église fortifiée Saint-Pierre de Norroy-le-Veneur
 
Église fortifiée Saint-Brice de Saulny
 
Église fortifiée Saint-Quentin de Scy-Chazelles

La Moselle comporte de nombreuses églises fortifiées ou ayant été autrefois fortifiées. Elles servaient de refuge aux habitants mais aussi aux seigneurs temporels et religieux de la région comme fortifications le long de leurs frontières. Le Pays messin à lui seul comporte 31 églises de ce type[9] :

Églises fortifiées des VosgesModifier

 
église d'Autreville (Vosges)

La plupart des églises fortifiées du département se situent entre la vallée de la Meuse (Pays de Neufchâteau), et Châtenois. Elles se distinguent par une salle fortifiée au-dessus du chœur.

Dans le Xaintois :

Églises fortifiées de l’ouest de la FranceModifier

En région BretagneModifier

Églises fortifiées des Côtes-d'ArmorModifier

En région CentreModifier

Églises fortifiées d'Indre-et-LoireModifier

En région Pays de la LoireModifier

 
Église Saint-Pierre du Boupère

Bocage VendéenModifier

Perche sarthoisModifier

SaintongeModifier

En Saintonge, c’est durant la guerre de Cent Ans qu’ont été construites ou fortifiées de nombreuses églises romanes, à l'époque où le fleuve Charente servait de frontière[10].

Liste alphabétique non exhaustive d’églises fortifiées en Saintonge

Églises fortifiées de la CharenteModifier

 
Abbaye de Bassac

Églises fortifiées de la Charente-MaritimeModifier

 
Façade de l'église d'Écoyeux
 
L’église d'Authon

Églises fortifiées des Deux-SèvresModifier

  • Église Saint-Martin de Glénay.
  • Prieuré Saint-Pierre d’Usseau.

Églises fortifiées du sud de la FranceModifier

Liste alphabétique non exhaustive d’églises fortifiées en Occitanie

En région AquitaineModifier

Églises fortifiées de la DordogneModifier

 
Dominant le bourg,
l'église de Beaumont-du-Périgord
 
L'église Saint-Pierre-ès-Liens
de Chantérac
 
Le prieuré de Merlande
à La Chapelle-Gonaguet
 
Le chemin de ronde
de l'église de Saint-Astier
 
Le prieuré de Saint-Avit-Sénieur

En Dordogne, on dénombre 51 églises fortifiées dont plus de la moitié dans le quart nord-ouest du département[11].

Églises fortifiées des LandesModifier

En région LimousinModifier

Églises fortifiées de la CreuseModifier

Églises fortifiées de la CorrèzeModifier

Églises fortifiées de la Haute-VienneModifier

En région Midi-PyrénéesModifier

 
Sainte-Radegonde

Églises fortifiées du LotModifier

En région Languedoc-RoussillonModifier

Églises fortifiées de l'AudeModifier

Églises fortifiées du GardModifier

Églises fortifiées de l'HéraultModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Églises fortifiées de la LozèreModifier

Églises fortifiées des Pyrénées-OrientalesModifier

En région Rhône-AlpesModifier

Églises fortifiées de l'ArdècheModifier

En région Provence-Alpes-Côte d’AzurModifier

Églises fortifiées des Alpes-de-Haute-ProvenceModifier

  • Église paroissiale d’Annot

Églises fortifiées des Alpes-MaritimesModifier

Églises fortifiées des Bouches-du-RhôneModifier

Églises fortifiées du VaucluseModifier

Églises fortifiées d'autres pays de l'EuropeModifier

AllemagneModifier

BelgiqueModifier

EspagneModifier

ItalieModifier

LuxembourgModifier

Au Luxembourg, il reste seulement une tour du monastère fortifié d'Altmünster, qui se trouvait à côté du château des comtes de Luxembourg, sur le rocher du Bock, à Luxembourg-ville[15].

Roumanie (Églises fortifiées de Transylvanie)Modifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, sources et référencesModifier

  1. page 38 : Philippe Pagnotta, Les Églises fortifiées de la Meuse, éd. Citedis, 2000, 142 p. - (ISBN 2-911920-36-8)
  2. Philippe Pagnotta, Les églises fortifiées de la Meuse: au coeur de la mémoire des terroirs, Citédis, , p. 38.
  3. Alain Salamagne, « Archères, mâchicoulis et tours dans l'architecture militaire du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) : éléments fonctionnels ou symboliques ? », Actes des congrès de la Société d’Archéologie Médiévale, no 7,‎ , p. 81 (lire en ligne).
  4. a et b Philippe Pagnotta, Les églises fortifiées de la Meuse: au coeur de la mémoire des terroirs, Citédis, , p. 18.
  5. Alain Salamagne, « Archères, mâchicoulis et tours dans l'architecture militaire du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) : éléments fonctionnels ou symboliques ? », Actes des congrès de la Société d’Archéologie Médiévale, no 7,‎ , p. 84.
  6. a et b Histoire de la France urbaine, la ville médiévale, Duby, Seuil, (ISBN 2-02-005666-6)
  7. p. 8 : « Les Églises fortifiées de la Thiérache » - Guide de découvertes / Sites de Mémoire, balades et circuits - Coll. Guide « Pays côté Histoire », éd. Chamina, 2006, format 14 x 21 cm, 48 pages, (prix de vente 2007 : 6 euros) - (ISBN 2-84466-110-6)
  8. SDAP de la Meuse - les églises fortifiées du Barrois
  9. Liste d'après Françoise Fauré-Audouy, Voyage en Pays messin. Villages et églises fortifiées, Édition serpenoise, Metz, 2001
  10. L’Architecture gothique en Saintonge et en Aunis, Yves Blomme, éditions Bordessoules, (ISBN 2-903504-33-4)
  11. pages 4 et 5, Thierry Hourlier, Les églises fortifiées de Dordogne, éd. patrimoines & médias, 1997.
  12. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 200.
  13. églises fortifiées de Dordogne.
  14. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 87.
  15. Albert Jacquemin, Burgbefestigungen der Stadt Luxemburg, Imprimerie Saint-Paul, Luxembourg 1991,163-164

BibliographieModifier

  • Gérard Artaud, La Thiérache et ses églises fortifiées, 2003. - 47 p. dont 14 de planches couleurs - 30 cm.
  • Denis Cailleaux, Les églises fortifiées, in « L'archéologue », no 42, 1999, p. 18-21
  • Xavier de Cardaillac, Les églises fortifiées landaises, Dax, 1926
  • Fabrice Cayot, La fortification des églises rurales en Bourgogne, in Chastels et Maisons fortes, III, ouvrage collectif sous la direction d’Hervé Mouillebouche, CeCab, Dijon, 2010, p. 147-180.
  • Alain Connangle, Églises fortifiées du Périgord, in « Le Festin », no 44
  • René Crozet, Les églises fortifiées du Poitou, de l'Angoumois, de l'Aunis et de la Saintonge, Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1951
  • Jules de Lahondès, Les églises fortifiées des pays de Foix et du Couserans, 23 p., in « Bulletin monumental » no 288, 1883
  • Jean Garel - « Églises fortifiées de la Thiérache » (coll. Itinéraires et découvertes, éd. Elta Paris, 1976), 32 p.
  • Thierry Hourlier - « Les églises fortifiées de Dordogne », éd. patrimoines & médias, 1997, 56 p. - (ISBN 2-910137-20-1)
  • Caroline Maupas, Thierry Hourlier - « Les églises fortifiées du littoral breton », éd. de la Plomée, 1998, 142 p. - (ISBN 2-912113-09-1)
  • R. Métivier, Les Bastides et églises fortifiées du Gers, Caen, 1903
  • Jean-Paul Meuret - « Les églises fortifiées de la Thiérache »
  • Jean-Paul Meuret - « Redécouverte et sauvegarde du patrimoine communautaire des pays picards : Les églises fortifiées de la Thiérache » in Picardie Information no 32, novembre 1978, p. 55 à 66 (éd. Chambre régionale de commerce et d’industrie de Picardie)
  • Philippe Pagnotta - « Les églises fortifiées de la Meuse », éd. Citedis, 2000, 142 p. - (ISBN 2-911920-36-8)
  • Philippe Pécout - « Les églises fortifiées du Midi de la France », coll. "Mémoire en Images", éd. Alan Sutton, 2006, 96 p. - (ISBN 2-84910-451-5)
  • Robert Poujol - « Les églises fortifiées de la Thiérache » « Monographies des villes et villages de France », édit. 1993, 20 X 30, br., 140 pp. (ISBN 2-7428-0054-9)
  • Robert Poujol - « Les églises fortifiées de la Thiérache » (coll. Inédits du Patrimoine, éd. La Découvrance Eds, mars 2004, (ISBN 284265269X). Édition fautive.
  • R. Roger, « Quelques églises fortifiées de l’Ariège », BSA T. 8