Zellige

carrelage en mosaïque, une des principales caractéristiques de l'art arabo-andalou

Le zellige, zliz ou encore jelliz suivant les régions. (de l'arabe : زليج, « petite pierre polie ») est une mosaïque dont les éléments, appelés « tesselles », sont des morceaux de carreaux de faïence colorés. Ces morceaux de terre cuite émaillée sont découpés un à un et assemblés sur un lit de mortier pour former un assemblage géométrique. Originaire du Maroc[1],[2],[3] et présent en Algérie et en Tunisie[4],[5],[6],[7],[8], ainsi qu’en Andalousie, le zellige est utilisé principalement pour orner des murs ou des fontaines. Il est un composant caractéristique de l'architecture islamique d'Afrique du Nord, et de la péninsule ibérique. Les maisons traditionnelles en sont munies en signe décoratif[4],[9],[10], mais c'est aussi devenu le cas pour les maisons modernes.

Détail d'un mur recouvert de zelliges, Marrakech, Maroc.

ÉtymologieModifier

Le terme zallīd̲j̲ employé au Maghreb et dans la documentation textuelle dérive de la racine « z.l.d̲j̲ » qui signifie « briller, glisser » ; d’après Dozy, il viendrait de l'arabo-persan lāzuward (lapis-lazuli), à cause de l'importance du bleu dans les motifs. Tandis que le terme espagnol alicatado est attesté, dans le même sens, et dérive d'une racine signifiant « couper »[11].

HistoriqueModifier

 
Gros plan sur le mihrab, œuvre d'art du IXe siècle, qui associe différente céramique

Sans doute inspiré de la mosaïque berbère, carthaginoise, romaine puis byzantine[12], le Maroc a développé un art tout à fait particulier: celui des zelliges[13],[14].

Les zelliges tels qu'ils sont définis aujourd'hui ne connaîtront un réel essor qu'à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle. Cette technique est apparue simultanément dans des régions qui se trouvaient sous le contrôle des Almohades, des Mérinides, des Zayanides, des Nasrides et des Hafsides[15]. Même si le zellige avait atteint un niveau sophistiqué dans l'Occident musulman au XIe siècle[16].

En Afrique du Nord, la présence de mosaïque est remontée à l'antiquité. Les premiers emplois du procédé de mosaïque de faïence sont connus dans la Perse antique et en Mésopotamie, puis utilisés par Rome et Byzance. L’utilisation de fragments de marbres de couleurs différentes se retrouve dans quelques essais maladroits à la mosquée de Cordoue et dans le palais de Madinat al-Zahra[11].

En 1896 Paul Gauckler, découvre un site de production de poterie à Uthina datant du VIe - VIIe siècle, le site met en lumière certaines techniques de production de poterie d’Afrique du Nord, d'outils et de la céramique de construction en sigillée. Cette découverte ouvre l'hypothèse d'une présence d'artisan byzantin dans la région[4].Il existe également le site archéologique d'Utique dans le Nord de la Tunisie ou des mosaïques géométriques romaines y sont retrouvées, aujourd’hui conservé au British Museum[17].

Le plus ancien témoignage que nous ayons d’une production lustrée dans le Bassin méditerranéen se trouve dans la grande mosquée de Kairouan en Tunisie en 862, à la suite de l'ordre de reconstruction, et d'ornementation de la grande mosquée donné par Ibrahim ibn al-Aghlab et ornemente le dôme qui surmonte le mihrab, et aussi la façade du minaret. Cette production lustrée se constitue de carreaux polychromatique et monochromatique. Il est aujourd’hui admis qu'une partie des carreaux (les monochromatiques) étaient produits sur place par des artisans venus de Bagdad important donc avec eux un savoir faire qui se développera par la suite et se diffusera dans le Maghreb en une déclinaison de différent style régionaux propre. Et les polychromatiques importés directement de Bagdad[18],[19],[20], leur style esthétique étant similaire à ceux retrouvés sur place ils proviennent surement des mêmes ateliers.

L'histoire du zellige est difficile à retracer. Le style artistique est originaire d'Afrique du Nord et il est généralement admis qu'il a des origines marocaines car les formes les plus anciennes de l'art ont été documentées au Maroc[21].

Pour le zellige proprement dit, le relais principal est la Kalâa des Béni Hammad (XIe siècle) où des briques émaillées et une véritable marqueterie ont été découverts[11],[16]. La technique pourrait être développée plus tôt, car des fragments d'Al-Mansuriya en Tunisie pourraient dater de la fondation fatimide d'origine au milieu du Xe siècle ou de la période ziride ultérieure au milieu du XIe siècle[16]. Elle s'est poursuivie dans le minaret de la Koutoubia (Marrakech, 1190) et celui de la grande Mosquée de Tlemcen (1280). Cette lente mise en place aboutit, après les essais premiers, aux décors de l’Alhambra de Grenade[11]. Les Mérinides et les Nasrides permettront la généralisation du zellige au XIVe siècle[22]. La technique a été très développée au cours de ces deux dynasties qui lui a donné plus d’importance autour du XIVe siècle[2]. À Tlemcen cependant, la fin du XIIIe siècle montrait que tous les pré-acquis techniques nécessaires étaient déjà connus[11]. La géométrie est partagée par l'ensemble de l'Occident musulman mais la complexité des motifs varie selon les émirats[23].

Par paysModifier

MarocModifier

Le zellige apparaît au Maroc, au Xe siècle[1], d'abord avec des nuances de blanc et de brun. Il s'est ensuite épanoui au XIVe siècle sous la dynastie des Mérinides[24] avec, surtout, l'utilisation du vert et du jaune. Les Mérinides l'ont largement utilisé notamment à Fès et Meknès[2] qui restent les centres de cet art. Au XVIe siècle apparaît l'école de Tétouan qui pratique l'art du zellige aux tons prédominants de vert turquoise, bleu pâle, jaune, brun et blanc[10]. Le rouge ne sera utilisé qu'à partir du XVIIe siècle.

Des émaux aux teintes naturelles continuent à être utilisés au Maroc. Les techniques de fabrication ont peu évolué depuis la dynastie en question. Le zellige est un élément de l'architecture arabe-andalouse qui a su s'adapter aux styles de décoration contemporains tout en préservant un mode de fabrication artisanal.

Le zellige est utilisé pour revêtir des murs, mais aussi parfois des sols. Les carreaux utilisés ont alors une épaisseur d'environ 2 cm. On utilise parfois alors un carré d'environ 10 × 10 cm aux coins coupés pour être combiné avec un cabochon de couleur. Pour habiller les sols, on utilise également le bejmat, pavé rectangulaire d'environ 12 × 4 cm, souvent posé en chevron.

Certaines familles marocaines d'origine andalouse ont en fait leur spécialité depuis plus de sept cents ans, tels que les Megzari, qui étaient à Grenade et ont débarqué à Fès avec la Reconquista.

AlgérieModifier

 
Zelige de Tlemcen du XIIIe siècle, conservé au musée d'Oran.

Le musée archéologique de Tlemcen renferme de nombreux vestiges de panneaux et des fragments de zelige provenant de différents monuments médiévaux. La variété des compositions géométriques comme les nuances de couleur employées laissent penser que des ateliers maîtrisant parfaitement des notions de géométrie pour concevoir les panneaux, comme l'art de réaliser et de tailler les pièces de terre émaillée, étaient à l’œuvre dans la capitale des Zianides[23].

Les récentes études archéologiques ont remis en cause les idées reçues sur les ouvrages mérinides. Qu'il s’agisse de Mansourah, de la mosquée Sidi Boumediene ou de celle de Sidi al-Halwi, l’intervention d'ateliers locaux est démontrée si bien que la commande des Mérinides, loin d'imposer un art venu d'ailleurs au pays tlemcenien, a stimulé une école régionale de l'Occident musulman[25]. En effet, les découvertes de zelliges, lors des fouilles du palais El Mechouar à Tlemcen ont permis de dégager les caractéristiques des œuvres des ateliers zianides du xive siècle[23]. Les arabesques végétales sur le zellige employé dans le portail de la mosquée Sidi Boumediene, sont une exception, alors que la plupart des motifs étaient géométriques, et rivalisent avec les plus beaux stucs[16].

TunisieModifier

EspagneModifier

ImagesModifier

Fabrication des zelliges[26]Modifier

La première étape de la fabrication est le moulage de l'argile (mzahri en arabe). S'ensuit le calibrage et le séchage du carreau formé, puis sa première cuisson. Les carreaux, d'une dizaine de centimètres de côté, sont ensuite émaillés et cuits. Les carreaux de différentes couleurs sont ensuite découpés selon des formes géométriques définies, ce qui permet leur imbrication. Cette découpe artisanale s'effectue avec un marteau tranchant qui laisse apparaître un fin liseré de terre cuite mise à nu sur le pourtour des morceaux de carreaux découpés (tesselles). Le kassar est l'artisan chargé de tailler les carreaux en tesselles. Son marteau tranchant est nommé manqach. Après cette première découpe, l'étape suivante est le khallaç qui consiste à chanfreiner les tesselles en leur donnant des arrêtes régulières. On nomme en arabe mâalem l'artisan qui élabore les motifs géométriques, parfois d'une grande complexité. Il est en général capable de dessiner et d'assembler de mémoire les tesselles géométriques et de les encoller directement sur les murs à décorer.

Le combustible des fours traditionnels était les feuilles de palmier, les grands chardons blancs et les branches de laurier rose.

Le mâalem Alaoui au milieu du XXe siècle a révolutionné la technique de pose des zelliges. À cette époque, la faïence décorative ne se limitait plus aux espaces sacrés ou intimes mais décorait aussi les monuments publics. Le système imaginé par le mâalem permettait une pose plus rapide et plus solide. Les tesselles ne se posaient plus une à une sur les murs mais par panneaux entiers. À partir d'un tracé sur le sol, on pose les zelliges à l'envers sur du savon noir, on les asperge de stuc mélangé avec de l'eau. On les recouvre ensuite d'une épaisse couche de mortier qui tient le tout. Les commandes royales ont permis de donner un nouveau souffle à l'artisanat du zellige (le mausolée Mohammed-V à Rabat et la mosquée Hassan-II à Casablanca.

L'acheminement de l'argile à l'atelier se fait avec des doubles couffes chargées à dos d'âne. Les artisans concassent les blocs d'argile et les mettent à détremper dans les bassins creusés à même le sol de la cour. L'artisan descend dans la fosse et triture l'argile avec ses mains pour faire pénétrer l'eau. La pâte obtenue est égouttée sur les bords de la fosse puis reléguée en masse dans un coin de l'atelier. Quand elle est égouttée, l'argile est étalée sur les terrasses pour le séchage au soleil pendant les mois d'été. Pendant l'hiver, les employés émaillent, cuisent et découpent les carreaux.

Différentes couleurs des zelligesModifier

Aujourd'hui, la palette des couleurs du zellige s'est singulièrement enrichie de couleurs vives qui permettent de multiplier les compositions à l'infini.

L'émail de fond de couleur blanche est obtenu en enduisant les pièces cuites une première fois avec de la calcine (khfîf) et du sable siliceux en suspension dans de l'eau. La calcine est un mélange d'étain (15 parties) et de plomb (100 parties) calciné au four pour obtenir des oxydes, puis broyé au moulin des faïenciers.

Pour un blanc plus pur, le taux d'étain est augmenté.

Le bleu est obtenu avec de la poudre de smalt (brâya, 'elja) importée. C'est une couleur artificielle fabriquée en fondant de l'arséniure de cobalt naturel, préalablement grillé pour donner un oxyde de cobalt, avec du quartz et de la potasse. Aujourd'hui, le smalt est importé pour avoir une couleur plus vive que le minerai de cobalt du Sud marocain.

Le brun est obtenu au moyen de minerais locaux de fer oligiste ou de manganèse (moghnâsîya kahla). Selon la présence ou non du manganèse, il peut présenter des teintes violacées ou se rapprocher du noir.

Le jaune est issu de minerais de fer locaux du groupe de la limonite ou avec de la stibine (sulfure d'antimoine naturel).

Le vert est le résultat de l'ajout à l'émail blanc de l'oxyde de cuivre préparé par les faïenciers à partir de débris de cuivre rouge achetés aux dinandiers ou de chalcosine (sulfure de cuivre naturel).

Le rouge et l'orange sont les nouvelles couleurs réalisées avec des pigments de synthèse importés que l'on a commencé à utiliser au Maroc au XVIIe siècle.

Signification des zelligesModifier

Le mâalem, le maître d'œuvre réunit ces différentes formes géométriques selon un schéma qui obéit à des règles précises de construction selon la tradition.

Les dessins géométriques ou les motifs floraux répétés à l'infini s'agencent avec des ornements épigraphiques écrits en caractères cursifs ou coufiques, excisés pour former de véritables tapis minéraux d'une grande harmonie de formes ou de couleurs. Les entrelacs géométriques se déroulent à partir d'une étoile centrale (testîr), les formes végétales (tourik), rinceaux, acanthes ou palmettes s'entrecroisent pour remplir les espaces vides ou créer des frises et des encadrements. L'entrelacs islamique se construit sur la base d'une ou plusieurs figures régulières pouvant être situées dans un cercle et se développe en s'épanouissant autour du centre, créant un polygone étoilé, les proportions de la figure de base se répercutant sur la construction mosaïque générale.

Cette œuvre universelle s'adresse à tous, sans distinction de langue ou de culture. Il ne s'agit pas de raconter une histoire, ni d'exprimer des sentiments, ni d'imiter la nature. Les dessins des zelliges sont toujours issus de calculs mathématiques.

Par la force de leur abstraction, ils réussissent à créer un ordre numérique établi inexorablement et un environnement purement formel dans des espaces protégés (demeures, palais, édifices religieux) s'opposant ainsi au chaos du monde extérieur et créant un profond sentiment de calme.

L'harmonie se résume à l'unité dans la multiplicité (al-wahda fil-kuthra), ce précepte servant de base pour la croyance monothéiste ou pour l'art abstrait musulman. L'art du zellige se traduisant par une répétition à l'infini de formes géométriques qui incitent ainsi à la méditation. Le rendu hypnotique de ses motifs fait écho à la grandeur infinie de Dieu. L'art du zellige se conforme et reflète chacun des principes de la foi.

Cette construction d'un univers abstrait fait de formes, de couleurs et de rythmes est aussi une incantation à la gloire de la beauté de l'univers.

Différentes utilisations du zelligeModifier

 
Motif du zellige appliqué aux pavés d'un trottoir marocain.

Les faïences émaillées à l'extérieur sont la forme la plus répandue de la céramique marocaine. Les plus anciennes céramiques décorées sont les frises en terre cuite, émaillées qui ornent à Fès les mosquées Karaouyine et celles des Andalous (XIe siècle) et à Marrakech les minarets de la Koutoubia et de la mosquée de la Kasbah au XIIe siècle par les souverains almohades.

Aujourd'hui, les zelliges sont sortis de l'espace architectural pour investir les écrans de télévision sous forme de logo, servir de décoration pour les publicités avec des rosaces ou des frises, pour la vaisselle et l'ameublement.

Hadj Hassan a inventé une fontaine murale avec des maîtres faïenciers de Fès en fixant les faïences sur des résines souples permettant d'alléger les panneaux. Quand les frises sont sèches, Hadj Hassan les stocke sous forme de rouleaux. Cette innovation a permis de faciliter le stockage, d'éviter la casse lors du transport et l'adaptation de panneaux souples sur n'importe quelle surface à décorer. Les zelliges ont été aussi utilisés pour la mode : des mannequins ont porté des modèles de djellabas, de caftans ou de jeans brodés de motifs géométriques élégants.

En peinture, Matisse a commencé sa collection de carreaux nasrides et a réalisé ses premières gouaches découpées (les Nasrides sont les princes andalous vivant à Grenade au XIVe siècle et les zelliges de Fès sont les héritiers des faïences nasrides).

Des peintres marocains ou étrangers ont intégré la marqueterie de faïence dans leurs œuvres.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean Constant, Hyperbolae : Open curves, Hermay NM, , 47 p. (lire en ligne).
  2. a b et c « Zellige », sur HiSoUR Art Culture Histoire, (consulté le ).
  3. L'Islam, l'art et la géométrie, Roger Bastien, (lire en ligne)
  4. a b et c Dridi, Faouzia (1968-....). Auteur., L'atelier d'Uthina (Oudhna Tunisie) : étude d'une production de céramique de l'antiquité tardive, Atelier national de reproduction des Thèses, (OCLC 494637903, lire en ligne)
  5. Institut du monde arabe, Musée des Augustins et Maʻhad al-Waṭanī lil-Turāth, Couleurs de Tunisie : 25 siècles de céramique : Institut du monde arabe, Paris, 13 décembre 1994-26 mars 1995 [et] Musée des Augustins, Toulouse, 24 avril-31 juillet 1995, Mairie de Toulouse, (ISBN 2-87660-162-1, 978-2-87660-162-8 et 2-906062-74-X, OCLC 33403179, lire en ligne)
  6. A. Ben Amara, Max Schvoerer, Abdelaziz Daoulatli et Mourad Rammah, « "Jaune de Raqqada" et autres couleurs de céramiques glaçurées Aghlabides de Tunisie (IXe-Xe siècles) », Revue d'Archéométrie, vol. 25, no 1,‎ , p. 179–186 (ISSN 0399-1237, DOI 10.3406/arsci.2001.1013, lire en ligne, consulté le )
  7. Álvarez Dopico, Clara-Ilham Verfasser., [Rezension von: Un siècle de céramique d'art en Tunisie : les fils de J. Chemla, Tunis (OCLC 1038736293, lire en ligne)
  8. Mansour, Guillemette, author., Carreaux de lumiere : l'art du jelliz en Tunisie = Enamelled tiles : the art of jelliz in Tunisia (ISBN 978-9938-936-02-5 et 9938-936-02-4, OCLC 1046657987, lire en ligne)
  9. Voir Bibliographie : Maroc.
  10. a et b L'Islam, l'art et la géométrie, Roger Bastien (lire en ligne), p. 3.
  11. a b c d et e Bazzana, A., “Zallīd̲j̲”, in: Encyclopédie de l’Islam. Consulted online on 23 April 2022 <http://dx.doi.org/10.1163/9789004206106_eifo_SIM_8103> Première publication en ligne: 2010
  12. Ivo Grammet, Min Dewachter et Els De Palmenae (pour l'Etnografisch Museum d'Anvers), Maroc : les artisans de la mémoire, Gand, Snoeck, , 334 p. (ISBN 90-5349-577-0 et 9789053495773, OCLC 70709383), ?[réf. incomplète].
  13. Ayed Ben Amara, Max Schvoerer, Mustapha Haddad et Aomar Akerraz, « Recherche d'indices sur les techniques de fabrication de zelliges du XIVe siècle (Chellah, Maroc). », ArchéoSciences, revue d'Archéométrie, vol. 27, no 1,‎ , p. 103–113 (DOI 10.3406/arsci.2003.1046, lire en ligne, consulté le )
  14. R. Bendaoud, A. Guilherme, A. Zegzouti et M. Elaatmani, « Elemental mapping of Moroccan enameled terracotta tile works (Zellij) based on X-ray micro-analyses », Applied Radiation and Isotopes, vol. 82,‎ , p. 60–66 (ISSN 0969-8043, lire en ligne, consulté le )
  15. Ayed Ben Amara, Max Schvoerer, Mustapha Haddad et Aomar Akerraz, « Recherche d'indices sur les techniques de fabrication de zelliges du XIVe siècle (Chellah, Maroc). », ArchéoSciences, revue d'Archéométrie, vol. 27, no 1,‎ , p. 105 (DOI 10.3406/arsci.2003.1046, lire en ligne, consulté le )
  16. a b c et d (en) Jonathan Bloom, Sheila S. Blair et Sheila Blair, Grove Encyclopedia of Islamic Art & Architecture: Three-Volume Set, OUP USA, (ISBN 978-0-19-530991-1, lire en ligne), p. 201
  17. Mohamed Yacoub, Carrés couleurs : mosaïques romaines de Tunisie, (ISBN 978-9973-855-95-4 et 9973-855-95-7, OCLC 987912741, lire en ligne)
  18. Sebag, Paul, 1919-2004., La Grande mosquée de Kairouan, "Nouvel observateur, (OCLC 461783870, lire en ligne)
  19. « Qantara - La céramique lustrée », sur www.qantara-med.org (consulté le )
  20. Henri Saladin, Tunis et Kairouan, H. Laurens, (lire en ligne)
  21. Ruchita Choksey, « An Ethnographic Study of Zellige Craftsmen », Department of Humanities & Arts,‎ (lire en ligne)
  22. Touri, ‘Abdelaziz, Benaboud Mhammad, Boujibar El-Khatib Naïma et Lakhdar Kamal, Le Maroc Andalou: A la découverte d'un Art de Vivre, Museum With No Frontiers, MWNF (Museum Ohne Grenzen), (ISBN 978-3-902782-31-1, lire en ligne)
  23. a b et c CHARPENTIER Agnès, TERRASSE Michel, BACHIR Redouane, et al., « Palais du Meshouar (Tlemcen, Algérie) : couleurs des zellijs et tracés de décors du xive siècle », ArcheoSciences, 2019/2 (n° 43-2), p. 265-274.
  24. A. Touri et al., Le Maroc andalou : à la découverte d'un art de vivre, MWNF, (lire en ligne), p. 283.
  25. Agnès Charpentier, Sidi Mohamed Negadi et Michel Terrasse, « Une mission de coopération en archéologie islamique à Tlemcen (Algérie) », Les nouvelles de l'archéologie, no 124,‎ , p. 53–58 (ISSN 0242-7702, DOI 10.4000/nda.1439, lire en ligne, consulté le )
  26. Ayed Benamara, Max Schvoerer, Mustapha Haddad et Aomar Akerraz, « Recherche d'indices sur les techniques de fabrication de zelliges du XIVe siècle (Chellah, Maroc) », Revue d'archéométrie, vol. 27, no 1,‎ , p. 103-113 (DOI 10.3406/arsci.2003.1046, lire en ligne, consulté le ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

MarocModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier