Ouvrir le menu principal

Azulejos

carreau ou un ensemble de carreaux de faïence décorés (Espagne, Portugal)

Un azulejo ou azuléjo[1] (pluriel : azulejos) désigne, au Portugal et en Espagne, un carreau ou un ensemble de carreaux de faïence décorés. Ces carreaux sont ornés de motifs géométriques ou de représentations figuratives. On les trouve aussi bien à l'intérieur de bâtiments qu'en revêtement extérieur de façade. Cet art s'est d'abord développé en Andalousie au XVe siècle avant de connaître son apogée au XVIIIe siècle au Portugal. Il reste de nos jours un art vivant dans le sud de l'Espagne et au Portugal.

Damier d'azulejos sur la façade de l'église Matriz de Cambra, Vouzela (Portugal).

ÉtymologieModifier

Le mot « azulejo » vient de l'arabe al zulaydj, زليج, « petite pierre polie », et non du portugais ou de l'espagnol, azul, « bleu ». Cette étymologie pourrait sembler évidente puisque la couleur bleue est la plus fréquemment utilisée, mais elle est erronée. Il s'agissait au départ d'imiter les mosaïques romaines, assemblages de « petites pierres polies ». Le mot « zellige », technique de revêtement utilisée en Afrique du Nord, a la même étymologie.

Le mot se prononce [aθu'lexo] en espagnol, et [azulæɨʒʊ] en portugais. Il est parfois francisé en azuleije [azulɛʒe].

HistoireModifier

 
Scène de la Passion, église de Sardoal (Portugal).

La technique de l'émail stannifère opaque fut apportée par les Maures lors de leur occupation, et se développa dans toute la péninsule Ibérique. D'abord non figurative (interdiction de la figuration dans les préceptes de l'islam sunnite), la décoration des azulejos ne devint figurative qu'à partir de la fin du XVe siècle sous l'influence de la majolique italienne. Les premiers azulejos figuratifs sont peints à Séville vers 1500 par Francesco Niculoso, potier italien originaire de Pise. La chapelle de l'Alcazar de Séville ou le retable du monastère de Tentudia sont des exemples encore visibles de panneaux d'azulejo de Niculoso. Cet art du carreau de faïence décoré se développera ensuite dans toute l'Espagne, en particulier à Talavera de la Reina et dans le royaume de Valence, puis au Portugal.

En parallèle, l'usage de carreaux de faïence décorés s'est développé en Flandres, d'abord à Anvers autour de 1500[2], puis à Delft.

Si Séville, pour l'Espagne, possède de magnifiques panneaux d'azulejos, et si Mexico s'enorgueillit de sa Casa de los azulejos, cet art s'est ensuite particulièrement développé au Portugal et dans ses anciennes colonies, en particulier le Brésil et les comptoirs d'Asie (Macao et Goa). Les premiers azulejos fabriqués au Portugal au XVIIe siècle s'inspirent des productions hollandaises bleu et blanc qui imitent la faïence chinoise très à la mode à cette époque en Europe. Le bleu intense caractéristique de cette période est obtenu par utilisation du cobalt.

Aujourd'hui, les plus beaux ensembles d'azulejos visibles en Espagne sont l'Alcazar et la Casa de Pilatos à Séville. Les azulejos portugais les plus connus sont ceux du palais des marquis de Fronteira à Lisbonne, ceux de l'église Saint-Laurent d'Almancil en Algarve, et pour le XIXe siècle, ceux de la gare de São Bento de Porto. Pour le XXe siècle, la place d'Espagne de Séville (1929) et plusieurs stations du métro de Lisbonne sont les exemples les plus remarquables.

Plus modestement, des panneaux de plus petite taille sont couramment utilisés en Espagne et au Portugal pour des représentations religieuses ou à des fins signalétiques.

Il existe à Lisbonne un musée national de l'Azulejo avec de très riches collections. Il compte environ 10 000 pièces.

De nombreux ateliers artisanaux portugais et espagnols s'emploient à poursuivre leur adaptation à la modernité (voir en particulier les réalisations dans le métro de Lisbonne).

Styles et aspects techniquesModifier

Il y a plusieurs styles d'azulejos : Renaissance, baroque, classique, Sécession ou contemporain.

Les azulejos peuvent être non figuratifs, géométriques voire abstraits, mais aussi figuratifs. Ainsi, le couvent de São Vicente de Fora de Lisbonne possède 38 panneaux représentant les fables de La Fontaine.

Du point de vue de la vie quotidienne, on reconnaît aux azulejos un certain nombre de qualités : leur entretien et leur nettoyage sont faciles, puisque leur surface est plane ; ils protègent contre l’humidité en hiver et contre la chaleur en été (fortes chaleurs estivales dans la péninsule Ibérique)[3].

GaleriesModifier

Azulejos hispano-mauresquesModifier

Azulejos du XVIe au XVIIIe siècleModifier

Azulejos du XIXe siècleModifier

Azulejos du XXe siècleModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le Nouveau Petit Robert de la langue française 2010, Le Robert, , 2837 p. (ISBN 978-2-84902-633-5), p. 202.
  2. Claire Dumortier, Céramique de la Renaissance à Anvers. De Venise à Delft, Paris, Éditions Racine, 2002.
  3. « Azulejos », photolisbonne.com (consulté le 16 mai 2019).

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Comisão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses. O azulejo em Portugal no século XX. Comisão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, Lisbonne, 2000. (ISBN 972-787-009-0), sur les azulejos contemporains.
  • João Castel-Branco Pereira, Azulejos. Chefs-d'œuvre du musée national de l'Azulejo à Lisbonne, Paris, Éditions Chandeigne, 2009, catalogue des collections du Musée de Lisbonne.
  • José Meco, O Azulejo em Portugal, Lisbonne, Publicações Alfa, 1993, ouvrage sur les azulejos anciens et modernes.
  • Alfredo J. Morales, Francisco Niculoso Pisano, Diputación de Sevilla, Arte Hispalense, 1977, rééd. 1991.
  • Alexandre Nobre Pais et al., A arte do azulejo em Portugal, Lisbonne, Institut Camões, 2002 (ISBN 972-566-223-7).
  • J. M. dos Santos Simões, Azulejaria em Portugal nos séculos XV e XVI: introdução geral, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 2e éd., 1990. L'ouvrage de référence sur la naissance des azulejos portugais.
  • Rioletta Sabo et Jorge Nuno Falcato, photographies de Nicolas Lemonnier, Azulejos du Portugal, Paris, Citadelle et Mazenod, 1998, aur les azulejos portugais des XVIIe et XVIIIe siècles, avec de belles photographies.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier