Xanthosoma sagittifolium

espèce de plantes
(Redirigé depuis Xanthosoma violaceum)

Xanthosoma sagittifolium, appelé localement « chou caraïbe », macabo ou malanga, est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Araceae, sous-famille des Aroideae, originaire du Nord de l'Amérique latine (Amazonie). L'espèce a été introduite par la culture dans d'autres régions tropicales en Amérique centrale et dans les Antilles, en Afrique et en Asie du Sud-Est. Ce sont des plantes herbacées acaules, aux feuilles en forme d'oreilles d'éléphant, pouvant atteindre 1 à 2 mètres de haut et produisant des cormes (sorte de tubercules formés par l'épaississement de la racine principale). Certaines plantes de macabos peuvent ou non, connaître une floraison. Ces plantes contiennent dans les feuilles et les cormes des cristaux, ou raphides, d'oxalate de calcium, irritants pour les muqueuses.

ÉtymologieModifier

Le nom générique, « Xanthosoma » dérive de deux termes de grec ancien : ξανθός (xanthos), signifiant « jaune », et σῶμα (soma), signifiant « corps ». Il fait référence aux stigmates ou aux tissus internes jaunes[2].

L'épithète spécifique, « sagittifolium » est un adjectif de latin botanique formé de deux racines latines : saggita (flèche) et folia (feuille), en référence à la forme des feuilles[3].

Noms vernaculairesModifier

Au Cameroun, il est appelé macabo. À Sao Tomé-et-Principe, on le nomme matabala. En Colombie, il est appelé bore, en Costa Rica tiquizque ou macal, au Mexique, mafafa, au Nicaragua, quequisque, au Panama, otoy tandis qu'au Brésil, c'est nampi ou malanga comme à Haïti , et les feuilles, aussi consommées, sont appelées taioba au Brésil et Baombé au Cameroun. Aux Tonga, il est connu sous le nom de talo futuna (« taro de Futuna »).

Selon INPN (Inventaire national du patrimoine naturel)[4]  :

DescriptionModifier

 
Inflorescence.

Xanthosoma sagittifolium est une plante herbacée vivace grâce à son cormus, tige souterraine tubéreuse d'où naissent des tiges secondaires épaisses. La plante peut atteindre de 1,5 à 2,5 mètres de haut. De la tige principale, émergent des feuilles dressées, à pétiole cannelé d'environ 90 cm de long, au limbe sagitté (en forme de flèche), de grande taille (environ 1,2 mètre de long sur 90 cm de large).

Les inflorescences, qui naissent à l'aisselle des feuilles, sont des spadices, enveloppés d'une spathe blanc verdâtre de 12 à 15 cm de long, qui forme à sa base une chambre sphérique fermée. Le spadice, blanc, légèrement plus long que la spathe, porte de nombreuses fleurs, femelles à la base, mâles dans la partie supérieure, et est stérile dans la partie médiane. Ces inflorescences sont rarement fertiles. Les fruits sont de petites baies jaunes[5],[6].

Distribution et habitatModifier

L'aire de répartition originelle de Xanthosoma sagittifolium est vraisemblablement située en Amérique du Sud dans la partie nord du bassin amazonien (nord du Brésil, Colombie, Pérou, Équateur et Venezuela). Elle a été introduite très anciennement en Amérique centrale et dans les Antilles. Lors de la découverte de l'Amérique par les Européens, cette plante était cultivée du sud du Mexique et de l'Amérique centrale jusqu'à la Bolivie et plus intensivement dans les Antilles. Son introduction en Afrique, où elle est devenue une culture de subsistance, date de l'époque de la traite des Noirs au cours des XVIIe ou XVIIIe siècle[7].

Xanthosoma sagittifolium est une plante cultivée dans toutes les régions tropicales, qui joue un rôle important pour la sécurité alimentaire de certains pays en développement. C'est un aliment important pour 400 millions de personnes, qui a même supplanté le taro (Colocasia esculenta) en tant que principale aracée comestible dans de nombreux pays, en particulier en Afrique occidentale[8].


Xanthosoma sagittifolium pousse aussi bien en plaine qu'en altitude, dans des zones bien alimentées en eau, avec une pluviométrie bien répartie sur l’année, de 1500 à 2000 mm par an, dans des sols bien drainés, avec un pH de 5,5 à 6,5. Cette espèce demande une température moyenne supérieure à 20° C et tolère une ombre légère[9],[10].

TaxinomieModifier

L'espèce a été décrite en premier par Linné sous le nom d’Arum sagittifolium et publié en 1753 dans son Species plantarum 2: 966[11]. Elle a été ensuite reclassée, en 1832, dans le genre Xanthosoma par le botaniste autrichien Heinrich Wilhelm Schott[12].

Les variétés du genre Xanthosoma cultivées pour leurs cormes ou tubercules souterrain ne peuvent pas toujours être attribuées à une espèce précise. Les différents cultivars ont été attribués à quatre espèces : Xanthosoma atrovirens, Xanthosoma caracu, Xanthosoma nigrum (X. violaceum) et Xanthosoma sagittifolium (dont deux, X. atrovirens et X. nigrum sont désormais classés comme synonymes de X. sagittifoium). Par défaut, on tend à donner le nom de Xanthosoma sagittifolium à tous les clones cultivés jusqu'à ce qu'une révision du genre clarifie la situation taxinomique des différentes espèces[7],[13],[10].

SynonymesModifier

Selon Plants of the World online (POWO) (16 novembre 2020)[14] :

  • Alocasia talihan Elmer ex Merr.
  • Arum nigrum Vell.
  • Arum sagittifolium L. (basionyme)
  • Arum xanthorrhizon Jacq.
  • Caladium edule G.Mey.
  • Caladium mafaffa Engl.
  • Caladium sagittifolium (L.) Vent.
  • Caladium utile Engl.
  • Caladium xanthorrhizon (Jacq.) Willd.
  • Philodendron nigrum Kunth
  • Xanthosoma appendiculatum Schott
  • Xanthosoma atrovirens K.Koch & C.D.Bouché
  • Xanthosoma atrovirens var. appendiculatum (Schott) Engl.
  • Xanthosoma atrovirens var. hybridum K.Koch
  • Xanthosoma atrovirens var. kochii Engl.
  • Xanthosoma atrovirens var. moritzii Engl.
  • Xanthosoma atrovirens var. panduriforme Engl.
  • Xanthosoma atrovirens var. versicolor K.Koch
  • Xanthosoma aureum E.G.Gonç.
  • Xanthosoma blandum Schott
  • Xanthosoma edule (G.Mey.) Schott
  • Xanthosoma ianthinum K.Koch & C.D.Bouché
  • Xanthosoma jacquinii Schott
  • Xanthosoma maculatum G.Nicholson
  • Xanthosoma mafaffa Schott
  • Xanthosoma mafaffa var. blandum (Schott) Engl.
  • Xanthosoma mafaffa var. typicum Engl.
  • Xanthosoma monstruosum E.G.Gonç.
  • Xanthosoma nigrum Stellfeld
  • Xanthosoma panduriforme E.G.Gonç.
  • Xanthosoma peregrinum Griseb.
  • Xanthosoma poeppigii var. mafaffa (Schott) J.F.Macbr.
  • Xanthosoma roseum Schott
  • Xanthosoma sagittifolium K.Koch
  • Xanthosoma utile K.Koch & C.D.Bouché
  • Xanthosoma violaceum Schott
  • Xanthosoma xantharrhizon (Jacq.) K.Koch

CultureModifier

Le chou caraïbe est cultivé pour ses cormes secondaires de forme allongées ou arrondies. Il est planté dans des petits sillons arrondis de 30 à 50 cm de diamètre pour 50 cm de hauteur, après déforestation.

 
Tubercules de choux caraïbes en tas.

UtilisationModifier

Le corme principal, trop fibreux pour la consommation humaine, est réservé à l’alimentation animale ou utilisé comme plant après segmentation. Les cormes s’utilisent de la même façon que les pommes de terre.

Ils sont mangés cuits, bouillis, grillés, frits ou en purée, etc. Râpés et cuits à l'étouffée, ces tubercules accompagnent de nombreux plats traditionnels sous les tropiques.

Notes et référencesModifier

  1. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 12 mai 2017
  2. (en) Umberto Quattrocchi, CRC World Dictionary of Plant Names, vol. Volume IV R-Z, Taylor & Francis US, , 640 p. (ISBN 978-0-8493-2678-3, lire en ligne), p. 2849.
  3. (en) « Browse the Botanical Definitions -S », sur PlantLives.com (consulté le 16 novembre 2020).
  4. « Xanthosoma sagittifolium (L.) Schott, 1832  », sur Inventaire National du Patrimoine Naturel, Muséum national d’Histoire naturelle, 2003-2020 (consulté le 15 novembre 2020).
  5. J.E. Hernández Bermejo & J. León - FAO, Cultures marginalisées : 1492 : une autre perspective, t. 26, Rome, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, coll. « FAO, production végétale et protection des plantes », , 378 p. (ISBN 978-92-5-203217-5, lire en ligne), p. 263-268.
  6. (en) « Xanthosoma sagittifolium  », sur Gardening Help, Jardin botanique du Missouri (consulté le 15 novembre 2020).
  7. a et b (en) « Xanthosoma sagittifolium (elephant ear)  », sur Invasive Species Compendium (ISC), CABI (consulté le 16 novembre 2020).
  8. (en) Marilys D. Milián Jiménez, Osmany Molina Concepción, Yadelys Figueroa Aguila, « Integrated Characterization of Cuban Germplasm of Cocoyam (Xanthosoma sagittifolium (L.) Schott) », Journal of Plant Genetics and Crop Research, vol. 1, no 1,‎ , p. 1-18 (DOI 10.14302/issn.2641-9467.jgrc-18-2041, lire en ligne).
  9. « Le taro et le macabo : une production entre les mains des femmes », sur Innovation, environnement, développement en Afrique (IED Afrique) (consulté le 16 novembre 2020).
  10. a et b « Directives de régénération pour les principales aroïdes  », sur Crop Genebank Knowledge Base, Consultative Group on International Agricultural Research (CGIAR), 2007-2010 (consulté le 17 novembre 2020).
  11. (en) « Arum sagittifolium L., Sp. Pl. 2: 966 (1753) », sur International Plant Names Index (IPNI) (consulté le 16 novembre 2020).
  12. (en) « Xanthosoma sagittifolium (L.) Schott, Melet. Bot. i. 19. (1832) », sur International Plant Names Index (IPNI) (consulté le 16 novembre 2020).
  13. (en) Kishan Gopal Ramawat, Jean-Michel Merillon, Bulbous Plants : Biotechnology, CRC Press, , 450 p. (ISBN 978-1-4665-8968-1, lire en ligne), p. 76-91.
  14. POWO (2019). Plants of the World Online. Facilitated by the Royal Botanic Gardens, Kew. Published on the Internet ; http://www.plantsoftheworldonline.org/, consulté le 16 novembre 2020

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

  • Taro (Colocasia esculenta)

BibliographieModifier

  • A. Agueguia, D. A. Fontem, R. Bikomo Mbonomo, J. C. Mboua, M. Mouen, X. Ndzana, M. Tchuanyo, , S. Zok, « Le taro et le macabo : deux tubercules pas comme les autres », dans A. Bell, O. Mück & B. Schuler, Les plantes à racines et tubercules en Afrique : une contribution au développement des technologies de récolte et d’après-récolte, Deutsche Stiftung für internationale Entwicklung, , 242 p. (ISBN 3-934068-17-0, lire en ligne), p. 167-178
  • « Chou caraïbe (Xanthosoma sagittifolium) », dans J.E. Hernández Bermejo & J. León - FAO, Cultures marginalisées : 1492 : une autre perspective, t. 26, Rome, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, coll. « FAO, production végétale et protection des plantes », , 378 p. (ISBN 9789252032175), p. 263-268.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiquesModifier

AutresModifier