World Checklist of Selected Plant Families

La World Checklist of Selected Plant Families (WCSP), en français la Liste mondiale de familles de plantes sélectionnées, est un « programme de collaboration internationale qui fournit les dernières opinions révisées par des pairs et publiées sur les noms scientifiques acceptés et les synonymes de familles de plantes sélectionnées »[1]. Gérée par les Jardins botaniques royaux de Kew, cette base de données est accessible en ligne, permettant de rechercher des noms de familles, genres et espèces végétales.

World Checklist of Selected Plant Families
Image dans Infobox.
Copie d’écran du site KEW permettant la recherche d’éléments botaniques.
Formats
Base de données taxinomiques (en)
Base de données web (en)
Checklist (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Langue
Date de création
Pays
Site web

Le projet remonte aux travaux réalisés dans les années 1990 par Rafaël Herman Anna Govaerts, chercheur à Kew, sur une liste de contrôle du genre Quercus. Influencé par la Stratégie mondiale pour la conservation des plantes (Global Strategy for Plant Conservation), le projet a pris de l'ampleur. En , 173 familles de plantes à graines ont été incluses[1]. La couverture des familles de monocotylédones est complète ; d'autres familles sont en cours d'ajout[2].

Il existe un projet complémentaire appelé l'International Plant Names Index (IPNI), auquel Kew participe également. L'IPNI vise à fournir des détails sur la publication et n'a pas pour but de déterminer quels sont les noms d'espèces acceptés. Après un délai d'environ un an, les noms nouvellement publiés sont automatiquement ajoutés à la WCSP à partir de l'IPNI. La WCSP est également l'une des bases de données sous-jacentes de The Plant List, créée par Kew et le Jardin botanique du Missouri, qui a été ouverte en 2010[3].

En France, Tela-Botanica, réseau collaboratif des botanistes francophones, dispose aussi de bases de données de noms de plantes. Une collaboration a aussi été mise en œuvre avec les jardins de Kew pour simplifier les échanges de données et permettre ainsi de croiser les informations taxonomiques. Un projet autour de la base de données de la flore vasculaire de l’Afrique du Nord se déroule d'ailleurs en collaboration entre B (Botanischer Garten und Botanisches Museum Berlin-Dahlem, Berlin), E (Royal Botanic Garden, Edimbourg), K (Royal Botanic Gardens, Kew), MPU (Université de Montpellier), P (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris) et RAB (Institut Scientifique, Rabat)[4].

RéférencesModifier

  1. a et b Royal Botanic Gardens, Kew, World Checklist of Selected Plant Families, (lire en ligne)
  2. Royal Botanic Gardens, Kew, World Checklist of Selected Plant Families, (lire en ligne)
  3. World's Largest Plants Database Assembled, Discovery News, (lire en ligne)
  4. « Checklist des endémiques et spécimens types de la flore vasculaire de l'Afrique du Nord », sur Tela Botanica, (consulté le ).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier