Roger Leenhardt

cinéaste, critique de cinéma, réalisateur et producteur

Roger Leenhardt est un réalisateur, acteur, scénariste et producteur de cinéma français, né le à Montpellier[1], et, mort le dans le 6e arrondissement de Paris[2].

Roger Leenhardt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Après des études de lettres et de philosophie, en tant que critique de cinéma, Roger Leenhardt collabore avant la Seconde Guerre mondiale avec la revue Esprit (1934-1939).

Avec l’appui d’Emmanuel Mounier, il est recruté par Pierre Schaeffer au sein de Jeune France, mouvement créé sous l’égide du gouvernement de Vichy mais bénéficiant grâce à ses statuts d’une certaine indépendance et d’une orientation pluraliste : il y est qualifié par la police de Vichy de « gaulliste notoire »[3],[4]. L’association est finalement dissoute en 1942.

Après la Libération , il travaille avec Les Lettres françaises puis L'Écran français[5] (1944-1948). Il participe à la fondation du ciné-club Objectif 49 que fréquentent notamment les futurs collaborateurs des Cahiers du cinéma. Producteur de courts-métrages, il réalise de nombreux documentaires à partir de 1934, mais surtout après la guerre.

Ce grand intellectuel du cinéma des années 1930 et 1940 est considéré comme un des pères spirituels de la Nouvelle Vague[6].

Ardent défenseur du cinéma d'auteur, il devient un auteur à part entière avec Les Dernières Vacances (1948), où Odile Versois trouve son premier rôle. Il tournera deux autres longs-métrages, Le Rendez-vous de minuit (1961), avec Lilli Palmer et Michel Auclair, et Une fille dans la montagne (1964, pour la télévision), avec Giani Esposito. Il apparaît comme acteur dans des films de ses amis de la Nouvelle Vague : Une femme mariée de Jean-Luc Godard et L'Homme qui aimait les femmes de François Truffaut.

Il a exercé les fonctions de vice-président du « Syndicat des Producteurs de films éducatifs, documentaires et de courts métrages ».

Il est inhumé à Calvisson, commune du Gard où il a passé les quinze dernières années de sa vie.

FilmographieModifier

ActeurModifier

RéalisateurModifier

Courts métrages
Longs métrages
Télévision

ScénaristeModifier

PublicationModifier

  • Roger Leenhardt, Les Yeux ouverts. Entretiens avec Jean Lacouture, Paris, Seuil, 1979.
  • Roger Leenhardt, Chroniques de cinéma, collection "Écrit", Cahiers de cinéma, Éditions de l'Etoile, 1986.

Notes et référencesModifier

  1. Archives de l'Hérault, commune de Montpellier, acte de naissance no 797, année 1903 (sans mention marginale de décès) (vue 205/465))
  2. Archives de Paris 6e, acte de décès no 371, année 1985 (page 18/22)
  3. Véronique Auzépy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la jeune droite catholique (lire en ligne), p. 325-356 (Chapitre XI, L’engagement dans la Révolution nationale)
  4. « Pierre Schaeffer (biographie) », sur Revue Esprit (consulté le )
  5. « ROGER LEENHARDT », sur Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  6. Roger Leenhardt - Cinémathèque française
  7. Ce téléfilm est diffusé par l'INA

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier