Ouvrir le menu principal

Wikipédia:Difficultés de la langue française

Cette page dresse une liste non exhaustive des difficultés courantes de la langue française écrite, classées par ordre alphabétique.

Le français écrit comporte de nombreuses embûches. Ce problème est exacerbé par l'existence d'au moins deux niveaux de langue : la langue écrite, qui peut être parfois complexe, et la langue parlée, qui s'affranchit souvent des règles académiques. Un locuteur francophone peut ainsi être confronté à plusieurs sortes de difficultés lorsqu'il s'exprime : barbarismes, solécismes, difficultés liées à la grammaire et à la conjugaison. Par nature, certaines fautes ne sont possibles qu'à l'écrit : ce sont les fautes d'orthographe. Certaines difficultés sont liées à une homophonie ou à une paronymie. Certaines expressions, même d'usage courant, sont critiquées par les dictionnaires et autres institutions, et font partie du langage relâché ; lorsque leur usage n’est pas intentionnel, leur acceptabilité sur Wikipédia est discutée pour des raisons de transmission ou de respect de l’héritage et du génie de la langue.

Incidemment, il est parfois remarqué qu'il est important, pour l'apprentissage ultérieur de langues étrangères, d'avoir une claire perception de sa propre langue[1].

L'objectif de cette page est d'aider toute personne écrivant en français à identifier les principales difficultés de la langue française de façon à perfectionner l'expression écrite.

Pour toute difficulté ne figurant pas dans cette liste ni dans la page de discussion, il est possible soit de l'ajouter dans la page de discussion si elle est assez courante et que l'on a un début de réponse à ses questions, soit de faire appel à l'atelier du français si elle est plus particulière et que l'on n'a pas de réponse à ses questions.

Sommaire

1ère / 1re / 2ème / 2eModifier

Des erreurs sont très régulièrement commises sur l'abréviation des adjectifs numéraux ordinaux. Un adjectif numéral ordinal est par exemple premier, deuxième, troisième, etc.

Un ordinal s'abrège 1er (premier), 1re (première) 2e (deuxième), 2d (second), 2de (seconde) 3e (troisième), 3es (troisièmes), etc. Il suffit de rajouter un s au pluriel.

Mais cela ne s'abrège pas ainsi : 1ère, 2ème, 2ième ou 2nd. Ces dernières formes sont pourtant très régulièrement employées.

À Paris / sur ParisModifier

Le nom d'une ville doit être précédé de « à » et non de « sur » qui relève du langage familier. On dira donc « je suis / vais à Paris » et non « sur Paris ». En revanche, précédé du verbe « partir », on utilisera « pour ». « Je pars pour Paris » donc, et non « à Paris », ni « sur Paris ».

À vélo / En véloModifier

Nombre de personnes n'hésitent pas à dire : « En ville, on se déplace plus vite en vélo qu'en voiture ». Sachant que « en » est une contraction de « dans la, dans le », certains pensent qu'il faudrait dire « En ville, on se déplace plus vite à vélo qu'en voiture », ce qui n'est pas du tout l'avis des ouvrages récents (Grevisse, Dauzat, Hanse, Robert) qui s'accordent pour défendre les deux usages.

AborigèneModifier

Le mot « aborigène », qui signifie « originaire du pays où il vit », ne prend pas de r avant et après le b.

Accentuation des majusculesModifier

En français, l'accent a pleine valeur orthographique. On accentue donc les lettres majuscules[2] : À la plage, les États-Unis, l'Île-de-Franceetc.

Cette tendance à la non-accentuation des majuscules a trois origines :

  • La taille fixe des caractères d'imprimerie, il aurait fallu graver des caractères spéciaux pour les capitales accentuées, solution jugée trop complexe,
  • L'origine souvent anglaise, dont la langue n'a pas d'accent, des machines à composer,
  • La difficulté, sur certains claviers, de produire des capitales accentuées[3].

Acceptation / AcceptionModifier

Lorsqu'il est question d'accepter, de consentir, on parle d'acceptation. Le mot « acception » signifie « sens » (« dans toute l'acception du terme », « ce terme a plusieurs acceptions »).

Accro / AccrocModifier

Au sens de « déchirure », le nom commun « accroc » prend un c final[4]. Mais on est « accro à quelque chose », abréviation de accroché (au sens imagé où l'on serait accroché à ou par quelque chose). Cette expression relève du vocabulaire familier.

Accueil / AcceuilModifier

Tout comme recueil ou cercueil, accueil s'écrit « ueil » et non « euil » car le u suit directement le c. On peut supposer que cette faute est favorisée par attraction de mots à l'orthographe très voisine, par exemple fauteuil, où le u suit la voyelle e.

Si le c était suivi du e, il faudrait prononcer « acseuil », car le c devant le e se prononce comme un s (exemple : ceci, cela, etc.) ; alors que devant le u, il se prononce comme un k. De plus ueil se prononce [œj] comme dans écueil, eil sans u précédent se prononce [εj] comme dans pareil.

Moyens mnémotechniques :

  • « C'est Une Erreur Impardonnable ».
  • « UEI - Un Elève Intelligent ne fait jamais la faute ».

Acquis / AcquitModifier

Le mot « acquis » vient du verbe « acquérir ». Le mot « acquit » est un substantif de la même racine que le verbe « acquitter » et s'emploie surtout dans l'expression « par acquit de conscience »[5]. On écrit également « bon pour acquit (au sens de acquitté) », mais « bien mal acquis (au sens de obtenu) ne profite jamais ».

Aéroport / AréoportModifier

L'aéroport souffre tant, semble-t-il, de cette difficulté à prononcer le digramme « aé », qu'il en vient à être écrit « aréoport » dans certains textes.

AgressifModifier

Les mots agressif, agression, agressivité ne prennent qu'un seul g. Le doublement fautif de cette consonne est probablement dû à l'influence de l'anglais « aggressive ». Il existe plusieurs cas similaires, comme « adresse » (« address ») et « abréviation » (« abbreviation »), ou trafic («traffic» en anglais). À l'inverse, il existe des cas où la consonne est doublée en français, alors qu'elle est simple en anglais, comme dans appartement (« apartment ») ou ressource (« resource »).

Aigu, ambigu, contigu, exiguModifier

Les mots qui se terminent par la syllabe gu prononcée distinctement et suivie d'un e ou d'un i prennent un tréma sur cette voyelle et non pas sur le gu : aiguë, ambiguë, ambiguïté, contiguë, exiguë, exiguïté. Il en va de même pour la ciguë.

Aller : être allé  ou avoir étéModifier

On ne doit pas employer « j'ai été » pour « je suis allé », car « être » n'indique qu'un état.

Aller de pair, hors pairModifier

L'expression « aller de pair », qui signifie à l'origine « aller ensemble en étant sur le même rang », n'a rien à voir avec deux éléments qui forment une paire. « Pair » vient de l'adjectif et substantif latin par, qui signifie « égal » et que l'on retrouve dans le mot « parité » (littéralement : « égalité »). Les éléments qui « vont de pair » peuvent être plus nombreux que deux : seule compte ici la notion d'égalité. L'expression « aller de pair », quand elle a un complément, est suivie de la préposition « avec ». Elle a le même sens que « être indissociable de ».

Ce que l'on juge exceptionnel, sans comparaison, sans égal, est dit « hors pair ». La tournure « hors de pair » est parfois utilisée mais elle tend à disparaître[6]. L'expression « hors pair » est invariable.

AllezModifier

Cette interjection ne se finit pas par « -er » ou « -é » mais bel et bien par « -ez ».

Amorcer / InitierModifier

Initier signifie apprendre, enseigner ou instruire. L'utilisation d'initier dans le sens d'amorcer est une influence du verbe anglais to initiate.

Apporter / Amener / Emporter / EmmenerModifier

On apporte une chose et on amène un être[7] (personne ou animal) qui se déplace par lui-même et qu'on ne porte donc pas. Exemples :

  • « Il amène la vache au taureau. »
  • « J'apporterai une bouteille de vin ce soir. »
  • « Elle amène son enfant à l'école. »

Moyen mnémotechnique : On mène quelqu'un par la main tandis qu'on porte un poids.

Par extension, « emporter » signifie prendre avec soi et porter ailleurs un objet inanimé ou un objet animé qui ne peut se mouvoir. Exemple: « Emportez donc un peu de tarte ! »

De même, « emmener » signifie mener avec soi une personne, un animal du lieu où l’on est vers un autre lieu. Exemple : « Emmène-moi danser ce soir. »

Après que + indicatifModifier

Après que indiquant le fait rapporté comme ayant eu lieu, on utilise l'indicatif[LBU 1].

L'Académie française le rappelle également : « À la différence de avant que, qui implique une notion d'éventualité, après que, marquant que l'on considère le fait comme accompli, introduit une subordonnée dont le verbe doit être mis à l'indicatif »[8].

-atre / -âtreModifier

Les mots en « -âtre » (verdâtre, plâtre, théâtre, etc.) prennent un accent circonflexe, à l'exception de ceux en « -iatre » (psychiatre, etc.). Attention toutefois à « acariâtre » et « opiniâtre » qui prennent un accent circonflexe, malgré leur terminaison.

Au jour d'aujourd'huiModifier

Grammaticalement correcte, cette expression maladroite est à éviter[9]. En vieux français, le terme « hui », dérivé du latin hodie, signifiait « aujourd'hui » comme en latin. En français moderne, il a donné « aujourd'hui » par répétition. Le pléonasme « au jour d'aujourd'hui » apparaît donc superfétatoire. Il vaut mieux utiliser « aujourd'hui » ou « à ce jour », qui sonnent mieux et sont moins redondants.

Au temps pour moi / Autant pour moiModifier

Cette expression, qui signifie simplement « Je me suis trompé », est issue du langage militaire. La forme « Au temps » est celle acceptée par l'Académie française[10]. Cela vient du fait que dans une séquence d'ordres, comme à la parade (« Garde à vous ! Portez armes ! Présentez armes ! »), si on se trompe d'ordre, on revient « au temps précédent » et on assume son erreur.

AutrementModifier

Le mot « autrement » étant déjà un comparatif qui a le sens de « bien plus », on se gardera de dire « autrement plus », voire « autrement moins », qui serait un contresens.

  • Celui-ci est autrement travaillé que le précédent.

Aux dépens de / Aux dépends deModifier

Le verbe à l'origine de cette expression est « dépenser », et non « dépendre », d'où l'orthographe « aux dépens de » ; de la même manière, un tribunal peut condamner une partie « aux dépens », c'est-à-dire à rembourser les frais de justice engagés par la partie adverse.

Avoir affaire à / Avoir à faireModifier

« Avoir affaire » signifie « se trouver en présence de quelqu'un, quelque chose ». Le complément qui suit est généralement introduit par la préposition « à »; l'emploi de la préposition « avec » est jugé archaïque (ex : Nous avons affaire à un homme de goût). L'utilisation de la préposition « de » est aussi vieillie et le sens en est alors différent, celui de « avoir besoin de » (ex : Qu'ai-je affaire de ses flatteries).

« Avoir à faire » signifie « devoir s'acquitter d'une obligation » (ex : Il a à faire son travail). On peut aussi employer ce sens sans que le complément soit exprimé (ex : J'ai à faire).

Avoir envie de / à l'enviModifier

L'expression « à l'envi » ne prend pas d'e final.

Ayant(s) droitModifier

Dans les expressions « ayant droit » et « ayant cause » (qui ne prennent pas de trait d'union), « ayant » peut prendre la marque du pluriel. Il faut donc écrire « des ayants droit » et « des ayants cause ». En l'absence d'équivalent féminin, on doit dire « un ayant droit » et « un ayant cause », qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme.

Bâfrer / se bâfrerModifier

« Bâfrer », c'est déjà se goinfrer, manger avec excès, donc il ne faut pas être trop gourmand : on ne « se bâfre » pas, mais on bâfre, tout simplement !

Bailler / Bâiller / BayerModifier

On écrit « la bailler belle à quelqu'un » (lui raconter monts et merveilles), « bailler des fonds » (remettre de l'argent) et « bayer aux corneilles » (rêvasser). Lorsqu'on a sommeil, on « bâille », avec l'accent sur le a, et non sur le i.

Balade / BalladeModifier

Balade et ballade sont deux noms féminins paronymes[11]:

  • Une « balade » est une promenade en langage familier.
  • Une « ballade » est un poème à forme fixe ou une pièce musicale : une ballade de Villon, une ballade de Chopin.

Notons que le néologisme baladeur, qui désigne un appareil de poche de diffusion de sons et d'images, est fondé sur balade mais que sa fonction musicale évoque également le mot ballade, ce qui peut entretenir une certaine confusion.

Bénite - BénieModifier

« Béni » est le participe passé normal du verbe « bénir », qui signifie, en parlant de Dieu ou d'une divinité, répandre sa bénédiction, placer sous sa protection, récompenser. Cependant, ce participe passé peut conserver son t final, par influence du latin benedicTus, en contexte religieux strict. En effet, l'adjectif « bénit » s'emploie aussi comme participe passé quand il s'applique à ce qui a reçu la bénédiction d'un prêtre, selon les rites prescrits (l'eau a été bénite). À titre d'anecdote, cette distinction a été clairement établie, dans son dictionnaire, par le lexicographe Émile Littré, pourtant farouche anticlérical ! Toutefois, d'après le dictionnaire de l'Académie (1935), l'emploi de l'adjectif « bénit » comme participe passé de « bénir » semble archaïque.

Bien que / Malgré queModifier

Certains puristes pensent que, comme « malgré » est déjà une concession, on ne doit pas la faire suivre de « que », et qu'il faut dire « bien que » ou « quoique ».

Mais pour Grevisse (Le bon usage), « Malgré que a peut-être appartenu d'abord à l'usage populaire. La locution n'a plus ce caractère, comme le montrent les exemples qui font fi de la résistance des puristes ». Pour Hanse (Nouveau Dictionnaire des Difficultés du Français moderne), « malgré que, loc. conj., condamné avec obstination par les puristes, est incontestablement correct au sens de bien que et est suivi du subjonctif. »

« Malgré que » est également correct dans l'expression « malgré que j'en aie », « malgré qu'il en ait », etc.

Bisbille / Bis bis / Bise biseModifier

Quand on a une petite querelle avec quelqu'un, on est en bisbille avec lui.

Références :

Bistouri - ScalpelModifier

Le bistouri et le scalpel sont deux instruments chirurgicaux en forme de couteau : le bistouri, à lame fixe ou mobile, est utilisé par le chirurgien pour l'incision dans les chairs, alors que le scalpel, à lame fixe, est destiné à la dissection (en autopsie) par le médecin légiste.

Ça me gratte / Ça me démangeModifier

On gratte une partie de son corps lorsque celle-ci démange. En langage soutenu, il ne faut donc pas écrire « ça me gratte » – qui constitue une impropriété – mais « ça me démange »

CauserModifier

La tournure « causer à quelqu'un », répandue dans le langage familier, est fautive. Il faut dire « causer avec quelqu'un ».

Ce sont / C'estModifier

« C'est » suivi d'un pluriel se transforme en « ce sont »[12]. Par exemple, on dit « ce sont des étudiants » et non pas « c'est des étudiants ».

Ceci / CelaModifier

« Cela » est relatif à ce qui vient d'être dit, établi, exposé. « Ceci » indique ce qui vient, ce que l'on va montrer ou expliquer. La règle est la même pour « voilà » et « voici ». Exemples :

  • « Je vous dis ceci : je suis fatigué. »
  • « Je suis fatigué, cela dit, je veux bien venir avec vous. »

On ne peut donc pas dire ou écrire « ceci dit », il faut dire ou écrire « cela dit ». Le succès usurpé de « ceci dit » semble provenir de l’assonance entre « ceci » et « dit ». (Remarque : la distinction, autrefois préconisée, n'est plus guère suivie à l'usage. Dès lors, de nombreuses références[13] considèrent comme correct l'usage de « ceci dit », « tout ceci », etc.)

Censé / SenséModifier

« Censé » peut se substituer à « supposé », tandis que « sensé » signifie « qui a du sens ». Ainsi, on doit écrire « je n'étais pas censé le savoir », mais « une personne sensée ».

C'est la faute deModifier

« C'est de la faute de » appartient au langage familier, et il est préférable de dire « c'est la faute de », le premier « de » étant perçu comme une redondance. De la même manière, on ne dira pas « c'est de ma faute » mais « c'est ma faute ». De même, c'est la faute à relève du registre familier, et est probablement issue de la question (correcte) : à qui la faute ?. Cette tournure a été popularisée en particulier par la chanson de Gavroche, écrite par Victor Hugo.

Chargé de / En charge deModifier

« En charge de » est un calque de l'anglais « in charge of ». Il faut écrire « chargé de » ou « responsable de » plutôt que « en charge de », surtout lorsque l'expression est suivie d'un verbe à l'infinitif. Exemples :

  • Ministère chargé de la recherche
  • Architecte chargé de concevoir

Références :

Chiffre d'affaires (et non pas chiffre d'affaire)Modifier

On écrit toujours un chiffre d'affaires avec un « s » à affaires, car il s'agit du chiffre des affaires.

Chœur / CœurModifier

Une faute très courante consiste à écrire : « chanter en cœur », au lieu de « chanter en chœur ». Les voyageurs, attendris, chantèrent en chœur apibeursdè touillou -- Queneau.

Une autre faute très courante consiste à écrire : « enfant de cœur », au lieu de « enfant de chœur ». Il s'agit d'enfants qui se tiennent dans le chœur d'une église, quelles que soient leurs qualités de cœur.

Une troisième faute très courante consiste à oublier que cœur ne s'écrit pas coeur, et que chœur ne s'écrit pas choeur.

Complément de nomModifier

La formation de compléments de nom se fait avec « de » ou « des ».

Ainsi on ne dit pas « la voiture à Jean » mais « la voiture de Jean ». On dira en revanche : un sac à main, et une tête à claques. Le complément de nom n'indique pas une appartenance mais l'emploi qui en est fait.

Il n'est pas non plus permis de supprimer toute préposition dans le complément de nom. Cette faute s'appelle parataxe. L'actuelle tendance à la parataxe nous donne d'innombrables expressions fautives comme : « conseiller clientèle » au lieu de « conseiller de la clientèle » ; « taxe carbone » au lieu de « taxe carbonique » ou de « taxe sur le carbone » ; « foyer étudiant » au lieu de « foyer d'étudiants » ; « Ferme célébrités » au lieu de « Ferme des célébrités ».

Compte rendu / Procès-verbalModifier

À la différence de procès-verbal, compte rendu ne prend pas de trait d'union.

Conjecture / ConjonctureModifier

« Conjecture » signifie « hypothèse » et ne doit pas être confondu avec « conjoncture », qui signifie « situation ».

Connexion / ConnectionModifier

Voici deux bonnes raisons de ne plus se tromper :

  • Tout d'abord dans la langue française, on écrit « connexion » et non « connection ». (cf http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/connexion/18299/difficulte)
  • Ensuite, si le mot « connection » existe bien en anglais, il ne peut être employé pour inviter un utilisateur à s'identifier afin d'avoir accès à un espace privé. En anglais, pour se connecter à un site ou à un forum, on utilise le terme « sign in » (ou « log in ») mais jamais « connection ».

Contredisez / ContrefaitesModifier

Le verbe « contrefaire » se conjugue comme « faire » mais le verbe « contredire » se conjugue comme « médire ». Ainsi, on dira : « vous contrefaites », mais « vous contredisez ».

Croivent / CroientModifier

Le verbe croire est souvent sujet à conjugaison incorrecte. Il n'est pas rare d'entendre ou de lire : « Ces gens-là croivent que tout leur est dû ». La bonne formule est bien entendu « Ces gens-là croient que tout leur est dû. ».

Davantage / D'avantage(s)Modifier

« Davantage » peut être remplacé par « plus (de) » ou parfois « mieux », tandis que « d'avantage(s) » peut se substituer à « de bénéfice(s) ».

DeboutModifier

Ce mot étant un adverbe, il ne prend pas la marque du pluriel. On écrit « ils sont debout.

Décade / DécennieModifier

Une décade est une période de dix jours, tandis qu'une décennie est une période de dix ans. La confusion entre les deux mots est favorisée par un anglicisme : le terme anglais decade signifie décennie...

Dénoter / Détonner / DétonerModifier

« Ce câble, par rapport à la robustesse du casque, dénote par sa finesse. » : cette phrase ne signifie rien, du moins de probant. En effet, le verbe « dénoter » doit être suivi de la chose qu'il dénote ; il ne peut être employé seul. Dans ce cas, il aurait fallu dire « détonne », qui est hors du ton, hors tonalité, ou alors, « dénote une certaine fragilité ».

À voir également : « détoner », exploser ; « détonant », explosif.

(Depuis) quelque tempsModifier

Cette expression s'écrit toujours au singulier.

De suite et tout de suiteModifier

« De suite » signifie à la suite, d'affilée. Par exemple, on dit « Il avait si chaud qu'il a bu trois verres de suite ».

« Tout de suite » signifie dans très peu de temps, rapidement. Ainsi, on dit « je reviens tout de suite » et non pas « je reviens de suite ».

De temps à autreModifier

C'est à tort que l'on ajoute parfois un s à autre dans l'expression « de temps à autre »[14].

Différent / DifférendModifier

L'adjectif « différent » s'écrit avec un t. Le nom « différend » s'écrit avec un d.

Exemples :

  • Un malentendu est à l'origine du différend qui les oppose.
  • Nous étudierons les différents aspects de la question.
  • Tous ces différends sont très différents.

Attention à l'homophone « différant », qui est le participe présent du verbe différer.

Note : Pour vérifier, il faut mettre au féminin :

  • Tous ces différends sont très différents.
  • Toutes ces histoires sont très différentes.

Dites / Dîtes / Faites / Faîtes Modifier

  • « Dites » ne prend pas d'accent au présent de l'indicatif ni au présent du subjonctif. Celui-ci est réservé au passé simple.
  • « Faîte » signifie « sommet, apogée ». On n'écrit jamais « faîtes » dans la conjugaison du verbe « faire » mais toujours « faites ».

du / dûModifier

Le participe passé du verbe « devoir » prend un accent au masculin singulier. C'est également le cas du participe passé des verbes « croître » (« crû »), « recroître » (« recrû »), « redevoir » (« redû ») et « mouvoir » (« mû »)[LBU 2].

Ceci reste vrai avec les rectifications orthographiques du français en 1990, la règle voulant la disparition de l'accent circonflexe sur les lettres i et u ne s'appliquant pas en cas d'homonymie[15].

Eh bien / Hé bien / Et bien / Eh ouiModifier

« Vous vouliez une liste des fautes les plus courantes, eh bien, la voici ! » On ne doit bien évidemment pas écrire « et bien ! ».

Comme dans « Eh oui » ou « Eh non », il ne s'agit pas de « Et puis », mais de l'expression d'une exclamation. « Hé oui » et « Hé non » sont corrects, mais « Et » ne peut introduire une interjection. Le remplacement de « Et » par « Eh » (ou « Hé ») est donc à faire chaque fois que le mot « Et » n'a pas son sens plein.

Ces expressions sont toujours suivies d'un signe de ponctuation : une virgule ou encore un point d'exclamation ou d'interrogation. S'il s'agit d'un point d'exclamation ou d'interrogation, on ne le fera pas suivre d'une majuscule car il ne marque pas la fin de la phrase.

Émigré - ImmigréModifier

L'émigré ou « expatrié » quitte son pays d'origine pour un autre (migrant du point de vue du pays de départ), alors que l'immigré entre dans un pays étranger pour s'y fixer durablement (migrant du point de vue du pays de destination).

En matière de / En termes deModifier

Toujours au pluriel, l'expression « en termes » signifie « dans le vocabulaire de » et s'emploie par exemple sous la forme : « mal de tête est appelé céphalée en termes de médecine ».

Le sens d’« en ce qui a trait à » n'est pas attesté dans la plupart des dictionnaires de langue générale. Il est préférable d'employer « En matière de », « en ce qui concerne », « sur le plan de », « dans le domaine de », « quant à », « pour ce qui est de », « du point de vue de »… pour exprimer la notion « in terms of » anglaise, surtout dans la langue soignée[16].

Enjôler / EnjoliverModifier

Alors qu'« enjôler » prend un accent circonflexe, il n'y en a pas sur l’o d'« enjoliver ».

EnsembleModifier

Ce mot étant un adverbe, il ne prend pas la marque du pluriel. On écrit « ils sont ensemble ». Lorsque ensemble est à l'état de nom commun, il prend normalement la marque du pluriel (« des ensembles »).

En son for intérieurModifier

Le mot « for » ne subsiste plus que dans cette expression. Si tentant que ce soit, il ne faut pas lui donner l'orthographe de « fort ».

En tant que / En temps queModifier

La locution conjonctive « en tant que » signifie « comme » en se référant à une fonction, un rôle[17]. La locution homonymique « en temps que » est une faute de français.

Espèce deModifier

Le nom espèce est un nom commun féminin : une espèce. On emploie fréquemment le mot espèce au même titre que « sorte » : « une espèce / sorte de malentendu » où malentendu est un nom masculin. Or, lorsque le nom associé à l'expression est masculin, il faut également dire « UNE espèce d'individu » et non pas « un espèce d'individu » puisque le genre du nom espèce n'est en aucun cas modifié par le genre du nom qui suit (ici : individu).

Etc.Modifier

  • « etc. » est la forme abrégée d'« et cetera » (ou « et cætera »), qui ne doit jamais être répétée, ni suivie ou précédée de points de suspension. On ne doit donc pas écrire « ... etc. », « etc... » ou « etc., etc. » mais tout simplement « etc. ».
  • Attention, « etc » étant une forme abrégée, elle doit toujours être suivie d'un point, même au milieu d'une phrase. Lorsque « etc. » se trouve en fin de phrase, le point final et celui d'« etc. » se confondent.
  • Une erreur de prononciation incite parfois à placer le c avant le t. On doit donc veiller à prononcer "et cétéra" et non "ek sétéra".
  • « etc. » doit être précédé d'une virgule.

Être conforme à - Être en conformité avecModifier

On dit être conforme à, mais être en conformité avec : Ce produit est conforme à la norme européenne. Ce produit est en conformité avec la norme européenne.

Références:

Être convenu que / Avoir convenu queModifier

Lorsque l'on veut évoquer un accord passé entre plusieurs personnes, il convient de conjuguer le verbe avec l'auxiliaire être[18][19]. Exemple :

  • « À la suite de notre dernière réunion, nous sommes convenus de la nécessité de poursuivre une étroite collaboration. »

En revanche, lorsque l'on veut exprimer l'adéquation ou la convenance, on utilise l'auxiliaire avoir. Exemples :

  • « Il a convenu que c'était exact. »
  • « Ce compromis m'a parfaitement convenu. »

Faire bonne chèreModifier

L'expression « se régaler » s'écrit « faire bonne chère » (et non « faire bonne chair »). [20]

Faux bourdon / Faux-bourdonModifier

Attention à ne pas confondre le faux bourdon, qui est le mâle de l'abeille, avec le faux-bourdon, qui est un procédé d'improvisation chantée. Les autres noms composés commençant par faux ne prennent pas de trait d'union, à l'exception de faux-filet, faux-fuyant, faux-monnayeur et faux-semblant.

Foi / Foie / Fois / FoixModifier

Le foie est l'organe, tandis que la foi est la croyance, la fidélité (on écrit aussi « ma foi »). Dans tous les autres cas, il faut écrire « fois », sauf lorsqu'il s'agit de la ville de Foix.

FomenterModifier

Ce verbe, qui signifie « tramer », ne prend pas de r après l’o.

Fort : se faire fort deModifier

Devant un infinitif, « se faire fort de » signifie « se prétendre capable de » et doit rester invariable.

Devant un nom, l'expression signifie « se rendre plus fort grâce à » et varie au féminin et au pluriel.

On écrira ainsi : « ils se font fort de réussir » mais « ils se font forts de votre soutien ».

Fruste / FrustreModifier

L'adjectif « frustre », né d'une confusion entre « rustre » et « frustré », n'existe pas. Il faut dire, par exemple, « un homme fruste ».

GensModifier

Un adjectif ou un participe passé associé à gens peut être masculin ou féminin, selon sa place. S'il précède gens, il est féminin. S'il suit, il est masculin. Exemple : « Ces bonnes gens ne s'y étaient pas accoutumés. » Si gens est précédé d'un adjectif des deux genres se terminant par un e muet, ledit adjectif et tous ceux qui le précèdent se mettent au masculin (exemple : « de vrais honnêtes gens »). Enfin, les adjectifs précédant gens mais n'appartenant pas à la même proposition seront également mis au masculin. Exemple : « Arrivés à un âge avancé, ces bonnes gens n'ont plus rien pour vivre. »

Gent féminine / Gente féminineModifier

  • La gent est un nom commun féminin qui signifie « la population » ou « le peuple »[21]. Il n'y a donc aucun besoin de lui ajouter un e final (qui est une faute). On écrit donc : la gent masculine et la gent féminine. Attention, le t final ne se prononce pas. Pluriel : « les gens ». Exemple : « Bonnes gens ! », « Les petites gens. »
  • Origine de la confusion : « gentes dames » est utilisé dans de nombreux textes anciens, gente étant ici un adjectif, simple synonyme de gentille (la racine en est identique) et désignant d'agréables interlocutrices. Exemple : « Gentes dames et gentils damoiseaux ». En toute rigueur, et bien que cela soit inélégant, on devrait pouvoir écrire "une gente gent" ce qui voudrait dire "un agréable groupe de personnes".

Gril / GrillModifier

L'ustensile permettant de faire cuire à feu vif des aliments (gril) ne doit pas être confondu avec le restaurant où l'on mange principalement des grillades (grill). On écrit donc : « être sur le gril ».

ImposerModifier

On ne dit pas qu'une personne « en impose » mais qu'elle impose.

Je ne suis pas d'accord ; de plus, cette assertion n'est pas étayée.

« En imposer. L'Ac. signalait encore en 1935 que imposer, pris absolument,signifie « inspirer du respect, de l'admiration, de la crainte » ; elle ajoute que en imposer a été pris souvent dans le sens précédent, mais qu'il signifie plus exactement « tromper, abuser, surprendre, en faire accroire ». — Cette opinion ne paraît pas fondée : « L'usage des auteurs et aussi l'usage du public, dit Littré, ne permettent aucune distinction » ; imposer et en imposer veulent dire, soit « commander le respect », soit « faire illusion, tromper ». L'Ac. reconnaît en 2001 cette synonymie, et aussi que la première expression (avec en) appartient à la langue « classique », c'est-à-dire que l'autre expression l'emporte aujourd'hui, quel que soit le sens.»

Le Bon Usage, Grevisse §679

Hiberner / HivernerModifier

« Hiberner » a le sens que nous connaissons : l'animal hiberne pendant l'hiver, dort d'un sommeil prolongé. « Hiverner » signifie « passer la mauvaise saison à l'abri ».

Hormis / Parmi Modifier

À la différence d'« hormis », qui est composé de la préposition « hors » et du participe passé « mis », « parmi » ne prend jamais de s.

Important / ConséquentModifier

Utiliser « conséquent » dans le sens des mots « important » ou « considérable » relève du langage familier (voir la définition dans le dictionnaire de l'ATILF).

Inclus(e) / Inclu(e)Modifier

Le participe passé du verbe inclure est « inclus » et non « inclu » (contrairement à exclure : exclu) : « j'ai inclus », « une chose incluse ». À l'indicatif, c'est « j'inclus », « tu inclus » et « il inclut ». Les annonces publicitaires regorgent de fautes d'accord du participe passé...

La forme « inclue » existe cependant au subjonctif : « que j'inclue ».

Lune / luneModifier

« Lune » ne prend pas de majuscule dans les expressions figurées, ni quand il s'agit de l'astre lumineux visible dans le ciel. Celle-ci est réservée au satellite naturel de la Terre.

  • « Être dans la lune », « la pleine lune », mais « la Lune est située à 384 000 kilomètres de la Terre ».

Maligne / MalineModifier

Le féminin de malin n'est pas maline mais maligne. Le terme malines, employé au pluriel, désigne des grandes marées[22].

Martyr / MartyreModifier

Le supplice s'écrit « martyre ». L'homme victime d'un martyre est un « martyr » (la femme victime d'un martyre étant une « martyre »).

Mourir / NourrirModifier

Le verbe « mourir » ne s'orthographie à l'infinif qu'avec un seul « r », contrairement au verbe « nourrir » qui en compte deux.

Moyen mnémotechnique : on ne meurt qu'une seule fois, on se nourrit plusieurs fois.

Naviguant / NavigantModifier

On écrit « en naviguant » avec un u, mais « personnel navigant » et « les navigants » sans u.

Pour le verbe, la règle est commune à tous les verbes en -guer ou en -quer[23] : ils gardent le u de leur radical dans toutes les conjugaisons, même devant un a ou un o.

Pour l'adjectif et le substantif, en revanche, le u disparaît devant le a[24].

Notre / Nôtre / Votre / VôtreModifier

Le déterminant ne prend pas d'accent. Ce dernier est réservé au cas où le mot n'est pas suivi d'un nom ou d'un groupe nominal. Quelques exemples :

  • C'est votre avis.
  • Le nôtre a plus de valeur.
  • Cet objet est nôtre.
  • Amicalement vôtre.

OccurrenceModifier

Les deux premières consonnes redoublées ne doivent pas être omises.

OpprobreModifier

Ce mot, qu'on doit veiller à ne pas amputer de son second r, est masculin.

Pallier / Pallier àModifier

Le verbe pallier est transitif direct : il admet donc un complément d'objet direct, sans préposition[25]. On écrit « pallier une difficulté, pallier des problèmes » et non « pallier à une difficulté, pallier à des problèmes ». Attention à ne pas le confondre avec son homonyme « palier », en général utilisé au sens de « niveau, étape, degré ».

Parfois / Quelquefois / Des foisModifier

« Des fois » est plus familier que « parfois », mais ce n'est pas une faute de français. Des grands auteurs français ont écrit « des fois » dans leurs œuvres les plus connues. Quelques exemples : Victor Hugo (Les Misérables) : « J’ai un petit frère qui est ami avec des artistes et qui me donne des fois des billets. » « Je vous rencontre ici dans l’escalier, et puis je vous vois entrer chez un appelé le père Mabeuf qui demeure du côté d’Austerlitz, des fois, quand je me promène par là. » « Des fois je m’en vais le soir. Des fois je ne rentre pas. » « Je vais toute seule quand je veux, je dors des fois dans les fossés » http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Mis%C3%A9rables_TIII_L8

Pierre Loti (Pêcheur d'Islande) : Des fois, la lune aussi paraît à l’autre bout du ciel ; alors ils travaillent tous deux, chacun de son bord, et on ne les connaît pas trop l’un de l’autre, car ils se ressemblent beaucoup dans ce pays. http://fr.wikisource.org/wiki/P%C3%AAcheur_d%E2%80%99Islande/IV

Émile Zola (Germinal) : Moi, je ne veux du mal à personne, mais il y a des fois où cette injustice me révolte. http://fr.wikisource.org/wiki/Germinal/Partie_III

Mirbeau (Le journal d'une femme de chambre) : Des fois, il n’y a pas un sou, dans toute la maison. http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Mirbeau_-_Le_Journal_d%E2%80%99une_femme_de_chambre.djvu/317

Pierre Choderlos de Laclos (Les liaisons dangereuses) : J’ai déjà bien pleuré des fois à cause de vous, sans que ça me fasse de la peine. http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Mirbeau_-_Le_Journal_d%E2%80%99une_femme_de_chambre.djvu/317

Partisane / PartisanteModifier

Le féminin de partisan n'est pas partisante mais partisane.

Pécunier / Pécunière / PécuniaireModifier

Les adjectifs « pécunier » (masculin) et « pécunière » (féminin) sont des fautes de la langue française. Ces deux adjectifs sont une déformation de l'adjectif d'origine, « pécuniaire », qui s'emploie aussi bien au masculin qu'au féminin.

Petit déjeuner / Petit-déjeunerModifier

Attention, le nom « petit déjeuner » ne prend pas de trait d'union. Celui-ci est réservé au verbe familier mais correct « petit-déjeuner ».

Peut être / Peut-êtreModifier

On écrit « peut-être », avec un trait d'union, lorsqu'il s'agit de l'adverbe qui peut être remplacé par « éventuellement, possiblement ou probablement ». On écrira donc : « il peut être là » mais « il est peut-être là ».

Prémices / PrémissesModifier

Ces deux mots sont des homophones, c’est-à-dire de même prononciation. Ils sont tous les deux féminins et ont un sens très proche, mais ne sont pas synonymes.

  1. Les prémices – avec un c – sont un signe avant-coureur, l’annonce ou le tout début d’un évènement ou d’un processus.
  2. Une prémisse – avec deux s – ne s’utilise qu’en rhétorique et est donc rare.

La plupart du temps, c’est donc « prémices » qu’il faut écrire. Exemple : « les prémices habituelles de l'hiver nous ont vraiment surpris ».

PresqueModifier

Presque ne s'élide que dans un seul cas : dans le mot presqu'île. Dans tous les autres cas, y compris devant la lettre i, il conserve son e final : presque identique, presque arrivé, presque en entier[LBU 3]

PrimerModifier

« Primer sur » est incorrect, le verbe primer étant transitif direct. Ainsi a-t-on pu traduire les propos d'Otto von Bismarck, cité dans la 8e édition du dictionnaire de l'Académie française (http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/generic/cherche.exe?11;s=1103020095;;), par « La force prime le droit » et non par « La force prime sur le droit »

Profiter à / Bénéficier à quelqu'unModifier

Quelqu'un bénéficie de quelque chose, mais quelque chose ne bénéficie pas à quelqu'un. Dans ce sens, il faut écrire : quelque chose profite à quelqu'un[26].

Quelque / Quel queModifier

Lorsque le son « quel que / quelque » n'est pas suivi du verbe être, on écrit « quelque ».

Ainsi, on n’écrit pas « quelques soient les raisons » mais « quelles que soient les raisons ». De même, on n’écrit pas « quelque soit le sujet » mais « quel que soit le sujet ».

Exemples :

  • Quelque bonne que soit votre excuse, vous ne serez pas admis si tard en cours.
  • Quelque admirable que soit votre talent, nous n'avons pas de place à vous offrir.
  • Quelles que soient tes notes du dernier trimestre, tu devras faire des devoirs de vacances cet été.
  • Quelques personnes étaient présentes.
  • Quelque 10 000 personnes assistaient à ce concert. (Remarque : utilisé en tant qu'adverbe signifiant « environ », le mot « quelque » est invariable.)

Quoi que / QuoiqueModifier

Quoique signifie bien que[LBU 4], tandis que quoi que signifie quelle que soit la chose que[LBU 5],[LBU 6].

On écrira donc « Quoi qu'il en soit », et non « Quoiqu'il en soit »

Re-Modifier

Lorsque l'on ajoute le préfixe « re- » à un mot commençant par un s suivi d'une voyelle, on double le s. C'est ainsi que l'on doit écrire « ressemer », « ressortir », « ressouder », etc. Il y a toutefois quelques exceptions : « resaler », « resalir », « resituer », « resonner ». On a le choix d'écrire le verbe « res(s)urgir » avec un ou deux s.

Remercier pour - Remercier deModifier

La préposition « pour » s'utilise lorsque le complément introduit est un nom (ex : Je te remercie pour ton aide).

La préposition « de » s'utilise lorsque le complément introduit est un verbe (ex : Je te remercie d'aider)

RémunérerModifier

Attention à ne pas dire "rénumérer", qui est un barbarisme. Dites-vous que les deux lettres qui posent problème sont placées dans l'ordre alphabétique.

Repaire / RepèreModifier

Le repère est une marque permettant de se repérer, tandis que le repaire est une habitation ou un lieu un peu louche.

Résiné / RaisinéModifier

Le mot « résiné », de la même famille que la résine, ne doit pas être confondu avec « raisiné », de la même famille que le raisin.

Résout / RésoudModifier

Le verbe résoudre à l'indicatif présent ne se conjugue pas sur le même modèle que les verbes « vendre » ou « répondre ». Ainsi, c'est « je résous », « tu résous », « il résout ». réf. : http://www.la-conjugaison.fr/du/verbe/resoudre.php

Réveille-matinModifier

« Réveil » n'est que l'abréviation de ce mot, qui désigne tout simplement ce qui nous réveille, le matin. On ne doit donc pas écrire « réveil-matin ».[27]

Rez-de-chaussée / Raz-de-maréeModifier

rez-de-chaussée s'écrit toujours avec des traits d'union. raz-de-marée a une variante orthographique sans traits d'union : raz de marée. La graphie raz-de-marée est la plus fréquente.

Rien moins que / Rien de moins queModifier

Attention à ne pas confondre ces deux expressions qui sont antonymes. Rien de moins que a le sens de tout à fait, alors que rien moins que signifie aucunement.

Roder / RôderModifier

« Rôder » signifie « errer de manière suspecte ». Dans tous les autres cas, on écrit « roder » sans accent : une voiture bien rodée, un gag bien rodé.

Satire / SatyreModifier

Une satire est une œuvre qui s'attaque à une personne ou à une institution en s'en moquant, un satyre est un demi-dieu de la mythologie grecque, et parfois un être lubrique.

Savoir gréModifier

On ne doit pas dire ni écrire « je vous en serais gré », mais « je vous en saurais gré ». Le verbe concerné n'est pas le verbe « être », mais le verbe « savoir ».

Saynète / ScénetteModifier

Ce mot appartient bel et bien au vocabulaire du théâtre, mais ne dérive pas de « scène ». On ne doit donc pas l'écrire « scénette », car ce mot n'existe pas.

Sceptique / SeptiqueModifier

Le mot sceptique peut se substituer à incrédule (on écrira « ils sont sceptiques », par exemple), tandis qu'on emploie septique lorsqu'il est question de microbes (on rencontre principalement ce mot dans la « fosse septique »[28].

Se rappeler / Se souvenirModifier

Contrairement à « se souvenir » dont le sens est proche, « se rappeler » est un verbe transitif direct : on se rappelle quelque chose ou quelqu'un, alors qu'on se souvient de quelque chose ou de quelqu'un. Exemples :

  • « Je me rappelle les belles vacances que j'ai passées à Venise ».
  • « J'espère que tu te rappelles que tu m'as promis de finir tes devoirs avant de regarder la télévision ».
  • « Je me souviens encore de son sourire ».

De même, « je m'en rappelle » est incorrect, mais « je me le rappelle » est correct.

S’il / Si ilModifier

Le « si » ne s’élide qu’avec « il » ou « ils ». On écrit donc toujours « s’il » et « s’ils » mais ce sont les seuls cas ; avec « elle », on écrira « si elle » en entier.

Son plein (battre)Modifier

On doit dire « Les fêtes battent leur plein » et non « les fêtes battent son plein » car le mot son est l'adjectif possessif et non le nom commun (la musique)[29][30][31].

SuiteModifier

  • « De suite » signifie « d'affilée » (« deux jours de suite par exemple). On ne doit donc jamais l'employer au sens de « tout de suite ».
  • « Suite à » est une tournure qu'on retrouve notamment dans la correspondance administrative et commerciale, comme ellipse de « comme suite à ». Elle est à éviter. On dira plutôt « en réponse à » dans la correspondance administrative, ou « à la suite de », « par suite de », « à cause de », « en raison de » dans les autres cas.

Sujétion / suggestionModifier

La sujétion est un assujettissement, formé par une servitude ou une obligation contractuelle ; une suggestion est une idée que l'on propose à autrui. Chacun de ces mots est le paronyme de l'autre, d'où de fréquentes confusions.

Sur le plan / Au planModifier

On écrit « sur le plan juridique » et non « au plan juridique ». On écrira « au niveau international » plutôt que « au plan international »[32].

Suspens / suspense / suspendModifier

Ces mots tendent un piège :

  • L’Assemblée suspend Untel de ses fonctions.
  • Un film à suspense.
  • La question reste en suspens et non suspend (d'où l'origine des mots « suspensatoire » et « suspensif »).

Dans le registre ecclésiastique, il y a :

  • Un prêtre frappé de suspense. Ce prêtre est suspens.

Compte tenu de ce piège, il faut tout inspecter.

Symptôme / SyndromeModifier

À la différence du mot « symptôme », le mot « syndrome » ne prend pas d'accent circonflexe.

Tache / TâcheModifier

Peut-être favorisée par les correcteurs orthographiques des logiciels bureautiques, la confusion entre les deux mots tend à se généraliser. La différence devrait toutefois s'entendre à l'oral.

Effacer une tache peut être une dure tâche.

Tel queModifier

La locution « tel que », composée de l'adjectif tel et du terme de liaison que, s'accorde avec le nom auquel elle se rapporte et qui généralement précède. Synonyme de comme, elle introduit une comparaison ou des exemples[33].

Exemple : plusieurs outils tels qu’une pelle, une fourche et une hache.

Tenir pour acquis / Prendre pour acquisModifier

On ne dit pas « prendre pour acquis », mais « tenir pour acquis ».

Tort / TordModifier

On a bien tort d'écrire ce nom commun avec un d plutôt qu'un t (mais « ce tuyau, il le tord »). Il faut écrire « il a tort », « c'est bien à tort qu'il fait cela », etc.

Moyen mnémotechnique : le tort tue les tordus.

Tout autre / Toute autreModifier

Au sens de « complètement », « tout » est invariable devant un adjectif commençant par une voyelle ou un h muet. Voici quelques exemples pour illustrer cette règle :

  • Elle est tout étonnée, toute surprise.
  • C'est une tout autre affaire.

Quand « tout » a le sens de « n’importe quelle », il est adjectif et variable :

  • Toute autre utilisation de ce C.D. est interdite.

VinyleModifier

Veillez à ne pas oublier l’e final de ce mot.

Voir / VoireModifier

Lorsqu'il s'agit de l'adverbe qui peut être remplacé par « et même », il faut écrire « voire ». Ainsi, on écrira :

  • Je suis allé le voir.

mais

  • Dix, voire quinze.

La tournure « voire même » recèle donc un pléonasme à éviter.

1,5 kilomètre(s)Modifier

En français, le pluriel commence à deux. On écrit donc, au singulier : « 1,5 kilomètre »[34].

9 h (0)5 / 10 h (0)3 / etc.Modifier

Contrairement à ce que l'on pense souvent, il faut écrire « 9 h 5 », « 10 h 3 », etc.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

Le Bon UsageModifier

  1. Le Bon Usage, § 1082.
  2. Le Bon Usage, § 778a.
  3. Le Bon Usage, § 45b 2°.
  4. Le Bon Usage, § 1091.
  5. Le Bon Usage, § 1092c 2°.
  6. Le Bon Usage, § 1092c Hist.

RéférencesModifier

  1. Britta Hufeisen et Gerhard Neuner, « Le concept de plurilinguisme : Apprentissage d'une langue tertiaire - L'allemand après l'anglais », sur books.google.fr, (consulté le 30 décembre 2016), p. 21.
  2. Académie française, « Questions de langue - Accentuation des majuscules » (consulté le 30 décembre 2016).
  3. Faut-il mettre un accent sur les lettres majuscules ? Choses à Savoir
  4. Projet Voltaire.
  5. Office québécois de la langue française, rubrique « Acquis et acquit ».
  6. Définition de « Pair », sur le Trésor de la langue française informatisé (TLFi).
  7. Académie française, « Amener / apporter » (consulté le 30 décembre 2016).
  8. Académie française, « Après que » (consulté le 30 décembre 2016).
  9. Académie française, « Questions de langue - Au jour d’aujourd’hui » (consulté le 30 décembre 2016).
  10. Académie française, « Questions de langue - Au temps pour moi » (consulté le 30 décembre 2016).
  11. Dictionnaire Bordas, Pièges et difficultés de la langue française.
  12. Académie française, « Questions de langue - C’est / ce sont » (consulté le 30 décembre 2016).
  13. Centre national de ressources textuelles et lexicales, « ceci » (consulté le 30 décembre 2016).
  14. Wiktionary : de temps à autre.
  15. Dominique Dupriez, La nouvelle orthographe en pratique, Duculot, coll. « Entre guillemets », , 240 p. (ISBN 978-2-8011-0029-5), p. 158
  16. Académie française, « En termes de » (consulté le 30 décembre 2016).
  17. Wiktionary : en tant que.
  18. Académie française, « Nous avons convenu que » (consulté le 30 décembre 2016).
  19. Dictionnaire de français Littré, « convenir » (consulté le 30 décembre 2016).
  20. http://www.parmotsetparvaux.fr/cpmf/cpmf47.html
  21. Wiktionary : gent.
  22. Wiktionary : maline.
  23. https://sites.google.com/site/conjugaisonalecole/verbes-en--guer
  24. Académie française, « Questions de langue - Adjectif verbal ou participe présent : « fatigant » ou « fatiguant » ? » (consulté le 30 décembre 2016).
  25. Projet Voltaire, « « pallier quelque chose » « pallier à quelque chose » ? » (consulté le 30 décembre 2016).
  26. Académie française, « Bénéficier à » (consulté le 30 décembre 2016).
  27. http://www.parmotsetparvaux.fr/cpmf/cpmf61.html
  28. Académie française, « Septique pour sceptique » (consulté le 30 décembre 2016).
  29. Académie française, « Questions de langue - Plein (battre son) » (consulté le 30 décembre 2016).
  30. Langue-fr.net, « Son plein (battre...) » (consulté le 30 décembre 2016).
  31. Wiktionary : battre son plein.
  32. Académie française, « Au plan » (consulté le 30 décembre 2016).
  33. Logilangue, « Accord de tel » (consulté le 30 décembre 2016).
  34. Projet Voltaire, « « 1,5 kilomètre » ou « 1,5 kilomètres » ? » (consulté le 25 décembre 2016).

Références externesModifier