Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flexion.
Flexion du chat en espagnol.

En morphologie, sous-domaine de la linguistique, on nomme flexion une modification subie par le signifiant d'un mot d'une langue flexionnelle pour dénoter les traits grammaticaux voulus. À la différence de la dérivation, la flexion ne crée pas de nouveaux mots.

La flexion linguistique est une forme du sous-système linguistique "la morphologie" qui s'appelle "la morphologie flexionnelle". La morphologie flexionnelle est le processus par lequel se créent des formes différents d’un seul lexème. On peut créer une flexion en attachant un morphème à un lexème sans créer un nouveau lexème ou changer le noyau du lexème[1]. Le morphème précis qu’on utilise est une affixe (en gras), un morphème qu’on s’ajoute au début ou fin du mot[2]. Le sens du mot est le même mais la forme, la structure et parfois le son du mot sont différents. On utilise la flexion avec les verbes et les noms.

Il existe deux grandes catégories de flexions, selon la classe lexicale considérée :

On peut établir deux sous-catégories de flexion (qui ne s'excluent pas) :

  • celle qui procède de l'addition d'affixes (surtout par suffixation désinentielle) ;
  • celle qui procède de modifications du radical (introflexion).

Le premier type peut être, dans les langues agglutinantes, nommé agglutination.

L'ensemble des formes d'un même mot est nommé paradigme.

La flexion verbaleModifier

On utilise la flexion verbale coïncide avec la conjugaison de chaque personne (1er personne singulier, 3eme personne plurielle)[3]. Par exemple, le verbe « être » à l’imparfait est conjugué: étais, étais, était, étions, étiez, étaient. Cela est une flexion du verbe "être" parce que chaque mot au même sens et temps mais dans les formes différentes. De plus, on peut utiliser la flexion verbale pour changer le temps du même verbe. Par exemple, avec le verbe « prendre », la conjugaison de la première personne singulière en présent « prends » et au futur « prendrai » sont les flexions verbales.

La flexion nominaleModifier

On utilise la flexion nominale pour indiquer le genre et le nombre. La flexion de genre indique si le sujet est masculin ou féminin, par exemple : le chat (masculine) et la chatte (féminine). La flexion de nombre indique si le sujet est singulier ou pluriel, par exemple : un oiseau, des oiseaux.

RéférencesModifier

  1. P.R Leon, « Structure du français moderne: introduction à l’analyse linguistique. », Canadian Scholars' Press,‎ (lire en ligne)
  2. Dictionnaire de Francais Larousse, « "Affixe" » (consulté le 7 avril 2019)
  3. Henriette Gezundhajt, « Flexion, dérivation et composition », sur Linguistes (consulté le 6 avril 2019)
Articles détaillés : Langue flexionnelle et Langue agglutinante.