Ouvrir le menu principal

Wepler
Image illustrative de l’article Wepler
Façade du Wepler (2018)
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 14, place de Clichy
Fondation 1892
Site web Wepler
Informations
Type de cuisine Cuisine française
Spécialité(s) Fruits de mer
Choucroute

Le Wepler ou Brasserie Wepler est une brasserie parisienne située 14, place de Clichy dans le 18e arrondissement de Paris. Ouvert en 1892, spécialiste des fruits de mer, le Wepler est toujours en activité.

Sommaire

HistoriqueModifier

La maison Wepler, fondée par l'Allemand Conrad Wepler, marchand de vin-traiteur, a connu trois emplacements différents[1].

  • Un premier bail[2], daté du 18 mars 1818, indique une maison, sise aux Batignolles, près de Paris, au numéro 5, non loin du cabaret du Père Lathuile, et qui correspondrait aujourd'hui au 13 avenue de Clichy.
  • En 1832, Wepler et son épouse traversent la rue et s'installe au 10 grande rue des Batignolles (actuelle avenue de Clichy). A la mort de Wepler, son neveu et cuisinier, Jean-Adam Frank reprend à son compte l'affaire, qui passe ensuite dans les mains de Victor-Ulysse Carré. Celui-ci le cède ensuite à ses employés les Thoison père et fils[3].
  • C'est alors que le restaurant déménage place de Clichy où il se trouve encore.

Puis le restaurant se transforme, peu à peu, en un restaurant spécialisé en fruits de mer. En 1892 le lieu devient véritablement une brasserie[4]. Le Wepler devient un lieu à la mode où se retrouvent de nombreux artistes comme Guillaume Apollinaire, Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, Henri de Toulouse-Lautrec, Maurice Utrillo[5]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Wepler est réquisitionné pour servir de foyer aux soldats allemands[6].

Dans les années 1950, une partie de la brasserie Wepler est rachetée par la firme cinématographique Pathé, les salles de cinéma sont inaugurées en 1956 sous le nom de Pathé-Wepler[7].

En 1976, l'Aveyronnais Charles Bessière rachète l'établissement, son fils Michel lui succède[8]. En 1998, Michel Bessière crée le prix Wepler en collaboration avec Marie-Rose Guarnieri de la librairie des Abbesses et le soutien de la Fondation La Poste[9].

La décoration de la brasserie, refaite en 2009, est de style Art déco, notamment avec une reproduction de Tamara de Lempicka. Le poème L'Étranger tiré du Spleen de Paris de Charles Baudelaire est reproduit sur un mur intérieur[10]. En 2011, trois fresques murales en mosaïque, d’inspiration Art déco, sont réalisées par Mathilde Jonquière[11].

Les fruits de mer sont une des spécialités de la brasserie, avec à l'année 700 000 huîtres servies sans compter les autres coquillages (chiffres de 2009)[12].

Le chiffre d’affaires de 2016 est de 403 600 euros[13]. En 2017, le Wepler emploie 70 personnes[14], il est racheté par le groupe Joulie en octobre 2017[15] qui détient déjà nombres de « tables de renom  »[16].

MémoiresModifier

Le Wepler, ouvert en 1892, a été le témoin de l'histoire du quartier, il a reçu des personnages célèbres comme Pierre Bonnard, Maurice Utrillo, Modigliani, Guillaume Apollinaire, Henry Miller, Claude Chabrol, François Truffaut...[17].

PeintresModifier

 
La place de Clichy depuis le Wepler en 1912 par Pierre Bonnard.

Édouard Vuillard peint le café Wepler en 1908 -1910, le tableau est exposé dans le Cleveland Museum of Art, dans l'Ohio, aux États-Unis[18].

Pierre Bonnard peint la place de Clichy à plusieurs reprises. En 1912[N 1], c'est à travers la devanture de la brasserie Wepler qu'il travaille[19].

ÉcrivainsModifier

La brasserie Wepler a accueilli au fil du temps de nombreux écrivains : « dont Céline, Prévert, Boris Vian, Max Jacob, Francis Jammes, Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, Henry Miller »[20].

En 1926, Léona Delcourt et André Breton se retrouvent dans le quartier des Batignolles pendant neuf jours, une des lettres de Nadja à André est écrite sur le papier à en-tête du Wepler[21].

Les premières pages du Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline prennent le Wepler comme décor[22].

Dans Jours tranquilles à Clichy[23] publié en 1956, Henry Miller évoque sa vie aux alentours de la place de Clichy et notamment au Wepler vers 1930 : « Du côté de la place Clichy, se trouve le café Wepler qui fut longtemps mon repère favori. Je m’y suis assis à l’intérieur ou sur la terrasse, par tous les temps. Je le connaissais comme un livre. Les visages des serveurs, des directeurs, des caissières, des putains, des habitués même ceux des dames des lavabos sont gravés dans ma mémoire comme les illustrations d’un livre que je lirais tous les jours »[4],[24].

CinémaModifier

En 1959, Antoine et René déambulent devant la devanture du Wepler dans Les Quatre Cents Coups de François Truffaut[25]. Le film de Bertrand Blier, Préparez vos mouchoirs avec Gérard Depardieu et Patrick Dewaere a été tourné pour partie dans le Wepler[26].


ChansonsModifier

Georgius en 1937 puis Pierre Vassiliu évoquent dans Monsieur Bébert le café Wepler :
C'est Monsieur Bébert
Le roi des gangsters
Qu'a trois révolvers
Au Café Wepler
Quand il prend un verre
Il fauche la cuillère
Comme il est l' caïd
C'est l'garçon, livide,
Qui lui d'mande pardon
Et parfois lui glisse
Même tout l' service
En douce dans l' veston[27]

En 2004 Vincent Delerm intègre le café Wepler dans sa chanson Gare de Milan[28]. En 2005, c’est au tour de Julien Clerc, dans son album Double Enfance avec la chanson Place Clichy, de citer le Wepler.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En , Pierre Bonnard s'installe dans un atelier sur la butte Montmartre, à la cité d'artistes des Fusains, 22 rue Tourlaque: Bonnard s'en sert peu mais le gardera toute sa vie.

RéférencesModifier

  1. Christiane Arcival, "A l'occasion de son bicentenaire, l'histoire sérieuse et anecdotique du Wepler", Société historique et archéologique des VIIIe et XVIIe arrondissements, n° 125-126, 2018.
  2. Christiane Arcival, "Se restaurer, boire et s'amuser, des Batignolles aux Ternes", 2ème partie, Société historique et archéologique des VIIIe et XVIIe arrondissements, n°103-104, 2016.
  3. Sur Eugène Thoison, on peut consulter ce site http://larchant.com/pdf-site/bulletin/article/2/28-Thoison(Bull22).pdf
  4. a et b Brasserie Wepler, Place de Clichy 4 mars 2013
  5. La brasserie Le Wepler, repris par la famille Joulie
  6. Entretien avec Marcel Cohen Fondation La Poste, novembre 2013
  7. Pathé Wepler Le Figaro
  8. Wepler annuaire des Arts
  9. Michel Bessière le maestro du Wepler La Dépêche, 22 août 2007
  10. Gilles Pudlowski Paris 18e : du mieux au Wepler 20 avril 2018
  11. Mathilde Jonquière Galerie Insula
  12. On ouvre jusqu'à 5 000 huîtres par jour au Wepler Le Parisien, 31 décembre 2009
  13. Société commerciale Wepler
  14. Pauline Conradsson Paris by night : au Wepler, il reçoit les noctambules affamés Le Parisien, 24 février 2017
  15. Emmanuel Rubin Wepler, brasserie parisienne qui regarde du côté de la mer Le Figaro, 8 novembre 2017
  16. Les Joulie, de père en fils Le Point, 20 juin 3013
  17. Le Wepler
  18. (en) Café Wepler, c. 1908-1910, reworked in 1912 Cleveland Museum of Art
  19. Pierre Bonnard ~ La Place Clichy 9 janvier 2018
  20. Le Prix Wepler La Poste
  21. Lettres de Nadja
  22. Renaud Saint-Cricq Le mariage du brasseur et de la libraire Le Parisien, 15 novembre 2014
  23. Jours tranquilles à Clichy de Henry Miller
  24. Henry Miller au Wepler
  25. (en) Paris in Les 400 coups
  26. La Brasserie Wepler, une histoire aveyronnaise Centrepressaveyron, 4 juillet 2018
  27. Mollier 2018, p. 74
  28. Mollier 2018, p. 77

À voirModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Yves Mollier, Chez Wepler,14 place Clichy, Éditions Michel Bessières, , 135 p. (ISBN 979-10-699-1624-1)  
  • Christine Arcival, "A l'occasion de son bicentenaire, l'histoire sérieuse et anecdotique du Wepler", Société historique et archéologique des VIIIe et XVIIe arrondissements, 2018, n° 125-126. 

Lien interneModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :