We Can Work It Out

chanson des Beatles

We Can Work It Out est une chanson des Beatles écrite et composée par Paul McCartney, avec l'aide de John Lennon, et signée Lennon/McCartney. Enregistrée aux studios EMI de Londres les 20 et durant les mêmes sessions que l'album Rubber Soul, la chanson est publiée en single le au Royaume-Uni sous le label Parlophone, et trois jours plus tard aux États-Unis chez Capitol Records.

We Can Work It Out

Single de The Beatles
Face A Day Tripper
(double face A)
Sortie
Enregistré 20 et
Studios EMI, Londres
Durée 2:15
Genre Pop rock
Folk rock
Format 45 tours
Auteur-compositeur Lennon/McCartney
Producteur George Martin
Label Parlophone
Capitol Records

Singles de The Beatles

Pistes de Yesterday and Today

Pistes de Past Masters

Pour la première fois dans l'histoire du groupe, le single bénéficie d'une sortie en « double face A » avec le titre Day Tripper, majoritairement écrit et composé par John Lennon. We Can Work It Out voit le jour au retour de la tournée nord-américaine des Beatles en 1965, alors que la popularité du groupe est internationale et la Beatlemania à son apogée. Le producteur George Martin et le manager du groupe Brian Epstein souhaitent la publication d'un album et deux singles inédits avant la fin de l'année 1965 et font pression sur le tandem Lennon/McCartney pour la création de nouvelles chansons.

Néanmoins, alors que Day Tripper est écrite dans la précipitation, We Can Work It Out fait l'objet d'une écriture réfléchie et inspirée de l'expérience personnelle de son auteur. Les paroles traitent en effet de la relation amoureuse tumultueuse entre Paul McCartney et Jane Asher. En studio, le groupe fait preuve d’innovation dans sa musique, puisque celle-ci s’inspire d'éléments de musique country associés à la valse, et comprend l'utilisation d'un harmonium.

We Can Work It Out est très bien accueillie par le public, et se classe en première position au UK Singles Chart et au Billboard Hot 100 en . La chanson confirme le succès du groupe au Royaume-Uni et à l'étranger, et contribue à la popularisation du format en « double face A ». Pour le marché américain, elle est aussi incluse sur l'album Yesterday and Today en . Elle figure sur la plupart des compilations des meilleurs succès du groupe. Comme la plupart des chansons des Beatles, We Can Work It Out fait l'objet de plusieurs reprises, dont celle de Stevie Wonder, qui atteint la treizième place au Billboard Hot 100 en 1971.

GenèseModifier

ContexteModifier

 
Les Beatles en tournée aux États-Unis en .

En 1964, les Beatles vivent une période faste de leur carrière musicale. La Beatlemania, phénomène né au Royaume-Uni, gagne le monde entier, partout où le groupe joue. Depuis les tournées aux États-Unis de 1964 organisées par le producteur George Martin et le manager Brian Epstein, leur popularité ne cesse de se développer, à tel point que des moyens humains et matériels considérables sont mis à disposition pour leurs concerts[B 1]. Ce succès a des conséquences sur le moral des musiciens, soumis au stress et craignant parfois pour leur sécurité[B 2],[B 3]. John Lennon déclare en effet que « Ce succès Beatles allait au-delà de tout entendement. Je mangeais et je buvais comme un porc. Dégoûté de moi-même, et dans mon subconscient, j'appelais au secours. »[B 4]. Les Beatles se lassent rapidement de cette agitation qu'ils qualifient de « cirque », profitant de rares moments privés, « enfermés dans la salle de bains de leur suite » comme le déclare George Harrison[B 3]. Les tournées américaines permettent néanmoins d'effectuer des rencontres artistiques intéressantes pour le groupe, dont Bob Dylan en , qui les initie à la consommation de cannabis, ou encore Fats Domino, Chuck Berry, et Carl Perkins[B 5],[B 6]. La fin de l'année est marquée par la sortie de l'album Beatles for Sale en , dont la pochette témoigne de l'épuisement des musiciens face à la Beatlemania[T 1].

L'année suivante s'annonce toute aussi éprouvante pour le groupe, qui participe à l'enregistrement de l'album Help! et du film associé dès [B 7]. John Lennon et George Harrison sont initiés au LSD à leur insu, par un dentiste londonien au mois d' et en consomment régulièrement par la suite[B 8]. Après la sortie de l'album Help! en , une nouvelle tournée américaine est organisée pour une durée de deux semaines, au cours de laquelle les Beatles effectuent un concert au Shea Stadium de New York le devant près de 56 000 personnes[H 1]. Le groupe en profite également pour faire la rencontre d'Elvis Presley au cours de la soirée du à Los Angeles[H 2]. Les musiciens sont très satisfaits de cette entrevue artistique, puisque Paul McCartney parle « d'une des plus grandes rencontres de sa vie », alors que George Harrison décrit le moment comme « un des grands moments de la tournée. »[B 9],[B 10]. De retour au Royaume-Uni, les Beatles prennent quelques semaines de congés. George Martin et Brian Epstein souhaitent néanmoins que le groupe se remette au travail au plus vite afin de publier un nouvel album et deux nouveaux singles avant Noël 1965[T 2].

Écriture et compositionModifier

 
Paul McCartney est l'auteur-compositeur principal de We Can Work It Out.

Le tandem Lennon/McCartney est contraint d'écrire et de composer une douzaine de chansons dans un contexte d'urgence. Paul McCartney décrit le processus de création d'une chanson comme tel : « La plupart du temps, on écrivait ensemble. On s'enfermait et on disait : « OK, qu'est-ce qu'on a ? » John pouvait avoir la moitié d'une idée, [...] on cherchait ce qu'il manquait de mélodie et le thème principal et au bout de trois ou quatre heures, c'était quasiment dans la boîte. »[B 11]. Certaines chansons font d'abord l’objet d'une écriture et d'une composition de la part d'un des deux artistes avant d'être présenté à l'autre, qui apporte alors sa contribution[H 3].

C'est le cas pour We Can Work It Out, écrite et composée à la guitare en majorité par Paul McCartney en , alors qu'il se trouve dans la maison de son père dans le Cheshire[Mi 1]. La chanson est inspirée de sa relation amoureuse avec l'actrice Jane Asher. Le couple traverse une période difficile : Asher doit déménager à 170 kilomètres de Londres pour suivre une troupe de théâtre classique. Le musicien pense en effet que sa compagne doit abandonner sa carrière théâtrale pour le bien-être de son couple, ce qu'Asher refuse de faire[T 3]. McCartney vit mal ces problèmes de communications conjugaux, qui lui inspirent cette chanson, au titre évocateur (« On peut arranger ça »), ainsi que deux autres titres, I'm Looking Through You et You Won't See Me[G 1]. Après avoir présenté sa chanson à John Lennon, celui-ci y apporte sa contribution : « Paul a écrit le refrain, j'ai écrit la partie centrale », déclare t-il, c'est-à-dire les paroles du pont : « Life is very short and there's no time for fussing and fighting my friend »[B 12]. La chanson est terminée alors que le groupe investit les studios EMI de Londres le mardi [L 1].

EnregistrementModifier

 
We Can Work It Out est enregistrée aux studios EMI les 20 et .

Les Beatles enregistrent We Can Work It Out durant les mêmes sessions que l'album Rubber Soul, qui s'étendent du au [L 2]. Le groupe aborde les séances d'enregistrement aux studios EMI avec enthousiasme et rigueur. « Techniquement et musicalement, on s'améliorait. On a fini par prendre le pouvoir en studio », déclare John Lennon[B 13]. La première séance consacrée à We Can Work It Out débute le mercredi à 14 h 30 au sein du studio no 2. George Martin officie en tant que producteur ; Norman Smith est l'ingénieur du son principal, assisté du second ingénieur Ken Scott[L 3].

Les Beatles innovent dans l’utilisation de leur palette d'instruments de musique et utilisent un harmonium pour la première fois[G 2]. Le groupe pense en effet que son utilisation peut apporter un son intéressant à la chanson[G 3]. « Le studio lui-même était bourré d'instruments : harmoniums à pédale, pianos miteux, un célesta et un orgue Hammond. C'est pour ça qu'on intégrait tous ces sons dans nos disques — parce qu'ils étaient là. », déclare George Harrison[B 14]. Le groupe fait preuve d'un certain perfectionnisme sur le travail des harmonies vocales, puisque les musiciens travaillent jusqu'à 23 h 45, totalisant 525 minutes d'enregistrement répartis sur deux prises[L 3].

Le , le groupe écoute l'ensemble du travail réalisé sur la chanson puis décide que davantage d'harmonies vocales sont nécessaires[L 4]. Ils reprennent leur travail sur We Can Work It Out le lendemain. Cette nouvelle séance, d'une durée de deux heures, consiste à l'ajout de voix additionnelles par la technique du re-recording. Le mixage audio est réalisé dans la foulée et se termine à 17 h[L 4]. Le groupe totalise ainsi 11 heures d'enregistrement pour finaliser la chanson, ce qui constitue un record sur l'ensemble de leur discographie[H 4]. George Martin décrit la bonne ambiance qui a permis de réaliser l'enregistrement dans de bonnes conditions : « Ils prenaient du bon temps dans le studio et d'une manière générale, ce furent des jours extrêmement heureux »[B 15].

Caractéristiques artistiquesModifier

MusiqueModifier

 
Un harmonium est utilisé pour la première fois en studio par le groupe. L'instrument est omniprésent durant toute la chanson.

We Can Work It Out et l'ensemble de l'album Rubber Soul marquent un tournant artistique majeur dans la musique des Beatles[Mi 2]. « À l'époque de Rubber Soul, ils étaient prêts pour de nouvelles directions musicales », déclare George Martin[B 11]. Chaque musicien utilise les mêmes instruments que sur l'album Help![G 2]. John Lennon et George Harrison jouent sur deux Fender Stratocaster de modèle Sonic Blue[G 4]. Quant à Paul McCartney, il utilise son habituelle basse Rickenbacker 4001S et se dote d'un nouvel amplificateur Fender, également utilisé par Harrison[G 2].

L'utilisation des instruments sur We Can Work It Out est incertaine, sauf pour Ringo Starr à la batterie. Le doute subsiste sur l'utilisation de la guitare acoustique, de la basse, et du tambourin[G 3]. L'harmonium fait son apparition pour la première fois dans une chanson du groupe, probablement joué par Lennon[L 3]. La chanson s'inspire d'éléments de folk rock, associés à de la musique country à tempo rapide[1],[G 5]. Paul McCartney est le chanteur principal, sa voix étant doublée et soutenue par les harmonies vocales de Lennon[G 3].

Le musicologue Alan W. Pollack remarque que la structure rythmique de We Can Work It Out est en 4/4 et que la chanson débute en ré majeur. Elle ne comporte pas d'introduction et commence directement par deux couplets, suivi d'un pont, d'un autre couplet suivi d'un pont puis d'un couplet complété par une conclusion[2]. George Harrison suggère de changer la structure rythmique des ponts, qui sont joués en 3/4, rappelant la « valse allemande »[T 3],[G 5]. La conclusion consiste à la répétition du couplet complété par une courte conclusion rappelant la structure rythmique du pont en 3/4[2].

Titre et parolesModifier

 
We Can Work It Out s'adresse à Jane Asher, avec qui Paul McCartney entretient une relation amoureuse en 1965.

Les paroles de We Can Work It Out sont personnelles et dévoilent les problèmes de communication entre Paul McCartney et Jane Asher. Le couple vit à l'époque au sein de la maison familiale des Asher[G 1]. Confronté au délaissement et aux appels téléphoniques sans réponse, il ressent le besoin d'écrire la chanson ainsi que deux autres titres, I'm Looking Through You et You Won't See Me[T 4]. We Can Work It Out exprime le point de vue du musicien et son souhait de faire changer d'avis sa compagne dans ses choix professionnels. McCartney considère en effet qu'Asher a tort de ne pas le suivre dans sa carrière[T 3]. La jeune actrice a des ambitions personnelles qu'elle ne souhaite pas mettre de côté, ce qui consterne le chanteur[H 4]. McCartney transcrit ainsi ses émotions, ce qui permet d'évacuer ses tensions[G 1]. « C'est souvent une bonne façon de s'adresser à quelqu'un ou d'exprimer ses sentiments, » déclare t-il[G 5].

Le musicien fait preuve d'optimisme pour le choix du titre, qui est répété deux fois à chaque fin de couplet : We Can Work It Out se traduit par « On va s'en sortir » ou « On peut arranger ça » et reflète son souhait de sauver son couple malgré la menace d'une rupture[T 3]. « Je savais que j'étais égoïste. Ça a provoqué quelques disputes. Et puis Jane est partie, et je lui ai dit « OK, va t-en, j'en trouverai une autre », mais je ne supportais pas de vivre sans elle. »[T 5]. Les paroles écrites par John Lennon dénotent au contraire que McCartney doit aller de l'avant car « la vie est très courte et on n'a pas le temps de faire des histoires »[B 12]. Ce désaccord avec le chanteur principal met en avant l'opposition de leurs deux personnalités d'une part, et leur complémentarité artistique au sein du groupe d'autre part[T 3].

InterprètesModifier

Musiciens[Notes 1],[G 5]
Personnel technique[L 3]

Parution et réceptionModifier

Sortie et clip musicalModifier

  Vidéo externe
  Version enregistrée de We Can Work It Out et son clip promotionnel sur le compte YouTube des Beatles.

We Can Work It Out paraît en 45 tours le au Royaume-Uni sous le label Parlophone, le même jour que l'album Rubber Soul et trois jours plus tard aux États-Unis sous le label Capitol Records[H 5].

La chanson bénéficie d'une sortie en double face A avec le titre Day Tripper[3]. En effet, il s'agit d'une première dans l'histoire du groupe, John Lennon ne souhaitant pas que Day Tripper soit reléguée en Face B par We Can Work It Out, jugée meilleure par EMI[4]. La major trouve un compromis et crée l'un des premiers formats en « double face A » de l'histoire du rock, ce qui ne l'empêche pas d'effectuer une meilleure promotion pour We Can Work It Out[H 4]. Ce format est par la suite repris pour d'autres 45 tours du groupe, comme Yellow Submarine / Eleanor Rigby en 1966 ou Penny Lane / Strawberry Fields Forever l'année suivante[Mc 1],[T 6].

Les deux singles sont accompagnés par trois clips musicaux qui en font la promotion, réalisés le aux Twickenham Film Studios[3]. Le clip promotionnel de We Can Work It Out est diffusé pour la première fois dans l'émission Top of the Pops le [H 5]. Dans ce dernier, Paul McCartney est à la basse, John Lennon à l'harmonium, George Harrison à la guitare électrique, ce qui ne correspond pas à l'utilisation supposée des instruments les jours de l'enregistrement aux studios EMI[G 5].

Publication en FranceModifier

La chanson arrive en France en sur la face A d'un 45 tours EP (« super 45 tours »); elle est accompagnée de You Won't See Me. Sur la face B figurent Day Tripper et Norwegian Wood[5]. La photo de la pochette est prise dans les studios Twickenham le lors du tournage du film promotionnel de la chanson I Feel Fine[6].

Tournée et succès commercialModifier

Les Beatles débutent leur dernière tournée en Grande-Bretagne le même jour que la sortie des deux singles[B 16]. Cette série de concerts marque la dernière tournée du groupe au Royaume-Uni, qui s'achève par une représentation à Cardiff le [H 6]. Le , les deux singles prennent la tête du UK Singles Chart ; une semaine plus tard, We Can Work It Out occupe la première position au Billboard Hot 100[H 7]. La chanson de Paul McCartney a davantage de réussite que Day Tripper, qui n'atteint que la cinquième position du classement aux États-Unis[7]. Plus d'un million de copies du disque sont vendues au Royaume-Uni, où les deux singles remportent un grand succès auprès du public[L 5].

La sortie du single We Can Work It Out coïncide avec la fin d'une ère de production intense pour le groupe, puisqu'après sa parution, les Beatles cessent d'enregistrer deux albums par an[L 5]. Les musiciens et l'équipe technique prennent deux mois de repos au début de l'année 1966 pour se remettre des trois dernières années de travail[B 17]. L'ingénieur du son Norman Smith, qui travaille dans les studios EMI depuis 1959, est promu producteur et cesse sa collaboration avec le groupe[E 1]. En effet, George Martin ne souhaite pas que Smith occupe à la fois les deux fonctions, au risque d'être relégué au second plan[E 2]. Ce dernier est remplacé par le jeune Geoff Emerick dès 1966[L 5],[L 6].

Séparation du couple Asher-McCartneyModifier

 
Linda Eastman, que Paul McCartney rencontre en 1967, le conduisant à mettre fin à sa relation avec Jane Asher l'année suivante.

En , Paul McCartney rencontre Linda Eastman, avec qui il flirte alors qu'il est toujours en couple avec Jane Asher[Mi 3]. Celle-ci remarque un changement d'attitude chez son compagnon. « Paul avait tellement changé... Il était sous LSD, dont j'ignorais tout, » déclare t-elle[Mi 4]. Malgré ce contexte difficile, le couple reste ensemble, et annonce même leurs fiançailles[Mi 5]. En 1968, après cinq années de relation, le couple finit par rompre suite à l'infidélité de McCartney[Mi 6]. « Je l'aimais beaucoup et on s'entendait bien. C'était une personne très intelligente et intéressante, mais la sauce n'a jamais vraiment pris en ce qui me concerne », conclut-il[Mi 7].

La rupture du couple entraîne également la fin de la relation avec sa belle-famille, avec qui il vit et passe beaucoup de temps. Il remarque : « Margaret Asher était du genre maman poule, et comme j'avais perdu ma mère, elle jouait ce rôle pour moi. Et là, je perdais ma mère pour la seconde fois »[Mc 2]. Quelques mois plus tard, McCartney se met en couple avec Linda Eastman, alors que les Beatles terminent l'enregistrement de l’Album blanc[Mi 8].

Postérité et reprisesModifier

 
Stevie Wonder effectue une reprise de We Can Work It Out en 1970.

We Can Work It Out figure sur plusieurs compilations des Beatles. Dès 1966, le titre bénéficie d'un nouveau mixage audio en stéréo afin de paraître sur une des premières compilations du groupe, A Collection of Beatles Oldies[G 3]. Quelques mois plus tôt, la chanson est publiée sur l'album Yesterday and Today, destiné au marché américain, et dont la pochette, qui met en scène les Beatles habillés en bouchers et recouverts de viande, fait scandale[B 18]. 60 000 exemplaires sont mis en circulation puis retirés peu de temps après. « Comme d'habitude, ça a fait tout un foin et tous les disques ont été renvoyés ou retirés pour qu'on colle dessus cette horrible photo sur laquelle on a l'air fourbu alors qu'on est supposés avoir l'air insouciant » déclare John Lennon[B 18].

La chanson est également présente sur l’Album rouge, sorti en 1973[8], Past Masters, paru en 1988[9]. En 2000, Apple Records publie l'album 1, qui regroupe les 27 chansons des Beatles ayant atteint la première place au Royaume-Uni et aux États-Unis, parmi lesquelles We Can Work It Out figure[10]. Le clip de la chanson est placé dans la compilation 1+, commercialisée en 2015, tandis que dans son édition de luxe, deux des trois clips de la chanson sont inclus, ainsi que les trois versions de Day Tripper[11].

Comme de nombreuses chansons des Beatles, We Can Work It Out fait l'objet d'une multitude de reprises de la part de groupes issus de différents genres musicaux. Le morceau est repris dès la fin des années 1960 par Petula Clark et Deep Purple[12],[13]. Le groupe de hard rock effectue une reprise aux influences de rock psychédélique[14]. De son côté, Stevie Wonder le reprend également en 1970 sur son album Signed, Sealed and Delivered[15]. Fan de l'écriture du duo Lennon/McCartney, le célèbre chanteur de soul réinterprète la chanson en changeant entièrement l'instrumentation : l'harmonium est ainsi remplacé par un clavinet, tandis que les guitares acoustiques font place à une guitare électrique, un rythme de batterie funk, complété par un solo d'harmonica[16],[17],[18]. Sa reprise atteint notamment la treizième place du Billboard Hot 100 début [19]. We Can Work It Out figure en outre sur plusieurs bandes originales de film, dont All This and World War II, un documentaire d'archives de la Seconde Guerre mondiale[20]. Paul McCartney reprend lui-même la chanson durant ses années de tournée en solo, dont sur l'album live Unplugged (The Official Bootleg), sorti en 1991[21]. D'autres artistes effectuent une reprise de la chanson, dont Dionne Warwick, The Dillards, Chaka Khan, Ashford & Simpson et Leslie Uggams[22]. Enfin, le chanteur Richard Anthony interprète sa propre version de We Can Work It Out en français sous le titre Tout Peut S'Arranger [23].

Classements et certificationModifier

Classement Meilleure
position
  États-Unis (Hot 100)[24] 1
  Allemagne (Media Control AG)[25] 2
  Belgique (Flandre Ultratop 50 Singles)[26] 3
  Finlande (Suomen virallinen lista)[27] 1
  Pays-Bas (Single Top 100)[28] 1
  Royaume-Uni (UK Singles Chart)[29] 1
  Nouvelle-Zélande (RMNZ)[30] 1
  Suède (Sverigetopplistan)[31] 1
Pays Compagnie Certification
  États-Unis
RIAA
  Or[32]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La répartition des instruments est incertaine et varie selon les sources. Un « (?) » signifie qu'un doute subsiste sur l'utilisation de l'instrument.

BibliographieModifier

  • (fr) The Beatles, The Beatles Anthology : Par les Beatles, Éditions du Seuil, , 370 p. (ISBN 2-02-041880-0)
  1. The Beatles 2000, p. 146.
  2. The Beatles 2000, p. 153.
  3. a et b The Beatles 2000, p. 155.
  4. The Beatles 2000, p. 171.
  5. The Beatles 2000, p. 157.
  6. The Beatles 2000, p. 158.
  7. The Beatles 2000, p. 167.
  8. The Beatles 2000, p. 177.
  9. The Beatles 2000, p. 192.
  10. The Beatles 2000, p. 191.
  11. a et b The Beatles 2000, p. 194.
  12. a et b The Beatles 2000, p. 199.
  13. The Beatles 2000, p. 193.
  14. The Beatles 2000, p. 196.
  15. The Beatles 2000, p. 197.
  16. The Beatles 2000, p. 198.
  17. The Beatles 2000, p. 201.
  18. a et b The Beatles 2000, p. 204.
  • (fr) Tim Hill (trad. de l'anglais), The Beatles : Quatre garçons dans le vent, Paris, Éditions Place des Victoires, , 448 p. (ISBN 978-2-84459-199-9)
  1. Hill 2008, p. 213.
  2. Hill 2008, p. 215.
  3. Hill 2008, p. 222.
  4. a b et c Hill 2008, p. 226.
  5. a et b Hill 2008, p. 224.
  6. Hill 2008, p. 225.
  7. Hill 2008, p. 230.
  1. a b et c Guesdon et Margotin 2013, p. 300.
  2. a b et c Guesdon et Margotin 2013, p. 272.
  3. a b c et d Guesdon et Margotin 2013, p. 315.
  4. Guesdon et Margotin 2013, p. 218.
  5. a b c d et e Guesdon et Margotin 2013, p. 314.
  • (en) Mark Lewisohn, The Complete Beatles Recording Sessions - The Official Story of the Abbey Road years 1962-1970, London, Hamlyn - EMI, , 204 p. (ISBN 978-0-600-63561-1)
  1. Lewisohn 1988, p. 63.
  2. Lewisohn 1988, p. 68.
  3. a b c et d Lewisohn 1988, p. 64.
  4. a et b Lewisohn 1988, p. 66.
  5. a b et c Lewisohn 1988, p. 69.
  6. Lewisohn 1988, p. 70.
  • (fr) Paul McCartney (trad. de l'anglais), Paul McCartney : Paroles & souvenirs de 1956 à aujourd'hui, New-York, Buchet-Chastel, , 874 p. (ISBN 978-2-283-03560-3)
  1. McCartney 2021, p. 830.
  2. McCartney 2021, p. 783.
  • (fr) Barry Miles (trad. de l'anglais), Paul McCartney : Many Years From Now : Les Beatles, les sixties et moi, France, Flammarion, , 699 p. (ISBN 2-08-068725-5)
  1. Miles 2004, p. 225.
  2. Miles 2004, p. 285.
  3. Miles 2004, p. 457.
  4. Miles 2004, p. 458.
  5. Miles 2004, p. 464.
  6. Miles 2004, p. 477.
  7. Miles 2004, p. 478.
  8. Miles 2004, p. 496.
  • (fr) Steve Turner (trad. de l'anglais), Beatles : L'intégrale de toutes leurs chansons, Paris, Hors Collection, , 352 p. (ISBN 978-2-258-13711-0)
  1. Turner 2016, p. 86.
  2. Turner 2016, p. 127.
  3. a b c d et e Turner 2016, p. 128.
  4. Turner 2016, p. 133.
  5. Turner 2016, p. 143.
  6. Turner 2016, p. 176.

Autres référencesModifier

  1. (en) Richie Unterberger, « Song Review by Richie Unterberger », sur allmusic.com (consulté le ).
  2. a et b (en) Alan W. Pollack, « Notes on "We Can Work It Out" », sur icce.rug.nl, (consulté le ).
  3. a et b (en) « We Can Work It Out », sur beatlesbible.com, (consulté le ).
  4. (en) « Day Tripper », sur beatlesbible.com, (consulté le ).
  5. Masanori Yokono, « 23. The Beatles (MEO 107) » (consulté le ).
  6. Livret du disque 1+.
  7. (en) « Day Tripper », sur billboard.com (consulté le ).
  8. (en) Stephen Thomas Erlewine, « 1962-1966 Review by Stephen Thomas Erlewine », sur allmusic.com (consulté le ).
  9. (en) AllMusic, « Past Masters Review by AllMusic », sur allmusic.com (consulté le ).
  10. (en) Stephen Thomas Erlewine, « 1 Review by Stephen Thomas Erlewine », sur allmusic.com (consulté le ).
  11. Livret de la compilation 1+
  12. (en) Bruce Eder, « My Love Review by Bruce Eder », sur allmusic.com (consulté le ).
  13. (en) Joe Viglione, « The Book of Taliesyn Review by Joe Viglione », sur allmusic.com (consulté le ).
  14. (en) « Deep Purple - The Book of Taliesyn », sur sputnikmusic.com, (consulté le ).
  15. (en) Ron Wynn, « Signed, Sealed and Delivered Review by Ron Wynn », sur allmusic.com (consulté le ).
  16. Isadora Dartial, « La reprise optimiste des Beatles par Stevie Wonder », sur nova.fr, (consulté le ).
  17. Dan Kois, « The Greatest Beatles Cover Is Stevie Wonder’s « We Can Work It Out » », sur slate.com, (consulté le ).
  18. (en) Vince Aletti, « Signed, Sealed and Delivered », sur rollingstone.com (consulté le ).
  19. (en) « The Hot 100 > 25 avril-1 mai 1971 », sur billboard.com (consulté le ).
  20. (en) Stephen Thomas Erlewine, « All This and World War II [Original Motion Picture Soundtrack] Review by Stephen Thomas Erlewine », sur allmusic.com (consulté le ).
  21. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Unplugged (The Official Bootleg) Review by Stephen Thomas Erlewine », sur allmusic.com (consulté le ).
  22. « We Can Work It Out : The Beatles : paroles, traduction, histoire… », sur yellow-sub.net (consulté le ).
  23. (en) « Richard Anthony - Tout Peut S'Arranger », sur allmusic.com (consulté le ).
  24. (en) The Beatles - Chart history – Billboard. Billboard Hot 100. Prometheus Global Media. Consulté le 2 avril 2022.
  25. (de) Charts.de – The Beatles - We Can Work It Out. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 2 avril 2022.
  26. (nl) Ultratop.be – The Beatles – We Can Work It Out. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 2 avril 2022.
  27. (en) Finnishcharts.com – The Beatles – We Can Work It Out. Suomen virallinen lista. Hung Medien. Consulté le 2 avril 2022.
  28. (nl) Dutchcharts.nl – The Beatles – We Can Work It Out. Single Top 100. Hung Medien. Consulté le 2 avril 2022.
  29. (en) Archive Chart. UK Singles Chart. The Official Charts Company.
  30. (en) Charts.org.nz – The Beatles – We Can Work It Out. RMNZ. Hung Medien. Consulté le 2 avril 2022.
  31. (en) Swedishcharts.com – The Beatles – We Can Work It Out. Singles Top 60. Hung Medien. Consulté le 2 avril 2022.
  32. (en) « Gold & Platinum », sur riaa.com (consulté le ).

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 mai 2022 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 10 mai 2022 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.