Apple Records

label discographique britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apple (homonymie).
Apple Records
Description de l'image Applecorps.jpg.
Filiale Apple Corps
Fondation 1968
Fondateur The Beatles
Genre Pop
Rock
Rock progressif
Musique expérimentale
Musique indienne
Musique classique
Musique folk
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Siège Londres

Apple Records est un label discographique fondé par les Beatles en 1968 comme une division d'Apple Corps ; c'est d'ailleurs la seule de ses divisions devenue rentable.

EMI et Capitol Records ont décidé de distribuer Apple Records jusqu'en 1975, Apple conservant les droits appartenant aux artistes qui avaient signé avec elle, tandis qu'EMI conserve les droits des chansons des Beatles et de leurs travaux en solo.

HistoireModifier

Le , le nouveau label publie ses quatre premiers 45 tours commercialement disponibles. Vendus séparément ou dans un boîtier appelé Our First Four, ils incluaient les Beatles avec Hey Jude / Revolution (R 5722), Mary Hopkin avec Those Were the Days / Turn Turn Turn (APPLE2), Jackie Lomax avec Sour Milk Sea (en) / The Eagle Laughs At You (APPLE3) et The Black Dyke Mills Band avec Thingumybob / Yellow Submarine (APPLE4)[1], cette dernière face A écrite et produite par Paul McCartney[2]. Le disque avec le numéro de série APPLE1 était The Lady Is a Champ, une version humoristique de la chanson The Lady Is a Tramp, avec un nouveau texte écrit par Sammy Cahn et chanté par Frank Sinatra lui-même. Elle est enregistrée la même année pour le 21e anniversaire de naissance de Maureen Starkey, commandée par son époux Ringo Starr. Un seul disque ayant été pressé et les bandes détruite, c'est un des très rares 45 tours existant[3].

Modifier

Le logo d'Apple Records est créé par le graphiste irlandais Gene Mahon, un des artisans de la pochette de l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band[4]. L'idée d'utiliser une pomme verte Granny Smith sur l'étiquette du disque est inspirée du tableau Le Jeu de Mourre de René Magritte, acheté par Paul McCartney[5]. Après avoir été approché par Neil Aspinall, Mahon demande au photographe Paul Castell de photographier la pomme entière et celle-ci coupée pour y voir l'intérieur. L'idée étant d'avoir la pomme verte vierge sur une face du disque et celle avec la chaire blanche de l'autre pour y inscrire toute l'information. Mais la loi du copyright impose que chaque face doit être bien identifiée, on a retenu l'idée de base mais avec les écritures sur chaque face. Alan Aldridge (en) a la tâche de finaliser la mise en forme des étiquettes[4]. Des pommes rouges ont aussi été utilisés pour des éditions particulières; l'édition américaine du disque Let It Be publié conjointement avec la United Artists, par exemple[6].

Zapple RecordsModifier

Zapple est un label éphémère destiné à recevoir les compositions avant-gardistes : il n'a publié que deux albums ; Electronic Sound de George Harrison et Unfinished Music No.2: Life with the Lions de John Lennon et Yoko Ono.

Artistes qui ont collaboré avec Apple RecordsModifier

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (en) Barry Miles, Paul McCartney: Many Years from Now Vintage, Vintage, 1998, 671 p. (ISBN 978-0749386580)
  • (en) Yoko Ono, Jann S. Wenner, Lennon Remembers, Verso, 2000, 160 p. (ISBN 978-1859843765)
  • (en) Peter Brown, Steven Gaines, The Love You Make: An Insider's Story of the Beatles, NAL, 2002, 464 p. (ISBN 978-0451207357)
  • (en) Richard DiLello, The Longest Cocktail Party, Alfred Music, 2005, 376 p. (ISBN 978-1470615178)
  • (en) Bob Spitz, The Beatles: The Biography, Back Bay Books, 2005, 992 p. (ISBN 978-0316013314)
  • (en) Marty Angelo, Once Life Matters: A New Beginning, Impact Publishing, 2006, 202 p. (ISBN 978-0961895440)
  • (en) Cynthia Lennon, John, Three Rivers Press, 2006, 352 p. (ISBN 978-0307338563)
  • (en) Jonathan Gould, Can't Buy Me Love: The Beatles, Britain and America, Three Rivers Press, 2008, 672 p. (ISBN 978-0307353382)

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Richard Havers, « ‘Hey Jude’ And Apple Records’ First Singles », U Discover Music,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Joe Goodden, « titre », sur The Beatles Bible (consulté le 3 janvier 2020)
  3. (en) Karen Freedman, « Rare Frank Sinatra Apple Record Surfaces », Noise 11,‎ (lire en ligne).
  4. a et b (en) Barry Miles, « Why The Beatles Created Apple Music », Cuepoint,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Craig Silver, « How A Magritte Painting Led to Apple Computer », Forbes,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Joe Goodden, « US album release: Let It Be », sur The Beatles Bible (consulté le 11 mai 2019)
  7. https://www.discogs.com/The-Radha-Krsna-Temple-The-Radha-Krsna-Temple/release/1086950