Villotte-devant-Louppy

commune française du département de la Meuse

Villotte-devant-Louppy
Villotte-devant-Louppy
Église Saint-Brice.
Blason de Villotte-devant-Louppy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Intercommunalité Communauté de communes De l'Aire à l'Argonne
Maire
Mandat
Alain Chaudron
2020-2026
Code postal 55250
Code commune 55569
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2018 en augmentation de 3,14 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 11″ nord, 5° 04′ 39″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 232 m
Superficie 11,23 km2
Élections
Départementales Canton de Revigny-sur-Ornain
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Villotte-devant-Louppy
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Villotte-devant-Louppy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villotte-devant-Louppy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villotte-devant-Louppy

Villotte-devant-Louppy est une commune française située dans le département de la Meuse, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est.

GéographieModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1986 Alain Gabriel    
1986 2001 Jean Renauld[1]    
2001 2008 Albert Hannequin    
2008 En cours Catherine Zanon    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2018, la commune comptait 164 habitants[Note 1], en augmentation de 3,14 % par rapport à 2013 (Meuse : −3,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
520559565585555555573548553
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
521492498493524508492469439
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
379355348245226212204212202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
196182240190169170159153164
2018 - - - - - - - -
164--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Les "coquins"

Au XIXe siècle, des nodules de phosphate de chaux (coprolithes pour certains), familièrement appelés "coquins", ont été extraits dans une trentaine de communes de la Meuse. Il s'agit d'une veine de 300 km de long de l'Yonne jusqu'aux Ardennes sur 500 m à 3 km de large. En 1877, Charles de Molon, qui a découvert ces veines de phosphates vers 1850 (brevets d'applications en 1856 et 1857 pour la fertilisation agricole), estime la quantité encore exploitable en Meuse à 80 millions de tonnes[6]. En 1886, on a extrait dans les départements de la Meuse et des Ardennes 76 600 tonnes de nodules[7].

C'est à Villotte-devant-Louppy que se trouvait la plus grande exploitation de la Meuse, commencée en 1861. En 1890, la superficie des gisements et les réserves étaient estimées respectivement à 1 000 hectares et 1,5 million de tonnes[8]. Il y avait environ 50 puits et 200 ouvriers. Alcide Bister (1841-1916), natif de Villotte, industriel, avait la plus grosse exploitation sur sa propriété de la forêt des Argonnelles. M. Desaux exploitait quant à lui des mines dans la forêt du Beaubois[9].

L'extraction s'effectuait d'abord en surface (moins d'un mètre), où les nodules sont libres puis avec des puits pouvant atteindre 20 m de profondeur, où les nodules sont empâtés dans la roche. La grosseur des nodules est de 1 à 10 cm environ. Les nodules étaient lavés, concassés puis séchés, avant d'être pulvérisés dans des moulins identiques aux moulins à farine, pour en faire une poudre très fine, seule exploitable comme engrais. Il y avait des ateliers de lavage le long de la Chée. Alcide Bister transportait ses nodules à Revigny où il possédait des moulins hydrauliques. M. Desaux utilisait le moulin de Laheycourt, sur la Chée et, à Villotte, le moulin à blé du Matron, sur la Chée également, reconverti vers 1881 en moulin à phosphates. Une petite voie de chemin de fer à voie unique (appelé aussi tramway), mise en service en 1880, assure le transport vers Revigny-sur-Ornain, soit des nodules, soit de la poudre en sacs de 50 kg[9].

L'extraction et le traitement des phosphates de chaux ont été une activité importante pendant une trentaine d'années (environ 1860-1890) puis en déclin à cause de la concurrence étrangère notamment d'Afrique du Nord. Elle a pratiquement disparu en 1900.

Alcide Bister se reconvertira dans la production de produits en béton et surtout d'animaux en pierre reconstituée. Il a donné une vache à Villotte (fontaine de la Vache, classée MH).


Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

On peut y trouver également deux œuvres de l'artiste burkinabé Sahab Koanda, une vache et une porteuse d'eau. On y trouve aussi une représentation à l'identique d'une vache en pierre reconstituée.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
De gueules à la vache couchée d'argent chapée d'azur à deux croix écotées alésées d'or ; au chevron d'or chargé d'une aigle éployée de sable brochant sur la partition. Armoiries composées et dessinées par R.A LOUIS ,adaptées conformément aux souhaits de la municipalité ,avec les conseils de la Commission héraldique de l'UCGL et adoptées par la commune en novembre 2013.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Villotte-devant-Louppy », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2020).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  6. Charles de Molon, L'Agriculture et le phosphate de chaux, Coulommiers, , 318 p. (lire en ligne)
  7. Edmond Nivoit, Géologie appliquée à l'art de l'ingénieur. [Volume 2], paris, Baudry, , 657 p. (lire en ligne), page 384
  8. Achille Müntz, Antoine Charles Girard, Les Engrais. Tome 2. Engrais azotés. Engrais phosphatés, Paris, , 608 p. (lire en ligne), Page 400
  9. a et b Archives Départementales de la Meuse, « Monographie de Villotte-devant-Louppy, page 11/57 », sur http://archives.meuse.fr, (consulté le 6 décembre 2019)
  10. Notice no PA00106679, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no PA00106718, base Mérimée, ministère français de la Culture