Vianney

auteur-compositeur-interprète français
(Redirigé depuis Vianney (chanteur))
Vianney
Description de cette image, également commentée ci-après
Vianney en 2015.
Informations générales
Nom de naissance Vianney Bureau
Naissance (30 ans)
Pau (Pyrénées-Atlantiques)
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Activités annexes acteur
Genre musical Variété française
Instruments Guitare, piano
Années actives Depuis 2014
Labels Tôt ou tard (depuis 2014), Believe Digital
Site officiel vianney-musique.com

Vianney Bureau, dit Vianney, né le à Pau, est un auteur-compositeur-interprète français.

Il remporte le trophée d'artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, un an après avoir été nommé dans les Révélations des mêmes cérémonies.

Son premier album, Idées blanches (2014), est certifié disque de platine. Son deuxième album, Vianney, sort en 2016 et se voit certifié disque de diamant. En 2020, il sort un troisième album, N'attendons pas.

En 2021, il intègre le jury de The Voice.

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Vianney est né d'un père militaire pilote d'hélicoptère dans l'aviation légère de l'armée de terre et d'une mère pilote d'avion, instructrice en écoles de pilotage, avant de se reconvertir dans l'enseignement comme professeur agrégée d'économie-gestion. Il est issu d'une famille catholique pratiquante, avec trois frères[1]. L'un d'eux, Édouard Bureau est un écrivain reconnu, notamment pour son ouvrage Un lion sans crinière. Au moment de sa naissance, en pleine guerre du Golfe, son père est affecté dans un régiment d'hélicoptères à Pau[2]. Vianney grandit avec des parents mélomanes[3]. Écoutant son père chanter à la guitare des chansons de Georges Brassens, François Béranger, Maxime Le Forestier ou même Rickie Lee Jones[4], Vianney se découvre une passion pour la chanson dès ses 12 ans[3] et commence dès lors à écrire des chansons. Dans son enfance, Vianney a également joué au rugby. Adolescent, il a fait du saut en longueur[5].

En 2005, son père le présente à des amis musiciens avec qui il enregistre son premier disque auto-produit avec son frère aîné. En 2007, il fait son premier concert au New Morning à Paris[6], en finale d'un parcours Emergenza permettant à des musiciens amateurs de se produire.

Vianney Bureau grandit à Paris et entre au collège Notre-Dame-des-Oiseaux dans le 16e arrondissement[7] ; il en écrira une chanson du même nom[8], présente sur son premier album Idées blanches. Il entre ensuite au lycée militaire de Saint-Cyr[3],[4], où il passe trois ans.

Après son baccalauréat, il entre en 2009 à l'ESG Management School de Paris[9] pour trois années d'études. Dans ce cadre, il obtient un bachelor à l'université du Middlesex à Londres[10]. Il étudie ensuite le stylisme à l'École supérieure des arts et techniques de la mode (ESMOD) et en sort diplômé en [11].

Il estime que ces expériences lui ont « ouvert l'esprit, socialement et artistiquement »[11].

Foi et engagementModifier

Son prénom est inspiré de saint Jean-Marie Vianney, plus connu comme le saint curé d’Ars.

Catholique assumé[12] et pratiquant[13],[14], Vianney fait du scoutisme dans sa jeunesse[15],[14] : il fut chef de patrouille au sein des Scouts d'Europe[16].

Il participe régulièrement à l’accueil de personnes sans domicile fixe dans une paroisse parisienne dans le cadre de l'opération « Hiver solidaire ». Sa chanson Les gens sont méchants fait référence à cet engagement bénévole[17]. Il est également engagé auprès de l'association Imagine for Margo pour aider les enfants et adolescents atteints du cancer. Il est régulièrement lecteur lors de la messe dans une église du 9e arrondissement de Paris[13].

Le chanteur fait souvent des références à Dieu ou à ses pèlerinages solitaires dans ses chansons[18]. « Quand je fais mes voyages à vélo, qu'il fait trois degrés et que je dors dehors, j'ai des choses auxquelles me raccrocher et la foi en fait partie. », déclare-t-il[19].

Il dédie sa chanson L'Homme et l'Âme au père Jacques Hamel, martyr de l'Église catholique, mort égorgé dans l'attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray[20].

Vie privéeModifier

Dans le cadre d'un pèlerinage à Jérusalem[Quand ?], Vianney veut se rendre en Israël en auto-stop avec seulement cent euros en poche, mais faute d'argent pour payer une taxe à Chypre pour pouvoir rentrer en territoire israélien, il est forcé de rentrer en France et ne peut donc pas terminer son voyage[21]. En 2012, il effectue un tour de France à scooter électrique, dormant dehors et rechargeant sa monture chez l'habitant[22],[9],[23]. Il s'est également rendu à vélo à Londres, Berlin et Stockholm[11]. C'est d'ailleurs ce dernier voyage qui est illustré dans le clip de Veronica.

Depuis 2016, il est en couple avec la violoncelliste Catherine Robert[24] avec qui il se serait marié le 14 juillet 2020[25].

Carrière professionnelleModifier

Parcours musicalModifier

DébutsModifier

 
Vianney en concert en 2014.

En 2011, Vianney rencontre Isabelle Vaudey, sa manager actuelle. C'est elle qui l'encourage à dévoiler ses chansons au grand public, et lui fait rencontrer Antoine Essertier, le réalisateur d'Idées blanches. Ensemble, Antoine Essertier et Vianney enregistrent Idées blanches dans les montagnes d'Auvergne, non loin de Vichy, durant deux semaines de l'été 2013[26].

L'album réalisé, Vianney signe sur le label Tôt ou tard en [27]. Il sort un premier single, Je te déteste (clip réalisé Nicolas Davenel et produit par La\Pac), en . Son premier album Idées blanches parait le de la même année[26] et comprend douze chansons.

ConsécrationModifier

À la faveur de cette parution, Vianney promeut son deuxième single, Pas là dont le clip est réalisé par Nicolas Bary et dans lequel apparaît Lola Bessis. Cette chanson propulsera Vianney au top des charts.

Il assure la première partie de trente concerts de la tournée « Vieillir ensemble » de Florent Pagny, puis celles de Cats on Trees[3], Dick Annegarn - qu'il présente comme sa principale influence idole[26] -, Shaka Ponk, Julien Clerc[28], et Johnny Hallyday.

Pour son premier récital parisien, en au Café de la Danse, Vianney effectue un duo avec Samaha, chanteuse du groupe Shaka Ponk[29]. Depuis, il invite régulièrement d'autres artistes à chanter avec lui, et à partager la scène avec des gens tels que Louane, Joyce Jonathan, Tété, Bigflo et Oli, Maxime Le Forestier, Gérard Lenorman ou encore avec le groupe haut-pyrénéen Boulevard des Airs, en concert à Pau et Toulouse[30]. Son goût pour les duos s'est aussi exprimé à la télévision, où il chante avec Alain Souchon, Jain, Sheila, Thomas Dutronc, Yael Naim ou encore Patrick Bruel.

Son album sort en Allemagne le , et Vianney décide alors de se rendre à Berlin à vélo afin d'y arriver le jour de la sortie[31].

Le , il enregistre dans un studio parisien la version acoustique de son album avec quelques reprises en bonus. Ce sera la réédition de son premier album.

Il co-écrit et co-compose Les Filles d'aujourd'hui, qu'il chante en duo avec Joyce Jonathan[32].

Deuxième albumModifier

 
Vianney le à Toulouse.

Fin 2016, sort son deuxième album studio, Vianney. Le premier single de ce deuxième album, Je m'en vais, sort le 17 octobre[33].

Vianney a enregistré une grande partie de ce deuxième album seul, en Loire-Atlantique, plus précisément au Croisic près de Nantes. Il en est l'auteur-compositeur intégral et y joue guitares acoustiques, électriques, ainsi que la plupart des pianos et claviers[2]. Il s'est également entouré de grands noms du disque pour sa réalisation : François Delabrière (Pascal Obispo, Marc Lavoine, Cœur de Pirate, etc.), Clément Ducol (Vincent Delerm, Camille, Christophe, Hans Zimmer, etc.), Bob Clearmountain (David Bowie, Aerosmith, The Rolling Stones, Bruce Springsteen, etc.), Loïc Ponthieux (Véronique Sanson, Johnny Hallyday, Michel Jonasz, etc.) ou encore Laurent Vernerey (Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Céline Dion, Jean-Jacques Goldman, etc.)[34].

Pour célébrer ses 150 000 premiers abonnés Facebook, il propose un concert de 150 minutes en vidéo direct le , concert pendant lequel il invite Alain Souchon, Bigflo et Oli, et Boulevard des Airs à chanter avec lui.

Les 8 et , Vianney termine à Paris une tournée de trois ans en remplissant la salle de l'AccorHotels Arena (ancien POPB). Comme à son habitude, il joue seul sur scène accompagné de sa guitare, sans musicien. Au cours de cette dernière série de concerts, Patrick Bruel, Véronique Sanson, MC Solaar et Bigflo & Oli montent sur scène à ses côtés le temps d'un morceau. Pendant son dernier concert, Vianney remercie ses parents, présents dans la salle, de l'avoir depuis l'enfance « laissé libre »« Les larmes de Vianney, bouleversé par ses parents », sur Gala, (consulté le 30 janvier 2021).

L'été 2018 est consacré à une tournée des festivals français (Nîmes, Montauban, Les Nuits de Saint-Jacques, Nort-sur-Erdre).

Il écrit et compose On trace, l'hymne du Monde des Enfoirés, spectacle des Enfoirés en 2019 pour les Restos du cœur.

Au printemps 2019, Il écrit et compose un album pour Erza Muqoli, qui sortira en . La première chanson, intitulée Je chanterai, sort en , suivie par le clip un mois plus tard.

Troisième opusModifier

À la suite du confinement lié à l'épidémie de coronavirus lors du printemps 2020, il sort le nouveau titre N’attendons pas.

Le , à minuit, Vianney dévoile son nouveau titre intitulé Beau-papa. Il dédie cette chanson à sa belle-fille. Le , à minuit, Vianney dévoile un nouveau titre intitulé Merci pour ça qu'il dédie à un ami sdf (Karim).

Son troisième album intitulé N'attendons pas est sorti le .

Accusations de plagiatModifier

Maître Gims et Vianney sont accusés de plagiat par la réalisatrice belge Charlotte Abramow pour le clip La Même. À l'occasion de la journée internationale des droits de la femme du , elle diffuse une réalisation d'un clip nommé Les passantes de Georges Brassens qui selon son appréciation présente de nombreuses similarités en déclarant « [ce clip reprend] la même structure, la même esthétique, les mêmes décors aux couleurs pastel et surtout les mêmes types de portraits »[35],[36]. Selon la RTBF, YouTube décide de censurer le clip de Charlotte Abramow pour « séquences potentiellement offensantes », entre autres le grand nombre de corps de femmes trop dénudés[37],[38]. Après une indignation massive sur les réseaux sociaux, l'hébergeur de vidéos re-diffuse le clip au plus de 700 000 vues. Maître Gims répond en suggérant à son tour que Charlotte Abramow s'est inspirée d'une séquence du clip de la chanson Silent All These Years de Tori Amos[39]. Le chanteur Vianney, quant à lui, n'a pas répondu à ces accusations. La chanson La Même a été le titre le plus diffusé durant l'année 2018 par les radios françaises, avec plus de 75 000 passages à l'antenne tandis que le clip est le deuxième au classement à la télé selon la société d'études Yacast[40].

Rôle au cinémaModifier

En 2018, il fait ses débuts comme acteur en tenant l'un des rôles principaux du film Ma mère est folle[41].

Juré dans The VoiceModifier

Il intègre le jury de The Voice lors de la dixième saison en 2021. À ses côtés, il retrouvera Amel Bent, Florent Pagny et Marc Lavoine.

DiscographieModifier

Albums studiosModifier

Album en publicModifier

CertificationsModifier

DistinctionsModifier

Année Organisateur(s) Prix Résultat
2014 Virgin Radio Révélation masculine Lauréat
2015 W9 Prix Talents Lauréat
RFM Parolier de l'année (Pas là) Lauréat
Victoires de la musique Album révélation de l'année (Idées blanches) Nomination
NRJ Music Awards Révélation francophone de l'année Nomination
SACEM Meilleur espoir auteur-compositeur de l'année Lauréat
2016 Victoires de la musique Artiste interprète de l'année Lauréat
Le Parisien Enfant Prodige Lauréat
2017 NRJ Music Awards Chanson de l'année Nomination
Artiste masculin de l'année Nomination
Victoires de la musique Chanson originale de l'année (Je m'en vais) Lauréat
2018 NRJ Music Awards Groupe/Duo francophone de l'année (avec Gims) Nomination
Chanson francophone de l'année (La Même) Nomination
2020 Victoires de la musique Chanson originale (Allez reste) Nomination
NRJ Music Awards Artiste masculin francophone de l'année Nomination
Performance francophone de l'année (Beau-papa) Nomination
2021 Victoires de la musique Artiste masculin Nomination

DoublageModifier

2018 : Pomme & Oignon (série d'animation)

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

TélévisionModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Brochen, « Vianney : Voix parallèle », sur Libération,
  2. a et b Ludovic Perrin, « Vianney, le goût de l'uniforme », LeJDD.fr, (consulté le 27 décembre 2016)
  3. a b c et d Éric Bureau, « Chanson : vous allez adorer Vianney », sur leparisien.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  4. a et b AFP, « Vianney, un petit vent de fraîcheur dans la chanson française », sur la-croix.com, (consulté le 24 janvier 2016)
  5. Dans la vidéo Méli-Mélo 3 de la chaîne Mcfly et Carlito, il dit avoir fait du saut en longueur étant adolescent.
  6. « Il y a 10 ans, pour lui, c'était nous les stars... La roue tourne ! », sur Linkedin.com (consulté le 26 juin 2020).
  7. NRJ, « Biographie Vianney », sur www.nrj.fr, inconnu (consulté le 8 janvier 2021)
  8. Boris Tampigny, « Vianney, le génial petit canard de la chanson française », sur metronews.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  9. a et b « Tour de France Zéro émission : un « d’jeun » s’échappe en silence », sur motomag.com, (consulté le 24 janvier 2016)
  10. Yannick Delneste, « Vianney, vent nouveau », sur chansonfrancaise.blogs.sudouest.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  11. a b et c Gilles Médioni, « Vianney », L'Express, no 3304,‎ (lire en ligne).
  12. « Vianney, un destin en chanteur », sur telerama.fr, (consulté le 27 juillet 2017)
  13. a et b « Vianney : voix parallèle », sur libération.fr, (consulté le 27 juillet 2017)
  14. a et b Philippe Martinot, « Vianney, scout toujours », Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 27 juillet 2017)
  15. « Les chemins buissonniers de Vianney en sept détours », LExpress.fr, (consulté le 27 juillet 2017)
  16. « Vianney, ancien scout d'Europe, artiste masculin 2016 Les Victoires de la Musique ! - AGSE », AGSE, (consulté le 27 juillet 2017)
  17. « Le monde bigarré du chanteur Vianney », La Croix, (ISSN 0242-6056, consulté le 27 juillet 2017)
  18. « Vianney est-il le gendre idéal ? », sur rtl2.fr, (consulté le 27 juillet 2017)
  19. « Vianney interprète 4 titres de son premier album dans « Le Grand Studio RTL » », sur rtl.fr, (consulté le 27 juillet 2017)
  20. « Vianney : « J'aime me sentir utile » », sur pelerin.com, (consulté le 27 juillet 2017)
  21. « VIDÉO. « ONPC » avec Vianney : le chanteur a été encensé par Caron et Salamé. C'était gênant », sur leplus.nouvelobs.com (consulté le 29 janvier 2016)
  22. « Tour de France en scooter électrique : une étape à Jurançon », sur larepubliquedespyrenees.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  23. Marc Bruno, « La halte du Zéro émission tour », sur sudouest.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  24. Paloma Clément-Picos, « Vianney et Catherine - Le cœur côté court », Paris Match,‎ semaine du 7 au 13 juin 2018, p. 38.
  25. « Vianney : ses rares confidences sur sa femme et sa belle-fille », sur Closer, (consulté le 30 janvier 2021)
  26. a b et c « Interview : Vianney pour Idées blanches », sur mandor.fr, (consulté le 1er décembre 2014)
  27. Nicolas Dumas, « [Interview] Vianney : « Idées Blanches, c’est de l’optimisme et de l’idéalisme » », sur aritmuzik.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  28. « Vianney est bien là, ce soir à la Dynamo… », sur ladepeche.fr, (consulté le 24 janvier 2016)
  29. Julia Escudero, « Vianney : humour et surprise pour son concert au Café de la Danse de Paris », sur concertlive.fr, (consulté le 2 avril 2015).
  30. « Boulevard des airs et Vianney - Emmène moi [ 22/10/2015 - Pau ] », sur youtube.com, (consulté le 24 janvier 2016)
  31. « Vianney fait Paris-Berlin à vélo : compilation Periscope » (consulté le 4 décembre 2015)
  32. « Joyce Jonathan et Vianney dévoilent «Les Filles d’Aujourd’hui» », sur www.rfm.fr (consulté le 18 février 2016)
  33. « Vianney, un 2e album en onze jours », sur leparisien.fr, (consulté le 8 octobre 2016)
  34. « Vianney, un 2e album en onze jours », leparisien.fr, (consulté le 27 décembre 2016)
  35. « maitre-gims-et-vianney-accuses-de-plagiat-782829 », sur https://www.cnews.fr, (consulté le 9 mars 2019)
  36. « Maître Gims et Vianney accusés de plagiat par Charlotte Abramow pour leur clip "La même" », sur https://www.huffingtonpost.fr, (consulté le 9 mars 2019)
  37. Carole Boinet, « Après avoir été censuré par YouTube, le clip de Charlotte Abramow est de retour en ligne pour toutes et tous », sur lesinrocks.com, .
  38. « Maître Gims aurait-il copié le clip de l'artiste belge Charlotte Abramow? », sur https://www.rtbf.be, (consulté le 9 mars 2019)
  39. « Maître Gims réagit à l’accusion de plagiat ! », sur http://generations.fr, (consulté le 9 mars 2019)
  40. « "La même" de Maître Gims et Vianney, chanson la plus diffusée en 2018 », sur https://culturebox.francetvinfo.fr/, (consulté le 9 mars 2018)
  41. « Vianney (Ma mère est folle) : pourquoi il a fait changer le nom de son personnage dans le film de Diane Kurys », sur Gala, .
  42. « Vianney : Son album certifié Or », sur rfm.fr, .
  43. Aymeric Parthonnaud, « VIDÉO - "Le Petit Spirou" : Vianney interpète "Si on chantait" sur un air de "Oh Happy Day" », sur rtl.fr, .

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :