Valeri Guerassimov

général russe
Valeri Guerassimov
Valery Gerasimov official photo version 2017-07-11.jpg
Valeri Guerassimov en 2017.
Fonction
Chef d'état-major des forces armées de la Fédération de Russie
depuis le
Nikolaï Makarov (en)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
KazanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Валерий Васильевич ГерасимовVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Valeri Vassilievitch Guerassimov
Nationalités
Allégeances
Formation
École militaire Souvorov de Kazan (en) (jusqu'en )
École supérieure militaire de Kazan (en) (jusqu'en )
Académie militaires des forces blindées Malinovski (en) (jusqu'en )
Académie militaire de l'État major des forces armées de la fédération de Russie (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Armes
Grades militaires
Général (en) ()
Général des armées (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflits
Distinctions
Liste détaillée
Ordre du Mérite militaire ()
Ordre du Mérite pour la Patrie, 4e classe avec épées ()
Honored Military Specialist of the Russian Federation (d) ()
Ordre de l'Amitié (en) ()
Ordre de l'Honneur ()
Ordre du Mérite pour la Patrie, 3e classe avec épées ()
Medal "For services in the field of military cooperation" (en) ()
Ordre de Saint-Georges - 4e classe ()
Médaille du Maréchal Baghramyan ()
Héros de la fédération de Russie ()
Ordre de Saint-Georges - 3e classe ()
Ordre d'Alexandre Nevski ()
Ordre du Mérite pour la Patrie, 1re classe ()
Médaille des 200 ans du ministère de la Défense
Médaille « pour service impeccable », 3e classe (d)
Médaille commémorative du 1000e anniversaire de Kazan (en)
Médaille du service militaire distingué, 1e classe (d)
Médaille « pour service impeccable », 2e classe (d)
Médaille « pour renforcer la fraternité militaire »
Médaille «Pour les distinctions militaires»
Médaille du mérite au combat (en)
Ordre du Service pour la Patrie dans les Forces armées de 3e classe
Médaille pour le retour de la Crimée
Médaille de la valeur militaire, 1e classe (d)
Médaille de participation à l'opération militaire en Syrie
Médaille du Jubilé des « 70 ans des Forces armées de l'URSS » (en)
Médaille du Jubilé des « 60 Ans des Forces armées de l'URSS » (en)
Syrian-Russian Military Commonwealth medal (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Valeri Vassilievitch Guerassimov (en russe : Вале́рий Васи́льевич Гера́симов), né le à Kazan, est un général d'armée et chef de l'État-major général des forces armées de la fédération de Russie.

BiographieModifier

Valéri Guerassimov est né à Kazan, dans la République socialiste soviétique autonome tatare, aujourd'hui Tatarstan. Il est diplômé de l’école supérieure des troupes blindées de Kazan, en 1977[1]. Il sort diplômé de l'académie des forces blindées militaires Malinovsky (en) en 1987[2]. Enfin, en 1997, il est diplômé de l'académie militaire de l'état-major général des Forces armées russes[2].

Lors de la seconde guerre de Tchétchénie, il est commandant de la 58e armée dans la région militaire du Caucase du Nord. Il se fait connaître pour avoir fait arrêter et condamner Iouri Boudanov, un colonel russe accusé d’avoir brutalisé et assassiné une jeune tchétchène durant le conflit[3]. Anna Politkovskaïa dit de lui qu'il est l'exemple « d’un homme qui a su préserver son honneur d’officier ».

Par la suite, il occupe, entre autres, les postes de chef d'état-major du District militaire d'Extrême-Orient (ru) (2003-2005), ensuite, de commandant du district militaire de Moscou (ru) (2009-2010) et du district militaire central en 2012[2].

Chef de l'état-major général russeModifier

Il est nommé chef de l'état-major général des forces armées de la fédération de Russie et vice-ministre russe de la Défense, par le président Vladimir Poutine, le [4],[5], afin de succéder à Nikolaï Makarov (en). Il fait partie de la délégation russe au sommet de Genève entre Vladimir Poutine et Joseph Biden, le 16 juin 2021.

« Doctrine Guerassimov »Modifier

« Militaire jusqu'à la racine des cheveux », comme le dit le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou[6], une confusion existe sur le fait qu'il ait mis en place la « doctrine Guerassimov (en) »[7] qui serait une technique de guerre hybride appliquée depuis 2014 par la Russie et qui consiste à préparer l'opinion publique à une guerre en utilisant des moyens informatiques, diplomatiques, économiques, culturels et psychologiques en plus des dispositifs militaires. Cette confusion vient du fait qu'il ait prononcé un discours en 2013[3] expliquant comment l'Occident avait procédé à la mise en place des printemps arabes, ainsi que la manière dont l'Occident envisagerait de déstabiliser la Russie.

Guerres russo-ukrainienne et guerre civile syrienneModifier

Il préside aux manœuvres de l’armée russe en Crimée et au Donbass en 2014 et en Syrie en 2015.

 
Curtis Scaparrotti (commandant suprême des forces de l'Otan en Europe de 2016 à 2019) et Valéri Guérassimov à Bakou le .

Il est visé par des mandats d'arrêt[8] émis par le Service de sécurité d'Ukraine et par l'Union européenne depuis , du fait du rôle qu'il a joué dans le soutien de la Russie aux rebelles du Donbass et dans le déploiement massif de troupes russes à la frontière russo-ukrainienne.

Invasion de l'Ukraine en 2022Modifier
 
Valeri Guerassimov avec Vladimir Poutine et Sergueï Choïgou (Moscou, 2 novembre 2018).

Il est considéré comme l'un des acteurs majeurs dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022. Le , il est ajouté à la liste des ressortissants spécialement désignés et des personnes bloquées de l'OFAC[9] empêchant, de fait, toute personne ou entreprise américaine, de commercer avec lui, étant donné qu'il est considéré comme une menace pour la sécurité américaine.

Le , lors d'un entretien retransmis, Vladimir Poutine demande à Valéri Guerassimov et à Sergueï Choïgou de « mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat »[10].

Visite en UkraineModifier
 
Valeri Guerassimov dans son bureau au Ministère de la Défense de la fédération de Russie (2016).

Le 27 avril, le journal militaire ukrainien Defense Express (uk) a rapporté que Guerassimov se rendrait personnellement au front pour prendre le commandement (écartant Alexandre Dvornikov) et qu'il semblait déjà être arrivé à un poste de commandement près d'Izioum, dans l'oblast de Kharkiv[11],[12].

Le 30 avril, la chaîne Telegram ukrainienne Insider UA (Инсайдер UA) a annoncé la mort de 100 Russes, dont le major général Andreï Simonov et le chef d'état-major, lors d'une attaque contre le poste de commandement de la 2e armée blindée de la Garde. Le , la chaîne Telegram a révisé ses affirmations, déclarant à nouveau que Simonov était mort mais que Guerassimov n'était pas mort mais blessé et que sa garde personnelle avait été tuée[12]. Le même jour, sur Facebook, le journaliste ukrainien Aleksandr Shulman a annoncé la blessure de Guerassimov[12],[13]. L'ancien ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov a affirmé sur Facebook qu'il avait des informations de Russie selon lesquelles Guerassimov avait été blessé à la jambe droite par un éclat d'obus[14],[12]. Sur Twitter, Valery Solovey (ru) a écrit que Guerassimov avait reçu un éclat d'obus à la jambe droite[15].

Cependant, le même jour, le fondateur de Conflict Intelligence Team, Rouslan Leviev, a écrit sur Twitter que Guerassimov était arrivé ce jour-là à l'aéroport en Belgorod, en Russie, et s'était rendu à Moscou, apparemment indemne[12],[16]. Des sources d'Ukrayinska Pravda ont nié que Guerassimov ait été blessé[14],[12]. Viktor Andrusiv, conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur, a déclaré à la télévision ukrainienne que Gerasimov avait certainement été là, bien qu'il n'y ait eu aucune confirmation de la blessure de Gerassimov et qu'il y ait des indications du contraire[17],[12]. Bien que les forces armées américaines aient été au courant de la présence de Guerassimov en Ukraine, le département américain de la Défense n'a pas pu confirmer qu'il avait été blessé[18],[19],[12].

Il n'est pas apparu au défilé de la Victoire du 9 mai 2022 (Jour de la Victoire) sur la place Rouge[20].

DécorationsModifier

 
Valeri Guerassimov avec Sergueï Choïgou (Moscou, 16 juin 2020).

RussesModifier

ÉtrangèresModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Maxime Mainguet, « Guerre en Ukraine. Qui est Valéri Guérassimov, le chef d’état-major de l’armée russe ? », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  2. a b et c « Russie », Centre de documentation de l’École militaire (CDEM),‎ , p. 56 (lire en ligne [PDF])
  3. a et b « Sergueï Choïgou et Valéri Guerassimov, les maîtres de guerre de Vladimir Poutine », sur www.france24.fr (consulté le )
  4. (en) Profile: Russia's new military chief Valery Gerasimov, BBC News, 9 novembre 2012
  5. (en) Valéri Guérassimov, sur le site du Ministère de la Défense de la Fédération de Russie
  6. « Valery Guerassimov, le chef d'orchestre de l'invasion de l'Ukraine », sur LExpress.fr, (consulté le )
  7. « Guerre en Ukraine : en quoi consiste la "doctrine Guérassimov", appliquée par Poutine ? », sur www.rtl.fr (consulté le )
  8. « Valéri Guérassimov : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le )
  9. (en) « Russia-related Designations », sur U.S. Department of the Treasury (consulté le )
  10. « Russie : Poutine laisse planer le spectre de l'arme nucléaire », sur TV5MONDE, (consulté le )
  11. (uk) « Гєрасімов особисто командуватиме рашистами під Ізюмом, Дворнікова "відсунули" на задній план | Defense Express », sur defence-ua.com (consulté le )
  12. a b c d e f g et h (ru) « Украина и США заявили, что глава Генштаба РФ Валерий Герасимов тайно приезжал на фронт Командный пункт, который он посещал, якобы разбомбили (но сам Герасимов не пострадал) » [« L'Ukraine et les États-Unis ont déclaré que le chef de l'état-major général de la Fédération de Russie, Valery Gerasimov, était secrètement venu au front. Le poste de commandement qu'il a visité aurait été bombardé (mais Gerasimov lui-même n'a pas été blessé) »], Meduza (consulté le )
  13. (uk) Іван Бойко, « Начальник Генштабу Збройних сил Росії отримав поранення під Ізюмом - ЗМІ » [« Le chef d'état-major général des forces armées russes a été blessé près d'Izioum - les médias »], Agence ukrainienne d'information indépendante,‎ (consulté le )
  14. a et b (ru) « Появились противоречивые данные о ранении начальника Генштаба РФ Герасимова » [« Il y avait des données contradictoires sur la blessure du chef d'état-major général de la Fédération de Russie Guerassimov »], Agence ukrainienne d'information indépendante (consulté le )
  15. (en) « Ukraine Says Russia Army Top General Wounded in Command Post Strike, 'Dozens' Killed », Kyiv Post, (consulté le )
  16. (uk) Сергій Пишкін, « Начальник Генштабу РФ живий. Він сьогодні вилетів з Бєлгорода, - CIT » [« Le chef d'état-major général de la Fédération de Russie est vivant. Il a quitté Belgorod aujourd'hui, - CIT »], RBC-Ukraine (uk) (consulté le )
  17. (ru) « В МВС підтвердили, що начальник Генштабу РФ був під Ізюмом. Але його не поранили » [« Le ministère de l'Intérieur a confirmé que le chef d'état-major général de la Fédération de Russie était présent à Izioum. Mais il n'a pas été blessé »], RBC-Ukraine (uk),‎ (consulté le )
  18. (en) « U.S. can't confirm top Russian general wounded during Donbas visit, U.S. official says », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. (en-US) « Senior Defense Official Holds a Background Briefing », sur U.S. Department of Defense, (consulté le )
  20. (en-GB) Paul Kirby, « Putin says Russia fighting for motherland in Ukraine in Victory Day speech », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )