Bienvenue. Ceci est ta page utilisateur, Muritho.
N'hésite pas à la modifier et à t'y présenter !
├‎‎‎‎‎‎‎‎ΞyOne┤‎‎‎‎ 23 août 2006 à 01:51 (CEST)

Suisse
Canton de Fribourg
Canton de Fribourg
Master
Master
Histoire
Géographie
Urbanisme
Joseph Haydn
Joseph Haydn
Peinture
Feuille
Sean Connery
Sean Connery
Louis de Funès
Louis de Funès
U2 à Madison Square
U2
The Who
The Who
Wikipédia
Suisse
Alpes

Plan et modifications de l'article "Fribourg"

Modèle:Infobox Communes de Suisse


Sommaire


HistoireModifier

3.1 Héraldique

Préhistoire et AntiquitéModifier

On a retrouvé à Bourguillon et dans la vallée du Gottéron des silex datant du mésolithique. Le site de Fribourg était vraisemblablement utilisé comme passage à gué. Cependant, sur le territoire de la commune même, on n'a retrouvé que peu de traces d'implantation humaine, principalement sur le plateau de Pérolles (fondations romaines et tombes du haut moyen-âge).

Moyen ÂgeModifier

La fondation de la ville de Fribourg date de 1157. Elle est l'oeuvre du duc Berthold IV de Zaehringen qui cherchait à renforcer son autorité sur la région. D'ailleurs, d'autres fondations par la même famille ont lieu durant ce siècle (Berne, Thoune, Burgdorf, Morat). La ville se développe rapidement et voit sa surface doubler au XIVe siècle.

3.4 Époque moderne 3.4.1 Bastion de la Contre-Réforme 3.4.2 Une république oligarchique 3.5 Époque contemporaine 3.5.1 La révolution industrielle 3.5.2 L'ouverture au monde

DémographieModifier

4.1 Évolution démographique 4.2 Structure de la population

AdministrationModifier

Fribourg est la capitale du canton de Fribourg, le chef-lieu du district de la Sarine et le siège du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. C'est aussi l'une des 167 communes du canton.

Vie politiqueModifier

La ville est dirigée par un exécutif de cinq membres à plein temps (neuf avant 2001), le Conseil communal, dont le président ou maire porte le titre de syndic. Le pouvoir réglementaire est exercé par un Conseil général (législatif) de 80 membres, dont le président était le syndic jusqu'au début de 1982.

JumelagesModifier

Fribourg est jumelée avec les villes suivantes:

5.3 Finances publiques et fiscalité 5.4 Sécurité

ÉconomieModifier

6.1 Repères 6.2 Secteur secondaire 6.3 Secteur tertiaire 6.3.1 Commerce 6.3.2 Finance 6.3.3 Tourisme 6.3.4 Restauration

Culture et patrimoine

Culture et patrimoineModifier

Patrimoine architecturalModifier

Moyen Âge et RenaissanceModifier

XVIIIe et XIXe sièclesModifier

Édifices religieuxModifier

La cathédrale Saint-NicolasModifier

Églises historiquesModifier

Les fontaines sculptéesModifier

Vie culturelleModifier

Théâtres et salles de spectacleModifier

MusiqueModifier

Événements culturelsModifier

Musiques, danse et théâtreModifier
CinémaModifier
Manifestations religieuses et populairesModifier

MuséesModifier

BibliothèquesModifier

Fribourg dans la littératureModifier

MédiasModifier

Chaînes de télévisionModifier
RadiosModifier
Presse écriteModifier

CinémasModifier

GastronomieModifier

Personnalités liées à la communeModifier

CultesModifier

Longtemps bastion du catholicisme, Fribourg est aujourd'hui une ville où se côtoient de nombreuses confessions. Selon l'Office fédéral de la Statistique, en 2000, les catholiques représentaient 69% de la population, les protestants 9% et les autres religions 14%. 8% de la population se déclaraient sans religion.

TransportsModifier

Transport urbainModifier

Réseau cyclable et location de vélosModifier

Réseau routierModifier

Réseau ferroviaire et bus régionauxModifier

EnseignementModifier

Enseignement primaire et secondaireModifier

10.2 Enseignement supérieur 10.2.1 Repères 10.2.2 Université 10.2.3 Autres établissements

11 Sport 11.1 Généralités 11.2 Principaux clubs 11.3 Événements sportifs

Notes et référencesModifier

Lignes de bus TPFModifier

Ligne Caractéristiques
1 Portes-de-Fribourg ↔ Marly
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
7km km
Durée
20min min
Nb. d’arrêts
15
Matériel
duobus
Jours de fonctionnement
oui
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :

Sommaire [masquer] 1 Géographie 1.1 Localisation et frontières 1.2 Géologie, topographie et hydrographie 1.3 Climat 1.4 Paysages et environnement 1.5 Répartition spatiale des hommes et des activités 1.6 Axes de communication et transports 2 Histoire 2.1 Préhistoire, Protohistoire et Antiquité 2.2 Naissance, crises et transformations du Royaume de France au Moyen Âge 2.3 Renaissance et absolutisme (XVIe-XVIIIe siècle) 2.4 Le siècle des révolutions (1789 - début XXe siècle) 2.5 La France dans les deux Guerres mondiales 2.6 Depuis la Libération 3 Politique et administration 3.1 Organisation des pouvoirs 3.2 Découpage territorial et décentralisation 3.3 France d’outre-mer 3.4 Tendances politiques, partis et élections 3.5 Dirigeants actuels 3.6 Finances publiques 3.7 Protection sociale 3.8 Défense 3.9 Appartenance à des organisations internationales 3.10 Politique étrangère et diplomatie 3.11 Symboles républicains 4 Population et société 4.1 Démographie 4.2 Immigration, population étrangère et minorités visibles 4.3 Famille, sexualité et égalité des sexes 4.4 Langues 4.5 Religions 4.6 Éducation 4.7 Santé 4.8 Médias 4.9 Sport 4.10 Engagement associatif, syndical et politique 5 Économie 5.1 Revenus de la population et développement humain 5.2 Emploi 5.3 Principaux secteurs d’activité 5.3.1 Agriculture et agro-alimentaire 5.3.2 Industrie 5.3.3 Énergie 5.3.4 Commerce et artisanat 5.3.5 Tourisme 5.3.6 Recherche 5.3.7 Finance et assurance 5.4 Place de la France dans l’économie mondiale 6 Patrimoine culturel 6.1 Patrimoine architectural 6.2 Patrimoine artistique et événements culturels 6.3 Une longue tradition scientifique 6.4 Gastronomie 6.5 Rayonnement culturel international 7 Compléments 7.1 Notes 7.2 Codes 7.3 Bibliographie 7.4 Liens externes 8 Références

GéographieModifier

CoursModifier

(description du parcours du fleuve, source, points singuliers, éléments de topographie)

HydrographieModifier

(étude du bassin versant, géologie, principaux affluents)

HydrologieModifier

(régime hydrologique, évènements exceptionnels)

HistoireModifier

(Si informations, dintinguer histoire générale et patrimoine présent)

AménagementsModifier

(Navigation, ouvrages spécifiques)

Activités économiquesModifier

Milieu naturelModifier

(faune, flore, menaces, protection)

Départements (ou autres divisions administratives) et principales communes traversésModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externes (éventuellement)Modifier

ReligionModifier

Confession Population suisse Population étrangère
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule
Texte de la cellule Texte de la cellule Texte de la cellule

Le canton de Fribourg compte une part de sa population religieuse en augmentation selon les données des recensements fédéraux ainsi que du registre des habitants. En 1990, la répartition est de 188 329 citoyens de confession catholique romaine, répartis entre 169 363 citoyens suisses[1] et 18 966 citoyens étrangers[2] ; 31 652 citoyens de confession protestante, répartis entre 30 360 citoyens suisses[1] et 1 292 citoyens étrangers[2] ; 188 citoyens de confession juive, répartis entre 145 citoyens suisses[1] et 43 citoyens étrangers[2] ; ainsi que 20 260 citoyens déclarés sous une autre, sans, confession ou sans indication, répartis entre 13 703 citoyens suisses[1] et 6 557 citoyens étrangers[2]. En 2000, la répartition est de 188 385 citoyens de confession catholique romaine, répartis entre 170 069 citoyens suisses[1] et 18 316 citoyens étrangers[2] ; 35 682 citoyens de confession protestante, répartis entre 34 401 citoyens suisses[1] et 1 281 citoyens étrangers[2] ; 172 citoyens de confession juive, répartis entre 138 citoyens suisses[1] et 34 citoyens étrangers[2] ; ainsi que 52 991 citoyens déclarés sous une autre, sans, confession ou sans indication, répartis entre 37 098 citoyens suisses[1] et 15 893 citoyens étrangers[2]. En 2011, la répartition est de 213 548 citoyens de confession catholique romaine, répartis entre 184 851 citoyens suisses[1] et 28 697 citoyens étrangers[2] ; 41 466 citoyens de confession protestante, répartis entre 39 949 citoyens suisses[1] et 1 517 citoyens étrangers[2] ; 66 citoyens de confession juive, répartis entre 53 citoyens suisses[1] et 13 citoyens étrangers[2] ; ainsi que 78 942 citoyens déclarés sous une autre, sans, confession ou sans indication, répartis entre 56 357 citoyens suisses[1] et 22 585 citoyens étrangers[2].

Dans les personnes déclarées sous une autre confession, en 1990, 882 se sont déclarés appartenant à une église orthodoxe ou chrétienne orientale[2] et 3 162 de confession musulmane[2]. En 2000, ce nombre passe à 1 961 pour les chrétiens orthodoxes et orientaux[2] et à 7 389 pour les musulmans.

CatholicismeModifier

L'Église catholique romaine est la communauté religieuse la plus importante du canton, avec une part de 41,82 % de la population en 2000[3]. Cette Église est rattachée au diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg et est constituée de 141 paroisses formées en treize unités pastorales dont cinq sont germanophones, une est bilingue et trois sont intercantonales dans la région de la Broye[3].

Parmi les autres communautés d'origine catholique romaine, mais non rattachées à Rome, se trouvent sur le territoire cantonal, la fraternité sacerdotale Saint-Pie-X[4] avec trois lieux de cultes. Un à Fribourg avec 130 fidèles réguliers; un second à Enney une centaine de fidèles, ainsi qu'un troisième lieu de culte à Im Fang/La Villette[5]. Depuis le XIXe siècle, est aussi établie l'Église catholique-chrétienne[5] et depuis les années 1970, dans la région de Jaun, l'Église chrétienne palmarienne[5].

ProtestantismeModifier

L'Église évangélique réformée est reconnue de droit public depuis la loi du 21 février 1854. Avant cette période, seules quelques communes de la région de Morat étaient protestantes. Le reste du canton était entièrement catholique, à l'exception de la ville de Fribourg où un culte protestant régulier existe depuis 1836[6]. La présence de protestants dans le canton est principalement du à la migration intercantonale[6]. Cette Église est formée de seize paroisses dont huit sont germanophones, trois sont bilingues et cinq sont francophones[6].

Avant 1980, il n'y a pas d'Églises évangéliques francophones dans le canton[7]. Elles apparaissent dans les années 1980 et 1990. Il y a quinze Églises évangéliques différentes dont quatre sont issues de la migration[8].

parmi les autres communautés protestantes, il y a l'Église adventiste du septième jour présente depuis 1958 et la Mission Timothée présente depuis 1987 dans le canton[9].

Orthodoxie et chrétiens orientauxModifier

Le Patriarcat œcuménique de Constantinople possède une paroisse à Fribourg canoniquement constituée en 1986 et sous la juridiction de l'Archevêché orthodoxe de Suisse[9]. La paroisse célèbre la divine liturgie en français de part sa nature multiethnique[10]. L'Église orthodoxe de Roumanie administre la Paroisse Saint Dimitri le Nouveau de Bassarabov à Fribourg[10] et depuis 2008 l'Église érythréenne orthodoxe possède une paroisse formée d'environ 60 membres en 2011[10].

Autres communautés dites du christianismeModifier

L'Église néo-apostolique est présente dans le canton depuis les années 1930. Elle possède un lieux de culte à Morat depuis les années 1930, mais ayant fermé pendant la Seconde Guerre Mondiale, un second à Fribourg depuis 1934 et un troisième à Bulle depuis 1984[10].

Les Témoins de Jéhovah sont présents depuis 1950 avec une estimation à environ 1 000 fidèles appartenant à ce mouvement en 2011[11].

L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours est présente dans le canton depuis 1972 et compte environ 160 membres en 2011[11].

JudaïsmeModifier

La communauté israélite est formée de droit privée en 1985 et reconnue de droit public en 1990[12]. C'est la plus petite des communautés religieuses reconnue par l'État. Elle possède une synagogue à Fribourg.

IslamModifier

En l'an 2000, 7 389 citoyens se déclarent musulmans dont 6 281 étrangers et 1 108 suisses[12]. Les musulmans sont répartis entre centres islamiques, répondant tous du sunnisme[13]. Il n'existe aucun centre chiite dans le canton[13].

Dans le district de la Gruyère, il existe le centre culturel islamique albanais de la Gruyère, fondée à Bulle en 2005 et comptant 60 membres actifs[13].

Dans le district de la Sarine, il y a le Centre culturel islamique de Fribourg qui existe depuis les années 1980 et est formé essentiellement de turcs[13]. Il y a aussi l'Association des musulmans de Fribourg formé par des musulmans de langue arabe, dont des tunisiens. Elle compte trente membres actifs[13]. Est aussi présente dans la ville depuis 1996, l'Association culturelle islamique albanaise de Fribourg formée d'environ 200 fidèles[14]. Suite à quelques dissentions, en août 2011 est créé le Centre islamique Unité formée de 35 membres[14]. Il y a aussi un regroupement de soufis sous l'égide de la Tariqa Naqshbandiya formé d'une vingtaine de membres mais non regroupés en association[14],[15].

Dans le district du Lac, il y a l'Islamisches Kulturzentrum formé en 1998 par des membres venant d'ex-Yougoslavie. L'association compte 115 familles payant une cotisation[15].

BouddhismeModifier

En 2000, 481 personnes se déclarent bouddhistes. Il n'y a a priori aucun groupe bouddhique ethnique, c'est-à-dire issus de pays où le bouddhisme est la religion principale. Toutes les personnes déclarées bouddhistes sont des occidentaux qui se sont tournés vers cette religion[15]. Il y a cinq groupes bouddhistes dans le canton[16].

Autres mouvements religieuxModifier

Depuis 1993, il y a une communauté alévie dans le canton, regroupée dans le centre culturel alévi de Fribourg et formée d'environ 1 500 membres en 2011[17].

Il y a aussi une petite communauté baha'ie[17] formée de deux assemblées spirituelles d'une dizaines de membres chacune à Fribourg et à Bulle[18].

Il existe d'autres mouvements religieux, notamment issus de l'hindouisme, particulièrement à Fribourg et Bulle[18].