Ouvrir le menu principal

Un drôle de paroissien

film de Jean-Pierre Mocky
Un drôle de paroissien
Réalisation Jean-Pierre Mocky
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 92 minutes
Sortie 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un drôle de paroissien est un film français, réalisé par Jean-Pierre Mocky, sorti sur les écrans en 1963.

SynopsisModifier

Très croyant voire bigot, Georges Lachaunaye appartient à une vieille famille aristocrate désargentée pour laquelle il n'est pas imaginable d'exercer un travail. Il faut cependant bien se nourrir…. À court d'idées, il se rend dans une église adresser une supplique à Dieu. Il pense alors voir dans le geste d'une paroissienne une réponse. C'est l'église qui va le nourrir lui et sa famille, quitte à enfreindre la loi des hommes.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

À noterModifier

  • dans une entrevue d'Arte datant de 2014, le cinéaste explique qu'il voulait confier le rôle principal à Fernandel. Celui-ci a refusé parce que les Don Camillo l'avaient lassé des églises. L'associé de Fernandel, Jean Gabin, lui conseilla alors de prendre Bourvil. Celui-ci lut le scénario dans l'heure et accepta immédiatement. Mocky n'ayant pas de quoi lui verser un salaire fixe à l'engagement, Bourvil proposa de travailler au pourcentage. Le film fut un succès (près de 2,4M d'entrées) et, au lieu des 60 000 francs de fixe, il en gagnera 600 000 !
  • dans une autre entrevue, il explique que c'était Louis de Funès qui était pressenti pour incarner le rôle de l'inspecteur Cucherat. Mais pour des raisons financières, il fut finalement remplacé par Francis Blanche[1].
  • Le film est en noir et blanc, cependant, la scène de rêve de Bourvil est en couleurs. Dans l'entrevue d'Arte, Mocky explique que cette scène fut tournée après et rajoutée pour rallonger le film de 1h19 à 1h23, afin de s'approcher du format minimum de 1h30 demandé par les exploitants de salles de l'époque.
  • Certaines scènes ont été tournées devant l'église Saint-Étienne-du-Mont, que Bourvil retrouvera l'année suivante dans le film Le Corniaud, lors de la célèbre scène de l'accident de voiture entre Bourvil et Louis de Funès.
  • Lors d'une émission des Grosses Têtes, Jean-Pierre Mocky a confié qu'il avait obtenu les autorisations nécessaires au tournage de ce film en menaçant de réaliser un film sur le curé d’Uruffe.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier