Jean-Jacques Kantorow

musicien français
Jean-Jacques Kantorow
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Jacques Kantorow lors de La Folle Journée de Nantes 2009

Naissance (75 ans)
Cannes Drapeau de la France France
Activité principale violoniste et chef d'orchestre
Collaborations Trio Ludwig, Mozart String Trio
Formation Conservatoire de Nice,
Conservatoire de Paris
Récompenses

Jean-Jacques Kantorow, né à Cannes le , est un violoniste et chef d'orchestre français.

CarrièreModifier

Il commence ses études au conservatoire de Nice et les poursuit à Paris où il remporte le premier prix de violon et de musique de chambre au conservatoire de Paris en 1960 et 1963. Il remporte en 1962 la médaille d'or au concours Carl Flesh. Il est lauréat en 1964 du Concours international de violon Niccolò Paganini à Gênes, remporte le Concours international de Genève en 1965, et en 1970 le Concours international de violon Jean Sibelius[réf. souhaitée] .

Dès lors, il entame dans les années 1970 une carrière internationale, faisant des tournées jusqu'au Japon. Il décide de changer de vie et s'installe en France où il aura également de nombreux élèves.

Durant quelques années, il est violon solo de l'Orchestre de Paris et de l'Orchestre de chambre néerlandais. Il fonde avec l'altiste Vladimir Mendelssohn et le violoncelliste Herre-Jan Stegenga le Trio Ludwig, puis avec Mari Fujiwara le Mozart String Trio. En 1981, il fonde et devient directeur musical de l’Orchestre d’Auvergne puis occupe la même fonction à la tête de l’Orchestre de chambre de Paris[1].

En , Jean-Jacques Kantorow est nommé chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique d'Orléans à la suite de la disparition de Jean-Marc Cochereau.

Il a enregistré les principales œuvres du répertoire avec, notamment, le chef d'orchestre Emmanuel Krivine.

Le pianiste canadien Glenn Gould s'exprimant à son propos : « Un talent époustouflant, le violoniste le plus prestigieusement original que j’ai entendu »[2],[3].

Son fils est le pianiste Alexandre Kantorow qui remporte le premier prix et la médaille d'or au Concours international Tchaïkovski de piano en 2019 à Moscou[4],[5].

Discographie sélectiveModifier

  • Les 6 Sonates pour Violon seul de Jean Sebastian Bach enregistrés en novembre 1979 dans le 'Arakawa Public Hall' à Tokyo pour disques Denon.
  • Camille Saint-Saëns, concertos pour piano et orchestre n° 1 et 2, Noriko Ogawa, piano, Tapiola Sinfonietta, dir. Jean-Jacques Kantorow. CD Bis (2000).
  • Camille Chevillard, Gabriel Fauré, André Gedalde, Sonates françaises, par Jean-Jacques Kantorow, violon et Alexandre Kantorow, piano. CD NoMadMusic (2014)
  • Édouard Lalo, Concertante works for violin, cello & piano, Liège Royal Philarmonic, dir. Jean-Jacques Kantorow. 3 CD Alpha (2015 - 2016)
  • Camille Saint-Saëns, concertos pour piano et orchestre n° 3, n°4, n° 5, Alexandre Kantorow, piano, Tapiola Sinfonietta, dir. Jean-Jacques Kantorow. CD Bis (2019). Diapason d'or, Choc de Classica.
  • PAGANINI violin concertos numéro 1&2 enregistré en avril 1990 avec l'orchestre d'Auvergne à la maison des associations de St Genès Champanelle (cd Denon co-77611)

SourceModifier

RéférencesModifier

  1. « Originaire de Clermont-Ferrand, le pianiste Alexandre Kantorow est nommé aux Victoires de la musique classique », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 29 juin 2019)
  2. « La Matinale, Invité du 26/01: Jean-Jacques Kantorow », sur Musiq3, (consulté le 29 juin 2019)
  3. « Jean-Jacques KANTOROW : « le violon brillant » », sur lamiresol.free.fr (consulté le 29 juin 2019)
  4. Victor Tribot Laspière, « Alexandre Kantorow remporte le 1er prix de piano du Concours Tchaïkovski », sur France Musique, (consulté le 28 juin 2019)
  5. « L’exploit d’Alexandre Kantorow, premier Français à remporter le concours Tchaïkovski », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 28 juin 2019)

Liens externesModifier