Ouvrir le menu principal

Uji

ville japonaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Uji (homonymie).

Uji-shi
宇治市
Uji
Vue générale d'Uji
Drapeau de Uji-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kansai
Préfecture Kyoto
Maire Tadashi Yamamoto
Code postal 〒611-8501
Démographie
Population 186 850 hab. (mars 2019)
Densité 2 767 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 53′ 04″ nord, 135° 47′ 59″ est
Superficie 6 754 ha = 67,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 13.svg
Uji-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 13.svg
Uji-shi
Liens
Site web http://www.city.uji.kyoto.jp/

Uji (宇治市, Uji-shi?) est une ville située dans la préfecture de Kyoto, sur l'île de Honshū, au Japon.

ToponymieModifier

Le toponyme « Uji » (« 宇治 ») dérive de Uji no Wakiiratsuko (菟道稚郎子?), le nom d'un prince impérial de la cour d'Ōjin, quinzième empereur du Japon. Le prince Uji vivait dans un palace situé sur un site historique nommé d'après son nom « Uji » (« 菟道 » ou « 宇遅 ») et dont l'emplacement, dans la ville moderne d'Uji, est l'enceinte du sanctuaire Ujigami[1],[2]. La graphie « 宇治 » est signalée dans le Wamyō ruijushō, un dictionnaire de sinogrammes publié vers 934[3], à propos d'un hameau, lieu de jonction de routes reliant Kyoto, capitale impériale du Japon à partir de 794, à Nara, capitale impériale au VIIIe siècle, sous le nom de Heijō-kyō[4].

GéographieModifier

SituationModifier

La ville d'Uji est située dans le Sud-Est du bassin de Kyoto, capitale de la préfecture de Kyoto, sur l'île de Honshū, au Japon[5]. Elle s'étend sur 10,7 km, du nord au sud, et 10 km d'est en ouest[6].

DémographieModifier

En , la population de la ville d'Uji était de 186 850 habitants[7], répartis sur une superficie de 67,54 km2[6]. Lors du recensement national de 2015, Uji rassemblait 184 678 habitants[4]. C'est la seconde ville la plus peuplée de la préfecture, derrière Kyoto.

TopographieModifier

L'Est de la ville d'Uji est constitué d'une zone montagneuse, tandis que l'Ouest est formé d'une plaine alluviale, dans le bassin versant du fleuve Uji. Le centre est une étendue vallonnée. Plus de la moitié du territoire d'Uji est recouverte de forêt[5]. Sur l'étendue du territoire d'Uji, l'altitude varie entre 10 et 590 m[6].

HydrographieModifier

Uji est traversée, d'est en ouest, par le fleuve Uji, qui prend sa source dans le lac Biwa, situé au nord-est de la ville, dans la préfecture de Shiga[8],[4]. Le bassin du cours supérieur du fleuve est compris dans les 976 km2 du parc quasi national de Biwako. Celui-ci comprend 11,95 km2 du territoire d'Uji[9].

HistoireModifier

Au IVe siècle, Uji no Wakiiratsuko, un des fils de l'empereur Ōjin, fait construire un palais, au sud-ouest du lac Biwa[2],[10]. La construction d'un pont au dessus du fleuve Uji : le pont Uji (ja)[l 1], au milieu du VIIe siècle, fait de la cité d'Uji un passage obligé, aussi bien fluvial que terrestre, entre l'Est du Japon et Kyoto, capitale impériale du Japon à partir de 794[8],[10]. À l'époque de Heian (794–1185), le site de la demeure impériale devient, sous le nom de « Uji », le domaine et la résidence secondaire des Fujiwara, puissante famille de la cour impériale[10].

Uji est le lieu de plusieurs batailles à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle : la première en 1180, la seconde en 1184 et la troisième en 1221.

À l'époque de Kamakura (1185–1333), le moine bouddhiste Myōe, fondateur du temple Kōzan, transmet la culture du thé à Uji. La production de la cité médiévale établit sa réputation sous la protection d'Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi, deux chefs militaires du XVIe siècle[10],[8].

La ville moderne d'Uji est officiellement fondée le , par la fusion de deux bourgs, dont celui d'Uji, et trois villages. Elle rassemble alors 38 000 habitants[11],[12].

ÉconomieModifier

L'introduction de la culture du thé, à l'époque de Kamakura, fait émerger une tradition qui se perpétue jusqu'au XXIe siècle[8]. En 2006, la ville d'Uji produisait 55,7 tonnes de thé[4]. Elle développe aussi une production de divers légumes[4]. L'implantation, en 1926, de l'entreprise Unitika (en), acteur de l'industrie textile, fabricant notamment de viscose, lance le développement industriel de la ville. Celui-ci s'amplifie avec l'installation de Matsushita electric et la construction, en 1964, du barrage d'Amagase[l 2],[4].

Culture locale et patrimoineModifier

Patrimoine architecturalModifier

Uji possède deux édifices inscrits au patrimoine mondial comme monuments historiques de l'ancienne Kyoto : le Byōdō-in, un temple bouddhiste, et le Ujigami-jinja, un sanctuaire shintō[13].

Quelques autres constructions d'intérêt historique sont présentes dans la ville, telles que :

  • le Manpuku-ji ;
  • l'Uji-jinja ;
  • le pont Uji, enjambant le fleuve Uji, construit en 647 par le moine bouddhiste Dōshō, selon le Shoku Nihongi, puis reconstruit au IXe siècle[8],[14] ;
  • le barrage d'Amagase, construit, en 1964, sur le fleuve Uji[4].

LittératureModifier

Une partie du Dit du Genji se déroule à Uji. Un musée consacré à l’œuvre est situé dans la ville[15].

GastronomieModifier

Uji est renommée pour son thé vert (sencha, matcha, gyokuro), particulièrement au village de Wazuka[16].

MédiasModifier

Kyoto Animation a son siège, sa boutique et un de ses studios à Uji. L'intrigue de sa série Sound! Euphonium se déroulant également dans la ville.

TransportsModifier

La ville d'Uji est desservie par les lignes Nara (JR West), Kyoto (Kintetsu) et Uji (Keihan)[4].

Personnalités liées à la municipalitéModifier

JumelagesModifier

Uji est jumelée avec trois municipalités étrangères[17] :

Symboles municipauxModifier

La bannière d'Uji est composée d'une forme stylisée du premier sinogramme «  » du nom de la ville. Depuis mars 1981, l'érable palmé est l'arbre symbole d'Uji, le théier son « arbre trésor »[l 3], la fleur jaune à cinq pétales de la corète du Japon sa fleur symbole, et, depuis mars 1990, le Martin-pêcheur est son oiseau symbole[18],[19].

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. Le pont Uji (宇治橋, Uji-bashi?).
  2. Le barrage d'Amagase (天ヶ瀬ダム, Amagase-damu?).
  3. « Arbre trésor » de la ville (市の宝木, Shi no hōki ou shi no takaragi?).

RéférencesModifier

  1. (ja) Asahi Shinbun, « 菟道 » [« Uji »], sur Kotobank,‎ (consulté le 5 septembre 2019).
  2. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 菟道稚郎子 » [« Uji no Wakiiratsuko »], sur Kotobank,‎ (consulté le 5 septembre 2019).
  3. Louis Frédéric, Le Japon : dictionnaire et civilisation, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1419 p. (ISBN 9782221067642 et 2221067649, OCLC 36327575), p. 1193.
  4. a b c d e f g et h (ja) Asahi Shinbun, « 宇治(市) » [« Uji (ville) »], sur Kotobank,‎ (consulté le 5 septembre 2019).
  5. a et b Mairie d'Uji, « Situation géographique de la ville d'Uji », sur www.city.uji.kyoto.jp, (consulté le 5 septembre 2019).
  6. a b et c (ja) Mairie d'Uji, « 位置と面積 » [« Situation et superficie »], sur www.city.uji.kyoto.jp,‎ (consulté le 5 septembre 2019).
  7. (ja) Mairie d'Uji, « 住民登録数 » [« Enregistrement du nombre de résidants »] [PDF] (consulté le 28 mars 2019).
  8. a b c d et e Louis Frédéric, Le Japon : dictionnaire et civilisation, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1419 p. (ISBN 9782221067642 et 2221067649, OCLC 36327575), p. 1171.
  9. (ja) Ministère japonais de l'Environnement, « 琵琶湖国定公園公 » [« Parc quasi national de Biwako »] [PDF],‎ , p. 15.
  10. a b c et d Mairie d'Uji, « Histoire et culture d'Uji », sur www.city.uji.kyoto.jp, (consulté le 5 septembre 2019).
  11. Mairie d'Uji, « Aperçu de la ville d'Uji », (consulté le 28 mars 2019).
  12. (ja) Asahi Shinbun, « 宇治市 » [« La ville d'Uji »], sur Kotobank,‎ (consulté le 5 septembre 2019).
  13. UNESCO, « Monuments historiques de l'ancienne Kyoto (villes de Kyoto, Uji et Otsu) », sur www.whc.unesco.org (consulté le 28 mars 2019).
  14. (ja) Asahi Shinbun, « 道昭 » [« DōshŌ »], sur Kotobank,‎ (consulté le 5 septembre 2019).
  15. (ja) Mairie d'Uji, « The Tale of Genji Museum », (consulté le 7 septembre 2019).
  16. Stéphane Davet, « Le thé, la fée verte d’Uji », Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 7 septembre 2019).
  17. Mairie d'Uji, « Villes jumelées avec Uji » (consulté le 7 septembre 2019).
  18. Mairie d'Uji, « Logo et symboles de la ville », sur www.city.uji.kyoto.jp, (consulté le 5 septembre 2019).
  19. (ja) Mairie d'Uji, « 市章・市の宝木・市の木・市の花・市の鳥 » [« Logo et symboles de la ville »], sur www.city.uji.kyoto.jp,‎ (consulté le 5 septembre 2019).

Voir aussiModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :