Langues touarègues

macro-langue berbère

Touareg
tamasheq, tamahaq, tamajaq (ⵜⴰⵎⴰⵌⵈ)
Pays Algérie, Libye, Mali, Maroc, Niger, Burkina Faso, Mauritanie,Tchad
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle
Régi par HCA (Algérie)[réf. souhaitée]
DNAFLA (en) (Mali)
Codes de langue
IETF tmh
ISO 639-2 tmh
ISO 639-3 tmh
ISO 639-3 taq – tamasheq
thv – tamahaq tahaggart
thz – tamajeq tayart
ttq – tamajaq tawallammat
Étendue macro-langue
Type langue vivante

Les langues touarègues constituent une branche du groupe des langues berbères, parlées par les Touareg. Elles appartiennent donc à la famille des langues afro-asiatiques. Les langues touareg sont les seules du groupe berbère à avoir conservé la forme écrite de l'alphabet libyco-berbère, également appelé tifinagh, adopté par l’Algérie et le Maroc dans le cadre de l'officialisation de tamazight.

Elles sont parlées au Niger, au Mali, Burkina Faso, Algérie et Libye. Le nombre de locuteurs est estimé à environ 5 millions de personnes.

HistoireModifier

Les Touareg habitent les régions désertiques de l'Afrique du Nord depuis des temps immémoriaux ; ils seraient les descendants des paleoberbères de la préhistoire. Les sites d'art rupestres comportant des écritures Touareg, attestent de la présence de ce peuple dans la région il y a plusieurs millénaires. Hérodote a mentionné un peuple libyque nommé les Garamantes qui seraient les ancêtres des Touareg du nord. Au Moyen Âge, ils habitaient au sud du Maroc aux environs du grand centre caravanier de Sijilmassa. Au XVIe siècle, Léon l'Africain retrace les migrations des Touareg vers le sud et leur expansion, soumettant les Haoussas de l'Aïr (XIVe siècle) et cherchant à s'imposer sur la boucle du Niger, à Tombouctou et à Gao, contre l'Empire du Mali (XIVe-XVe siècle), l'Empire songhaï (XVe-XVIe siècle), les expéditions marocaines (XVIIIe siècle) ou contre les Peuls (XIXe siècle).

SubdivisionsModifier

 
Le touareg (en bleu foncé) parmi les langues berbères.

Les langues berbères sont parlées au nord et au sud du Sahara : au sud les langues touarègues elles-mêmes au travers du Sahel, au Mali, au Burkina Faso, au Niger, au sud-est de la Mauritanie et au sud de l'Algérie ; et aussi au nord au travers du massif de l'Atlas, au Maroc, en Algérie, au sud de la Tunisie, en Libye jusqu'à l'ouest de l'Égypte, qui ont conservé dans leurs langues tamazight l'héritage touareg, et notamment l'usage de leur écriture tifinagh au delà d'un important substrat lexical commun.

  • au nord dans le massif de l'Atlas :
    • Tamahaq : parlée par plus de 60 000 personnes en 1987 dans le sud de l'Algérie et en Libye (confédérations des Kel Ahaggar et des Kel Ajjer).
  • au sud dans le Sahel :
    • Tamasheq : parlée par les Kel Adagh tadghaq (les habitants de l'adrar des Ifoghas), parlée au Mali et dans l'extrême-sud de l'Algérie par environ 270 000 personnes.
    • Tamajeq de l'Aïr, tayert ; elle est plus globalement appelée tamajaq et est parlée au Niger par environ 250 000 personnes[3] ; vers Tahoua, une autre variante de la langue serait appelée respectivement tamajaq tahoua.
    • Tawellemmet, dite taullemmet (tawallamat ou encore tawillimidt) tamajaq[4], parlée au Mali (zone de Ménaka) et au Niger par environ 870 000 personnes.
    • la variété des Kel Asakan.

ÉcritureModifier

La langue touareg est écrite avec l’alphabet tifinagh écriture traditionnelle des kel tamajeq qui existe depuis l'antiquité.

  • Exemple de texte tifinagh :

ⵜⵉⵊⵉⵏⴰⵗ ⴰⵊⵏⴰⵗ ⵏ ⴾⵢⵍ ⵜⴰⵎⴰⵌⵆ ⵉⵢⴰⵏ ⴷⴰⵗ ⵉⵊⵏⴰⵗⴰⵏ ⵓⵉⵏ ⴰⵔⵓⵏⵢⵏ


La langue touareg s'ecrit aussi avec l’alphabet latin.

Au Niger, le tamajaq a un alphabet latin officiel depuis 1999.

Au Mali, le tamasheq a un alphabet latin officiel depuis 1967, modifié en 1982.

AlphabetsModifier

Alphabet tamasheq (Mali)Modifier

Au Mali, l’alphabet touareg a un statut officiel depuis le décret no 85/PG-RM du et est révisé par le décret no 159/PG-RM du [5].

Les modifications entre 1967 et 1982 sont :

  • les consonnes emphatiques ‹ ʼd, ʼl, ʼs, ʼt, ʼz › deviennent ‹ ḍ, ḷ, ṣ, ṭ, ẓ ›
  • le digraphe ‹ sh › est remplacé par ‹ š › pour éviter la confusion avec la suite ‹ s › et ‹ h ›
  • la voyelle brève ‹ ă › est introduite
  • le digraphe ‹ gh › est remplacé par ‹ ɣ ›
  • les consonnes ‹ h › et ‹ ʔ › sont introduites, car utilisés dans le mot d’origine arabe
  • ‹ ŋ › est utilisé dans les mots d’emprunts
Lettres de l’alphabet (Mali, 1982)
A Ă B D E Ǝ F G Ɣ H I J K L M N Ŋ O Q R S Š T U W X Y Z Ž ʔ
a ă b d e ǝ f g ɣ h i j k l m n ŋ o q r s š t u w x y z ž ʔ

Alphabet tamajaq (Niger)Modifier

Au Niger, il existe un alphabet tamajaq officiel depuis l’arrêté 214-99[6]. L’accent circonflexe est utilisé sur les voyelles â, ê, î, ô, û.

Lettres de l’alphabet (Niger, 1999)
A Ă Ǝ B C D E F G Ǧ H I J ǰ Ɣ K L M N Ŋ O Q R S Š T U W X Y Z
a ă ǝ b c d e f g ǧ h i j ǰ ɣ k l m n ŋ o q r s š t u w x y z

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. https://www.ethnologue.com/language/taq
  2. https://www.ethnologue.com/language/ttq
  3. (en) « Ethnologue report for language code: thz », Ethnologue: Languages of the World, Sixteenth edition (consulté le )
  4. François Borel, « Rythmes de passage chez les Touaregs de l’Azawagh (Niger) », Cahiers d’ethnomusicologie, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. DNAFLA 1993
  6. République du Niger 1999 (copie de l’alphabet tamajaq, TAL en Afrique)

BibliographieModifier

 
Dictionnaire touareg–français de Foucauld (1951)
  • Charles de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, 4 vol., Paris, Imprimerie nationale de France, 1951-2
  • Direction Nationale de l'Alphabétisation fonctionnelle et de la Linguistique appliquée (DNAFLA), Alphabets et règles d'orthographe des langues nationales. Bamako : D.N.A.F.L.A. 1993.
  • Émile Masqueray, Dictionnaire français-touareg, dialecte des taïtoq, suivi d'observations grammaticales, Paris, E. Leroux, 1893
  • A. Motylinski, Grammaire, dialogues et dictionnaire touaregs, Alger, P. Fontana, 1908
  • Karl G. Prasse, Ghoubeid Alojaly, Ghabdouane Mohamed, Dictionnaire touareg-français (Niger), 2 vol., Copenhague, Museum Tusculanum Press, Université de Copenhague, 2003 (ISBN 978-87-7289-844-5)
  • République du Niger, Arrêté 214-99 de la République du Niger, .

Articles connexesModifier

Liens externesModifier