Transport ferroviaire en Estonie

Transport ferroviaire en Estonie
Description de cette image, également commentée ci-après
Rame Stadler Flirt en gare de Keila.
Caractéristiques du réseau
Longueur du réseau ~1200 km[réf. nécessaire]
dont électrifiés 131,6 km[réf. nécessaire]
Écartement 1 520 / 1 524 mm
Acteurs
Exploitant Eesti Raudtee

Plan

Description de cette image, également commentée ci-après
Carte du réseau ferré estonien en 2011

Le transport ferroviaire en Estonie est constitué d'un réseau ferroviaire à écartement russe (1 520 / 1 524 mm)[Nota 1].

Le réseau ferréModifier

Le réseau ferroviaire principal comprend 334 km de lignes à écartement russe (1 520 / 1 524 mm)[Nota 1], dont 131,8 km sont à traction électrique (courant continu 3 000 V).

La majorité du réseau est gérée et exploitée par Eesti Raudtee (Chemins de fer d'Estonie), entreprise d'État. Cependant, plusieurs lignes sont gérées par d'autres opérateurs.

Le code attribué à l'Estonie par l'Union internationale des chemins de fer est le 26​[1].

Il n'existe pas de ligne à grande vitesse. Le projet Rail Baltica consiste à relier Tallin à Varsovie par une liaison à voie normale. Il existe également un projet de liaison par tunnel sous golfe de Finlande vers Helsinki.

La capitale Tallinn dispose d'un réseau de tramway depuis 1888.

Le réseau dispose d'une connexion ferroviaire avec les deux pays voisins – la Russie et la Lettonie – dont les réseaux disposent du même écartement.

Liste des lignesModifier

Le tableau ci-dessous reprend les lignes du réseau principal :

Réseau ferré de l'Estonie
Ligne longueur
(en km)
Opérateur date de
mise en service
date de
fermeture
électrification Remarque
Tallinn - Narva 210,6 EVR 1870 oui
(56,3 km de Tallinn à Aegviidu)
jusqu'à la frontière russe.
Double voie de Tallin à Tapa (77,6 km)
Tallinn - Paldiski 47,9 EVR 1870 oui Double voie de Tallin à Keila (26,8 km)
Keila - Riisipere 24,6 EVR 1905 oui
Riisipere - Haapsalu 52,8 Haapsalu Raudtee OÜ 1905 2004 non Projet de réouverture en cours
Tapa - Tartu 112,5 EVR 1876 non
Tartu - Valga 84,8 EVR 1889 non jusqu'à la frontière lettonne
Valga - Koidula 94,6 EVR 1889 non jusqu'à la frontière russe à Petchory
Rakvere - Kunda 19,4 Kunda Trans AS 1896 non trafic fret de la cimenterie
Tallin - Viljandi 150,6 Edela Raudtee 1901 non construite initialement à voie étroite. Convertie entre 1969 et 1974 à l'écartement russe
Lignes fermées
Ligne longueur
(en km)
date de
mise en service
date de
fermeture
Remarque
Sonda - Aseri 12,8 1899 2000 Voie unique de 1 520 mm non électrifiée
desserte d'une cimenterie
Valga - Pärnu 125 1896 1944 : Valga - Rūjiena
1972 : Pärnu - Riisselja
1975 : Riisselja - Mõisaküla - Rūjiena
Voie unique de 750 mm non électrifiée
Le tronçon Valga - Rūjiena est dans l'actuelle Lettonie. La plateforme entre Pârnu et la frontière lettonne servira pour une ligne à écartement russe en 1980.
Mõisaküla - Viljandi 45 1897 1972 Voie unique de 750 mm non électrifiée
Valga - Ape 53 1896 1970 Voie unique de 750 mm non électrifiée
Le tronçon au départ de Valga se retrouvant en territoire letton à partir de l'indépendance de 1919, un raccordement de 20 km de Valga via Kaagjärve et Lepa est construit pour rejoindre Koikküla
Ligne de contournement de Tallinn 3,7 1901 1971 Voie unique de 750 mm non électrifiée
Reliait le réseau jusqu'au port de Tallinn

HistoireModifier

De 1870 à 1917 : l'Estonie dans l'Empire russeModifier

 
Carte de 1878 montrant les lignes ferroviaires en service.

Les premières lignes construites datent de la période de l'Empire russe. Le territoire actuel de l'Estonie était composé de deux régions distinctes : le Gouvernement d'Estonie au nord et le Gouvernement de Livonie au sud. Il s'agissait donc de mieux relier les différentes régions, et en particulier les ports stratégiques, à Saint-Petersbourg (capitale de la Russie à cette époque). En 1868, l'empereur Alexandre II accorde une concession à la Société du Chemin de Fer Baltique (de)[2] pour construire la première ligne depuis le port de Paldiski[3] jusqu'à Saint-Pétersbourg en passant par Tallin et Narva[4]. La ligne, à l'écartement russe comme l'ensemble du réseau qu'elle relie est ouverte le 24 octobre jul. / . Elle permet un développement rapide des ports de Tallinn et Paldiski, libres de glace en hiver. Le 21 décembre 1874 jul. / , l'Empereur commande à la Compagnie de construire une liaison vers Tartu, ville importante du pays. Cette ligne est ouverte deux ans plus tard le 19 décembre jul. / .

En 1886, le ministre de la guerre décide de faire construire une ligne reliant Riga à Pskov, avec une antenne vers Tartu. La ligne est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Riga à Pskov, qui installera son dépôt et ses ateliers à Valga. La ligne et son antenne sont mises en service le 22 juillet jul. / . Les deux compagnies fusionnent et sont nationalisées en 1893. Dans les années qui suivirent, plusieurs courtes antennes sont construites : En 1896, de Rakvere à Kunda où se situe une importante cimenterie (19,4 km) ; en 1899, de Sonda à Aseri où se situe aussi une importante cimenterie (12,8 km), en 1905 une ligne de Keila vers Riisipere et Haapsalu (77,4 km).

Au sud, un nouveau réseau se construit en Livonie, à voie étroite (écartement de 750 mm). Il s'agit de relier Valga à Pärnu et à Viljandi. Cette ligne est confiée à la Esimene Juurdeveoraudtee Selts (EJVRS)[5], compagnie créée en 1892 à Saint-Petersbourg pour construire des lignes en zone rurale. Les travaux commencent en . La ligne de Parnü à Valga est ouverte le et celle vers Viljandi inaugurée en , pour une mise en exploitation au [6],[7]. La Compagnie poursuit son extension vers le nord : le la ligne de Viljandi rejoint Tallin, situé à 151 km en passant par Türi, Lelle et Rapla[8]. Cette ligne sera convertie à l'écartement russe de 1969 à 1974. Elle dispose d'un embranchement de 3,7 km allant jusqu'au port de Tallin[9]. À l'est de Valga, la ligne est construite en 1903 vers Gulbene par la compagnie Liivimaa Juurdeveoraudtee Selts (LJVRS)[10].

Enfin, à la même période, le projet de Forteresse navale Empereur Pierre le Grand consiste à créer, sur les deux rives du golfe de Finlande, un ensemble de fortifications pour protéger l'accès maritime de Saint-Pétersbourg. Cet ensemble est relié par une ligne ferroviaire à voie étroite (750 mm) de 22 km s'embranchant à Liiva et allant jusqu'à Vääna. Elle comporte un tronçon à double voie de 13 km entre Nõmme-Väike et Sõrve. Une vingtaine d'années plus tard, cette ligne sera transférée aux chemins de fer estoniens[11].

Ainsi, en 1914, à l'orée de la première Guerre mondiale, l'Estonie dispose de deux réseaux : l'un à voie large, d'environ 660 km de longueur, et l'autre à voie étroite, d'environ 400 km.

OpérateursModifier

Les trains de marchandises sont tirés par l'entreprise publique Eesti Raudtee et quelques entreprises privées telles que Estonian Railway Services[12], et Spacecom[13].

Quatre opérateurs se partagent le marché du transport de passagers :

Notes et référencesModifier

Notes
  1. a et b Les documents officiels indiquent systématiquement les deux valeurs 1 520 / 1 524 mm. Voir (ee) « Raudtee », sur evr.ee, Eesti Raudtee (consulté le ).
Références
  1. « country code applicable 2014-04-18 » [xls], sur uic.org, Union internationale des chemins de fer, (consulté le ).
  2. en russe : Балтийская железная дорога, Baltijskaja schelesnaja doroga.
  3. en russe : Балтийский Порт, Port Baltiyskiy signifiant Port de la Baltique.
  4. (en) Sakari Salo et Ilkka Hovi, « Estonian railways today », Today's Railways, no 89,‎ , p. 30-40 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Traduction littérale : Première compagnie de transport.
  6. (ee) « Valga-Mõisaküla-Pärnu raudtee », Histrodamus, (consulté le ).
  7. (ee) Dmitri Knajzev (trad. Oliver Kuks), « PÄRNU - VALGA », sur est-train.ertas.eu, ERTAS (société de l'histoire des chemins de fer estonien), (consulté le ).
  8. (ee) « Tallinn-Viljandi-Mõisaküla raudtee », Histrodamus, (consulté le ).
  9. (ee) « Tallinna raudteesõlm », sur raudtee.eu, (consulté le ).
  10. Chemins de fer de Livonie.
  11. (ee) « Liiva - Vääna », sur raudtee.eu, (consulté le ).
  12. E.R.S. about us www.ers.com.ee
  13. The Joint Stock Company Spacecom « Copie archivée » (version du 7 mars 2010 sur l'Internet Archive) www.spacecom.ee

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier