Tibétain central

ensemble de dialectes du Tibétain central

Tibétain central
བོད་སྐད, Bod-skad
Pays Chine, Népal, Inde
Région Région autonome du Tibet, Ladakh, Baltistan
Nombre de locuteurs 1,2 million (1990)
Typologie SOV
Écriture Écriture tibétaine
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Région autonome du Tibet
Codes de langue
ISO 639-1 bo
ISO 639-2 tib, bod
ISO 639-3 [http://www-01.sil.org/iso639-3/documentation.asp?id=bodTibétain de Lhassa

dre – Dolpo
hut – Humla, Limi
lhm – Lhomi (Shing Saapa)
muk – Mugom (Mugu)
kte – Nubri
ola – Walungge (Gola)
loy – Lowa/Loke (Mustang)
tcn – Tichurong bod – Tibétain de Lhassa
dre – Dolpo
hut – Humla, Limi
lhm – Lhomi (Shing Saapa)
muk – Mugom (Mugu)
kte – Nubri
ola – Walungge (Gola)
loy – Lowa/Loke (Mustang)
tcn – Tichurong]

IETF bo
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

དོན་ཚན་དང་པོ།

འགྲོ་བ་མིའི་རིགས་རྒྱུད་ཡོངས་ལ་སྐྱེས་ཙམ་ཉིད་ནས་ཆེ་མཐོངས་དང༌། ཐོབ་ཐངགི་རང་དབང་འདྲ་མཉམ་དུ་ཡོད་ལ། ཁོང་ཚོར་རང་བྱུང་གི་བློ་རྩལ་དང་བསམ་ཚུལ་བཟང་པོ་འདོན་པའི་འོས་བབས་ཀྱང་ཡོད། དེ་བཞིན་ཕན་ཚུན་གཅིག་གིས་གཅིག་ལ་བུ་སྤུན་གྱི་འདུ་ཤེས་འཛིན་པའི་བྱ་སྤྱོད་ཀྱང་ལག་ལེན་བསྟར་དགོས་པ་ཡིན༎

Le tibétain central, également connu sous les noms de Dbus, Ü (dbus) or Ü-Tsang, est la langue parlée la plus répandue des langues tibétiques et la base du tibétain standard.

Dbus et Ü sont différentes orthographes pour le même nom. Dbus est la translittération du nom en écriture tibétaine དབུས་, Tandis-que Ü est la prononciation du même terme dans le dialecte de Lhassa (Tibétain dit standard), wy˧˥˧ʔ (ou [y˧˥˧ʔ]). Cela dit, en tibétain, le nom est orthographié Dbus et prononcé Ü. Tous ces noms sont fréquemment appliqués spécialement au dialecte de prestige (en) de Lhasa.

Il y a de nombreux dialectes tibétains comportant une intelligibilité mutuelle aux côtés de ceux de Lhassa, avec une diversité particulière le long de la frontière avec le Népal[1].

Limi (en) (Limirong), Mugum (en), Dolpo (Dolkha), Mustang (Lowa, Lokä), Humla, Nubri, Lhomi, Dhrogpai Gola, Walungchung Gola (Walungge/Halungge), tseku (en), basum (en).

Ethnologue rapporte que le Walungge est très intelligible avec le thudam, Glottolog que le thudam n'est pas une variété distincte. Tournadre (2013) classe le tseku avec le tibétain du Kham (en).

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Nicolas Tournadre, « L'aire linguistique tibétaine et ses divers dialectes », Lalies, no 25,‎ , p. 7–56 (lire en ligne)