Ouvrir le menu principal

Thizy (Yonne)

commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thizy.

Thizy
Thizy (Yonne)
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Chablis
Intercommunalité CC du Serein
Maire
Mandat
Pierre Goujon
2014-2020
Code postal 89420
Code commune 89412
Démographie
Population
municipale
203 hab. (2016 en augmentation de 16,67 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 17″ nord, 4° 03′ 21″ est
Altitude Min. 211 m
Max. 332 m
Superficie 5,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thizy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thizy

Thizy est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

  Annoux Châtel-Gérard  
Blacy N Talcy
O    Thizy    E
S
Montréal

HistoireModifier

Dès le XIIe siècle, les habitants des villages environnants venaient moudre leurs céréales au moulin de Saint-Jean, qu'entraînait le ru de Montceau.

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

 
Ecole.
 
Mairie.


Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1923 1965 Fabien Frévin   Conseiller depuis 10/10/1919
1965 1993 Robert Frévin    
1993 1995 Pierre Masse    
1995 mars 2001 Gilbert Tarteret    
mars 2001 mars 2008 Pierre Goujon    
mars 2008 mars 2011 Liliane Frévin    
mars 2011 mars Pierre Goujon[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 203 habitants[Note 1], en augmentation de 16,67 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220205207221249252248247268
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
260280315309338368536317291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
283275226160154151142140135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
165159164135145156156167200
2016 - - - - - - - -
203--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Le châteauModifier

Article détaillé : Château de Thizy.
  • À côté de l'église paroissiale se dressent les restes d'une imposante forteresse du XIVe siècle, qui défendait la région par sa position dominant la rivière du Serein, en face de la cité de Montréal située de l'autre côté de la rivière.
  • Aujourd'hui, le château est divisé en deux propriétés. On ne le visite pas, mais on peut voir les deux tours qui subsistent, encadrant un rempart. Une partie comporte un logis seigneurial du XVIe siècle. L'autre est progressivement restaurée dans l'esprit médiéval par le sculpteur Michel Roetzer qui y habite et y travaille. Il est inscrit partiellement aux monuments historiques[6]


L'égliseModifier

 
église

En 1700 à la messe des Rois, au sortir du dernier fidèle, la voûte de l'église s'effondre. Jean Champenois dit "Belle-Rose" tailleur de pierre à Thizy fut chargé de la reconstruction. Une croix érigée à sa mémoire marque la place de Beauregard.

La nef de l'église voûtée en pierre, à arcs surbaissés, est décorée de pilastres d'ordre toscan très en faveur à cette époque.

En 1774, d'après les dessins de Caristie, architecte à Avallon, on construisit le clocher, la même année, on fit l'autel de la vierge et toutes les boisures de l'église ; le dais, la bannière, la lampe l'encensoir furent achetés. Le 4 février avait eu lieu la bénédiction de la grosse cloche du poids de 910 livres et demie. La seconde cloche fut bénite le 12 septembre 1781.

Le lavoir de Fontenilles[7]Modifier

Supposé avoir été une ancienne salle de garde du château avec sa puissante charpente et sa couverture de laves. À quelques pas de là se situe la charmante fontaine avec sa voûte romane. En 1997, sous l'impulsion de la municipalité, la façade du lavoir a été agrémentée par une importante statue de la divinité gauloise Epona et la source par celle de Cernnunos, œuvres du sculpteur local Michel Roetzer.

La Maison de Retraite "Fondation Burlot".Modifier

Fondée en 1886 par Pierre Burlot, vieux Thizéen devenu riche par héritage à la fin de sa vie, dotée par le fondateur d'une rente annuelle de quatre mille cinq cent soixante dix francs or et gérée bénévolement par deux sœurs de la providence, abritant quatre à cinq vieillards nécessiteux du pays, la fondation fonctionne sans difficulté jusqu'en 1918. Alors les revenus ne suffisent plus, la maison pour subsister, doit recevoir des estivants. Les Sœurs âgées et fatiguées rejoignent leur maison mère. En 1932 il est fait appel à une infirmière de la Croix-Rouge, Madame Berthe Paul Blanchet, qui dirige pendant six ans.

En 1938 c'est une demoiselle Victorine Girard qui reprend le flambeau, économe et bonne gestionnaire elle arrive à tenir jusqu'en 1953, année où la Commission Administrative, encouragée par l'autorité de tutelle, le sous-préfet Teitgen, contracte un emprunt de 50 000 Francs. Les petites chambres deviennent dortoirs, le chauffage et les sanitaires sont installés, les peintures faites (confort de l'époque), on abrite une trentaine de pensionnaires payants et ressortissants de l'Aide Sociale. Madame Marie-Jeanne FRÉVIN est nommée Directrice-Économe. elle y restera jusqu'en 1978 date de sa retraite. Le poste est repris par Madame MASSOL (Ancienne Assistante Sociale à l'enfance des Pupilles de Seine et Oise devenue Les Yvelines). En 1967, une tornade détruit le toit, la Commission doit faire un emprunt de 220 000 Francs, modifie et surélève, créant dix nouveaux lits. La Fondation achète le Presbytère à la Commune, après aménagement une vingtaine de lits sont à nouveau trouvés. En 1971 grâce à un don de 80 000 Francs de Madame LORANT, l'ancienne buanderie (petite maison) nommée Pavillon est aménagé, il abritera Madame LORANT et son Fils handicapé et quelques pensionnaires. Avec 60 à 65 personnes, la Maison vit, confort modeste et sans prétention. La D.A.S.S. et le Conseil Général demandent des améliorations d'aménagements. C'est alors que nous envisageons des travaux d'humanisation, construction de la maison actuelle. Pour un montant total de plus de 19 millions de Francs, le Conseil Général a accordé pour les travaux et l'équipement de cette Maison de Retraite 7 586 000 Francs.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Edme Marie Cadoux sculpteur thizéen (1853-1939) né à Blacy (Yonne) dont plusieurs œuvres font partie de notre patrimoine: Méridienne, chats, balcon dans le village et la chapelle Montarlot (anciens propriétaire du château) dans le cimetière.
  • Michel Roetzer sculpteur est inscrit à l'inventaire des métiers d'art rares à l'UNESCO.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier