Ouvrir le menu principal

Svalbard
Шпицберген (ru)
Carte du Svalbard.
Carte du Svalbard.
Géographie
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Archipel Aucun
Localisation Mer de Norvège, mer du Groenland, mer de Barents et océan Arctique
Coordonnées 78° N, 16° E
Superficie 61 022 km2
Côtes 3 587 km
Nombre d'îles Plus de 30
Île(s) principale(s) Spitzberg, Nordaustlandet, Edgeøya
Point culminant Newtontoppen (1 713 m sur Spitzberg)
Géologie Îles continentales
Administration
Statut Territoire sous souveraineté norvégienne avec établissements étrangers libres
Démographie
Population 2 667 hab. (2016)
Densité 0,04 hab./km2
Plus grande ville Longyearbyen
Autres informations
Découverte 1596
Fuseau horaire UTC+1
Site officiel http://www.svalbard.com

Géolocalisation sur la carte : océan Arctique

(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Svalbard
Svalbard
Archipels de Norvège

Le Svalbard (prononcé /ˈsʋɑlbɑɖ/) est un archipel de la Norvège situé dans l'océan Arctique, entre le Groenland à l'ouest, l'archipel François-Joseph à l'est et l'Europe continentale au sud. Il constitue la terre la plus septentrionale de la Norvège et l'un de ses territoires. À l'exception de neuf habitants sur l'île aux Ours située à 238 km plus au sud, ses 2 321 habitants se trouvent sur Spitzberg, la seule autre île habitée et la plus grande de l'archipel. Territoire norvégien autonome et démilitarisé, il n'est pas soumis à la fiscalité norvégienne. Sa superficie n'est pas incluse dans celle de la Norvège et il n'est membre ni de l'espace Schengen, ni de l'AELE. Le statut de neutralité du Svalbard permet à n'importe quel pays d'exploiter librement les ressources locales, ce que fit longuement l'URSS en établissant et en administrant une colonie russe dans l'archipel norvégien pour exploiter une mine. La population russe dépassait même la population norvégienne jusque dans les années 1990.

Sommaire

GéographieModifier

Article détaillé : Géographie du Svalbard.

TopographieModifier

 
Carte du Svalbard

Distant de 447 km du Nordostrundingen, au Groenland, le Svalbard est un archipel de l'océan Arctique, s'étendant entre 74° et 81° de latitude nord et entre 10° et 34° de longitude est, et formant la partie la plus au nord de la Norvège. L'extrémité septentrionale de la Norvège métropolitaine, Knivskjellodden, se trouve à 660 km de là. Les îles s'étendent sur 62 050 km2. Les trois îles principales sont Spitsbergen (ou Spitzberg) (39 000 km2), Nordaustlandet (14 600 km2) et Edgeøya (5 000 km2).

Des pans entiers du Svalbard sont recouverts par des glaciers, en particulier l'Austfonna sur Nordaustlandet. Environ 60 % du Svalbard sont recouverts de glaciers qui restent relativement peu épais, 300 à 400 m maximum, en raison de la relative sécheresse du climat. Cependant, le courant nord atlantique tempère le climat arctique, rendant les eaux navigables quasiment toute l'année.

L'archipel est montagneux, avec deux points culminants situés à 22 kilomètres l'un de l'autre : le Perriertoppen et le Newtontoppen, respectivement de 1 712 et 1 713 mètres d'altitude selon les mesures les plus récentes. Les côtes de cet archipel sont très découpées car il a été entièrement recouvert de glaciers pendant les glaciations. Les plus grands fjord du Svalbard mesurent une centaine de kilomètres de long, comme le Storfjord au sud, et le Wijdefjord au nord.

Le Svalbard est situé au-delà du cercle polaire arctique. À Longyearbyen, le soleil de minuit dure du 20 avril au 23 août et la nuit polaire du 26 octobre au 15 février.

ClimatModifier

Le jour permanent commence vers la fin avril pour finir fin août. Au début de cette période, la température est proche de −10 °C à −5 °C. Toutefois, lors de tempêtes polaires ou bien lorsque le soleil se cache quelques heures derrière un pic ou un nuage, la température peut vite descendre à −15 °C et même −20 °C (dans ce cas extrême, seulement en bas des glaciers, car le vent s'y engouffre et se refroidit). Au cours de l'été, la température est normalement faiblement positive, habituellement comprise entre 0 et 10 °C. Au mois de juillet, il gèle rarement à Longyearbyen. Le ciel est très souvent couvert et les tempêtes y sont moins fréquentes.

Svalbard a un climat de type ET (Polaire de Toundra) avec comme record de chaleur +21,3 °C le 16 juillet 1979 et comme record de froid −46,3 °C le 4 mars 1986. La température moyenne annuelle est de −5,7 °C.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −18,6 −19,4 −17,5 −15 −5,6 0,9 4,5 3,5 −1 −7,8 −11,9 −16,1 −8,6
Température moyenne (°C) −14,7 −15,3 −13,6 −11,3 −3,4 2,7 6,7 5,4 0,9 −5,3 −9 −12,8 −5,7
Température maximale moyenne (°C) −10,8 −11,2 −9,7 −7,6 −1,2 4,6 8,8 7,3 2,8 −2,8 −6 −9,4 −2,9
Record de froid (°C) −38,8 −43,7 −46,3 −39,1 −21,7 −8,4 −0,7 −3,9 −12,6 −20,8 −33,2 −35,6 −46,3
Record de chaleur (°C) 7,7 5,9 6,3 7,5 10,6 15,7 21,3 18,1 15,2 8,9 7,5 7,2 21,3
Précipitations (mm) 28,2 25,4 26,3 23,6 27,6 40,6 58,4 60,3 42,5 39,1 35,3 31,3 438,6
Source : Le climat à Svalbard (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1975)[2]


GéologieModifier

 
Téléphérique abandonné d'une mine de houille à Longyearbyen.

Des fossiles couvrant une période de près de 400 millions d'années ont été découverts : poissons primitifs, ammonites, rostres de bélemnites, coquillages, traces de pas de dinosaures, fougères, arbres, feuilles. À l'été 2006, un site de fossiles de reptiles marins d'une richesse exceptionnelle[1] a été découvert. Durant les étés 2010 et 2011, des expéditions y ont eu lieu pour comprendre l'apparition des espèces d'insectes ailés.

FauneModifier

La plus grande partie du Svalbard est protégée, classée en réserve naturelle ou en parc national.

Les parties qui ne sont ni montagneuses ni recouvertes de glace sont composées de toundra.

Le Svalbard est un lieu de reproduction majeur pour plusieurs espèces d'oies (Bernache nonnette et Oie à bec court notamment), de canards (principalement les Eiders à duvet et à tête grise et l'Harelde boréale), d'alcidés (Guillemots de Brünnich et à miroir, Mergules nains, Macareux moines...), de laridés (dont le Goéland bourgmestre, la Mouette blanche et la Mouette tridactyle), de labbes et de limicoles[2]. Seules deux espèces de passereaux nichent au Svalbard, le Traquet motteux et le Bruant des neiges ; d'autres espèces peuvent occasionnellement s'y rencontrer, mais il s'agit d'oiseaux s'étant égarés dans leur migration ou ayant été déplacés sur de longues distances par des vents violents[2].

Les sites abritant les plus grands effectifs d'oiseaux nicheurs se trouvent à Bjørnøya, au Storfjorden, dans le Nordvest-Spitsbergen et à Hopen. Une importante colonie d'oiseaux de mer se trouve sur la rive ouest du fjord de Trygghamna, sur la falaise d'Alkhornet. Il est estimé que la mer de Barents, où se trouve l'archipel, accueille 20 millions d'oiseaux au total en fin d'été (suite à la période de reproduction, qui produit de nombreux jeunes).

Quatre espèces de mammifères terrestres sont présents dans l'archipel : le Renard polaire, le Renne du Spitzberg (variété de petite taille et au pelage très épais), l'Ours polaire et le Campagnol d'Ondrias (introduit [3])[4]. Par le passé, des tentatives d'introduction du Bœuf musqué et du Lièvre arctique ont échoué. On peut ajouter à cela une quinzaine d'espèces de mammifères marins incluant baleines, dauphins, morses et phoques (notamment Phoque annelé et Phoque barbu)[4].

Il existerait entre 3000 et 5 000 Ours polaires sur l'archipel, ce qui constitue une population assez conséquente. Même si l'espèce est protégée, les habitants sont contraints de prendre leurs précautions en dehors des villages et emportent systématiquement un fusil de chasse afin d'assurer leur sécurité en cas d'attaque. Cependant, son usage est exclusivement réservé à la légitime défense. Le risque d'attaque est réel : un écolier britannique a été tué en 2011[5] et plus récemment un guide touristique allemand a été blessé en 2018[6], parvenant toutefois à tuer l'animal.

FloreModifier

Article détaillé : Flore de l'archipel du Svalbard.

HistoireModifier

 
Ny-Ålesund sur la côte ouest de l'île de Spitzberg.
Article détaillé : Histoire du Svalbard.

Il y a polémique quant à savoir qui a découvert le Svalbard :

Les sagas islandaises font référence à une terre qu'elles désignent sous le nom de Svalbard – littéralement « côte froide » – et qui se situerait à quatre jours de voile de l'Islande. Il y a environ 900 milles nautiques entre l'Islande et le Svalbard, impossible à parcourir en quatre jours de voile surtout à cette époque. Seule l'île Jan Mayen pourrait correspondre. D'autres avancent que des trappeurs russes auraient pu aborder le Spitzberg dès le XIIIe siècle.

Dans tous les cas, la première découverte incontestable de l'archipel fut réalisée par le navigateur néerlandais Willem Barents en 1596. Les îles servirent de base internationale pour la pêche à la baleine lors des XVIIe et XVIIIe siècles. Elles servent également comme base arrière pour de nombreuses expéditions d'exploration de l'Arctique.

Au début du XXe siècle, des compagnies américaines, anglaises, suédoises, russes et norvégiennes commencèrent l'extraction de charbon.

La souveraineté de la Norvège a été reconnue par le traité du Spitzberg le avec une clause qui limitait l'utilisation militaire du territoire et une autre qui tolérait les colonies créées par les autres nations. Cinq ans après, la Norvège contrôle officiellement le territoire. Le Svalbard fut le théâtre d'une lutte méconnue entre le Troisième Reich et les Alliés pour l'implantation de stations météorologiques lors de la Seconde Guerre mondiale[7]. L'Opération Fritham est un exemple de cette lutte.

AdministrationModifier

Articles détaillés : Loi sur le Svalbard et Droit svalbardais.

Svalbard

Svalbard (nn)
Svalbard (no)
Шпицберген (ru)

 
Armoiries
 
Drapeau
 
Administration
Statut politique Territoire de la Norvège
Capitale Longyearbyen
Gouvernement
- Chef de l'État
 - Gouverneur

Harald V
Odd Olsen Ingerø (2009-)
Démographie
Population 2 321 hab. (2007)
Densité 0,04 hab./km2
Langue(s) Norvégien
Géographie
Coordonnées 78° nord, 16° est
Superficie 61 022 km2
Divers
Monnaie Couronne norvégienne (NOK)
Fuseau horaire UTC +1 (UTC+2 à l'heure d'été)
Domaine internet .sj1
Indicatif téléphonique +47
Code ISO 3166-1 SJM, SJ
Sources
1 : Le domaine .sj, spécifique au Svalbard, est alloué mais peu utilisé[8]

Par le traité du Spitzberg du 9 février 1920, la souveraineté norvégienne sur l'archipel a été reconnue et les îles constituent un territoire déclaré « zone démilitarisée ». La Norvège récupéra l'administration du Spitzberg en 1925 qu'elle décida de rebaptiser Svalbard, pour ne réserver le nom de Spitzberg qu'à l'île principale, jusque-là appelé Spitzberg occidental (Vestspitsbergen).

Cependant, selon les termes de ce traité, les citoyens de divers pays ont le droit d'exploiter les ressources naturelles « sur un pied d'égalité absolu ». En conséquence, un établissement russe permanent, plus ou moins autonome, s'est développé à Barentsburg. Les Russes ont abandonné un établissement similaire à Pyramiden en 2000. Il fut un temps où la population russe du Spitzberg dépassait considérablement la population norvégienne, mais ce n'est plus le cas désormais.

Un gouverneur nommé par la Norvège, le sysselmann, basé à Longyearbyen, administre le territoire, indépendamment du régime des fylker, excepté la fiscalité qui dépend des services d'imposition (fylkesskattekontor) et de contentieux (fylkesskattenemnd) du Nord-Troms et les affaires juridiques qui relèvent du tribunal de grande instance (tingrett) de Tromsø.

La Convention sur la participation des étrangers à la vie publique au niveau local, ratifiée par la Norvège, n'est pas en application dans cet archipel[9].

Le norvégien est la langue administrative officielle du territoire. Néanmoins, en raison du caractère international des traités signés depuis 1920, tous les textes administratifs sont traduits depuis cette date en anglais et en français, langues internationales des traités, et depuis 1945 le russe remplace le français.

Philatélie : le territoire utilise les timbres de Norvège, sans surcharge. Dans les établissements Russes, des timbres de la fédération de Russie sont utilisés, sans surcharge.

ÉconomieModifier

Article détaillé : Économie du Svalbard.

L'activité économique tourne autour de l'extraction de charbon, complétée par la pêche et la chasse. Pendant la dernière décennie du XXe siècle, le tourisme, la recherche scientifique et quelques entreprises de haute-technologie se sont développées, particulièrement les stations relais de satellite.

La Norvège revendique une zone de pêche exclusive de 200 milles marins autour des îles, mais la Russie ne la reconnaît pas pour l'instant.

En 2008, la géopolitique se tend entre les deux pays. Pour des raisons de présence, la Russie continue l'extraction de charbon au Svalbard, même à perte. D'autre part le traité de partage des eaux de l'océan Arctique est contesté (zone gazière). La présence de Mourmansk proche et de brise-glaces nucléaires russes et l'ouverture de la RMN (Route Maritime du Nord) vont intensifier les tensions.

Cependant, en avril 2010, ces deux pays sont arrivés à un accord sur la délimitation des espaces marins en mer de Barents et dans l'océan Arctique[10]

Depuis janvier 2004, le Svalbard est relié par plus de 1 400 kilomètres de fibres optiques à Harstad en Norvège. Ce réseau est utilisé par les stations suivant des satellites en orbite polaire.

Banque de grainesModifier

Un important dépôt de semences, la « réserve mondiale de semences du Svalbard » (Svalbard globale frøhvelv en norvégien), est opérationnel depuis février 2008.

À la fois présenté comme une forteresse pouvant résister aux cataclysmes naturels et humains et une arche de Noé, cette banque de graines, propriété du gouvernement norvégien, est cofinancée par la Fondation Rockefeller, la Fondation Syngenta et divers organismes privés. Elle doit conserver (à −18°C) des semences d'arbres et de toutes les cultures vivrières de la planète, et permettre ainsi à l’agriculture et à la sylviculture de mieux résister aux défis imposés par les changements climatiques et les catastrophes d'origines naturelle ou humaine. Début 2017, 930 000 variétés essentiellement d'origine agricoles étaient présentes dans le bunker[11].

Creusée à 120 mètres sous la surface, la banque de graine dispose d'un volume de stockage de 1 500 m3, ce qui correspond à une quantité de graines estimée à 4,5 millions [11].

Fin 2016, une température inhabituellement élevée a entrainé un début de fonte du permafrost qui a causé l'inondation de la galerie d'accès[11].

En mai 2017 des travaux de consolidation ont été annoncés par Statsbygg (l'opérateur public qui gère le site), avec tranchées drainantes et mur d’étanchéité, et suppression de sources de chaleur présentes dans le tunnel d’accès. Fin 2018 ces travaux devraient être terminés[11]. Si, dans le futur, des intrusions saisonnières d'eau se manifestent dans le haut du bunker, cette eau sera pompée 24 heures sur 24[11]. Un contrôle de la qualité du pergélisol du Svalbard va également démarrer[11].

DémographieModifier

 
Barentsburg vue de la mer.
Article détaillé : Démographie du Svalbard.

La population du Svalbard compte 2 321 habitants en 2007, dont environ 800 citoyens russes et ukrainiens ainsi qu'une quinzaine de scientifiques polonais. La majorité de la population est norvégienne. Ces îles bénéficient d'un statut particulier qui leur permet d'accueillir des étrangers sans visas ou permis de travail[12]. Ainsi, certains immigrants vont au Svalbard pour y travailler, lorsqu'ils ont été refusés sur le continent. Un bon nombre de ces personnes pensent pouvoir obtenir un permis de séjour en Norvège après avoir passé plusieurs années au Svalbard, or ceci en est rarement le cas[réf. souhaitée].

Les hameaux du Svalbard, tous sur Spitzberg à l'exception de celui sur l'île aux Ours, sont :

  • Barentsburg, en russe Баренцбург : installation russe ;
  • Grumantbyen, en russe Грумант : établissement russe abandonné en 1961 mais une remise en route des opérations minières a été annoncée en 2003 ;
  • Isfjord radio ;
  • Longyearbyen ;
  • Ny-Ålesund : établissement norvégien avec une mine de charbon jusqu'en 1963 et un centre de recherche depuis 1968 ;
  • Pyramiden, en russe Пирамида : établissement russe, abandonné précipitamment en 2000 et en cours de restauration en 2009, apparemment dans un but touristique ;
  • Sveagruva.

Les hameaux ne sont reliés par aucune route. Les moyens de transports utilisés sont le bateau, l'avion, l'hélicoptère et la motoneige.

Philatélie : les timbres de Norvège sont utilisés, sans surcharge. Dans les zones où il y a des Russes, on utilise les timbres de la fédération de Russie, sans surcharge.

CultureModifier

Article détaillé : Culture du Svalbard.

L'archipel est chrétien.

Représentation dans la cultureModifier

Le Svalbard est désigné par Philip Pullman comme étant le Royaume des Panserbjørnes, les Ours en Armure, dans ses romans de la série À la Croisée des Mondes.

Plusieurs romans de Monica Kristensen, se déroulent au Svalbard : Le Sixième homme, dont l'action se situe particulièrement dans la ville de Longyearbyen ; de même, Opération Fritham se passe au Svalbard.

Le roman d'Hubert Aquin "Neige noire" (1974) se déroule en partie sur l'archipel du Svalbard. Les protagonistes montréalais partent pour une croisière dans la Mer de Barents et le roman s'ancre dans une représentation d'un nord culturel, à la fois mythique et transnational.

Notes et référencesModifier

  1. Futura, « Record absolu : un reptile marin de 15 mètres », sur Futura (consulté le 20 janvier 2019)
  2. a et b (en) « Svalbard », sur eBird (consulté le 31 mars 2019)
  3. « The IUCN Red List of Threatened Species », sur IUCN Red List of Threatened Species (consulté le 31 mars 2019)
  4. a et b « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le 31 mars 2019)
  5. (en-GB) « Bear kills British boy in Arctic », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2019)
  6. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « German man attacked by polar bear on Norwegian island | DW | 28.07.2018 », sur DW.COM (consulté le 31 mars 2019)
  7. ...Rijpfjorden, au nord du Nordaustlandet. Il était très utile de connaître la situation météo dans cette région et c'est la raison pour laquelle les Allemands décidèrent d'occuper le terrain, autant le gouvernement Norvégien en exil que les Allemands souhaitaient que les activités minières et météorologiques de la région de Svalbard restent. C'est lors de l'attaque l'URSS par les nazis en 1941 que la position devint vraiment stratégique au point de vue connaissances météorologiques pour l'attaque ou la défense des convois à destination entre autres de Mourmansk.
  8. [1].
  9. Liste des déclarations formulées au titre du traité no 144, 9 août 1993.
  10. Russie-Norvège: entente sur le litige frontalier en Arctique (Stoltenberg)Moscou et Oslo sont depuis quarante ans en négociations sur leur frontière maritime: près de 175 000 km2 sont considérés comme un espace litigieux.
  11. a b c d e et f ForesTopic (2017), La banque mondiale de graines de Svalbard consolidée suite à la fonte du permafrost, publié le 22-05-2017, écrit par Chrystelle Carroy
  12. (en) « Entry and residence », sur The Governor of Svalbard, (consulté le 20 janvier 2019)

Voir le documentaire Les exilés de l'Arctique de Herlé Jouon

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :