Sultanat des femmes

Le sultanat des femmes (en turc Kadınlar Saltanatı) est une période d'une centaine d'années dans l'histoire de l'Empire ottoman, de la fin du règne de Soliman le Magnifique en 1566 jusqu'au début de la période des Köprülü en 1656, durant laquelle les femmes du harem exercent une influence politique considérable.

HistoireModifier

Précédents historiquesModifier

La période connue sous le nom de Sultanat des femmes était nouvelle pour l'Empire ottoman, mais non sans précédent. Les Seldjoukides, prédécesseurs de l'Empire ottoman, ont souvent fait jouer un rôle actif aux femmes de la noblesse dans la politique et les affaires publiques, malgré l'inquiétude des autres hommes[1]page à préciser.

Cependant, au cours du XIVe siècle, la participation des femmes au gouvernement a commencé se réduire considérablement. C'était l'âge de l'expansion ottomane où la plupart des sultans ont choisi de «diriger à partir du cheval», se déplaçant avec une cour de conseillers, de vizirs et de chefs religieux alors que l'armée conquérait de nouvelles terres[2]page à préciser. De plus, la politique ottomane à partir du XVe siècle consistait à envoyer de jeunes princes et leurs mères dans des gouvernorats provinciaux d'Anatolie. En fait, cela a gardé toutes les femmes ayant des contacts aux niveaux supérieurs du gouvernement loin de tout endroit où elles pouvaient détenir un pouvoir significatif. De plus, la pratique du fratricide - dans laquelle un sultan ascendant exécuterait tous ses frères pour assurer son trône - rendait les mères et les épouses des princes encore plus dépendantes de leurs hommes[2]page à préciser.

Early YearsModifier

Cependant, la fortune a commencé à changer avec le début du XVIe siècle et la concurrence de deux événements importants: la fin de l'expansion ottomane et la fusion du harem impérial dans le palais proprement dit. Pendant le règne de Soliman le Magnifique, il est devenu clair que l'empire avait atteint ses limites extérieures, avec des frontières s'étendant sur des milliers de kilomètres dans presque toutes les directions. Le sultan ne pouvait tout simplement plus se permettre de faire de longues campagnes militaires, surtout après l'échec du siège de Vienne en 1529[2]page à préciser.

 
Une peinture de Hürrem Sultan par un disciple de Titien

.

En outre, le règne de Soliman a marqué la fusion du harem impérial dans le palais et la sphère politique, car il est devenu le premier sultan à être officiellement marié, à la femme connue en Occident sous le nom de Roxelane[3]. Avant le Sultanat des femmes, le sultan ne se mariait pas, mais avait un harem de concubines qui lui donnaient des héritiers, chaque concubine produisant un seul fils et suivant son fils dans les provinces qu'elles devaient diriger au lieu de rester à Istanbul[4]. La première sultane Haseki était l'épouse de Soliman le Magnifique, Roxelane, qui devint plus tard Hürrem Sultan après sa conversion à l'islam. Hürrem était supposée à tort être d'origine russe, probablement en raison d'une mauvaise traduction de son nom. Les visiteurs européens la traitaient donc comme russe, alors qu'elle était d'origine ukrainienne[5]. Le nom par lequel les Turcs se sont référés à elle, Hürrem, signifiait "Celle qui rit" ou "la Joyeuse", un témoignage de son caractère[5]. Les érudits ne sont pas sûrs de la date de son arrivée au harem impérial, la collection de concubines détenue par le sultan ottoman, mais des documents sur la naissance de son premier fils reconnaissent sa présence en 1521[6]. Son importance a été établie au moment de son mariage avec Soliman, après la mort de la mère de ce dernier, devenant la première épouse d'un sultan en plus de deux cents ans[4]. Hurrem fut affranchie et le nouveau titre Haseki Sultan (Consort impérial) a été créé pour elle, qui a continué à être attribué aux épouses ultérieures de sultans. Elle s'est principalement engagée dans la philanthropie, en particulier dans la construction d'espaces communs où les sujets pouvaient passer du temps[4]. Le plus important était le Complexe Haseki Sultan à Istanbul, comprenant un centre médical pour femmes, une école, une mosquée et une cuisine pour nourrir les pauvres, qui a été construit dans les années 1530. Elle est décédée en 1558 à Istanbul, après le décès de ses fils aîné et cadet[4]. Près de cinq cents ans après sa mort, la référence aux prétendues origines russes fut retirée de la tombe de Hürrem en janvier 2019[7].

Signification politiqueModifier

Vers le milieu du XVIIe siècle, six sultans avaient régné, dont plusieurs enfants lors de leur accession au trône. En tant que tel, la Sultane validé a exercé le pouvoir pratiquement sans opposition, à la fois pendant le règne de leurs fils et pendant l'interrègne[8]page à préciser. Cependant, une prééminence aussi importante n'a pas été facilement acceptée par tous. Même avec un lien direct avec le sultan, la Sultane validée était souvent confrontée à l'opposition des vizirs du sultan, ainsi que de l'opinion publique. Là où leurs prédécesseurs masculins avaient gagné la faveur du public grâce à la conquête militaire et au charisme, les femmes dirigeantes devaient compter sur les cérémonies impériales et la construction de monuments et de travaux publics. Ces travaux publics, appelés hayrat ou œuvres de piété, étaient souvent construits de façon extravagante au nom de la sultane, comme cela avait été la tradition pour les femmes islamiques impériales[9].

 
L'un des hayrat construit au nom de Hürrem Sultan

D'autres femmes impériales, telles que Hatice Turhan ont contribué à la défense de l'empire, dépensant de grandes sommes d'argent pour la reconstruction et la fortification de bastions militaires clés. Certains ont même symboliquement participé à la guerre. Lorsque son fils Mehmed IV est revenu d'une campagne militaire réussie, elle a fait organiser une procession royale pour retracer son chemin de guerre et partager la gloire de sa victoire[2]page à préciser.

Les mariages étaient également une cause de célébration et une occasion pour les femmes impériales de promouvoir la charité tout en affichant leur richesse et leur pouvoir. Alors qu'elle était sur le point d'être mariée à un amiral de premier plan, la fille de Murad III a fait distribuer des pièces de monnaie nouvellement émises à tous les spectateurs, certains se faisant une fortune[2]page à préciser.

La mort d'une femme impériale ou de la mère d'un sultan pourrait être encore plus extravagante. Par exemple, la mort de Hürrem Sultan a amené une foule de personnes en deuil dans les rues, y compris le sultan lui-même, qui était traditionnellement censé s’isoler dans le palais pendant les funérailles d’un membre de la famille. Une fois de plus, lors de la cérémonie, des pièces et de la nourriture ont été distribuées aux participants pour rendre hommage à la nature généreuse et attentionnée de la reine[2]page à préciser.

Et finalement, les réalisations les plus durables de nombreuses épouses et mères de sultans ont été leurs grands projets de travaux publics. Comprenant souvent des mosquées, des écoles ou des monuments, la construction et l'entretien de ces projets ont fourni une circulation économique cruciale à une époque autrement marquée par la stagnation économique et la corruption, tout en laissant en outre un symbole puissant et durable du pouvoir et de la bienveillance du sultanat. Alors que la création des travaux publics a toujours été une obligation du sultanat, les sultanes telles que la mère et l'épouse de Soliman ont entrepris des projets plus grands et plus somptueux que n'importe quelle femme et la plupart des hommes n'avaient réalisé avant elles[9].

RéférencesModifier

  1. Ann Lambton, Continuity and Change in Medieval Persia, SUNY Press,
  2. a b c d e et f Leslie Peirce, « Shifting Boundaries: Images of Ottoman Royal Women in the 16th and 17th Centuries », Critical Matrix: Princeton Working Papers in Women's Studies,‎
  3. Bernard Lewis, « Ottoman Observers of Ottoman Decline », Islamic Studies I,‎
  4. a b c et d Encyclopedia of World Biography, Farmington Hills, MI, Gale, , 305-306 p. (ISBN 9781410324139)
  5. a et b Galina Yermolenko, « Roxolana: “The Greatest Empresse of the East” », Muslim World, vol. 95, no 2,‎ , p. 234
  6. Leslie Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, New York, NY, Oxford University Press, , 58 p.
  7. (en) « Reference to Roxelana's Russian origin removed from label near her tomb in Istanbul at Ukraine's request », sur Interfax-Ukraine (consulté le 1er mars 2019)
  8. Leslie Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Oxford University Press,
  9. a et b Leslie Peirce, The Imperial Harem: Gender and Power in the Ottoman Empire, 1520-1656, Ann Arbor, MI, UMI Dissertation Information Service, , 106 p.

Articles connexesModifier