Şehzade Mahmud (fils de Mehmed III)

Şehzade Mahmud
Description de cette image, également commentée ci-après
Le sarcophage de Şehzade Mahmud est situé à l’intérieur de la mosquée Mahmud Türbe de Şehzade à Istanbul.
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Naissance 1588
Manisa, Empire ottoman
Décès (à 15 ans)
Istanbul, Empire ottoman
Père Mehmed III
Mère Halime Sultan
Religion Islam

Şehzade Mahmud (en arabe : شہزادہ محمود), né en 1588 à Manisa et mort le à Istanbul, il est le fils de Mehmed III, sultan ottoman et de son épouse Halime Sultan.[1] Il était le petit-fils du sultan Mourad III, le demi-frère du futur sultan Ahmed Ier et le frère de Moustafa Ier.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Şehzade Mahmud est né à Manisa, quand son père était encore un prince et le gouverneur du Sanjak de Saruhan. Sa mère était Halime Sultan. Mahmud et ses frères ont été éduqués par Mustafa Efendi, qui a été nommé par Mehmed en 1592.[2] Lorsque Mourad mourut en 1595, Şehzade Mehmed monta sur le trône sous le nom de Mehmed III, Mahmud vint à Istanbul avec son père. En montant sur le trône, son père ordonna l’exécution de dix-neuf de ses propres frères et demi-frères.

À IstanbulModifier

À Istanbul, Mahmud était très populaire auprès des janissaires. Mehmed fut troublé par l’empressement de Mahmud à quitter le palais et à assumer le rôle de prince guerrier, d’autant plus qu’il était lui-même devenu si gros qu’il ne pouvait pas faire campagne. Dans l’espoir de dissiper les inquiétudes de son père au sujet des rébellions provinciales et des avances safavides, Mahmud demanderait à son père de l’envoyer et de lui donner le commandement de l’armée.[3][4][5] Chaque fois qu’il parlait comme ça, Ahmed essayait sans succès de l’arrêter parce que cela rendait Mehmed pénible.[6][7] En outre, Mehmed craignait que la jeunesse avait l’intention de monter une rébellion contre lui à l’intérieur du palais.[8]

Mahmud est devenu grave de voir comment son père a été tout à fait dirigé par Safiye Sultan, sa grand-mère et l’État allait en ruine. Sa mère n’a pas non plus été favorisée par Safiye. Selon la tradition turque, tous les princes devaient travailler en tant que gouverneurs provinciaux (Sanjak-bey) dans le cadre de leur formation[9]. Cependant, Mahmud étant trop jeune n’était pas encore circoncis, ni a été envoyé pour gouverner aucune province en raison des révoltes sortantes de Celali et de la Longue Guerre turque, une guerre indécise entre la monarchie de Habsbourg et l’Empire ottoman, principalement sur les Principautés de Valachie, Transylvanie et la Moldavie.[10]

Des rumeurs de complot pour empoisonner Mehmed afin d’amener Mahmud au commandement de l’empire se répandaient dans la capitale.[11] La discussion a eu lieu parmi les vizirs du conseil impérial quant à laquelle des fils du sultan devrait être désigné héritier du trône. Les vizirs ont été divisés en deux groupes, l’un soutenant Mahmud, l’autre favorisant son frère Şehzade Ahmed.[12] Selon une autre rumeur si la conspiration pour assassiner le sultan a échoué, Mahmud serait secrètement emmené dans une province, où il pourrait facilement rassembler une armée et se battre pour le trône.[13]

De plus, la mère de Mahmud envoya un message à un religieux pour qu’elle soit superstitieuse pour savoir si son fils deviendrait le prochain sultan et combien de temps son mari régnerait. L’homme répondit, mais le message fut intercepté par Abdürrezzzak Agha, le chef de l’eunuque noir du harem impérial et qui le donna plus tard à Mehmed et Safiye, au lieu d’elle. Le message dit que Mehmed mourrait dans les six mois sans montrer si par la mort ou la déposition et son fils deviendra le prochain sultan. Safiye en exaspèrent Mehmed et elle fit examiner Mahmud, qui ne savait en effet rien de l’action de sa mère.[14]

EmprisonnementModifier

Mahmud a été emprisonné et battu pour le faire avouer. Après deux jours, il a été battu à nouveau ayant à chaque fois deux cents coups, mais rien n’est sorti. Puis sa mère a été appelée en question et examinée, qui a avoué qu’elle avait envoyé un message au voyant religieux pour qu’elle connaisse la fortune de son fils, mais sans aucune intention de blesser ou de penser à la privation de son mari. Mais cette déclaration n’a pas satisfait Mehmed et sa mère, Safiye.[15]

Le sultan a décidé de consulter son grand vizir Yemişçi Hasan Pacha et le mufti sur la question. Il a demandé un avis juridique au mufti Ebulmeyamin Mustafa Efendi, s’il pouvait exécuter son fils ou non. Le mufti a estimé qu’il ne pouvait exécuter son fils sans témoins et qu’il ne pouvait être exécuté que parce que sa mort satisferait son père.[16]

ExécutionModifier

Mahmud fut exécuté le [17] par quatre sourds muets dans une salle de harem tandis que Mehmed attendait à l’extérieur. Après que son ordre ait été exécuté, Mehmed entra dans la pièce pour s’assurer que Mahmud était mort. Après la mort de ce dernier, les deux seuls fils de Mehmed sont les futurs sultans Ahmed Ier et Moustafa Ier.[18][19] Ses disciples qui étaient censés être impliqués dans l’affaire ont été jetés à la mer. Il a été répandu que sa mère a également été exécutée. Cependant, elle est envoyée au palais Eski.[20] Après sa mort, Mahmud est considéré comme courageux et jaloux et rejoint la catégorie de ceux qui sont très aimés par les janissaires, une façon ottomane de décrire à titre posthume les princes ambitieux qui ne l’ont pas fait.[7]

ConséquencesModifier

Mehmed mourut le , six mois et demi plus tard. Selon une source, la cause de la mort de Mehmed était la détresse causée par la mort de son fils,[21] le demi-frère de Mahmud, Ahmed, monta sur le trône. Mahmud, qui avait été enterré d’abord de façon obscure, fut honoré d’être enterré dans une tombe construite sur les ordres de son frère Ahmed,[15] à la mosquée Şehzade, Istanbul. Ahmed envoya également Safiye Sultan au palais D’Eski le vendredi , avec son frère Moustafa. Il remplaça également le chef de l’eunuque noir du harem impérial, Abdürrezzzak Agha, par un nouveau Cevher Agha, en raison de son rôle dans l’exécution de Mahmud.[3][22]

Şehzade Mahmud dans la culture populaireModifier

En 2015, la série télévisée historique turque Muhteşem Yüzyıl: Kösem, Şehzade Mehmed est interprétée par Arda Taşarcan enfant et Barış Cankurtan adulte.

Notes et référencesModifier

  1. Börekçi, p. 78.
  2. Börekçi 2010, p. 95.
  3. a et b Micheal, Kappler et Gavriel 2009, p. 187.
  4. International, p. 71.
  5. Tezcan et Barbir 2007, p. 71.
  6. Ricci 1985, p. 78.
  7. a et b Piterberg 2003, p. 12.
  8. Peirce 1993, p. 97-8.
  9. Peirce 1993, p. 231.
  10. Börekçi, p. 75-6.
  11. Börekçi 2010, p. 66.
  12. Börekçi 2010, p. 72.
  13. Börekçi 2010, p. 73.
  14. Peirce 1993, p. 231-2.
  15. a et b Peirce 1993, p. 232.
  16. Tezcan 2010, p. 68.
  17. Somel 2010, p. 41.
  18. Duindam 2015, p. 133.
  19. A ́goston et Masters 2010, p. 22.
  20. Walthall 2008, p. 90.
  21. Güzel, Oğuz et Karatay 2002.
  22. Börekçi 2010, p. 128.

SourcesModifier

  • leslie P. Peirce, The Imperial Harem : Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Oxford University Press, , 374 p. (ISBN 978-0-19-508677-5, lire en ligne)
  • (en) Baki Tezcan, The second Ottoman Empire : political and social transformation in the early modern world, New York, Cambridge University Press, , 284 p. (ISBN 978-0-521-51949-6, lire en ligne)
  • International Journal of Turkish Studies : Volume 13, University of Wisconsin,
  • Baki Tezcan et Karl K. Barbir, Identity and Identity Formation in the Ottoman World : A Volume of Essays in Honor of Norman Itzkowitz, Center for Turkish Studies at the University of Wisconsin, , 279 p. (ISBN 978-0-299-22750-0)
  • Michalis N. Michael, Matthias Kappler et Eftihios Gavriel, Archivum Ottomanicum,
  • Hasan Celâl Güzel, Cem Oğuz et Osman Karatay, The Turks : Ottomans (2 v. ),
  • FMR : the Magazine of Franco Maria Ricci : Issues 14-16, Franco Maria Ricci International,
  • Ga ́bor A ́goston et Bruce Alan Masters, Encyclopedia of the Ottoman Empire, Infobase Publishing, , 689 p. (ISBN 978-1-4381-1025-7, lire en ligne)
  • (en) Jeroen Duindam, Dynasties : A Global History of Power, 1300–1800, Cambridge, United Kingdom, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-06068-5, lire en ligne)
  • (en) Anne Walthall, Servants of the Dynasty : Palace Women in World History, Berkeley, University of California Press, , 381 p. (ISBN 978-0-520-25444-2, lire en ligne)
  • (en) Selcuk Aksin Somel, The A to Z of the Ottoman Empire, Lanham (Md.), Rowman & Littlefield, , 399 p. (ISBN 978-0-8108-7579-1, lire en ligne)
  • Gabriel Piterberg, An Ottoman Tragedy : History and Historiography at Play, University of California Press, , 271 p. (ISBN 978-0-520-93005-6, lire en ligne)
  • Günhan Börekçi, İnkırâzın Eşiğinde Bir Hanedan : III. Mehmed, I. Ahmed, I. Mustafa ve 17. Yüzyıl Osmanlı Siyasî Krizi
  • Günhan Borekçi, Factions And Favorites At The Courts Of Sultan Ahmed I (r. 1603-17) And His Immediate Predecessors,
  • Baki Tezcan, Searching For Osman : A Reassessment Of The Deposition Of The Ottoman Sultan Osman II (1618-1622),

Liens externesModifier