Statues qui pleurent

On désigne par statues qui pleurent un phénomène que certains croyants considèrent comme miraculeux, alors que d'autres pensent qu'il s'agit de supercheries[1], ce qui a d'ailleurs été vérifié plusieurs fois par l'analyse du liquide sortant des yeux des statues, qui pouvait être du sang appartenant aux auteurs des canulars, ou encore un mélange à base d'huile.

Le phénomène des statues qui pleurent encourage le pèlerinage de croyants qui espèrent en leur vertu miraculeuse.

Canulars et scepticismeModifier

Dans le livre de Daniel de la Vulgate[2], l'épisode de Bel et le Dragon[3] (faisant partie du canon deutérocanonique catholique) montre Daniel prouvant que les prêtres se faufilaient dans les temples pour manger les offrandes laissées aux pieds de l'idole Bel vénérée pour sa capacité apparente à consommer de la nourriture et des boissons[4].

Par la suite, les autorités de l'Église catholique se sont toujours montrées extrêmement prudentes pour étudier le cas des statues qui pleurent de façon surnaturelle, et ont généralement fixé des conditions très strictes pour les accepter. Par exemple, lorsqu'à Messine, en Sicile, une statue du Padre Pio de Pietrelcina, un saint très populaire, a été trouvée avec des larmes de sang un jour de 2002[5], mais cela s'est révélé être un canular après qu'une mère femme s'excuse en expliquant que c’était son fils qui l'avait fait[6].

Les sceptiques insistent sur la relative facilité de fabriquer une fausse statue qui pleure. À l’occasion de certaines conférences sceptiques, on vend des « kits de statues qui pleurent ». Les sceptiques ont donné des exemples de statues qui pleurent qui étaient manifestement des canulars[7],[8].

Les rationalistes eux aussi rejettent les statues qui pleurent. Ils estiment que c'est un phénomène purement psychologique, une escroquerie, ou un simple phénomène semblable au phénomène des « murs qui pleurent »[9]. On assure que les témoins ont été trompés par leur propre état d'esprit ou qu’ils ont été suggestionnés par le groupe. Leur état d'esprit perturbé leur fait croire qu’ils voient quelque chose qui n’existe pas en réalité[10].

Une autre explication vraisemblable attribue ces prétendues larmes à la condensation. Ce qui s’échappe des yeux des statues qui semblent pleurer sont en fait des perles de condensation dues au fait que la statue est constituée de matériaux de densité variable, la condensation se forme alors sur les parties les plus denses (les plus froides) et dans ce cas ce sont les yeux.

Un certain nombre de statues qui pleurent ont été déclarées des impostures par des représentants de l'Église catholique[11],[7].

En 1995, une statue de la Vierge a eu l’air de pleurer du sang dans la ville de Civitavecchia en Italie. Une soixantaine de témoins en ont témoigné. L'évêque local a attesté qu'il l'avait vu lui-même. Mais par la suite, on a découvert que le sang sur la statue appartenait à un individu de sexe masculin. Le propriétaire de cette statue, un certain Fabio Gregori, a refusé de se soumettre à un test ADN. Après l'affaire de Civitavecchia, on a signalé des dizaines de statues réputées miraculeuses. On a montré que presque toujours il s’agissait de canulars : les visages des statues avaient été éclaboussés avec du sang, de la peinture rouge ou de l'eau.

En 2008, le gardien d’une église, Vincenzo Di Costanzo, est passé en jugement dans le Nord de l'Italie pour avoir simulé du sang sur une statue de la Vierge Marie alors que c’est son propre ADN qu’on a retrouvé dans le sang[12].

Étendue du phénomèneModifier

Dans les pays de religion catholique, il s'agit souvent de statues de la Vierge et du Christ des yeux desquels sortirait du sang[13], de l’huile ou de l’eau. Des phénomènes semblables auraient été observés dans les pays bouddhistes où des statues de Bouddha auraient pleuré du sang. La plupart du temps, ce phénomène se manifesterait lorsqu’une personne prie devant la statue[13].

Conséquence sociales et médiatiquesModifier

Lorsque ce phénomène se manifeste, les personnes les plus concernées sont les propriétaires des statues[13]. Ils doivent faire face aux médias et aux curieux et croyants qui demandent à voir la statue[14].

ExemplesModifier

Statues religieusesModifier

Steve Connor écrit en juillet 1995 dans The Independent qu'il y a eu une forte augmentation du nombre d'observations de madones pleureuses, de l'Irlande à la Croatie, mais la seule reconnue par l'Église est une statue de la Vierge Marie dans la ville de Syracuse en Sicile en 1953, également vérifiée par une équipe de scientifiques[15],[16]. Le chimiste Luigi Garlaschelli de l'Université de Pavie, qui n'a pas examiné la statue derrière sa vitre, pense que les larmes sont dues à une attraction capillaire de l'humidité s'infiltrant à travers une faille dans l'émail de la statue en plâtre[17].

  • La statue de Notre-Dame d'Akita au Japon a pleuré à la télévision devant des millions de téléspectateurs[18].
  • En 1995, une statue de la Madone pleure le sang dans la ville de Civitavecchia en Italie. Une soixantaine de témoins ont été témoins du phénomène[19].
  • En , la statue de Padre Pio verse un liquide rouge qui s'avèrera être le sang d'une femme ; les tests démontreront le canular[20],[21],[22] .
  • En à Rockingham en Australie, un liquide parfumé s'écoule des yeux d'une statue de la Vierge [23],[24].
  • En à Chittagong, Bangladesh, non vérifié[25].
  • En juillet 2004, deux statues qui pleuraient du sang dans l'église communautaire vietnamienne de Brisbane en Australie ne résistent pas à l'enquête qui conclut à la supercherie[26].
  • En 2008, le gardien de l'église Vincenzo Di Costanzo a été jugé dans le nord de l'Italie pour avoir simulé du sang sur une statue de la Vierge Marie alors qu'il est avéré que son propre ADN était associé au sang[27].
  • A partir de , une statue de la Vierge a pleuré pendant trois mois, puis deux dans une église à Pásztó en Hongrie[28].
  • Le , une statue de la Vierge a commencé à pleurer des larmes d'huile d'olive parfumée à la rose à Hobbs au Nouveau-Mexique aux Etats-Unis[29].

Notes et référencesModifier

  1. (fr) « Les statues en pleurs », sur journaldunet.com (consulté le 3 décembre 2010)
  2. Daniel, chapitre 14 versets 1-21
  3. « Chapitre 14 - Livre de Daniel - Catholique.org », sur bible.catholique.org (consulté le 19 février 2021)
  4. (en) Joe Nickell, « Weeping-eye Cons | Center for Inquiry », sur web.archive.org, (consulté le 18 février 2021)
  5. (en-GB) « Italian statue 'weeps blood' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020)
  6. (en-US) Tom Hundley, Tribune's chief European correspondent, « Prank or miracle, you decide », sur chicagotribune.com (consulté le 30 mai 2020)
  7. a et b « Catholic Church Says Weeping Statues Fake », sur https://www.skeptic.com
  8. (en-US) Joe Nickell, « Weeping-eye Cons | Center for Inquiry », (consulté le 30 mai 2020)
  9. (en-US) « mysterious brown drops only on hall wall », sur Fine Homebuilding (consulté le 15 février 2019)
  10. (en) Joe Nickell, Looking for a miracle : weeping icons, relics, stigmata, visions & healing cures, (ISBN 1-57392-680-9 et 978-1-57392-680-5, OCLC 40338487, lire en ligne), p. 56-57
  11. (en) « Church rules WA's weeping Virgin is not a miracle », sur The Age, (consulté le 30 mai 2020)
  12. (en) « Weeping madonna trial opens », sur italymag.co.uk, (consulté le 5 août 2008)
  13. a b et c « Les statues qui saignent et qui pleurent », sur www.dinosoria.com (consulté le 3 décembre 2010)
  14. « Défilé de dévots devant une icône orthodoxe "pleurant" des larmes d'huile », sur icietmaintenant.fr (consulté le 3 décembre 2010)
  15. (en) « Trail of tears - a relic like no other visits the Vatican », sur aleteia.org, (consulté le 2 janvier 2019)
  16. (en) Steve Connor, « Science debunks miracle of weeping madonna », sur independent.co.uk, (consulté le 26 juin 2018).
  17. (en) Steve Conor, « Science debunks miracle of weeping madonna », sur The Independent, (consulté le 18 février 2021)
  18. (en) Jenny Schroedel, The everything Mary book, Adams Media, (ISBN 978-1-59337-713-7 et 1-59337-713-4, OCLC 70167611, lire en ligne), p. 137-138
  19. (en) « The crying game », sur theguardian.com, .
  20. (en) « Italian statue 'weeps blood' », sur bbc.co.uk, (consulté le 26 juin 2018).
  21. (en-GB) « Italian statue 'weeps blood' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2021)
  22. (en) « The Times & The Sunday Times », sur www.thetimes.co.uk (consulté le 18 février 2021)
  23. (en) « Mystery of Australia's weeping Madonna », sur BBC news, (consulté le 3 janvier 2009)
  24. (en) « New claims over weeping Madonna », sur news.com.au, (consulté le 3 janvier 2019)
  25. (en) Alastair Lawson, « Bangladeshis flock to 'weeping Virgin' », sur bbc.co.uk, .
  26. (en-US) « Catholic Church Says Weeping Statues Fake », sur Skeptic, (consulté le 18 février 2021)
  27. (en) « Weeping Madonna trial opens | Italy Magazine », sur web.archive.org, (consulté le 18 février 2021)
  28. (hu) « C'était un miracle, les sculptures ont commencé à pleurer », sur index.hu, (consulté le 3 janvier 2019)
  29. « Le mystère de la Vierge qui pleure de l'huile d'olive », sur ouest-france.fr, (consulté le 3 janvier 2019)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier