Ouvrir le menu principal

Square Carpeaux

espace vert de Paris, France

Square Carpeaux
Image illustrative de l’article Square Carpeaux
Square Carpeaux.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Paris
Arrondissement 18e
Quartier Grandes-Carrières
Localisation
Coordonnées 48° 53′ 30″ nord, 2° 19′ 54″ est

Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
Square Carpeaux

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Square Carpeaux

Le square Carpeaux est un square situé dans le 18e arrondissement de Paris, sur la zone des Grandes-Carrières.

Sommaire

Situation et accèsModifier

Le square est accessible par la rue Carpeaux, la rue Marcadet (aux nos 207-227) et la rue Joseph-de-Maistre.

Il est desservi par la ligne 13 à la station Guy Môquet et le bus 95 à l'arrêt Place Jacques Froment.

Certaines zones de l'espace vert du parc ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite[1].

Origine du nomModifier

Il porte le nom du sculpteur, dessinateur et peintre français Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875)[2] qui fréquenta assidûment le quartier de Montmartre et est considéré, avec François Rude et Auguste Rodin, comme un des trois plus grands sculpteurs du XIXe siècle[3],[1].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HistoriqueModifier

Le square Carpeaux est édifié à la fin du XIXe siècle sur une partie de l'ancien cimetière de Montmartre dit aussi « cimetière du Nord » désaffecté en 1879[1]. Un arrêté du 18 avril de cette même année lui donne le nom de Carpeaux[3]. Il s'ouvre au public en 1907[4].

Il est entouré par un ensemble d'immeubles à bon marché (HBM) construits entre 1909 à 1919 par les architectes Georges Debrie puis Adolphe Bocage pour la fondation Alexandre-et-Julie-Weill dont les initiales (AWJ) figurent au fronton de l'entrée du no 205 de la rue Marcadet.

Ce jardin s'étendant sur 7 200 m2 est nommé en hommage à l'artiste français Jean-Baptiste Carpeaux.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Les immeubles entourant le square sont constitués de briques rouges et de pierres de Paris, matériaux de moindre coût, relevant de l'habitat social[5],[6].

ÉquipementModifier

Le square dispose d'aires de sport (football, basket, patins à roulettes, ping-pong) et de jeux avec balançoires, d'un bac à sable, d'échiquiers, de deux points d'eau potable et de toilettes publiques[1],[4].

BâtimentsModifier

Un kiosque à musique s’anime de concerts aux beaux jours.

SculpturesModifier

Dans le jardin, figure le buste accoudé de Jean-Baptiste Carpeaux en pierre, taillé par Léon Fagel en 1929 et placé sur une haute stèle conçue par Henri Bans, sur laquelle est aussi apposé un médaillon de bronze représentant Carpeaux[7]. Il partage la place avec une Montmartroise en pied avec un amour de Théophile Camel, sculptée en 1907[1].

PlantesModifier

Dans les espaces verts du square, se trouvent des paulownias aux floraisons généreuses, des sorbiers aux fleurs semblables aux roses. L'ombrage est offert par des noisetiers de Byzance, des cerisiers à fleurs, des ifs, des charmes, des tilleuls, des frênes, des Prunus pissardii, et des sophoras dont l’espèce la plus commune dans nos jardins est le sophora japonica au bois odorant, gris-jaunâtre, assez dur et facile à travailler, qui est utilisé en ébénisterie et parfois en charpente. « Ils rivalisent avec les rosiers et les massifs fleuris qui se métamorphosent à chaque saison[1]. »

Personnalités liées à ce lieuModifier

Le couple d'artistes peintres Bernard Lorjou et Yvonne Mottet y vécut de 1928 à 1934.

Dans la cultureModifier

L'artiste Vincent Delerm cite le square dans sa chanson Le Baiser Modiano de l'album Kensington Square (2004)[8], en s'inspirant de ses visites le dimanche à sa grand-mère qui habitait rue Marcadet, au-dessus du square Carpeaux[9],[10]. Le prix Nobel de Littérature Patrick Modiano rapporte qu'il a pris peur la première fois qu'il a entendu à la radio cette chanson voulant lui rendre hommage, en se demandant comment Vincent Delerm, né une trentaine d'années après lui, pouvait savoir qu'il fréquentait effectivement le square Carpeaux dans sa jeunesse. « Il y a un truc bizarre », se dit-il[10],[11],[12].

(…)

Et le baiser qui a suivi

Sous les réverbères, sous la pluie

Devant les grilles du square Carpeaux

Je l’appelle Patrick Modiano »[9]

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f « Square Carpeaux - Équipements – Paris.fr », sur www.paris.fr (consulté le 11 mai 2019).
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Les Éditions de Minuit, p. 274.
  3. a et b « Les rues de Paris | rue Carpeaux | 18e arrondissement », sur www.parisrues.com (consulté le 11 mai 2019).
  4. a et b « Square Carpeaux, Paris 18e », sur www.evous.fr (consulté le 11 mai 2019).
  5. Publié par Dominique Lacan, « 20 choses à savoir pour dater les façades de Paris », sur Les Paris DLD (consulté le 12 mai 2019).
  6. « Les Habitations Bon Marché, les premiers HLM à Paris », sur France Culture (consulté le 12 mai 2019).
  7. « Le square Carpeaux », sur paris1900.lartnouveau.com (consulté le 11 mai 2019).
  8. eastofthesun91, « Delerm Modiano », (consulté le 31 mai 2019)
  9. a et b Denis Cosnard, « Le Réseau Modiano: Patrick Modiano vu par Vincent Delerm », sur Le Réseau Modiano, (consulté le 31 mai 2019)
  10. a et b France 3, La vie secrète des chansons : Fan de…, 2015, Alexis de la Fontaine, présenté par André Manoukian, diffusion 10 mai 2018, à partir de 43 min 52 s.
  11. Interview initiale de Patrick Modiano par Guillaume Durand dans l'émission Esprits libres du 5 octobre 2007 sur France 2. Annonce en ligne
  12. « Patrick Modiano, «Je me souviens de tout...» du 12 octobre sur France 5 - Lire la page 15 (TeleScoop) », sur Telescoop (consulté le 15 juin 2019)

Voir aussiModifier