Smermesnil

commune française du département de la Seine-Maritime

Smermesnil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Neufchâtel-en-Bray
Intercommunalité Londinières
Maire
Mandat
Cindy Lagache
2014-2020
Code postal 76660
Code commune 76677
Démographie
Gentilé Smermesnilais, Smermesnilaises
Population
municipale
407 hab. (2017 en diminution de 3,33 % par rapport à 2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 32″ nord, 1° 28′ 26″ est
Altitude Min. 117 m
Max. 218 m
Superficie 12,81 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Smermesnil
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Smermesnil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Smermesnil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Smermesnil

Smermesnil est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

GéographieModifier

Smermesnil est le 2e point le plus haut de Seine-Maritime situé sur le plateau entre la vallée de l'Eaulne et de l'Yères.

ToponymieModifier

Attesté sous les formes Ecclesias de Senerimesnil et de Novavilla en 1181 et 1189, Semermaisnil en 1221[1], Ecclesia de Semermesnil vers 1240, Semermesnil en 1300[2] entre 1433 et 1460[3], Semermesnil en 1715, Saint Ouen de Semermesnil en 1716[4], Saint Ouen et Sainte Madeleine de Semermesnil en 1772, Semermesnil ou Smermenil en 1788, Smermesnil en 1953[5]. Le nom de l'ancienne commune, La Leuqueue, est attesté sous les formes Lucue au XIIe siècle, Lupicaudam en 1226, littéralement la « queue du loup »[6].

HistoireModifier

Avant la révolution, la cure (paroisse) de Lignemare est à la nomination et présentation (droit de patronage) des abbés et religieux de l'abbaye Saint-Michel du Tréport qui percevait les dîmes[7].

Cette commune a intégré celles de Lignemare, et La Leuqueue en 1823[8]. L'histoire de Smermesnil est étroitement liée à celle de son château. Orphelinat depuis la fin du XIXe siècle, puis centre ménager rural, il devient lycée catholique d'enseignement polyvalent hôtelier et des services à partir des années 1980.

Le village a été desservi par la ligne de chemin de fer secondaire Amiens - Aumale - Envermeu de 1906 à 1947.

Durant la Seconde Guerre mondiale, un bombardement dans le cadre de l'opération Crossbow le fait 14 victimes[9],[10].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Jean-Michel Flahaut[11]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2017, la commune comptait 407 habitants[Note 1], en diminution de 3,33 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300337336280498513526529557
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
550555519491501468470462515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
487505460401420408428419370
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
414446285267218250332412404
2017 - - - - - - - -
407--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Sainte-Madeleine, datée de 1850 (rebâtie) est proche du cimetière.
  • Lycée hôtelier, installé dans un ancien château avec sa chapelle.
  • Église Saint-Martin (hameau de Lignemare).

Cartes postales anciennesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Rolande Niel, Smermesnil. Un village, un lycée, Luneray, Bertout,

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Archives de Seine-Maritime 112 H.
  2. Archives de Seine-Maritime G 3731.
  3. Archives de Seine-Maritime G 3268-3269.
  4. Archives de Seine-Maritime G 740.
  5. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 957.
  6. François de Beaurepaire - 1979 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime - Page 100.
  7. (la) Pierre-Paul Laffleur de Kermaingant, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Michel du Tréport : Ordre de Saint Benoit, Paris, Impr. de Firmin-Didot, (lire en ligne), p. XXXVIII.
  8. Recueil des actes de la préfecture du Département de la Seine-Inférieure 1823 p. 213
  9. Norbert Dufour et Christian Doré (préf. Daniel Pégisse), L'Enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde Guerre mondiale, Luneray, Bertout, , 295 p. (ISBN 978-2-86743-179-1), p. 101-102
  10. Bernard Garnier (dir.), Michel Pigenet (dir.), M. Dandel, G. Duboc, A. Kitts et E. Lapersonne (préf. Antoine Rufenacht), Les Victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie. 1er janvier 1944-12 septembre 1944, CRHQ-IRED-La Mandragore, , 350 p., relié (ISBN 978-2-912468-02-4)
  11. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le Réveil du 27 mars 2008
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.