Ouvrir le menu principal

Mahorais
shimaoré

Interview en mahorais et français lors des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer (décembre 2011).
Pays Mayotte
Nombre de locuteurs 152 000 (2012)
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 swb
IETF swb

Le mahorais, aussi appelé shimahorais ou shimaoré, est une des deux principales langues parlées sur l'île de Mayotte. C'est une langue bantoue, apparentée au swahili, alors que le kibouchi est une langue austronésienne proche des langues parlées à Madagascar.

Sommaire

PrésentationModifier

Aujourd'hui dire « shi-mahorais » ou « shimaoré » s'est répandu suivant des écrits d'auteurs ayant entendu les mahorais utiliser le « shi », mais sans porter l'analyse. Normalement il faut dire « mahorais » : les mahorais (la population de Mayotte) parlent « le mahorais » ou « le maoré » et « le Kibouchi ». Le préfixe « shi » doit être décomposé parce que véhicule une signification propre : à savoir « comme » ou « en », des éléments de comparaison ou pour exprimer le mimétisme, et synonyme de « mauri ». Par conséquent, « il parle le français, l'anglais et l'allemand » se traduira par « waye ulaguwa shifarantsa, shi-guereza na shi-mdjeremani » qui se dit également « waye ulaguwa mauri-mfarantsa, mauri-mguéreza awu mauri-mdjeremani » (personnification). « mauri » et « shi » a donc une valeur équivalente aux phrases « il parle comme un français, comme un anglais et comme un allemand » et « il s'exprime en français, en anglais ou en allemand ». En français, on dit qu'il parle « swahili », il s'exprime en swahili et non il parle en « ki-swahili » (comme/en swahili), alors que le mahorais va dire « waye ulaguwa shi-swahili » ou « asi laguwa shi-swahili », ou « waye ulaguwa mauri-mkenya », pour exprimer le fait que quelqu'un parle la langue swahili.

Donc, « mahorais » ou « maoré » fait doublement référence, selon le contexte ou la signification, à la langue ou à la population (le gentilé).

DialecteModifier

Le mahorais qui est un des dialectes comoriens et le kibouchi qui est une variante de la langue malgache, parlés jadis par des malgaches qui ont occupé certains villages de l'île (ceux qui parlent aujourd'hui Kibouchi), sont les langues des natifs de l'île de Mayotte. Parler de la lingua franca est réductrice car ce n'est pas une simple langue de communication. Ces deux langues sont les langues maternelles des mahorais avec tout ce que cela comporte comme complexité linguistique, sémantique, sémiologique, phonétique, phonologique, morphologique et culturelle. Le mahorais est dominant tout simplement par le fait majoritaire dans la composition de la population. Le kibouchi est circonscrit à certains villages par le fait historique, ce qui n'empêche pas de l'apprendre par volonté ou par pure nécessité. C'est la langue maternelle des natifs de ces villages. Ces deux langues sont présentes dans les nouveaux programmes télévisés de RFO. Le recensement de 2002 a relevé 80 140 individus parlant le mahorais sur l'île de Mayotte.

InfluenceModifier

Le mahorais subit aujourd'hui fortement l'influence du français. En effet, outre que certains locuteurs de Mayotte parlent le français, celui-ci est la langue de l'éducation, du savoir et de l'emploi (la langue officielle). Pour cette raison des associations culturelles tentent de réanimer la flamme et de redonner au mahorais ses lettres de noblesse, telle l'association SHIME.

IntercompréhensionModifier

L'intercompréhension entre l'anjouanais et le mahorais est presque totale ; seules quelques différences phonétiques mineures, et quelques particularités lexicales les distinguent, elle l'est un peu moins avec le mohelien (mais un discours lent permet la compréhension) et très difficile avec le grand-comorien tandis que la compréhension est partielle, et à sens unique, vis-à-vis des autres parlers swahilis. A titre d'exemple, le zanzibarien et le grand-comorien se comprendront plus facilement que le mahorais et le grand-comorien.

Culture mahoraiseModifier

La langue mahoraise est un des piliers de la culture des Mahorais. Certains mahorais parlant très bien français apprécieront qu'un français venant du continent européen les aborde d'abord en français.

AlphabetModifier

Alphabet[1]
A B Ɓ D Ɗ E F G H I J K L M N O P R S T U V W Y Z
a b ɓ d ɗ e f g h i j k l m n o p r s t u v w y z
/a/ /b/ /ɓ/ /d/ /ɗ/ /e/ /f/ /g/ /h/ /i/ /ʒ/ /k/ /l/ /m/ /n/ /o/ /p/ /r/ /s/ /t/ /u/ /v/ /β/ /w/ /j/ /z/

Quelques exemplesModifier

Français shimaoré kibouchi-kimaoré (malgache de Mayotte)
Bonjour Jeje (ou Kwezi) akory
bien Ndjema tsara
La vie est belle à Mayotte maesha ya mazuri Maore mayicha tsara Maori
Monde / Terre dunia / ntsi tany & fotaka
ciel maingu vingo
eau maji rano
feu moro mehemey
homme mutru baba lalahy
femme mutru mama viavy
manger udya (ou ula) mihinagna
boire unwa midrano
grand -bole
petit -titi hely / kely / hily
nuit uku haligny
matin asubuhi maradringny
voleur mwidzi anpagalatra
je m'appelle... wami uhiriwa... zao kayidreo
Magasin/Boutique duka doukany
ville dago tanana
je - tu - il/elle - nous - vous -ils/elle wami - wawe - waye - wasi - wanyu - wao zao - anao - izy -atsika -anareo - reo
merci marahaba marahaba
monsieur - madame monye - bweni/bibi lalahy - viavy
repas shahula hanigny
maison nyumba (ou dago) trangno.

Notes et référencesModifier


Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Sophie Blanchy, L'interprète. Dictionnaire Mahorais - Français et Français - Mahorais, Mayotte, Paris, CMAC, édition l'Harmattan, .
  • Cornice, Abdillahi D. (1999), Manuel grammatical de shimaore, Mamoudzou, Mayotte, L’Association SHIME (Le SHImaorais MEthodique), 1999.
  • Kordji, Chamsidine, Martine Jaquin, et alia (1999, 2006), Narifundrihe shimaore - Apprenons le shimaorais, Association SHIME (Le SHImaorais MEthodique), Mamoudzou, 1999 et 2006.
  • Maandhui, Ousseni (1996), Parlons Shimaore, Éditions du Baobab, Mamoudzou, 1996.
  • Rombi, Marie-Françoise (1983), Le Shimaore (Île de Mayotte, Comores): Première approche d’un parler de la langue comorienne, Paris, Société d’Études Linguistiques et Anthropologiques de France (SELAF), 1983.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier