Serge Giguère

réalisateur canadien
Serge Giguère
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Serge Giguère est un directeur de la photographie, réalisateur, scénariste, né en 1946 à Arthabaska (Québec)[1]. Il est le cofondateur (avec Sylvie Van Brabant) des Productions du Rapide-Blanc[2].

BiographieModifier

Tandis qu'il étudie en histoire de l'art à l'Université du Québec à Montréal, Serge Giguère fait la rencontre en 1969 de Marcel Carrière, venu donner une formation sur le cinéma[3]. Attiré par l'expérience de la caméra et du montage, il décide alors de travailler dans ce domaine et devient assistant cameraman pour le film Pile ou face, de Roger Fournier[3]. Il poursuit ensuite sa carrière en tant que réalisateur et assistant cameraman, notamment auprès de Jean-Claude Labrecque, Pierre Perrault et Arthur Lamothe[2]. En collaboration avec Robert Tremblay, il fonde la société Les films d'aventure sociales du Québec en 1974 et y coréalise trois moyens et longs métrages : Toul Québec au monde sua jobbe (1978), Belle famille (1978), Pow pow té mort ou ben j'joue pu (1979)[2].

Il s'allie dans les années 1980 avec Sylvie Van Brabant, sa compagne, avec laquelle il co-réalise deux films avant de fonder en 1984 la société Les Productions du Rapide Blanc[4].

FilmographieModifier

comme Directeur de la photographieModifier

comme RéalisateurModifier

comme ScénaristeModifier

comme MonteurModifier

Récompenses et NominationsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

AnecdotesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Les gens du cinéma
  2. a b c d e f et g Jean, Marcel, 1963- et Coulombe, Michel, 1957-, Le dictionnaire du cinéma québécois, Boréal, (ISBN 2764604270 et 9782764604274, OCLC 1006893527, lire en ligne)
  3. a b et c Marie-Claude Loiselle, « Entretien avec Serge Giguère », 24 images, no 151,‎ , p. 26–31 (ISSN 0707-9389 et 1923-5097, lire en ligne, consulté le 5 février 2019)
  4. Marcel Jean, « Entretien avec Serge Giguère : Éloge de la culture populaire », 24 images, no 135,‎ , p. 47–49 (ISSN 0707-9389 et 1923-5097, lire en ligne, consulté le 5 février 2019)
  5. Robert Daudelin, « Le cinéma d’un héritier », 24 images, no 151,‎ , p. 6–8 (ISSN 0707-9389 et 1923-5097, lire en ligne, consulté le 5 février 2019)
  6. a b et c « La dure turlute de la lutte », Le Devoir,‎ , B5 (lire en ligne)
  7. « Ce dandy mal connu », Le Devoir,‎ , B7 (lire en ligne)
  8. « Rapide Blanc • Films parus », sur www.rapideblanc.ca (consulté le 5 février 2019)
  9. « Un couronnement de carrière pour le cinéaste Serge Giguère - DOC Québec », (consulté le 5 février 2019)
  10. « Le Mystère Macpherson », sur Québec Cinéma (consulté le 5 février 2019)
  11. Jérôme Delgado, « Huit artistes, dont trois Québécois, reçoivent des Prix du Gouverneur général », sur Le Devoir, (consulté le 5 février 2019)
  12. « Les gagnants de la 17e Soirée des Jutra », sur CTVM.info, (consulté le 5 février 2019)