Ouvrir le menu principal

Jean-Claude Labrecque

directeur de la photographie, réalisateur, monteur, scénariste, producteur et acteur québécois
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labrecque (homonymie).
Jean-Claude Labrecque
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Conseil d'administration de la Cinémathèque québécoise (d) (-)
Conseil d'administration de la Cinémathèque québécoise (d) (-)
Conseil d'administration de la Cinémathèque québécoise (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jean-Claude Labrecque est un directeur de la photographie, réalisateur, monteur, scénariste, producteur et acteur canadien né le à Québec[1] et mort le à Montréal[2].

Sommaire

BiographieModifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jean-Claude Labrecque est né à Québec (Québec) et a suivi une formation d'assistant en photographie à l'ONF. En tant que directeur de la photographie, il a tourné nombre des premiers films clés de Claude Jutra (À tout prendre), Michel Brault (Entre la mer et l'eau douce), Gilles Carle (La vie heureuse de Léopold Z), Gilles Groulx (Le Chat dans le sac) et Don Owen (The Ernie Game). En 1965, avec 60 Cycles , il réalisa une course de vélo de fond sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent., décrit comme une encyclopédie virtuelle des techniques de caméra. Il a remporté 22 prix internationaux et a été nominé pour un BAFTA . Il a quitté l'ONF en 1967 pour créer sa propre société de production, bien qu'il ait continué à travailler à son compte au conseil d'administration.

Au cours de sa longue carrière, les intérêts de Jean-Claude Labrecque se sont concentrés sur des sujets de préoccupation pour le peuple québécois, qu'ils soient sportifs, culturels ou politiques. Parmi ses films les plus connus, citons La visite du général de Gaulle au Québec (où il a filmé le fameux "Vive le Québec libre!" du président français Charles de Gaulle ), les Jeux de la XXIe Olympiade et son second long métrage, Les Vautours , une méditation personnelle éloquente et charmante sur la naissance d’une génération considérée par la critique comme son meilleur film. Plus récemment, il a été caméraman de Bernard Émond dans des films acclamés par la critique comme La femme qui boit (La femme qui boit), La neuvaine (La Neuvaine) et le cercle du sommet (Contre toute espérance) . Parmi ses nombreuses récompenses et citations, il a remporté deux prix du film canadien , en 1964 et 1970, et le prix Jutra du meilleur documentaire en 2003. Il a donné des conférences sur la réalisation de films à l' Université du Québec à Montréal .

DistinctionsModifier

  • Lauréat du Prix Albert-Tessier pour une carrière exceptionnelle dans le cinéma québécois.
  • Lauréat du Prix Hommage à l'édition 2008 des Jutras
  • Chevalier de l' Ordre National du Québec en 2009
  • Membre de l' Ordre du Canada en 2009 "pour sa contribution au développement du film en tant que réalisateur de documentaires et de films de fiction et en tant que directeur de la photographie de renom au Canada et à l'étranger".

FilmographieModifier

comme directeur de la photographieModifier

comme réalisateurModifier

comme monteurModifier

comme scénaristeModifier

comme producteurModifier

comme acteurModifier

Récompenses et nominationsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean, Marcel, 1963- et Coulombe, Michel, 1957-, Le dictionnaire du cinéma québécois, Boréal, (ISBN 2764604270 et 9782764604274, OCLC 1006893527, lire en ligne)
  2. Luc Boulanger, « Décès du réalisateur Jean-Claude Labrecque », sur La Presse, (consulté le 31 mai 2019)
  3. 60 cycles à ONF.ca

Liens externesModifier