Pierre Perrault

poète et cinéaste québécois

Pierre Perrault est un cinéaste, essayiste, écrivain, poète, dramaturge et animateur de radio. Né le à Montréal et décédé le dans la même ville, il est considéré comme l’un des pionniers du cinéma direct.

Pierre Perrault
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance

Montréal, Québec, Canada
Décès
(à 71 ans)
Montréal, Québec, Canada
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
cinéaste, scénariste, poète, dramaturge, essayiste
Mouvement
Cinéma direct
Distinctions

Film de l'année au Palmarès du film canadien (1964) Prix littéraire du gouvernement général du Canada (1975)

Pour la suite du monde : Premier film canadien projeté au festival de Cannes (1962)
Œuvres principales

Perrault est connu par son film intitulé Pour la suite du monde, projeté au Festival de Cannes en 1962. Cette projection a permis une certaine visibilité de la culture québécoise au monde entier.

BiographieModifier

Enfance et éducationModifier

Pierre Perrault, fils d’un marchand de bois, naît à Montréal le . Jeune homme rebelle, il est « allergique à l’autorité », ce qui le fait expulser du Collège de Montréal, où il a entamé ses études classiques. Il est ensuite reçu au collège André-Grasset, qui accueille l'élite montréalaise, mais il n'y terminera pas ses études. Son diplôme lui est remis en 1947 au collège Sainte-Marie, aujourd’hui Université du Québec à Montréal (UQAM). C’est là qu'il fonde, avec Hubert Aquin et Marcel Dubé, le journal étudiant du collège intitulé Cahiers d’Arlequin. C’est dans ce journal que Perrault publie en 1947 sa première pièce de théâtre intitulée Pierre en vrac.

En 1948, il s'inscrit en droit à l’université de Montréal. Durant les années qui suivent, il participera à la publication du journal étudiant Quartier Latin, dont il sera d'ailleurs rédacteur en chef en 1949-1950. Il sera aussi membre de l’équipe de hockey de la faculté de droit. Par la suite, étudiera l’histoire du droit à l’Université de Paris, puis le droit international à l’Université de Toronto avant de commencer sa carrière d’avocat en 1954.

Début de carrièreModifier

La carrière d'avocat de Pierre Perrault ne dure que deux ans, de 1954 à 1956. En 1955, il commence à travailler comme scénariste pour Radio-Canada. D’ à , il écrit alors des textes pour une émission radiophonique hebdomadaire intitulée Au bord de la rivière réalisé par Jacques Bertrand. Peu de temps après la dernière émission, Pierre Perrault abandonne sa carrière d’avocat. À partir d’, il écrit pour une émission radiophonique quotidienne intitulée Les chant des hommes, consacrée à la chanson populaire, qui prendra fin en . À l’été 1956, Pierre Perrault part sur les routes de Charlevoix, pays natal de son épouse, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, avec Jacques Douai. Ils vont alors enregistrer la musique locale et interviewer les habitants de la région. Pendant ce périple, les voyageurs rencontrent plusieurs personnages particuliers ayant de nombreuses anecdotes à raconter. Ces enregistrements vont se retrouver à plusieurs reprises dans les œuvres radiophoniques et cinématographiques de Pierre Perrault. Entre autres, les enregistrements du comté de Charlevoix ont inspiré la série radiophonique hebdomadaire intitulée Au pays de Neufve-France, diffusée en 1956-1957, ainsi que la série télévisée, ayant le même titre présentée sur les ondes de Radio-Canada, en partenariat avec Crawley Films[1], jusqu’en 1960. La télésérie est composée de treize films de trente minutes : La Traverse d’hiver à l’île-aux-coudres, Attiuk, Jean-Richard, Tête-à-la-baleine, l’Anse Tabatière, Ka-ke-ki-ku, Anse-aux-Basques, En revenant de Saint-Hilarion, Diamants du Canada, Les Goélettes, Rivière du Gouffre, La Pitoune et Toutes isles. Cette série a été une étape importante, dans le cheminement qui mènera Pierre Perrault à réaliser la trilogie de L’Isle-aux-Coudres.[2]

CinémaModifier

Après cette expérience dans le comté de Charlevoix, Perrault s’intéresse davantage au cinéma et à la proximité des gens du peuple et de leurs pratiques quotidiennes. Il propose donc à l’Office national du film, au début des années 1960, de faire un film sur la chasse au béluga. C’est à ce moment qu’il fait la rencontre de Michel Brault, qui lui propose de réaliser ce film dans le style du cinéma direct. Ce sera le documentaire Pour la suite du monde (1963), coréalisé par les deux hommes. Le film documente la chasse aux marsouins telle qu'elle était pratiquée dans les temps anciens à l’île aux Coudres, dans Charlevoix, en aval de Québec. Les habitants se remettront à cette activité pour les fins de la docu-fiction. Pour la suite du monde fut le premier long-métrage canadien à être projeté au Festival de Cannes. Le film a reçu deux prix au Palmarès du film canadien ainsi que le prix du Film de l’année en 1964.

Dans la même année, Perrault retourne travailler pour la radio avant d’accepter le poste de directeur de l’Office national du film, en 1965. Pendant qu'il occupe ce poste, il réalise les autres films qui composent la série de L'Isle-aux-Coudres, soit le court-métrage intitulé Le Beau Plaisir, en 1967, puis deux longs-métrages, Le Règne du jour (1967) et Les Voiture d’eau (1968).

Il réalise ensuite des œuvres davantage impliquées politiquement, comme Un pays sans bon sens, en 1970, premier essai du cinéaste dans lequel il met de côté le style de cinéma direct. Cependant, le retour de cette forme de documentaire ne se fera pas attendre dans l’œuvre de Perrault avec L’Acadie, l’Acadie ?!? (1971), réalisé avec Michel Brault.

Toujours engagé politiquement, il réalise des documentaires en Abititi afin de montrer le « déclin de l’agriculture dans la région » et de présenter les habitants de cet endroit. Puis, Pierre Perrault et sa caméra se dirigent vers Québec. Par trois films, le cinéaste tente de retracer la découverte de la province du Québec. Les Voiles bas et en travers (1983), La Grande allure 1 (1985) et La Grande allure 2 (1985) sont tous filmés dans la forme du documentaire.

Dans les années 1990, le cinéaste se déplace vers le Nord-du-Québec, où il réalise L’Oumigmag ou l’Objectif documentaire (1993) dans lequel Perrault, pour la première fois, ne présente « aucun humain et n’enregistre aucun dialogue ».

Après être revenu à la radio, Pierre Perrault se détache de l’ONF en 1996 avant de décéder en 1999 à Montréal.

LittéraireModifier

À travers toute son œuvre cinématographique, Perrault développe aussi un côté littéraire. Ses écrits sont principalement des adaptations en texte publié de ses émissions radiophoniques et de ses œuvres cinématographiques. Il a publié plusieurs recueils de poésie, tels que Portulan (1961) et Ballades du temps précieux (1963) qui fut ses deux premiers recueils. Plus tard, un autre recueil intitulé En désespoir de cause : poèmes de circonstances atténuantes (1971) dans lequel les poèmes s’inspirent des films de la série de L’Île-aux-Coudres.

Pierre Perrault à aussi partagé des livres en prose dont certains ont gagné des prix. Tel que son dernier livre, Le Mal du nord (1991), fut gagnant du prix littéraire du gouverneur général du Canada. Il publie plusieurs œuvres dans les années 1990, avant son décède en 1999 à Montréal.

ThéâtreModifier

Pierre Perrault a écrit quelques textes dramatiques. Deux d'entre eux ont été créés à l'école des Beaux-Arts dans le cadre du Centre d'essai, soit J'habite une ville (1962) et Les Frères Colin (1963) mise en scène par Natan Karczmar. Puis, Pierre Perrault a écrit la pièce de théâtre en trois actes intitulée Au cœur de la rose. La pièce a été présentée pour la première fois à la télévision sur la chaîne de Radio-Canada en 1958 dans le cadre de l’émission En première. Sa version théâtrale a été créée pour la première fois le à la Boulangerie des Apprentis-sorciers, dans une mise en scène de Jean-Guy Sabourin. La première publication de l'œuvre a été réalisée par les Apprentis-sorciers en 1964 avant d’être légèrement modifiée et publiée une nouvelle fois par les éditions Beauchemin au courant de l'année suivante. Dans la même année (1964), l'œuvre dramatique de Pierre Perrault lui mérite le prix littéraire du Gouverneur général du Canada dans la catégorie poésie et théâtre.

En 1974, la pièce fait un retour sur les planches dans les grandes villes du Québec. Elle est alors produite par le Théâtre populaire du Québec. Au printemps de la même année, à Paris est présentée une rétrospective des films du cinéaste et sur la scène du musée des Arts et Traditions populaire, la première version d’Au cœur de la rose est jouée pour le public français par le Théâtre de la Grande République.

En 2002, le metteur en scène du Théâtre UBU, Denis Marleau, avec la collaboration du Théâtre du Rideau Vert choisi de ramener la pièce la scène du même théâtre à Montréal. Elle est à l’affiche à partir du jusqu’au pour la programmation 2001-2002. Puis, la pièce est jouée du 14 au au Centre national des Arts, à Ottawa, dans la même mise en scène et par les mêmes collaborateurs.

FilmographieModifier

En tant que scénaristeModifier

RadioModifier

Date Titre de l'émission Diffuseur Réalisation Lecture Interprète(s)
à Au bord de la rivière Radio-Canada Jacques Bertrand Raymond Charette Hélène Baillargeon, Monique Chailler et Jacques Labrecque
à Le Chant des hommes Radio-Canada Madeleine Martel François Bertrand -
Octobre et Poèmes et chansons Radio-Canada Jacques Douai - -
à Au pays de Neufvre-France Radio-Canada Madeleine Martel François Bertrand Jacques Douai
et 1958 Noëls anciens Radio-Canada Madeleine Martel - Jacques Douai (chansons)
Mars à Destination inconnue Radio-Canada Madeleine Martel François Bertrand -
Janvier à La Violette double doublera Radio-Canada Madeleine Martel François Bertrand -
Janvier à Chroniques de terre et de mer - première série Radio-Canada Madeleine Martel François Bertrand -
Janvier à Ballades du temps précieux Radio-Canada Lorenzo Godin Raymond Charette Stephen Fentok, Monique Chailler et Monique Miville-Deschênes
Juillet à Imagerie sur ma ville Radio-Canada Madeleine Martel Raymond Charette -
Août à Paysages de la chanson Radio-Canada Jean-Yves Contant - Quatuor des Jeunesses musicales et du Petit Ensemble vocal
Noël à l'île-aux-Coudres Radio-Canada - - -
à Chroniques de terre et de mer - deuxième série Radio-Canada Bernard Vanasse Pierre Perrault -
Janvier à - Reprise d' à J'habite une ville Radio-Canada Bernard Vanasse Pierre Perrault -
Juin à Gens de mon pays Radio-Canada Pierre Rainville Animation par Diane Giguère et Pierre Perrault -
CinémaModifier
  • 1957 : Maîtres-artisans du Canada. Commentaire de Pierre Perrault. Production de Crawley Films.
  • 1957 : La légende du Corbeau. Commentaire de Pierre Perrault. Production de Crawley Films.
  • 1959 - 1960 : Au pays de Neufvre-France. Série de treize films de trente minutes :
    • La Traverse d’Hiver à l’Île-aux-Coudres
    • Les Goélettes
    • Le Jean Richard
    • L’Anse-aux-Basques
    • La Rivière du Gouffre
    • En revenant de Saint-Hilarion
    • La Pitoune
    • Tête-à-Baleine
    • L’Anse Tabatière
    • Toutes Isle
    • Ka Ke Ki Ku
    • Attiuk
    • Diamants du Canada
  • 1960 : Turlute
  • 1962 : Pour la suite du monde
  • 1994 : Cornouailles
TélévisionModifier
Date Titre de l'émission Diffuseur Réalisateur Animation Interprétation Commentaires

supplémentaires

(donné le) - Reprise le La Lettre, La loge et le Repas frugal Radio-Canada pour la série Musée intime Paul Blouin Guy Viau et Françoise Faucher Denise Provost et Jean Brousseau Sketches inspirés par Vermeer, Renoir et PIcasso.
L'Anse aux huards Radio-Canada pour la série Théâtre d'été Paul Blouin - Yves Létourneau, Jean-Pierre Masson, Hélène Loiselle et Albert Millaire. -
(créé le) - Reprise le Au cœur de la rose Radio-Canada pour la série En Première Paul Blouin - Monique Miller, François Guillier, Edmond Beauchamp, Marthe Thiéry, Marcel Cabay et Albert Millaire Arrangements musicaux de Stephen Fentok
(créé le) Vent d'ès Radio-Canada pour la série En Première Paul Blouin - Monique Miller, Guy Hoffman, Andrée Lachapelle, André Cailloux, Madeleine Sicotte, Lucille Cousineau et Colette Courtois -
(créé le) La Maison de Bernarda Alba Radio-Canada Paul Blouin - - Adaptation de l'œuvre de Federico Garcia Lorca

En tant que réalisateurModifier

Comme directeur de la productionModifier

  • 1959 - 1960 : les treize films d'Au pays de Neufvre-France

Œuvres littéraireModifier

PoésieModifier

  • 1961 : Portulan (Édition Beauchemin)
  • 1963 : Ballades du temps précieux (Édition d'Essais)
  • 1971 : En désespoir de cause (Publié dans Parti pris, « Paroles »)
  • 1975 : Chouennes (Édition l'Hexagone)
  • 1977 : Gélivures (Édition l'Hexagone)
  • 1997 : Jusqu'à plus oultre
  • 1999 : Irréconciabule

ThéâtreModifier

  • 1962 : J'habite une ville (poème dramatique - mise en scène de Natan Karczmar)
  • 1963 : Les Frères Colin (poème dramatique - mise en scène de Natan Karczmar)
  • 1963 : Au coeur de la rose (pièce en trois actes - mise en scène de Jean-Guy Sabourin) - (Édition Apprentis-Sorciers)
  • 1964 : Au cœur de la rose - deuxième version (pièce en trois actes) - (Édition Beauchemin)
  • 1965 : C'est l'enterrement de Nicodème tout le monde est invité (pièce en trois actes - mise en scène de Jean-Guy Sabourin)

DiversModifier

  • 1963 : Toutes Isles (récits)
  • 1968 : Le Règne du jour (description et dialogues du film)
  • 1969 : Les Voitures d’eau (description et dialogues du film)
  • 1972 : Un pays sans bon sens (description et dialogues du film)
  • 1977 : Discours sur la condition sauvage et québécoise (album de photos et témoignage)
  • 1985 : De la parole aux actes (essais)
  • 1989 : La Grande allure 1. De Sainte-Malo à Bonavista (récit de voyage)
  • 1989 : La Grande allure 2. De Bonavista à Québec (récit de voyage)
  • 1992 : Pour la suite du monde (récit)
  • 1995 : L’Oumigmatique ou l’Objectif documentaire (récit de tournage et essai sur le documentaire)
  • 1999 : Le Mal du Nord (essai)

HonneursModifier

 
Continuum 2009 (à la mémoire de Pierre Perrault), sculpture de Roland Poulin au Promenade Bellerive à Montréal.

CinémaModifier

  • 1959 : Catégorie Information télévisée (La Traverse d’hiver à l’Île-aux-Coudres), Palmarès du film canadien
  • 1964 : Film de l’année (Pour la suite du monde), Palmarès du film canadien
  • 1964 :Prix spécial (Pour la suite du monde), Palmarès du film canadien
  • 1994 : Prix Albert-Tessier, Gouvernement du Québec
  • 1996 : Prix Victor-Barbeau (L’Oumigmatique ou l’objectif documentaire), Académie des lettres du Québec

LittératureModifier

Pour son œuvreModifier

  • 1986 : Doctorat honorifique, Université Laval
  • 1996 : Doctorat honorifique, Université Lumière
  • 1996 : Médaille des Arts et des Lettres, gouvernement français
  • 1997 : Doctorat honorifique, Université Sherbrooke
  • 1998 : Membre de l’Ordre national du Québec

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • DESJARDINS, Denys, « L’œuvre de Pierre Perrault », dans Sélection, l’Office national du film, en ligne
  • McINTOSH, Andrew, « Pierre Perrault », dans Article, L’Encyclopédie canadienne, en ligne
  • « Perrault Pierre », dans Dossiers, l’Encyclopédie de L’Agora : pour un monde durable, en ligne
  • « Pierre Perrault : du 7 au  », dans Dans les salles, la Cinémathèque française, en ligne
  • SAVARD, Céline, Répertoire numérique détaillé : Fonds Pierre Perrault (P319), en ligne

Son œuvreModifier

  • MATHELIER, Jean-Paul, « Pierre Perrault : Cinéma direct au Québec », dans Focus, Bretagne et diversité, en ligne
  • PERREAULT, Catherine, « Pierre Perrault à l’Anse-aux-Basques », dans Blogue, Blogue de l’ONF en ligne
  • CORMIER, F. et LACROIX, Y. (1978). Œuvres de Pierre Perrault. Voix et Images, 3(3), 371–378 [https:// doi.org/10.7202/200117ar en ligne]
  • DUCHARME, Olivier et FRADET, Pierre-Alexandre, Une vie sans bon sens. Regard philosophique sur Pierre Perrault, Montréal, Nota bene, 2016
  • DUCHARME, Olivier, À bout de patience. Pierre Perrault et la dépossession, Montréal, Écosociété, 2016
  • BUREAU MEUNIER, Mathieu, Wake up mes bons amis! – La représentation de la nation dans le cinéma de Pierre Perrault 1961-1971, Québec, Septentrion, 2019

Liens externesModifier