Schriesheim

commune allemande

Schriesheim
Schriesheim
L'hôtel de ville.
Blason de Schriesheim
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Baden-Württemberg.svg Bade-Wurtemberg
District
(Regierungsbezirk)
Karlsruhe
Arrondissement
(Landkreis)
Rhin-Neckar
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Hansjörg Höfer
Code postal 69198
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
08 2 26 082
Indicatif téléphonique 06203
Immatriculation HD
Démographie
Population 15 088 hab. (juin 2018)
Densité 477 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 25″ nord, 8° 39′ 33″ est
Superficie 3 162 ha = 31,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Schriesheim
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Schriesheim
Liens
Site web www.schriesheim.de

Schriesheim est une ville de Bade-Wurtemberg (Allemagne), située dans l'arrondissement de Rhin-Neckar, dans l'aire urbaine Rhin-Neckar, dans le district de Karlsruhe. Elle est peuplée de 14 812 habitants (2014).

GéographieModifier

La ville est située entre l'Odenwald et la vallée du Rhin, à 8 km au nord d'Heidelberg, à 8 km au sud de Weinheim et à 13 km à l'est de Mannheim.

HistoireModifier

Epoque romaine
Les Romains étaient présents dans la région avec des fortifications à Lopodunum, aujourd'hui la commune de Ladenburg, et à Heidelberg. Aujourd'hui on connait six fermes domaniales romaines (villae rusticae) dont les vestiges furent trouvés lors de fouilles archéologiques aux environs de l'ancienne fortification de Lopodunum. En 1766, on en découvrit une à Schriesheim lors des travaux. Le Prince élécteur Carl-Theodor (1724-1799) ordonna ensuite des fouilles et le lieutenant-ingénieur Ferdinand Denis mit à jour le plan d'un immeuble rectangulaire. Le président de l'académie des sciences de Mannheim Johann Daniel Schöpflin (1649-1771) analysa par la suite ce que l'on avait trouvé dans les caves de l'ancienne ferme domaniale. On y trouva parmi d'autres déchets des tessons d'argile, des pierres taillées ainsi que des os. Schöpflin en déduisit qu'il s'agissait d'un lieu de culte et que les tessons d'argile représentaient des vestiges d'urnes dans un columbarium. La fouille finie, on combla le champ de fouilles et le Prince élécteur fit ériger une stèle dont l'inscription portait l'interprétation de Schöpflin: SEPULCRI ROMANI / COLUMBARIUM / SAECULUM COENACIUM / CONTINENTIS / FUNDAMENTA / ANNO MDCCLXVI / DETECTA / LOCUS HIC TECIT (Ce lieu-ci couvre les fondations d'une sépulture romaine qui comprenait un columbarium, un sanctuaire et un réfectoire que l'on y trouva en 1766.)[1] L'interprétation de Schöpflin fut finalement réfutée en 1970/71 lorsque l'on batissait la bretelle d'accès à l'autoroute. Des nouvelles fouilles eurent lieu et la sépulture s'avéra d'être la cave d'une ferme domaniale ou on stockait à l'époque du vin et de l'huile. Aujourd'hui on peut visiter une réplique de cette cave dans le sous-sol de la mairie de Schriesheim. La stèle changea de lieu plusieurs fois depuis son édification en 1766, aujourd'hui elle se trouve près de la bretelle d'accès à l'autoroute 5.

Le Moyen Âge
Bien que l'on ait trouvé des vestiges d'une ferme domaniale romaine sur le finage de Schriesheim, on ne peut pas parler d'un village portant le nom de Schriesheim avant le debut du VIIIème siècle. Ils existent des actes de donation aux monastères d'Ellwangen et de Lorsch qui datent de 764 et de 766. Les abbés des deux monastères furent désormais les seigneurs de Schriesheim. Schriesheim est, comme beaucoup de communes dont le nom se termine avec le suffixe -heim, un village qui fut vraisemblablement fondé par les Francs.

ÉconomieModifier

La région a développé une activité minière (argent, vitriol, transformée en activité touristique, par ex la mine Anne-Elisabeth .

Lieux et monumentsModifier

  • Église catholique Maria-Himmelfahrt.
  • Église protestante.
  • Strahlenburg, château en ruine.
  • La mine de Anna-Elisabeth

Personnalités liéesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Dirk Hecht: Die römische Villa aus dem Gewann „Schanz“. Wie der römische Keller in das Rathaus kam. Schriesheimer Jahrbuch 2009, 2009, pp. 9–27

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :