Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vogt (homonymie).

Vogt (du v.h.all. fogā̌t, tiré du lat. médiév. vocātus, aphérèse d’advocātus ; dit aussi Voigt ou Voight ou Landvoigt ou Fauth ; pluriel : Vögte; néerlandais : voogd ; danois : foged ; polonais : wójt) dans le Saint-Empire romain germanique était un titre d'intendant, d'avoué ou de suzerain (généralement de la noblesse) exerçant une tutelle, une protection militaire ou la justice séculière (Blutgericht) dans un certain territoire. Le territoire sous la responsabilité du Vogt était appelé Vogtei.

Sommaire

Empire francModifier

Le rang social et le degré de responsabilité des personnes portant ce titre étaient très variables, du plus humble, équivalent du reeve anglais ou du bailli, au plus élevé.

À son plus haut rang social, le titre de Vogt est souvent tenu par des nobles ou des familles princières en relation avec des territoires ecclésiastiques, une position que ces familles exploitaient souvent à leur propre avantage.

Le concept de Vogt est souvent lié à l'idée de munt en vieux haut-allemand, ou de gardien, mais faisait aussi référence à des idées de défense physique ou de représentation légale[1].

Saint-Empire romain germaniqueModifier

Dans les monastères privés ou familiaux[2], le propriétaire en personne tenait souvent le rôle de Vogt, le gardant fréquemment après la réforme de la propriété[3].

En Suisse, Vogt, ou Landvogtei, est un titre de l'ancienne confédération suisse hérité du système féodal du Saint-Empire romain germanique et qui correspond à un reeve anglais.

France et Angleterre médiévalesModifier

Le reeve anglais avait une fonction proche de celle de Vogt au niveau du village et, dans un contexte différent, les rôles de sheriff, bailiff, seneschal et de castellan incluaient des éléments similaires. En France, le rôle de vidame montrait certaines similarités. La traduction la plus fréquente de ces similarités est avocat ou seigneur protecteur.

BibliographieModifier

  • (en) Benjamin Arnold, Princes and Territories in Medieval Germany, Cambridge University Press, , 332 p. (ISBN 9780521390859)

RéférencesModifier