SAVIEM SC 10

automobile
(Redirigé depuis Saviem SC 10)

SAVIEM SC 10
SAVIEM SC 10
SAVIEM SC 10 U (TAG, Grenoble, 1975).

Appelé aussi Renault SC 10
Marque SAVIEM
Années de production 19651989
Production 11 004 exemplaire(s)
Usine(s) d’assemblage Annonay (Rhône-Alpes)
Classe Autobus urbain
Moteur et transmission
Énergie Diesel atmosphérique
Moteur(s) MAN diesel à six cylindres horizontaux en ligne type D 0836 HM 8V de 7 034 cm3 150 ch à 2 500 tr/min
MAN D 0846 HM 82 U de 7 258 cm3 160 ch SAE (144 ch DIN) à 2 500 tr/min
Position du moteur Horizontal sous le poste de conduite
Cylindrée 7 034 cm3
7 258 cm3
Puissance maximale 150 ch
165 ch
170 ch
Bridage dans certaines villes à 135 ch DIN (99 à 125 kW)
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle
Automatique
Poids et performances
Poids à vide 8 150 / 8 665 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes ou 3 portes (commande pneumatique)
Châssis caisse autoportante, ossature tubulaire
Suspensions pneumatique
Freins pneumatiques
Dimensions
Longueur 11 000 mm
Largeur 2 500 mm
Hauteur 2 940 mm
Nombre de places assis : 31 / debout : 47
Chronologie des modèles

Le SAVIEM SC 10 est un modèle d'autobus urbain construit par la Société anonyme de véhicules industriels et d'équipements mécaniques (SAVIEM), modèle de l'autobus standard français. Les lettres SC signifient SAVIEM-Chausson.

Fruit d'une étude commune de la RATP et de l'Union des transports publics urbains et régionaux (UPTUR), la première version commerciale du SC 10 est présentée en . Au fil des ans, plusieurs modifications lui sont apportées, jusqu'à sa version finale, le SC 10 R, produit entre 1982 et 1989. Parmi les 11 004 exemplaires construits, seuls quinze trouvent preneurs à Brescia en Italie, tous les autres étant destinés à des réseaux français. De nombreux autobus sont toutefois rachetés d'occasion dans des pays étrangers où ils roulent encore pendant de longues années après leur réforme en France.

HistoireModifier

GenèseModifier

À la fin des années 1950, les transports en commun urbains en France sont presque exclusivement assurés par des autobus, exception faite du métro parisien, de quelques trolleybus et de rares réseaux de tramways. Les autobus appartiennent généralement à de petites séries produites par des constructeurs variés ; elle sont chères à l'achat et à l'entretien et d'un amortissement difficile ; leurs caractéristiques sont disparates mais elles ont en commun un manque de confort flagrant : plancher trop haut, plafond trop bas, accès exigus.

En 1958, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) et l'Union des transports publics urbains et régionaux (UPTUR) unissent leurs efforts pour élaborer le cahier des charges d'un nouvel autobus urbain unifié qui sera davantage connu sous le nom de bus standard. Parmi les exigences de ce cahier des charges figurent une longueur de 11 m, un plancher plat à 63,5 cm du sol au maximum, une hauteur intérieure de 2,20 m minimum avec des baies hautes à 1,78 m du plancher, un pare-brise cylindro-cyclique antireflets et un moteur de 150 ch couché sous le poste de conduite. SAVIEM, Berliet et Verney répondent favorablement à l'appel d'offres, mais ce dernier constructeur se retire rapidement, faute de capacités de production suffisantes.

  Image externe
  Prototype des SC 10 sur le site de l'ATMUIR.

Fin 1961, la SAVIEM, après une étude approfondie, livre son premier prototype SC 10 à la RATP. Il se distingue visuellement des exemplaires de série par sa face avant dont la « casquette » qui supporte la girouette n'occupe pas toute la largeur du pavillon et dont le pare-brise comporte un montant central. En , une première présentation internationale est faite à Vienne (Autriche).

Le , le premier véhicule de la série sortant de la chaîne de fabrication d'Annonay est homologué aux Mines. Nancy est le premier réseau de province à recevoir des SC 10 en 1965. Le moteur français Fulgur installé sur les prototypes, jugé trop peu puissant, est remplacé sur les autobus de série par un moteur allemand MAN, Diesel à 6 cylindres horizontaux en ligne de 150 ch bridé à 135 ch, avec procédé de combustion M3. MAN motorise désormais tous les SC 10 jusqu'à la fin de production de la série.

ProductionModifier

Le succès commercial du SC 10 est considérable. Ainsi, en , 1 440 exemplaires circulent déjà sur les réseaux français.

 
Renault SC 10 UO (RATP, 1981).

Dès le début de la production, plusieurs dispositions de portes différentes sont proposées dont le SC 10 244 DPA (« D » pour porte décalée) et le SC 10 U 044 PA, pour service à agent seul. Une version dépourvue de glaces d'angle arrière et équipée de petits feux arrière ronds est commercialisée sous le nom de SC 10 L. En 1970, les clignotants situés à l'avant changent de place : ils sont placés désormais au-dessus des phares et non plus à côté. En , SAVIEM présente le SC 10 UM (M pour modernisé) présentant une meilleure insonorisation grâce à un capsulage du moteur, un échappement double flux, des silencieux d'admission. Le freinage est amélioré pour se conformer aux normes CEE. En , un groupe de travail se constitue pour moderniser le SC 10 qui aboutira à une deuxième génération de SC 10 ; cette même année une grande lunette remplace les deux vitres sur la face arrière.

En 1977, SAVIEM et Berliet fusionnent pour devenir Renault Véhicules Industriels - RVI, ce qui entraîne en 1980 l'abandon définitif de la marque SAVIEM. Le SAVIEM SC 10 devient le Renault SC 10. Peu après, il bénéficie de quelques améliorations et il est rebaptisé SC 10 UO.

 
Renault SC 10 R (STAR, Roanne).

À l'automne 1981, est présenté le Renault SC 10 R (« R » pour restylé). Il n'a pas de changements importants mais une nouvelle esthétique aux lignes plus tendues, plus modernes qui lui font perdre toutes les rondeurs de sa face avant. Le pare-brise n'est plus cylindro-cyclique mais conserve une forme galbée dans sa partie supérieure. Les portes latérales sont désormais vitrées sur toute leur hauteur ; il y a deux marches au lieu d'une même si la hauteur de plancher ne varie pas et le confort thermique est amélioré (ventilation, chauffage, dégivrage). À l'arrière, seuls les feux sont restylés. La motorisation reste inchangée. La nouvelle version est produite durant sept ans et demi aux termes desquels 1 630 exemplaires sont fabriqués. Le , l'usine d'Annonay célèbre le dix-millième SC 10 produit. En 1987, cet autobus représente 91 % du parc de la RATP.

marque la fin de la fabrication du SC 10 après 11 004 exemplaires produits, dont plus de 3 000 d'entre eux « restylés », pendant 24 ans. Ce grand succès se limite cependant à la France ; l'autobus n'est pas vendu à l'étranger sauf à Brescia, en Italie, qui en acquiert 15 exemplaires[1].

La plateforme arrièreModifier

 
Renault SC 10 UPF (RATP).

À la suite d'un accident de la circulation ayant fortement endommagé l'arrière d'un SC 10, la RATP décide lors de la réparation de créer une plate-forme ouverte à l'arrière comme cela était le cas avec les Brillié-Schneider PB2 dès 1911 mais surtout les anciens Renault TN d'avant guerre. C'est ainsi que naît le SC 10 UPF.

Cet aménagement étant très favorablement accueilli par les usagers, SAVIEM en reprend l'idée et propose une version du SC 10 avec une plate-forme arrière ouverte dont l'accès s'effectue depuis l'intérieur du véhicule grâce à une porte coulissante. Ce modèle évolue comme le reste de la gamme et le dernier à être commercialisé est le SC 10 RA (RA signifiant restylé à plateforme arrière) dont 34 exemplaires sont produits. Les SC 10 à plateforme circulent à Paris (89 exemplaires) mais aussi dans dix-sept autres villes auxquelles s'ajoutent treize réseaux en ayant acquis d'occasion. La ligne 29 de la RATP est la dernière à avoir été exploitée avec des autobus à plate-forme arrière ouverte jusqu'en .

Expérimentations et modificationsModifier

Le SC 10 reçoit, au cours de sa carrière, de nombreuses modifications portant sur un petit nombre d'unités, généralement pour le compte de la RATP, plus important client qui concentre la moitié des commandes de SC 10.

C'est ainsi qu'est réalisé un bus à freins à disques — un SC 10 équipé de freins à tambours —, dispositif non retenu en série pour des raisons techniques. Une cinquantaine de véhicules (SC 10 UX) voient la puissance de leur moteur portée à 170 ch et leur vitesse maximale à 72 km/h pour la desserte des aéroports d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle, avec réaménagement des sièges disposés dans le sens de la marche. Ce type de bus assurant également des excursions doit être équipé d'une roue de secours, fixée extérieurement sur la face arrière.

Quatre SC 10 reçoivent une transmission hydrostatique. Un autre exemplaire est transformé en bus diesel-électrique dont le moteur entraîne un alternateur alimentant des moteurs électriques calés sur les roues motrices. Un bus fonctionnant au GPL est testé. Ces trois tentatives de diversification de la chaîne de traction restent sans suite[2].

La fin du Renault SC 10Modifier

 
Renault SC10 R (RATUC, Cluj-Napoca, Roumanie, 2011).

À partir de 2000, le durcissement des normes européennes antipollution accélère la réforme déjà largement engagée des SC 10 : des autobus équipés de moteurs plus puissants, plus performants et moins polluants voient le jour et les R312 Agora du même constructeur prennent la relève ; le confort et l'accessibilité de ces nouveaux modèles sont également meilleurs grâce à un plancher bas intégral. Les derniers SC 10 parisiens roulent jusqu'au mais certaines villes de province les exploitent plus longtemps ; les derniers en service commercial roulent encore sur les deux lignes du réseau de Bastia en 2013.

Cependant, depuis leur remplacement sur les réseaux de transport en commun français, beaucoup de SC 10 connaissent une nouvelle vie en étant reconditionnés et achetés par des particuliers ou par des communes pour leurs transports scolaires. Ils se retrouvent aussi sur des réseaux étrangers grâce au marché de l'occasion : des SC 10 roulent au Cambodge, en Birmanie, en Albanie, en Roumanie, en Russie et dans de nombreux pays d'Afrique.

CaractéristiquesModifier

Caractéristiques généralesModifier

  • Constructeur : SAVIEM, puis RVI
  • Châssis : poutres tubulaires
  • Carrosserie : panneaux latéraux démontables, pavillon en aluminium Duralinox
  • Capacité de transport : 93 personnes (27 places assises et 66 places debout)
  • Longueur : 11,045 m
  • Largeur : 2,50 m hors tout
  • Hauteur : 2,96 m
  • Hauteur intérieure : 2,20 m
  • Empattement : 5,58 m
  • Diamètre de giration : 22 m
  • Masse à vide : 8,1 t
  • Poids total en charge (PTC) : 15 t
  • Puissance : 19 CV fiscaux - 165 ch réels (jusqu'à 170 ch)
  • Vitesse maximale : entre 50 et 85 km/h selon version
  • Réservoir : 228 litres
  • Hauteur des vitres : 80 cm
  • Portes : versions 2 ou 3 portes, à 2 ou 4 vantaux. L'accessibilité des SC 10 est précisée par le nombre suivant le modèle. Ainsi, par exemple, un SC10.U.044 est un véhicule à 0 porte à l'arrière, une au milieu avec 4 vantaux et une à l'avant avec 4 vantaux.

MotorisationsModifier

Véhicules Numéros 1 à 1300 N°1300 à la fin de production
Carburant Diesel
Moteur MAN D0836 HM 8V MAN D0846 HM 82 U
Construction
Type 6 cylindres horizontal 6 cylindres horizontal
Norme pollution
Cylindrée 7 034 cm3 7 258 cm3
Performance 110 kW (150 ch) à 2 500 tr/min 118 kW (160 ch SAE) à 2 500 tr/min
Couple
Consommation + CO2
Boites de vitesses
  • automatique SAVIEM R 107 à 3 rapports + démarrage + 1 AR
  • manuelle SAVIEM 332 à 5 ou 6 rapports + 1 AR
  • Boîte Wilson Pont-à-Mousson HVD 4 rapports avant + 1 AR à commande manuelle, mécanique, électrique ou automatique

ProductionModifier

Liste
Réseau Modèle Nombre Numéros Livraison Remarques
  Albi Bus à 2 portes principales, et une 3e, au fond du bus, un peu plus petite.
  Amiens
  Dunkerque 37 110 à 146 1969 à 1992 Les deux derniers livrés sont des ex-RATP de 1977
  Bordeaux
  Brest
  Calais
  Châtellerault
  Colmar 10
  Grenoble - SEMITAG SC10U 044 22 214-235[a] 1966-1977 Le 272 est sauvegardé par l'association Standard 216.
SC10U 444D 42 239-280[b] 1974-1979
SC10 PF 244D 1 286 1978 Le 286 est l'ex-VFD 264, sauvegardé par l'association Standard 216.
  Grenoble - VFD SC10U 044 14 231-234, 244-251, 261-262 1975-1977
SC10U 444D 3 263, 265-266 1978-1979
SC10 PF 244D 1 264 1978 Ancien autobus de démonstration de 1976.
  Le Havre
  Le Mans
  Limoges
  Lyon 866
  Metz 18
  Montluçon SC10R 044 14 15-28 1982-1987
  Mulhouse SC10R 044 1 375 1983
  Nancy
  Nantes SC10U 044 86
  Nice SC10 442D 184 101 à 105 1966 à 1983 Bus conservés en musées : SC10.U.PF.244 n°203 à 205, SC10.R.444.D n°249, SC10.L.044 n°74, SC10.U.044 n°113
SC10U 444D 111 à 120, 186 à 200, 206 à 219, 220 à 219
SC10U 444 171 à 180
SC10L 044 150 à 153, 01 à 14, 60 à 88
SC10U 044 103 à 127
SC10U PF244 184, 185, 203 à 205
SC10UO 444D 230 à 235
SC10R 444D 246 à 272, 283 à 292
  Orléans SC10U SC10UPF n°010 conservé et SC10U n°29 en reconstruction
  Poitiers
  Paris 5580 Il existe des versions à plate-forme arrière de 1976 à 2002[3].
  Reims SC10U 85 C112 à C114, C117 à C123, C128 à C131[c] 1972-1980 Dans la 3e numérotation, série 2xx à deux portes et série 3xx à trois portes.
SC10R 51 Inconnue[d] 1981-1988
  Rennes SC10U 108 6..120[e] 1970-1980
SC10R 28 121-148 1981-1986 Bus 148 préservé.
  Roanne 19
  Rouen 40
  Saint-Lô 2 Un à 2 portes, et un à 3 portes
  Saint-Nazaire SC10UO
SC10R 11 300-310 Un exemplaire, le SC10 R no 304, en service de 1986 à 2001, est conservé par « Rétro Bus Nazairiens » (Association de sauvegarde et de restauration).
  Strasbourg 234 750 à 984
  Toulon
  Toulouse 135 48 SC10R lors de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse[pas clair]
  Tours SC 10 U 044 22 21-25 (1968), 31-37 (1969) et 41-50 (1970) 1968-1970
  Versailles SC10L au moins 1 dont 25 1968


Le SC10 UPF n°77 est sauvegardé.


Les n°121-122 sont des bus d'occasion de 1983

Les n°123-124 sont des bus d'occasion de 1984

Le SC10 R no 145 est sauvegardé par l'APTRP[4]

SC10U 044 22 54-65, 67-73, 78, 90, 95 1973-1980
SC10 UPF 044 1 77 1977
SC10R 044D 16 98-101, 103-108, 112-115, 121-122 1984-1994
SC10R 444D 16 119-120, 123-124, 131-132, 134-139, 142-145 1988-1995
  Vichy 6
  Iskitim 8 2004-?
  Novy Urengoy 2 1999/2000-?
  Orenbourg 1 0488
  Saint-Pétersbourg 7 5280, 5282, 5374, 5564, 5672, 5876, 5878 1992-1997

Matériel préservéModifier

Lieu Entité Ancien réseau Modèle Nombre Numéros de parc Observations - Particularités
Lille AMITRAM ELRT SC10U 2 175, 292[5]
Malakoff AMTUIR RATP SC10UB 1 7269[6] vendu à Calypso Train Tours Ltd. (Belize)
SC10R 1 3644[6]
Nevers ASTUNEB STUNIV SC10R 2 Aucun
Orléans Association
« Arrêt Demandé »
SEMTAO SC10UPF 1 10 Ancien SC 10 UPF n°7866 de la RATP racheté par la SEMTAO
Saint-Fargeau-Ponthierry Association pour la sauvegarde du patrimoine roulant (ASPRO) RATP SC10R 1 9436[7] Ancien SC10 R de la RATP, racheté par l'association ASPRO
Toulouse ASPTUIT SEMVAT SC10U-PFA 1 7903[8]
Toulouse ASPTUIT SEMVAT SC10R 1 8904[9]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La série comporte également deux autobus d'occasion n°284 et 285 qui sont les ex-VFD 248 et 250.
  2. La série comporte également trois autobus d'occasion, les 281 à 283 qui sont les ex-VFD265, 266 et 263.
  3. Ensuite renumérotés : 43 à 45, 48 à 54, 59 à 116, 125 à 141 puis à nouveau 201 à 273, 298, 299.
  4. Ensuite renumérotés : 149 à 161, 173 à 179 puis à nouveau 274, 275 et 301 à 349.
  5. Numérotation discontinue.

RéférencesModifier

  1. « Il y a 50 ans, la naissance de l'autobus Standard », sur transporturbain.canalblog.com (consulté le ) : « Au total, 11004 SC10 ont été produits, toutes versions confondues, et essentiellement pour le marché français, à l’exception du réseau de Brescia en Italie ».
  2. Daniel Crosnier, « Ces singuliers SC 10 de la RATP - deuxième partie : modifications et secondes carrières », Charge utile magazine, no 121,‎ , p. 28-29.
  3. RATP, Entre Les Lignes n°117, janvier-février 2002.
  4. Le Renault SC10 R no 145 (ex-SVTU), sur le site aptrp.perso.sfr.fr, consulté le 24 septembre 2016.
  5. « Collection AMITRAM : Les autobus & trolleybus étrangers », sur amitram.fr (consulté le )
  6. a et b « Musée des Transports - Collections (extrait de l'inventaire) - Omnibus et tramways hippomobiles », sur amtuir.org (consulté le )
  7. Julien Van Caeyseele, « Seine-et-Marne. Ces amoureux de bus anciens craignent de rester à quai », sur actu.fr, (consulté le ).
  8. SAVIEM SC10U-PFA n°7903
  9. RENAULT SC10R n°8904

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier