Saint-Vincent-et-les-Grenadines

État insulaire des Petites-Antilles

Saint-Vincent-et-les-Grenadines, parfois abrégé par le sigle SVG (en anglais : Saint Vincent and the Grenadines), est un État des Petites Antilles, dans la région des Caraïbes, situé à l'ouest de la Barbade, entre Sainte-Lucie et la Grenade. Comme les deux îles précédemment citées et quatre autres États de cette région, il appartient, depuis 1981 à l'Organisation des États de la Caraïbe orientale.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines

(en) Saint Vincent and the Grenadines

Drapeau
Drapeau de Saint-Vincent-et-les Grenadines
Blason
Armoiries de Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Devise en latin : Pax et justitia (« Paix et justice »)
Hymne en anglais : Saint Vincent Land So Beautiful (« Saint Vincent, terre si belle »)
Fête nationale
· Événement commémoré
Indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni ()
Description de l'image VCT orthographic.svg.
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle
Roi Charles III
Gouverneur général Susan Dougan
Premier ministre Ralph Gonsalves
Parlement Assemblée de Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Langues officielles Anglais
Capitale Kingstown

13° 09′ N, 61° 13′ O

Géographie
Plus grande ville Kingstown
Superficie totale 389 km2
(classé 202e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC - 4
Histoire
Indépendance Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Date
Démographie
Gentilé Saint-Vincentais-et-Grenadin[1]
Vincentais[2]
Population totale (2020[3]) 101 390 hab.
(classé 182e)
Densité 261 hab./km2
Économie
PIB nominal (2022) en augmentation 953 millions de $
+ 9,16 %[4]
PIB (PPA) (2022) en augmentation 1,720 milliards de $
+ 11,61 %[4]
PIB nominal par hab. (2022) en augmentation 8 595,213 $
+ 9,11 %[5]
PIB (PPA) par hab. (2022) en augmentation 15 505,353 $
+ 11,46 % [5]
Dette publique brute (2022) Nominale
Increase Negative.svg 2,259 milliards de EC$
+ 7,31 %
Relative
Decrease Positive.svg 87,781 % du PIB
- 1,76 %
IDH (2021) en diminution 0,751[6] (élevé ; 89e)
Monnaie Dollar des Caraïbes orientales (XCD​)
Divers
Code ISO 3166-1 VCT, VC​
Domaine Internet .vc
Indicatif téléphonique +1-784
Organisations internationales
G33

L'État se compose d'une île principale, Saint-Vincent, et d'un chapelet de plus petites îles qui constituent une grande partie de l'archipel des Grenadines, situé au sud. On y trouve notamment (du nord au sud) : Bequia, Baliceaux, Moustique, Canouan, Mayreau, Tobago Cays, Union, l'île Morpion et Petit-Saint-Vincent qui marque la limite avec la Grenade.

Les habitants de Saint-Vincent-et-les-Grenadines se nomment les Vincentais, Saint-Vincentais ou Saint-Vincentais et Grenadins.

Depuis 2009, Saint-Vincent-et-les-Grenadines est membre de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA).

Depuis 2021, Saint-Vincent-et-les-Grenadines est membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies[7].

GraphieModifier

On trouve de multiples variantes graphique dans l'écriture du nom du pays:

HistoireModifier

Les amérindiens Kalinago se sont vivement opposés à la colonisation européenne de Saint-Vincent jusqu'au XVIIIe siècle. Saint-Vincent est ensuite l'objet d'une lutte entre les Français et les Britanniques tout au long de ce siècle. Les Britanniques, en vertu du traité de Versailles (1783), prennent définitivement possession de ce territoire à ce moment. Le conflit entre les Britanniques et les Français a néanmoins continué jusqu'en 1796, lorsque le général Abercromby écrase la révolte fomentée par le révolutionnaire français Victor Hugues depuis la Guadeloupe. Plus de 5 000 Caraïbes noirs[12] ont été déportés vers les îles de Baliceaux (dépendance de Moustique dans les Grenadines) puis Roatán (au large du Honduras)[13].

GéographieModifier

 
Carte de Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est un État insulaire situé dans les îles sous le vent aux Petites Antilles. Il se compose d'une île principale, Saint-Vincent, à laquelle s'ajoute une grande partie de l'archipel des Grenadines qui s'étend plus au sud. L'île de Saint-Vincent se situe à 43 km au sud-sud-ouest de Sainte-Lucie et à 109 km au nord-nord-est de Grenade.

La superficie totale du pays est 389 km2, dont 344 km2 pour l'île de Saint-Vincent seule, qui abrite sa capitale Kingstown.

L'île de Saint-Vincent est volcanique et comprend quelques hauteurs (mornes). Le point culminant du pays est le volcan de la Soufrière à 1 220 mètres d'altitude. Les dernières éruptions connues de son volcan datent de 1979 & récemment, du 9 avril 2021[14].

Ses côtes abordent des visages très différents : la côte atlantique est connue comme abrupte et rocheuse alors que la côte caraïbe assemble davantage de sable et de baies.

DémographieModifier

 
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

En 2015, Saint-Vincent-et-les-Grenadines abritait 102 627 habitants.

Administration et politiqueModifier

SubdivisionsModifier

 
Les six paroisses de Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est divisé en six paroisses, division administrative de 1er niveau. Cinq d'entre elles se situent sur l'île de Saint-Vincent alors que la sixième est composée des îles Grenadines du nord jusqu'à celle de Petit-Saint-Vincent.

PolitiqueModifier

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est une démocratie parlementaire membre du Commonwealth. Elle est un royaume du Commonwealth, indépendant depuis le , dont le chef de l'État formel est le souverain de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, à l'heure actuelle le roi Charles III. Il ne réside pas dans le pays et est alors représenté par le gouverneur général de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, actuellement Susan Dougan.

Le pays ne possède pas d'armée officielle, bien que la Force royale de Saint-Vincent-et-les-Grenadines possède une unité de service spéciale.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est membre de la Communauté caribéenne (Caricom), de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) et de l'Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO).

ÉconomieModifier

L'économie de Saint-Vincent-et-les-Grenadines dépend principalement du tourisme et de l'agriculture.

Le pays était considéré comme un paradis fiscal par l'OCDE en 2000[15], après différents accords de « transparence », l'organisation le considère comme un pays coopérant en matière fiscale depuis 2010[16].

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est également considéré par l'ITF comme étant un pavillon de complaisance.

TourismeModifier

L'aéroport international d'Argyle est inauguré en [17]. En 2020, Sandals Resorts rachète le Buccament Hotel fermé depuis 2016 pour le réhabiliter[18].

PatrimoineModifier

Patrimoine civilModifier

MuséesModifier

Liste du Patrimoine mondialModifier

Quelques sites de Saint-Vincent-et-les-Grenadines sont soumis à l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) afin qu'ils soient inscrits sur sa liste du Patrimoine mondial. Il s'agit en 2022 de l'archipel des Grenadines, de l'art rupestre des Grenadines et du parc national de la Soufrière[19]. Ceux-ci sont toutefois sur une liste indicative, signifiant que l'UNESCO ne les a toujours pas inscrits à sa liste officielle[20].

Patrimoine religieuxModifier

CatholicismeModifier

AnglicanismeModifier

Tradition baleinièreModifier

La pèche à la baleine est maintenue dans l'île de Bequia.[réf. nécessaire]

CultureModifier

EmblèmeModifier

L'Amazone de Saint-Vincent, de la famille des perroquets, est l'oiseau national de Saint-Vincent-et-les-Grenadines[21].

LanguesModifier

Bien que la langue officielle de l'État soit l'anglais, la plupart des Vincentais parlent le créole connu sous le nom de créole vincentais (en)[22],[23] ou créole vincentien[24]. Ce créole, appelé en anglais Vincentian Creole, respecte des règles de grammaire dérivées à la fois de l'anglais et de certains substrats venus d'Afrique; son vocabulaire comprend des mots anglais, mais aussi français, espagnols, caribéens et africains. L'anglais est utilisé dans l'éducation, par le gouvernement et dans tous les domaines institutionnels, tandis que le créole vincentais est utilisé à la maison ou entre amis. Un créole français existait, proche de celui de Sainte-Lucie, mais il a quasiment disparu depuis les années 1970.

Le Prix Casa de las Américas 2016 est décerné à l'écrivain Philip Nanton[25],[26],[27], pour Suite Canouan & Autres Pièces.

MédiasModifier

Le pays compte 10 stations de radio FM, une chaîne de télévision publique, SVG TV, et un câblo-opérateur (Cable and Wireless).

CommunicationsModifier

En 2010, Saint-Vincent-et-les-Grenadines comptait 21 700 lignes de téléphone fixes. Le système téléphonique est complètement automatique et couvre toute l'île ainsi que les îles habitées des Grenadines[28]. En 2002, il y avait 10 000 téléphones mobiles en service[29]. Depuis 2010, ce nombre est passé à 131 800[28]. Le réseau de téléphonie mobile est disponible dans presque toute l'île de Saint-Vincent ainsi que dans les Grenadines. Il est opéré par deux fournisseurs, Digicel et LIME (en), qui proposent aussi une offre d'accès à l'Internet[30].

TransportsModifier

Transports en communModifier

D'un prix modique, le ferry est le moyen de transport le plus utilisé par la population qui l'emprunte pour régler un problème administratif, faire ses courses, rendre visite à la famille…

CodesModifier

Saint-Vincent-et-les-Grenadines a pour codes :

Notes et référencesModifier

  1. « Noms de pays qui commencent par R-S », sur /bdl.oqlf.gouv.qc.ca (consulté le )
  2. Recommandation concernant les noms d'États, d'habitants, de capitales, de sièges diplomatiques ou consulaires.
  3. (en) « The World Factbook — Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le ).
  4. a et b PIB à parité de pouvoir d'achat, d'après le Fonds monétaire international (FMI).
  5. a et b (en-US) « World Economic Outlook Database April 2022 », sur www.imf.org (consulté le ).
  6. (en) Human Development Report 2021/2022 : Uncertain Times, Unsettled Lives: Shaping our Future in a Transforming World, New York, Programme des Nations unies pour le développement, , 305 p. (ISBN 978-9-2112-6451-7, lire en ligne).
  7. « Membres actuels | Conseil de sécurité des Nations Unies », sur www.un.org (consulté le )
  8. (fr) Commission nationale de toponymie, conseil national de l'information géographique, Pays, territoires et villes du monde juillet 2021, , 34 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 30
  9. « Annexe A5 : Liste des États, territoires et monnaies (État au 30.5.2011) », Europa (consulté le ).
  10. Index des pays, territoires et régions
  11. http://www.insee.fr/fr/nom_def_met/nomenclatures/cog/dbf/2005/txt/pays2005.txt
  12. Lors des affrontements avec les colons européens, les Caraïbes firent des prisonniers blancs et noirs. Les esclaves noirs participèrent ensuite avec leurs "maîtres" caraïbes aux attaques contre les colons européens. Ces Noirs adoptèrent le mode de vie des Caraïbes et se métissèrent, c'est pourquoi on les a appelés "Caraïbes noirs".
  13. Jean Sellier, Atlas des peuples d'Amérique, La Découverte, , p. 139.
  14. « Eruption de la Soufrière à Saint-Vincent, des milliers d'évacuation », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  15. (en) OCDE, « Towards Global Tax Co-operation » [PDF], sur le site de l'OCDE (ocde.org), (consulté le )
  16. (en) OCDE, « Jurisdictions committed to improving transparency and establishing effective exchange of information in tax matters », sur le site de l'OCDE (ocde.org), (consulté le )
  17. « Argyle International Airport Opening », sur www.gov.vc (consulté le )
  18. « Sandals Plans to Develop a Beaches Resort on the Island of St. Vincent », sur TravelPulse (consulté le )
  19. UNESCO - Centre du patrimoine mondial, « UNESCO World Heritage Centre - Listes indicatives - Saint-Vincent-et-les Grenadines », sur whc.unesco.org, (consulté le )
  20. UNESCO - Centre du patrimoine mondial, « UNESCO World Heritage Centre - Listes indicatives », sur whc.unesco.org (consulté le )
  21. (en) « The National Bird », The Government of St. Vincent and the Grenadines Ministry of Foreign Affairs, Trade and Commerce (lire en ligne)
  22. (en) Raymond G., Jr. (ed.) Gordon, « Ethnologue — Languages of the World, 15th edition », sur ethnologue.com, Dallas, Texas, USA, SIL International,
  23. (en) « St. Vincentians », www.everyculture.com
  24. Laura Prescod, « La négation phrastique et les indéfinis négatifs en créole vincentien », Études Créoles, vol. XXXV, nos 1–2,‎ (résumé, lire en ligne, consulté le ).
  25. https://philipnanton.com/about/
  26. https://writersmosaic.org.uk/people/philip-nanton/
  27. https://data.bnf.fr/fr/16740377/philip_nanton/
  28. a et b (en) « The World Factbook », Central Intelligence Agency, (consulté le ).
  29. (en) « Saint Vincent and the Grenadines », About.com, (consulté le ).
  30. (en) « About SVG — Essentials », SVG Tourism Authority (consulté le ).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :