Ouvrir le menu principal

Saint-Aignan-sur-Roë

commune française du département de la Mayenne

Saint-Aignan-sur-Roë
Saint-Aignan-sur-Roë
La mairie de Saint-Aignan-sur-Roë.
Blason de Saint-Aignan-sur-Roë
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Canton Cossé-le-Vivien
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Craon
Maire
Mandat
Loïc Pène
2014-2020
Code postal 53390
Code commune 53197
Démographie
Gentilé Saint-Aignannais
Population
municipale
893 hab. (2016 en augmentation de 1,48 % par rapport à 2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 28″ nord, 1° 08′ 10″ ouest
Altitude Min. 69 m
Max. 112 m
Superficie 18,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Aignan-sur-Roë

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Aignan-sur-Roë

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aignan-sur-Roë

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aignan-sur-Roë

Saint-Aignan-sur-Roë est une commune française située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 893 habitants[Note 1].

GéographieModifier

La commune est située dans le sud-Mayenne en région Pays de la Loire.

HistoireModifier

Au Moyen Âge puis sous l'Ancien Régime, le fief de la baronnie angevine de Craon dépendait de la sénéchaussée principale d'Angers et du Pays d'élection de Château-Gontier.

Le chartrier de la Roë rédigea une charte au XVe siècle afin de faire valoir les intérêts du seigneur de Brécharnon (situé en Saint-Michel), attribuant à son ancêtre Albéric, vivant en 1119, la fondation de la paroisse de Saint-Aignan[1].

La famille de Saint-Aignan, seigneurs de la Chevrie, dont le manoir aujourd'hui disparu se trouvait dans le bourg, était vassale du seigneur de Brécharnon.

L'ancienne église fut démolie en 1843, afin d'être remplacée en 1855 par un édifice de plus grande taille, dédié à saint Aignan d'Orléans.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Saint-Aignan-sur-Roë se blasonnent ainsi :
Écartelé, au 1er de gueules aux lettres S A d'or, initiales de Saint Aignan originellement en caractères gothiques ; au 2e d'azur à la fleur de lys d'or ; au 3e d'azur à la tierce-feuille d'argent ; au 4e de gueules à la tour d'or.

La fleur de lys et la tierce-feuille sont tirées du blason d'Orléans, diocèse duquel saint Aignan d'Orléans fut évêque. La tour d'or représente celle du blason de son pays d'élection, Château-Gontier.

L'écu est timbré d'une couronne murale d'or à trois tours crénelées et porté par deux branches croisées en pointe en sautoir, la première de chêne à dextre et la deuxième de laurier à senestre, chargées d'un listel d'argent au retroussis de gueules portant la devise suivante : In servicio omnium (« Au service de tous »)[1]. Le proverbe suivant entoure le blason : La sagesse crie aux portes de la ville : Humains, c'est vous que j’appelle, que votre force soit la loi de la justice. Heureux l'homme qui m'écoute[1].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 2001) mars 2008 Albert Blavet    
mars 2008 avril 2014 Jean-Claude Rossignol    
avril 2014[2] En cours Loïc Pène   Employé des Postes
Les données manquantes sont à compléter.


Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 893 habitants[Note 2], en augmentation de 1,48 % par rapport à 2011 (Mayenne : +0,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
507482567624552574574753810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7988839519581 0081 0531 0271 016984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
983912891799813830848840805
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
819756800939975926869860891
2016 - - - - - - - -
893--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Les habitants sont des Saint-Aignannais et Saint-Aignannaises.

ÉconomieModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SportsModifier

MédiasModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Aignan.

L'église du bourg est dédiée à Aignan d'Orléans.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Maria Nault, en religion Mère Marie de la Croix (21 avril 1901 - 9 avril 1999 à Saint-Aignan), fondatrice en 1939, d'une première communauté des Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur, à Toulouse, avec l’approbation du cardinal Jules Saliège qui accorde à la fondation, en 1954, le statut d’association de fidèles, et sous la conduite du cardinal Gabriel-Marie Garrone. En 1963, Mère Marie de la Croix ouvre une communauté à Castelnau-d'Estrétefonds (Haute Garonne). En 1965, une communauté est fondée à Saint-Aignan-sur-Roë puis en 1968 une autre à Arquenay (Mayenne) et une à Lagardelle-sur-Lèze (Haute-Garonne). En 1969, la maison-mère de Toulouse est transférée à Saint-Aignan-sur-Roë. Le 14 septembre 1989, Monseigneur Louis-Marie Billé, alors évêque de Laval, érige en « Institut de vie religieuse » la congrégation fondée par Mère Marie de la Croix[7].
  • En juillet 2019, les sœurs s'insurgent et dénoncent un abus de pouvoir, elles décident de renoncer à leurs vœux religieux[8]

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

Altitudes, superficie : IGN[9].
  1. a b et c Nos blasons et leur histoire, édité par le Syndicat d'initiative du canton de Saint-Aignan-sur-Roë, imprimerie Raynard, 1989.
  2. « Saint-Aignan-sur-Roë (53390) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 mai 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Constant Tonnelier, L'histoire religieuse du diocèse de Laval, Paris, Téqui, 1993.
  8. « A Saint Aignan, les soeurs s'insurgent », Libération,‎ , p. 12-13
  9. Répertoire géographique des communes (http://professionnels.ign.fr/42/produits-gratuits/produits-gratuits-a-telecharger.htm).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :