Musée Petrie d'archéologie égyptienne

Le musée Petrie d'archéologie égyptienne (Petrie Museum of Egyptian Archaeology) est un musée égyptologique britannique fondé à Londres (Royaume-Uni) à la fin du XIXe siècle.

Musée Petrie d'archéologie égyptienne
Petrie Museum of Egyptian Archaeology.jpg
Le musée Petrie et la Science Library, Malet Place
Informations générales
Site web
Collections
Collections
Nombre d'objets
Plus de 80 000
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Angleterre
voir sur la carte d’Angleterre
Red pog.svg
Localisation sur la carte du centre de Londres
voir sur la carte du centre de Londres
Red pog.svg

C'est, avec le Grant Museum of Zoology, l'UCL Art Collections , The Institute of Archaeology Collections, The Geology Collections, The Ethnography Collections et The Science Collections, l'un des musées de l'University College de Londres.

Dépendant de l'Institut d'archéologie, le musée contient plus de 80 000 objets historiques et contient l'une des plus grandes collections d'objets égyptiens antiques au monde[1]. Il n'est dépassé que par le musée égyptien du Caire, le British Museum de Londres et l'Ägyptisches Museum de Berlin quant au nombre d'objets.

SituationModifier

Le musée Petrie se trouve sur Malet Place, près de la Science library de l'University College de Londres et de Gower Street[2]. Il abrite une petite boutique de souvenirs. Certaines collections ne sont pas éclairées afin de les préserver, et des torches sont fournies pour les regarder.

Le musée est ouvert tous les jours sauf le dimanche et le lundi ; l'entrée est gratuite[3].

Le musée est divisé en trois galeries. La troisième et dernière galerie est accessible par un escalier. La seconde galerie (qui se trouve à l'emplacement d'anciennes étables) contient les petits objets et les collections de vêtements, ainsi que des tablettes d'écritures et des momies. La première galerie, située à l'entrée du musée, contient principalement des poteries.

HistoriqueModifier

Le noyau de la collection vient d'objets offerts par l'écrivain Amelia Edwards, qui en 1892 a fait don de sa collection à l'University College de Londres à l'occasion de la création d'une chaire d'égyptologie. Le musée a été fondé pour servir de ressources au département d'égyptologie et de philologie nouvellement créé.

Le premier professeur d'égyptologie, William Matthew Flinders Petrie, dirigea plusieurs fouilles importantes en Égypte, et en 1913, il revendit ses découvertes à l'UCL, transformant ainsi le musée en l'une des plus importantes collections d'objets égyptiens hors de l'Égypte. Petrie fouilla de nombreux sites importants pendant sa carrière, dont les cimetières de la période romaine à Hawara, célèbre pour ses portraits de momies dans le style classique romain ; Amarna, l'ancienne ville du pharaon Akhénaton ; et la première véritable pyramide, à Meïdoum, où il découvrit les plus anciennes traces de momification.

La collection et la bibliothèque égyptiennes furent rangées en galeries dans l'université, et un guide fut publié en 1915. La plupart des visiteurs étaient des étudiants et des professeurs, les galeries n'étaient pas ouvertes au public. Petrie quitta l'UCL en 1933, mais ses successeurs continuèrent d'enrichir les collections, à partir de fouilles menées dans d'autres régions d'Égypte et au Soudan. Pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les collections égyptiennes furent retirées du musée et emportées hors de Londres afin de les préserver. Au début des années 1950, elles furent replacées dans une ancienne étable adjacente à la Science library de l'UCL, où elles se trouvent toujours.

CollectionsModifier

 
Partie supérieure d'une statuette représentant une femme égyptienne et son mari, XVIIIe dynastie.

Les collections sont pleines de « premiers » : une des plus anciennes pièces de lin d'Égypte (vers -5000), deux lions du temple de Min à Coptos, appartenant au premier groupe de sculpture monumentale (vers -3000), un fragment du premier calendrier (vers -2900), le plus ancien objet de métal égyptien, les premières pièces de fer forgé, le plus ancien exemple de travail du verre, le plus ancien « sceau » d'Égypte (vers -3500), le plus ancien testament sur papyrus, le plus ancien papyrus gynécologique, le seul papyrus vétérinaire connu de l'Égypte ancienne, et le plus ancien dessin d'architecture, celui d'un temple (vers -1300)[4].

Les costumes sont un élément important de la collection. En plus du plus ancien vêtement égyptien connu, le musée renferme une robe de perles d'une danseuse de l'âge des pyramides (vers -2400), deux robes à manches longues de la même période, une armure du palais de Memphis, ainsi que des chaussettes et des sandales de la période romaine. La collection contient également des œuvres d'art de l'époque d'Akhénaton : des tuiles colorées et des fresques, ainsi que des œuvres venant d'importantes villes et tombes d'Égypte et de Nubie. On y trouve également la plus grande collection au monde (après celle du musée égyptien du Caire) de portraits mortuaires de la période romaine, dits portraits du Fayoum (Ier et IIe siècles).

Objet Description Origine et datation

 

Bouteille en albâtre

Bouteille de pèlerin en albâtre, montée sur or avec un pied en argent.

Inscription avec des cartouches de Ramsès II et Néfertari.

Thèbes


XIXe dynastie

 

Égide de bronze d'Isis

Égide de bronze d'Isis, qui porte une perruque tripartite avec 12 serpents uraeus.

Saqqarah, H5-228


Période ptolémaïque,

XXXe dynastie.

 

Collier amarnien en faïence

Collier amarnien à huit rangées de perles de nombreuses formes et couleurs : grappes de raisin, pétales blancs, pétales rouges, dattes rouges, mandragores jaunes, dattes jaunes, pendentifs turquoises, fleurs de maïs vertes et bleues et feuilles de palmier vertes. La 11e perle turquoise à droite porte le cartouche d'Akhenaton.

Amarna

XVIIIe dynastie.

Portrait du Fayoum

Portrait de momie du Fayoum : panneau de tilleul mince avec portrait de jeune homme à l'encaustique, avec une barbe et une moustache bouclées et claires. La forme du visage, des oreilles et des sourcils a été délimitée à l'aide d'un outil pointu.

Tombe de la nécropole de Hawara, fouillée par Flinders Petrie.


Ier/IIe siècle.

Portrait du Fayoum

Portrait de momie de Fayoum. Panneau de tilleul mince avec portrait de jeune homme à l'encaustique, cheveux noirs, rasé avec un filet d'or. Ier/IIe siècle.

Tombe de la nécropole de Hawara, fouillée par Flinders Petrie.


Ier/IIe siècle.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Le musée Petrie sur Londontown.com
  2. (en) Emplacement du musée sur Visitlondon.com
  3. (en) Site du musée Petrie
  4. (en) Guide du musée Petrie

Liens externesModifier