Ouvrir le menu principal

8e, 17e arrts
Rue de Tilsitt
Image illustrative de l’article Rue de Tilsitt
Vue de l'avenue Mac-Mahon.
Situation
Arrondissements 8e
17e
Quartiers Faubourg-du-Roule
Ternes
Début 154, avenue des Champs-Élysées
Fin 2, avenue de la Grande-Armée
Morphologie
Longueur 460 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination Décret du  : traité de Tilsit de 1807 ; proximité de l’Arc de Triomphe
Géocodification
Ville de Paris 9296
DGI 9314

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Tilsitt
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons
Plaque de la rue de Tilsitt à Paris.

La rue de Tilsitt est une rue parisienne située près de la place de l’Étoile (devenue la place Charles-de-Gaulle en 1970), dans les 8earrondissement (quartier du Faubourg-du-Roule) et le 17e arrondissement (quartier des Ternes).

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue de Tilsitt et la rue de Presbourg forment à elles deux un cercle parfait et célèbrent toutes deux aussi des victoires « diplomatiques » de Napoléon. Pour la rue de Tilsitt, il s’agit du traité de Tilsit de 1807.

L'orthographe « Tilsitt », qui résulte du décret du dénommant la rue, est une variante de Tilsit, ville de Prusse-Orientale[1]. Dans les anciennes orthographes de l'allemand on avait tendance à redoubler des consonnes simplement pour mieux marquer que la voyelle précédente était brève. La modification de l'orthographe du nom d'une voie de Paris nécessiterait un arrêté municipal et, partant, un vote du Conseil de Paris.

Les façades des hôtels de la rue de Tilsitt vers la place Charles-de-Gaulle ont été construites suivant le modèle uniforme dessiné dès 1853 par l'architecte Jacques-Ignace Hittorff et réalisés par l'architecte Charles Rohault de Fleury. Ce site est desservi par les lignes      à la station Charles de Gaulle - Étoile.

Origine du nomModifier

Cette rue, en raison du voisinage de l'arc de triomphe de l'Étoile, porte le nom du traité de Tilsitt signé le 7 juillet 1807 entre la France, la Russie et la Prusse.

HistoriqueModifier

Cette rue ouverte par un décret du 13 août 1854 prend sa dénomination actuelle par un décret du 2 mars 1864.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Les hôtels homogènes qui se situent du côté de la place de l’Étoile ont été construits en 1868.

 
Le no 1 : hôtel Landolfo-Carcano, aujourd'hui ambassade du Qatar.
L’hôtel a été construit pour Anne-Marie-Adèle Caussin par l'architecte Charles Rohault de Fleury sur un terrain acheté en 1867. Anne-Marie-Adèle de Caussin a épousé le marquis Landolfo-Carcano en 1889. L’hôtel possède une remarquable décoration intérieure réalisée par les peintres Charles Chaplin, Pierre-Victor Galland, Alexis-Joseph Mazerolle, Alexandre Denuelle.
 
Le no 7 : hôtel de Gunzburg.
  • No 7 : hôtel de Gunsburg. Sur un terrain acheté en 1867, l'architecte Charles Rohault de Fleury construit cet hôtel pour le baron Joseph de Gunsburg. Sa décoration sur la rue de Tilsitt a été réalisée par le sculpteur Frédéric-Louis Bogino et on peut y voir la représentation de l'Agriculture et de l'Industrie. La décoration intérieure a été peinte par Charles Chaplin, Alexandre Denuelle, Alexis-Joseph Mazerolle[5].
  • No 9 : le terrain de cet immeuble fit l’objet d’un contrat signé le entre la Ville de Paris et l’association Lescanne-Perdoux et Jules Lebaudy. En 1866 fut entreprise la construction d’un bâtiment sur caves et élevé d’un soubassement, un rez-de-chaussée, deux étages carrés et un troisième en mansarde. La valeur de l’hôtel représentait à ses origines 290 000 francs ;
    • avant la fin de la construction de l’hôtel, celui-ci est vendu en 1874 au Brémois M. Guillermoz de Schutte pour la somme de 420 000 francs. Le nouveau propriétaire termine les travaux et fait adjoindre des écuries ;
    • il revend l’hôtel en 1876 pour 1 250 000 francs à M. et Mme Mac-Kay, de nationalité américaine. C’est à ce couple que l’on doit la décoration intérieure de l’hôtel. Industriel et milliardaire, M. Mac-Kay est surnommé « le roi de l’argent ». Les Mac-Kay resteront vingt ans dans l’hôtel qu'ils revendent en 1896 à Victor Klotz pour la somme de 1 million ;
    • Victor Klotz meurt dix ans après l’achat de l’hôtel en février 1906, laissant l’hôtel à sa femme et ses fils. Mme Klotz y avait réuni une collection de boîtes à fard, de poudriers, de flacons de parfum de toutes les époques et de toutes les civilisations[2]. Les fils de Mme Klotz ont du mal à garder l’hôtel en raison des dettes accumulées par leur oncle défunt, Louis-Lucien Klotz, avocat puis ministre des Finances et sénateur ;
    • le Crédit foncier, se faisant pressant pour être remboursé des intérêts de retard accumulés, obtient un jugement de saisie et l’immeuble est vendu par adjudication au tribunal de la Seine le . C’est le Crédit foncier de France qui rachète son gage pour 1 250 000 francs. Le Crédit foncier revend l’immeuble en 1941 à la Société civile immobilière Étoile-Tilsitt, formée pour cet achat et qui paiera 5 millions de francs ;
    • l’hôtel est revendu le pour 105 millions de francs à l’État belge. C'est aujourd'hui l'ambassade du Royaume de Belgique.
  • No 11 : siège social de la société française de services informatiques et de conseil en management Capgemini.
  • No 16 : Mlle de Craponne, pensionnaire de l'Opéra-Comique, y habita[2].
  • No 16 : à partir de l'entre-deux-guerres, annexe du ministère de la Santé[6].
  • No 20 : Mlle Miramon, pensionnaire de l'Opéra-Comique, y habita[2].
  • No 32 : dans le film Un éléphant ça trompe énormément, Jean Rochefort y apparaît sur la corniche en robe de chambre, après avoir dû évacuer précipitamment l'appartement d'Annie Duperey, à la suite de l'arrivée inopinée de son mari.

Notes et référencesModifier

  1. Aujourd'hui en Russie.
  2. a b c et d Becq de Fouquières, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, p. 282.
  3. a et b Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette p. 90.
  4. Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette p. 129-130. La coïncidence paraît singulière puisque l'hôtel du 15, avenue des Champs-Élysées n'était autre que celui que le duc de Morny s'était fait construire à proximité immédiate de celui de sa maîtresse, la comtesse Le Hon, au 9, rond-point des Champs-Élysées.
  5. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, Hachette, 1994 (ISBN 978-2010168123), p. 529.
  6. Dominique Dessertine, Les Centres sociaux 1880-1980. Une résolution locale de la question sociale ?, Presses Universitaires du Septentrion, 2004, 288 p. (ISBN 978-2859397630).

SourcesModifier

  • André Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens, Paris, Pierre Horay, 1953, vol. I.
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910.